Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de mim-nanou75.over-blog.com

Bienvenue sur mon site Une innovation pour mes anciens lecteurs, désormais je traite de divers sujet, en premier La religion judéo chrétienne signé" Monique Emounah", pour ceux qui ne peuvent se déplacer à l'églises quelques soit la raison, et le lieu de leurs résidences ils peuvent suivre les offices du jour, la politique (LR) et les infos, la poésie et les arts en général. Mes écrits, signé (Alumacom) également mes promos de mes dernières parutions et quelquefois un rappel pour mes anciens écrits. Merci de votre attention,

Les chants du vent

Les chants du vent

     Ceux qui nous, bouleversent,

                                                                         Ceux qui nous, renversent,

                                                                         Ceux qui nous, font pleurer,

                                                                         Ceux qui nous, sont contés,

                                                                         Ceux qui nous, ont ravis,

                                                                         Les chants du vent, font la vie.

 

Les soupirs légers de l’amoureux,

Dénote sa vraie paralysie.

Tout  près d’elle, câlin bienheureux,

Un stress langoureux le saisit.

Tel le noroît à l’esprit aventureux

Sous le suroît transit, cramoisi,

Il bafouille timide, les mots chaleureux,

Quand galerne se lève tout en poésie.

L’alizée discret semble choisi,

Les caresses légères sans hypocrisie,

D’un souffle doux toujours aventureux

Parfois les alizées sont peureux,

Aux plaisirs discrets cherchant les fantaisies,

S’accompagnant également de frénésies.

Ils s’envolent en dansant comme les macareux

Du haut de leur rocher, ils semblent coléreux.

 

                                                                                     Ceux qui nous, bouleversent,

                                                                                     Ceux qui nous, renversent,

                                                                                     Ceux qui nous, font pleurer,

                                                                                     Ceux qui nous, sont contés,

                                                                                     Ceux qui nous, ont ravis,

                                                                                     Les chants du vent, font la vie.

 

L’hiver arrive et ses caprices,

L’aquilon appelle et carillonne,

Son élan lance sa motrice,

Il est le train qui s’aiguillonne.

La brume sauvage animatrice,

Dans la ville surplombe et sillonne,

Soudain telle une spéculatrice,

S’élance, danse et tourbillonne.

La bourrasque est l’accélératrice,

Rebelle son courroux bâillonne,

Sa force laisse des cicatrices.

Essoufflée, elle tatillonne.

Soudain les larmes arrivent médiatrices,

Leurs apaisement est brouillonne.

La joie est revenue libératrice,

Lumineuse la ville se réjouit et crayonne.

 

                                                                                     Ceux qui nous, bouleversent,

                                                                                     Ceux qui nous, renversent,

                                                                                     Ceux qui nous, font pleurer,

                                                                                     Ceux qui nous, sont contés,

                                                                                     Ceux qui nous, ont ravis,

                                                                                     Les chants du vent, font la vie.

Monique Macalou

1er février 2015

 

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article