Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Bienvenue sur mon site
Une innovation pour mes anciens lecteurs, désormais je traite de divers sujet, en premier La religion judéo chrétienne signé" Monique Emounah", pour ceux qui ne peuvent se déplacer à l'églises quelques soit la raison, et le lieu de leurs résidences ils peuvent suivre les  offices du jour,  la politique (LR) et les infos, la poésie et les arts en général. Mes écrits, signé (Alumacom) également mes promos de mes dernières parutions et quelquefois un rappel pour mes anciens écrits. Merci de votre attention,

Le blog de mim-nanou75.over-blog.com

Bienvenue sur mon site Une innovation pour mes anciens lecteurs, désormais je traite de divers sujet, en premier La religion judéo chrétienne signé" Monique Emounah", pour ceux qui ne peuvent se déplacer à l'églises quelques soit la raison, et le lieu de leurs résidences ils peuvent suivre les offices du jour, la politique (LR) et les infos, la poésie et les arts en général. Mes écrits, signé (Alumacom) également mes promos de mes dernières parutions et quelquefois un rappel pour mes anciens écrits. Merci de votre attention,

Hidalgo et la gratuité de la RATP

com
Hidalgo et la gratuité de la RATP

COMMENT ET POURQUOI ANNE HIDALCO

FAIT TOUJOURS PAYER LA CRATUITÉ AUX AUTRES ...

Par Eric Zemmour (le Figaro)

Hidalgo aux abois. Le dernier contre-feu d'un service de communication parisien qui sort transi d'un déluge médiatique : la gratuité du métro parisien. L’idée n'est pas nouvelle.

On voit bien pourquoi Hidalgo la ressort ici et maintenant : manière de soigner ses profils écologiques et de gauche. Regardez bien : je suis de gauche puisque je prends une mesure sociale à l'intention des plus défavorisés qui vivent souvent en banlieue et viennent à Paris pour travailler ; on Car au-delà des coups de communicant et des manœuvres politiciennes, ce sont deux philosophies qui se révèlent et s'affrontent. Celle d'un monde où tout a un prix ; où chacun paie selon ses moyens et ses besoins ; où la réalité des coûts s'impose à chacun ; où le droit ne va pas sans devoir. Où la fraude n'est pas légitimée a posteriori. Le monde ancien. Et puis le monde de la gratuité, où tout est accessible en libre-service, le monde en forme de supermarché. La gratuité, c'est le principe moderne par excellence, celui d'internet, des réseaux sociaux. On l'a vu à l'œuvre dans la musique, les journaux, etc. On l'a vu ruiner l'industrie du disque et aggraver l'état chancelant de la presse.

Derrière la générosité se cache la prise en main de voit bien que je ne pense pas qu'à mes électeurs bobos du centre parisien ; je persiste, en dépit des décisions du tribunal administratif, à interdire la voie rive droite aux automobilistes, mais je trouve une solution de remplacement. Je protège l'environnement et agis pour la justice sociale ! Politiquement, la manœuvre est habile. Elle repose sur les ressorts habituels de la démagogie et de la désinvolture budgétaire. La mesure coûte, paraît-il, 700 millions d'euros au budget de la

Quand notre destin par des géants qui nous donnent tout pour mieux nous posséder. Les Californiens, où siègent les fameux Gafa, ont une expression qui résume tout : « Quand le produit est gratuit, c'est que vous êtes le produit. »

Mairie. Mais Hidalgo n'est pas seule à décider : que va faire Valérie Pécresse, présidente de la Ré-

Le produit est gratuit, c'est que vous êtes le produit, Quand le métro est gratuit, c'est que les taxes et impôts vont augmenter. Quand le métro est gratuit, c'est qu'il y a encore plus de monde dans des rames déjà bondées. Encore plus de racaille qui se déverse dans la capitale grâce au RER. C'est qu'on ne règle pas la question des parkings aux portes de Paris pour les automobilistes qu'on cherche à dis Ile-de-France, concernée au premier chef par le RER ?

Une des premières mesures qu'elle avait prise aussitôt après son élection fut justement de supprimer la gratuité des transports pour les étrangers clandestins, décidée par son prédécesseur dissuader d'entrer. C'est qu'on aggrave les déficits de la RATP.

C'est qu'on va se retourner contre les avantages sociaux de ses personnels. La gratuité se paye. D'une manière ou d'une autre. La gratuité n'est jamais gratuite. Elle n'est qu'un paiement transféré… à d'autres.

Print
Repost
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article