Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de mim-nanou75.over-blog.com

Bienvenue sur mon site Une innovation pour mes anciens lecteurs, désormais je traite de divers sujet, en premier La religion judéo chrétienne signé" Monique Emounah", pour ceux qui ne peuvent se déplacer à l'églises quelques soit la raison, et le lieu de leurs résidences ils peuvent suivre les offices du jour, la politique (LR) et les infos, la poésie et les arts en général. Mes écrits, signé (Alumacom) également mes promos de mes dernières parutions et quelquefois un rappel pour mes anciens écrits. Merci de votre attention,

ça s'est passé un... 4 avril

ça s'est passé un... 4 avril

Parmi les évènements important j'ai sélectionné ces dates:

4 avril 1792 : Création du dollar

4 avril 1891 : Paul Gauguin part à Tahiti

4 avril 1949 : Fondation de l'OTAN

J'espère que vous apprécierai ce choix, bonne lecture

4 avril 1792 : Création du dollar

Le 4 avril 1792, une loi fait du dollar la monnaie officielle des États-Unis à l'initiative d'Alexander Hamilton, secrétaire du Trésor sous la présidence de George Washington. Son nom vient d'une déformation phonétique de thaler, nom d'une monnaie encore très populaire à cette époque dans le Nouveau Monde...

Le thaler, devise universelle avant l'heure
Thaler, 1780Le thaler est une monnaie d'origine autrichienne illustrée par le portrait bien en chair de l'impératrice Marie-Thérèse, morte en 1780. Cette monnaie en argent de très bon aloi était devenue très populaire en Europe centrale mais aussi dans le Nouveau Monde et même dans la péninsule arabe, où elle était encore en usage au début du XXe siècle !
Son nom est une abréviation de Joachimsthaler. Il vient de Joachimsthal (« vallée de Joachim ou Jacques »), ville autrichienne entourée de riches gisements argentifères, dans les monts Métallifères. Située au nord de l'actuelle République tchèque, la ville porte aujourd'hui le nom de Jáchymov et les montagnes s'appellent Krušné hory (« Monts rudes »).

1- le Thaler

1- le Thaler

4 avril 1891 : Paul Gauguin part à Tahiti

Le 4 avril 1891, Paul Gauguin (43 ans) s'embarque pour Tahiti à la recherche de nouvelles sensations.

L'artiste est alors au sommet de la gloire et il a déjà accompli une première révolution picturale. Son voyage va en occasionner une nouvelle et changer aussi notre regard sur la Polynésie. 

Primauté à la couleur

Paul Gauguin est né le 7 juin 1848 au foyer d'un journaliste républicain. Il a pour grand-mère maternelle Flora Tristan, une militante ouvrière qui revendique une origine péruvienne et se prétend même fille adultérine de Bolivar. Son père étant contraint à l'exil après le coup d'Etat de Louis-Napoléon Bonaparte, la famille va d'ailleurs séjourner plusieurs années à Lima et, fort de cette expérience, le peintre cultivera toute sa vie de supposées «origines incas».

À l'approche de la trentaine, cet employé de change, père de cinq enfants, abandonne son travail puis sa famille pour se consacrer à plein temps à la peinture.

Paul Gauguin, La Vision du Sermon ou La Lutte de Jacob avec l’Ange, 1888 (The National Gallery of Scotland, Edimbourg) Il participe aux derniers feux de l'impressionnisme. Puis il s'engage dans l'art symboliste et décoratif. En quête de nouvelles sensations, il s'établit en 1886 en Bretagne, à Pont-Avent puis au Pouldu, où il retrouve d'autres peintres d'avant-garde. 

Simplifiant son dessin et ses couleurs, abandonnant le modelé et la perspective, il s'éloigne de l'imitation de la nature. Sa réflexion sur les estampes japonaises (la mode est alors au «japonisme»), la statuaire médiévale, les vitraux et les arts populaires l'amène à pratiquer les aplats de couleurs franches, juxtaposés dans un espace sans profondeur et cernés d'un trait noir.

Sa leçon est adoptée par les jeunes artistes de l'école de Pont-Aven, parmi lesquels Émile Bernard et Paul Sérusier, à l'origine du mouvement des «Nabis».

«La chair est triste»...

En 1888, après un voyage aventureux en Amérique du Sud, à Panama et à la Martinique, Paul Gauguin se voit proposer par Vincent Van Gogh de le rejoindre à Arles, dans la maison où l'artiste projette de créer un «Atelier du Midi». La rencontre est ponctuée de disputes au point que Van Gogh, dans un moment de désespoir, en vient à se trancher le lobe de l'oreille.

L'artiste, de retour à Paris, profite de la vente de quelques oeuvres pour organiser son départ pour Tahiti. Proche du symbolisme, il met en pratique à sa manière un célèbre poème de ce mouvement :
«La chair est triste, hélas ! et j'ai lu tous les livres.
Fuir ! Là-bas fuir ! Je sens que des oiseaux sont ivres
D'être parmi l'écume inconnue et les cieux !»

(Stéphane Mallarmé, Brise marine)

À Tahiti, colonisée depuis peu par la France, le peintre cherche auprès des indigènesmaoris de nouvelles sources d'inspiration. Mais la réalité triviale le déçoit et il revient en Europe en juillet 1893. C'est pour repartir deux ans plus tard à Tahiti puis en août 1901 aux îles Marquises, encore païennes et tenues à l'écart de la civilisation occidentale. Dans ses refuges polynésiens, Gauguin se comporte en colon ordinaire, vindicatif à l'égard de l'administration, méprisant pour les indigènes, porté sur l'alcool et gavé de chair juvénile.

Nevermore O. Taiti, toile 60x116 cm (Paul Gauguin, 1897), Courtauld Institute, Londres

Ses peintures et ses sculptures représentent l'amour triste et les yeux vides des indigènes. Ponctuées de points d'interrogation («D'où venons-nous ? Que sommes-nous ? Où allons-nous ? »...), elles traduisent les affres d'une culture en crise ; la culture indigène ou la culture occidentale. À chacun de se faire son opinion.

Mort de misère et d'alcoolisme, le 8 mai 1903, aux Marquises, Gauguin fait figure de précurseur de l'Art nouveau.

4 avril 1949 : Fondation de l'OTAN

Avec l'Organisation du traité de l'Atlantique Nord (OTAN), conclue à Washington le 4 avril 1949, les démocraties d'Europe occidentale et d'Amérique du nord se disposent à faire face à la menace soviétique.

 

La «guerre froide»  prend forme. 

Alarmés par le "coup de Prague"» du 25 février 1948, les États-Unis, le Canada et dix pays d'Europe de l'Ouest veulent de cette façon contenir une éventuelle agression du bloc communiste aux ordres de Staline. Pour la mise en oeuvre de leurs résolutions, ils fondent l'Organisation du traité de l'Atlantique Nord (OTAN, en anglais NATO).

Les membres européens sont la Belgique, le Danemark, la France, l'Italie, l'Islande, le Luxembourg, la Norvège, les Pays-Bas, le Portugal et le Royaume-Uni. La Grèce et la Turquie adhèrent à l'organisation peu après sa création ainsi que la République fédérale allemande.

Cet organisme international issu du traité de Washington est chargé de coordonner les actions militaires de ses membres. C'est une alliance défensive qui ne dit pas son nom. Elle est placée sous l'autorité du Conseil atlantique. Son siège est dans un premier temps établi à Paris, dans un bel immeuble de la Porte Dauphine (aujourd'hui transformé en Université).

Le quartier général en Europe est fixé à Rocquencourt, près de Versailles. C'est le SHAPE (en anglais Supreme Headquarters Allied Powers Europe). Le premier commandant suprême est le général américain Dwight Eisenhower, héros du  débarquement de Normandie.

Le 14 mai 1955, les Soviétiques répliquent à la création de l'OTAN en signant le Pacte de Varsovie avec sept pays satellites d'Europe centrale: Albanie, Bulgarie, Hongrie, Pologne, République démocratique allemande (RDA), Roumanie et Tchécoslovaquie.

Les forces de ces pays sont placées sous un commandement unifié (soviétique). Elles interviendront dans les pays du Pacte eux-mêmes, en Hongrie puis en Tchécoslovaquie.

Une victoire sans coup de feu

Mais en 1966, le général de Gaulle, président de la République française, décide de retirer son pays des organes opérationnels de l'OTAN sans cesser d'appartenir à l'alliance. Il veut que la France conserve la pleine maîtrise de sa force de dissuasion nucléaire sans avoir de compte à rendre à quiconque.

Le SHAPE et le Conseil de l'Atlantique se transportent alors dans la banlieue de Bruxelles. Ils y resteront même après le retour de la France au sein de l'Organisation, au début des années 90.

Au début des années 1980, l'OTAN réagit avec succès à la menace que représentent les missiles SS20 déployés par l'URSS en Europe centrale : elle menace de déployer le long du rideau de fer des missiles de croisière Pershing-2 (surnommés les«Euromissiles») et les Soviétiques préfèrent retirer leurs propres fusées.

Sous l'impulsion du président des États-Unis Ronald Reagan, l'OTAN entraîne alors l'organisation rivale du Pacte de Varsovie dans une course aux armements très coûteuse.

L'Union soviétique ne peut pas suivre. Elle souffre d'un délabrement croissant de son économie et sa population voit ses conditions de vie empirer d'année en année. Elle finit par imploser sous le poids de ses contradictions internes en 1991. C'est ainsi qu'au bout de quarante ans de guerre froide, l'Alliance remporte une victoire totale sur l'URSS sans avoir eu besoin de tirer un seul coup de fusil... Et c'est seulement en 1994 au Kossovo qu'elle a livré sa première guerre.

Quel avenir pour l'OTAN ?

Suite à l'effondrement de l'URSS, la Pologne, la Hongrie et la République tchèque ont rejoint l'OTAN en mars 1999.

Sept nouveaux États d'Europe centrale (dont trois de l'ancienne URSS !) les ont suivis en mai 2004, portant à 26 le nombre de ses membres: Estonie, Lettonie, Lituanie, Slovaquie, Slovénie, Roumanie et Bulgarie. Mais cet élargissement ne fait pas illusion.

L'OTAN a perdu sa première raison d'être avec l'implosion de l'URSS. Les démocraties occidentales n'ont plus guère besoin d'elle pour se protéger de la menace russe.

Devant le risque d'une dissolution de l'alliance et de la perte de leur rôle de "gendarme du monde", les États-Unis tentent depuis 1991 de réorienter l'OTAN vers des missions élargies, au grand dam des alliés européens. C'est ainsi que les dirigeants américains ont stigmatisé la menace islamiste dès les années 1990. L'attaque terroriste du 11 septembre 2001 a semblé justifier cet élargissement du champ de l'OTAN, laquelle est intervenue en Afghanistan  comme le bras armé de l'ONU.

La menace terroriste n'a toutefois rien de comparable à la menace soviétique d'antan et  l'apaisement très sensible des relations internationales dans la première décennie du XXIème siècle se reposera très vite la question du maintien de l'OTAN.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
F
et toute l'économie est basée sur le cours du dollar
Répondre
M
Malheureusement! pourtant il est important qu'une monnaie soit la base de nos échanges mondiaux.