Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Bienvenue sur mon site
Une innovation pour mes anciens lecteurs, désormais je traite de divers sujet, en premier La religion judéo chrétienne signé" Monique Emounah", pour ceux qui ne peuvent se déplacer à l'églises quelques soit la raison, et le lieu de leurs résidences ils peuvent suivre les  offices du jour,  la politique (LR) et les infos, la poésie et les arts en général. Mes écrits, signé (Alumacom) également mes promos de mes dernières parutions et quelquefois un rappel pour mes anciens écrits. Merci de votre attention,

Le blog de mim-nanou75.over-blog.com

Bienvenue sur mon site Une innovation pour mes anciens lecteurs, désormais je traite de divers sujet, en premier La religion judéo chrétienne signé" Monique Emounah", pour ceux qui ne peuvent se déplacer à l'églises quelques soit la raison, et le lieu de leurs résidences ils peuvent suivre les offices du jour, la politique (LR) et les infos, la poésie et les arts en général. Mes écrits, signé (Alumacom) également mes promos de mes dernières parutions et quelquefois un rappel pour mes anciens écrits. Merci de votre attention,

CES FANTÔMES DU PASSE

com

Ces mystères qui nous entourent

Ces fantômes qui surgissent

Au gré de nos rêves

Seraient-ils nos démons ?

 

On voudrait les bannir

Tous ces souvenirs !

Ils sont nos torrents.

Quelque fois une source

 

Nous aimerions se libérer

De ce vent lugubre

Passer sans se retourner,

Revenir à ce rêve ensoleillé.

 

Avoir une âme fervente à mes côtés

L’oubliée dans mes souvenirs

Où se trouve-t-elle cette amie ?

La reverrai-je un jour je ne sais quand ?

 

Mon parcours erre de rue en rue.

Vision fantasmagorique nébuleuse

Au milieu de tous mes fantômes

Est-ce le regret du temps passé.

 

À quoi sert d’aimer sans se souvenir

Si la confiance en l’avenir n’est plus

De se sentir redevable à quelqu’un

Peut-être est-elle même méritante.

 

Cela fait si longtemps que j’oublie

Que je porte ce poids des ans inutile

Avec la mélancolie d’un passé vivant

Avec ses déceptions sans retour.

 

Ces fantômes souvent sulfureux

Parfois ils sont hideux décharnés.

Quelquefois ces fantômes sont rieurs

Moqueur à la fois tellement lumineux

 

Ils m’appellent d’un sourire d’un geste

Leurs ondes se perçoivent attirantes

Ce sont mes fantômes mes souvenirs

Ceux du mystère d’une longue vie.

 

Alumacom

19 août 2018

 

Print
Repost
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article