Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Bienvenue sur mon site
Une innovation pour mes anciens lecteurs, désormais je traite de divers sujet, en premier La religion judéo chrétienne signé" Monique Emounah", pour ceux qui ne peuvent se déplacer à l'églises quelques soit la raison, et le lieu de leurs résidences ils peuvent suivre les  offices du jour,  la politique (LR) et les infos, la poésie et les arts en général. Mes écrits, signé (Alumacom) également mes promos de mes dernières parutions et quelquefois un rappel pour mes anciens écrits. Merci de votre attention,

Le blog de mim-nanou75.over-blog.com

Bienvenue sur mon site Une innovation pour mes anciens lecteurs, désormais je traite de divers sujet, en premier La religion judéo chrétienne signé" Monique Emounah", pour ceux qui ne peuvent se déplacer à l'églises quelques soit la raison, et le lieu de leurs résidences ils peuvent suivre les offices du jour, la politique (LR) et les infos, la poésie et les arts en général. Mes écrits, signé (Alumacom) également mes promos de mes dernières parutions et quelquefois un rappel pour mes anciens écrits. Merci de votre attention,

Bonne soirée mes amis(es) lecteurs et lectrices à demain

com
Bonne soirée mes amis(es) lecteurs et lectrices à demain
Bonne soirée mes amis(es) lecteurs et lectrices à demain

Ce jour a été encore une fois difficile, comme vous pouvez le constater. Mais j'essaie de récupérer  ce temps perdus.

L'art lui domine quelque soit notre état quelque soit son domaine.

Nos amours nous poussent à agir pour eux.

Que nous soyons artiste, journalistes ou simplement amoureux des arts une force nous pousse  à agir selon nos aptitudes.

 

 

La politique est une tique

 

Il y a deux ans la France était fébrile

Emmanuel Macron ce nouvel aiglon

Voyage étudie diverses questions

Ses ailes s’ouvrent et il épie du haut

De ces diverses montagnes de dossiers

Il ne craint pas les difficultés tout est proie

Il fonce sur la petite difficulté pour sa disparition

Il pulvérise avec dextérité ces adversaires

Il combat avec la bravoure de sa jeunesse

Les adversaires puissants comme les petits

Il est comme son semblable qu’il copie et écrase

Il fonce royale et même impériale avec son sourire

Il lui arrive de s’allier avec l’ennemi pour l’écraser,

Lorsque celui-ci a un ennemi supposé commun

Quand ils ont avantage à s’unir il ne redoute rien.

Comme le loup c’est un fin stratège en chef de meute

Comme le loup il est de grande bravoure.

Le renard ne peut lui échapper malgré ses ruses

Celui-ci est rusé rapide mais trop imbu de lui-même

Et pas suffisamment pour l’aiglon rieur et patient.

Quand l’aigle chasse le loup le ruse et son regard l’aide

Parfois ils deviennent amis, en unissant leurs forces

Leurs intelligences sont complémentaires

Les intrus dangereux pour leur territoire

N’ont qu’à bien se tenir ils ne sont pas de taille

L’aiglon grandit et il devient l’aigle agile

Le renard est mangé car l’aiglon avait faim

Le loup hélas! se risque au combat d’antan

Comme le gladiateur luttant contre l’aigle

Hélas il tombe ce combat n’était pas le sien.

 

 

Alumacom

12 Octobre 2016

L’orage gronde

 

L’orage dans le ciel gronde,

Celui du cœur est à l’unisson du ciel.

Ce ciel si lourd et gris veut éclater,

Ce ciel que l’on implore est en colère,

Comme mon cœur qui ne peut s’exprimer.

Cette colère sourde dans ce cœur tuméfié.

 

L’orage gronde à l’unisson avec le ciel.

Ce cœur douloureux qui veut s’apaiser,

Mais ne parvient qu’à verser des larmes,

Comme l’orage verse la pluie en battant la terre,

Sans parvenir à calmer l’ardeur dévastatrice

De ces humains inconscients tuant sa planète.

 

De même mon cœur est impuissant,

Devant l’ignorance du devenir funeste,

De même mon impuissance à vouloir sauver,

Tout en respectant ceux que j’aime profondément

Mon cœur saigne et gronde comme l’orage

Il est à l’unisson avec cet orage qui gronde dans le ciel.

 

Alumacom

16 août 2015

1909
Guillaume Apollinaire

La dame avait une robe
En ottoman violine
Et sa tunique brodée d’or
Était composée de deux panneaux
S’attachant sur l’épaule

Les yeux dansants comme des anges
Elle riait elle riait
Elle avait un visage aux couleurs de France
Les yeux bleus les dents blanches et les lèvres très rouges
Elle avait un visage aux couleurs de France

Elle était décolletée en rond
Et coiffée à la Récamier
Avec de beaux bras nus

N’entendra-t-on jamais sonner minuit

La dame en robe d’ottoman violine
Et en tunique brodée d’or
Décolletée en rond
Promenait ses boucles
Son bandeau d’or
Et traînait ses petits souliers à boucles

Elle était si belle
Que tu n’aurais pas osé l’aimer

J’aimais les femmes atroces dans les quartiers énormes
Où naissaient chaque jour quelques êtres nouveaux
Le fer était leur sang la flamme leur cerveau

J’aimais j’aimais le peuple habile des machines
Le luxe et la beauté ne sont que son écume
Cette femme était si belle
Qu’elle me faisait peur

Guillaume Apollinaire, Alcools, 1913

 

Bonne soirée mes amis(es) lecteurs et lectrices à demain
Print
Repost
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article