Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Bienvenue sur mon site
Une innovation pour mes anciens lecteurs, désormais je traite de divers sujet, en premier La religion judéo chrétienne signé" Monique Emounah", pour ceux qui ne peuvent se déplacer à l'églises quelques soit la raison, et le lieu de leurs résidences ils peuvent suivre les  offices du jour,  la politique (LR) et les infos, la poésie et les arts en général. Mes écrits, signé (Alumacom) également mes promos de mes dernières parutions et quelquefois un rappel pour mes anciens écrits. Merci de votre attention,

Le blog de mim-nanou75.over-blog.com

Bienvenue sur mon site Une innovation pour mes anciens lecteurs, désormais je traite de divers sujet, en premier La religion judéo chrétienne signé" Monique Emounah", pour ceux qui ne peuvent se déplacer à l'églises quelques soit la raison, et le lieu de leurs résidences ils peuvent suivre les offices du jour, la politique (LR) et les infos, la poésie et les arts en général. Mes écrits, signé (Alumacom) également mes promos de mes dernières parutions et quelquefois un rappel pour mes anciens écrits. Merci de votre attention,

ça s'est passé un... 21 novembre

com

21 novembre 1361 : Toulouse est réunie à la couronne

Le 21 novembre 1361, Jean le Bon réunit définitivement le comté de Toulouse à la couronne.

21 novembre 1620 : Le pacte du Mayflower

Le 21 novembre 1620, alors qu'un voilier, le Mayflower, arrive en vue de côtes inconnues du continent nord-américain, ses passagers, les « Pilgrim Fathers » ou Pères Pèlerins, concluent un pacte en vue d'organiser au mieux leur prochaine installation et de bâtir une société tolérante et harmonieuse.

Les principes inscrits dans ce texte fondateur (le « Mayflower Compact ») guident encore la vie américaine...

21 novembre 1783 : Premier voyage en montgolfière

Le 21 novembre 1783, Pilâtre de Rozier et le marquis d'Arlandes s'envolent à bord d'une montgolfière...

21 novembre 1806 : Décret de Berlin sur le « Blocus continental »

Le 21 novembre 1806, par un décret signé à Berlin, Napoléon 1er organise le« Blocus continental » contre l'Angleterre.

Faute de pouvoir battre militairement l'Angleterre, l'empereur tente de l'étouffer économiquement en empêchant ses commerçants de vendre à leurs clients habituels. Il interdit à tous les pays européens de commercer avec elle. Et pour s'assurer de la mise en application du blocus, l'empereur n'hésite pas à envahir les pays récalcitrants. C'est ainsi qu'il sera entraîné dans deux expéditions fatales, en Espagne et en Russie.

21 novembre 1916 : Mort du vieil empereur François-Joseph 1er

Le 21 novembre 1916, en pleine guerre mondiale, s'éteint le vieil empereur d'Autriche,François-Joseph 1er (86 ans), après 68 ans de règne et beaucoup de malheurs familiaux.

Son neveu et successeur Charles 1er lui succède et essaie sans tarder de retirer l'Autriche-Hongrie du conflit qui l'entraîne vers sa perte Le vieil empereur décède le 21 novembre 1916, à Vienne. Il entame des négociations secrètes par l'intermédiaire de son épouse Zita, de ses beaux-frères et du pape Benoît XV...

L'homme politique ayant joué un rôle important pour l'avenir de la France de 1911 à 1914, mais hélas...

Joseph Caillaux (1863 - 1944)

Pacifiste de raison

Fils d'un ancien ministre orléaniste, très riche, Joseph Caillaux commence sa carrière politique en se faisant lui-même élire à Mamers (Sarthe) sous l'étiquette du parti radical, autrement dit d'un parti de gauche ! C'est un bourgeois arrogant, inspecteur des finances, imbu de sa supériorité intellectuelle, qui cultive l'art de se rendre antipathique (comme d'autres chauves célèbres).

Mais c'est aussi un pacifiste de raison qui évite une guerre avec l'Allemagne en 1911...

La guerre évitée

Ministre des Finances dans le ministère de Georges Clemenceau en 1906, il tente de faire voter le projet d'un impôt progressif sur le revenu. C'est le début d'un long marchandage avec la droite parlementaire et le centre gauche.

Appelé à la Présidence du Conseil le 27 juin 1911, Joseph Caillaux est confronté le 1er juillet 1911 à l'«incident d'Agadir». La France et l'Allemagne sont sur le point de se faire la guerre pour s'approprier le Maroc ! Convaincu avec raison qu'une guerre ruinerait l'Europe, il négocie un compromis de la dernière chance, ce qui lui vaut d'être honni par une grande partie de la classe politique.

Le 14 janvier 1912, il doit céder la Présidence du Conseil à Raymond Poincaré, plus que quiconque déterminé à préparer le pays à l'éventualité d'une guerre. Il veut pour cela porter de deux à trois ans la durée du service militaire.

La guerre inéluctable

L'année suivante, en janvier 1913, Raymond Poincaré est élu à la présidence de la République et fait voter la loi sur le service de trois ans. Mais les gauches radicale et socialiste, représentées par Joseph Caillaux et Jean Jaurès, s'y opposent avec vigueur.

En quête de compromis, Raymond Poincaré appelle à la présidence du Conseil Gaston Doumergue, un radical favorable à sa loi des trois ans. Joseph Caillaux entre au gouvernement comme ministre des Finances.

Tout indique qu'il pourrait revenir à la présidence du Conseil à l'issue des élections législatives du printemps 1914... C'est alors que survient, le 16 mars 1914, l'acte désespéré de sa femme. Celle-ci, ne supportant pas une campagne de calomnies organisée par Le Figaro, tue le directeur du journal, Gaston Calmette. Joseph Caillaux démissionne du gouvernement et se consacre à sa défense.

Raymond Poincaré appelle à la tête du gouvernement un socialiste qui s'est prononcé pour la loi des trois ans, René Viviani. L'impôt sur le revenu est définitivement adopté en juillet 1914, en contrepartie de l'acceptation par la gauche du service militaire de trois ans.

Épilogue

Dès le début de la Grande Guerre, Joseph Caillaux part avec sa femme pour de longs voyages à l'étranger qui ne sont pas seulement touristiques. Fidèle à ses convictions, il cherche à tisser des liens en vue de hâter une paix de compromis.

En janvier 1918, Georges Clemenceau le fait incarcérer sous l'inculpation de haute trahison. Le Sénat, constitué en Haute Cour, le condamne en février 1920 à trois ans de prison. Amnistié, il se fait réélire député de Mamers et revient même au gouvernement comme ministre des Finances en avril-octobre 1925, mais sa place dans l'Histoire aura été escamotée à jamais, en laissant le regret d'une guerre qui aurait pu être, sinon empêchée, du moins mieux conduite.

ça s'est passé un... 21 novembre
Print
Repost
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article