Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Bienvenue sur mon site
Une innovation pour mes anciens lecteurs, désormais je traite de divers sujet, en premier La religion judéo chrétienne signé" Monique Emounah", pour ceux qui ne peuvent se déplacer à l'églises quelques soit la raison, et le lieu de leurs résidences ils peuvent suivre les  offices du jour,  la politique (LR) et les infos, la poésie et les arts en général. Mes écrits, signé (Alumacom) également mes promos de mes dernières parutions et quelquefois un rappel pour mes anciens écrits. Merci de votre attention,

Le blog de mim-nanou75.over-blog.com

Bienvenue sur mon site Une innovation pour mes anciens lecteurs, désormais je traite de divers sujet, en premier La religion judéo chrétienne signé" Monique Emounah", pour ceux qui ne peuvent se déplacer à l'églises quelques soit la raison, et le lieu de leurs résidences ils peuvent suivre les offices du jour, la politique (LR) et les infos, la poésie et les arts en général. Mes écrits, signé (Alumacom) également mes promos de mes dernières parutions et quelquefois un rappel pour mes anciens écrits. Merci de votre attention,

Messe du 7 Octobre 2018

com
Messe du 7 Octobre 2018
Messe du 7 Octobre 2018
  • V/ Dieu, viens à mon aide, R/ Seigneur, à notre secours. Gloire au Père, et au Fils et au Saint-Esprit, au Dieu qui est, qui était et qui vient, pour les siècles des siècles. Amen. (Alléluia.)
  • Hymne : Au commencement
    Au commencement Etait le Verbe !Il était en Dieu ! Il était Dieu ! Alléluia ! Alléluia ! Alléluia !Il était la Vie, Notre lumière. La lumière luit Dans notre nuit !Alléluia ! Alléluia ! Alléluia !Qui croit en son nom A Dieu pour Père !Qui l'aura reçu Ne mourra plus ! Alléluia ! Alléluia […]
  • Antienne
    Je veux te bénir chaque jour, alléluia.
  • Psaume : 144 - I
    1 Je t’exalterai, mon Dieu, mon Roi,je bénirai ton nom toujours et à jamais !2 Chaque jour je te bénirai,je louerai ton nom toujours et à jamais.3 Il est grand, le Seigneur, hautement loué ;à sa grandeur, il n’est pas de limite.4 D’âge en âge, on vantera tes œuvres,on proclamera tes exploits.
  • Antienne
    Ton règne est un règne éternel, alléluia.
  • Psaume : 144 - II
    10 Que tes œuvres, Seigneur, te rendent grâce et que tes fidèles te bénissent !11 Ils diront la gloire de ton règne,ils parleront de tes exploits,12 annonçant aux hommes tes exploits,la gloire et l’éclat de ton règne :13 ton règne, un règne éternel,ton empire, pour les âges des âges.Le Seigneur est vrai en tout ce qu’il dit.
  • Antienne
    Tout pouvoir lui a été donné au ciel et sur la terre, alléluia.
  • Psaume : 144 - III
    15 Les yeux sur toi, tous, ils espèrent :tu leur donnes la nourriture au temps voulu ;16 tu ouvres ta main :tu rassasies avec bonté tout ce qui vit.17 Le Seigneur est juste en toutes ses voies,fidèle en tout ce qu’il fait.18 Il est proche de ceux qui l’invoquent,de tous ceux qui l’invoquent en vérité.
Textes de la messe du jour
Première lecture : « Tous deux ne feront plus qu’un » (Gn 2, 18-24)

Lecture du livre de la Genèse

Le Seigneur Dieu dit :
« Il n’est pas bon que l’homme soit seul.
Je vais lui faire une aide qui lui correspondra. »
    Avec de la terre, le Seigneur Dieu modela
toutes les bêtes des champs et tous les oiseaux du ciel,
et il les amena vers l’homme
pour voir quels noms il leur donnerait.
C’étaient des êtres vivants,
et l’homme donna un nom à chacun.
    L’homme donna donc leurs noms à tous les animaux,
aux oiseaux du ciel et à toutes les bêtes des champs.
Mais il ne trouva aucune aide qui lui corresponde.
    Alors le Seigneur Dieu fit tomber sur lui un sommeil mystérieux,
et l’homme s’endormit.
Le Seigneur Dieu prit une de ses côtes,
puis il referma la chair à sa place.
    Avec la côte qu’il avait prise à l’homme,
il façonna une femme
et il l’amena vers l’homme.
L’homme dit alors :
« Cette fois-ci, voilà l’os de mes os
et la chair de ma chair !
On l’appellera femme – Ishsha –,
elle qui fut tirée de l’homme – Ish. »
    À cause de cela,
l’homme quittera son père et sa mère,
il s’attachera à sa femme,
et tous deux ne feront plus qu’un.

    – Parole du Seigneur.

Psaume (Ps 127 (128), 1-2, 3, 4-6)

Refrain psalmique : (cf. Ps 127, 5ac)

Que le Seigneur nous bénisse
tous les jours de notre vie !

Heureux qui craint le Seigneur
et marche selon ses voies !
Tu te nourriras du travail de tes mains :
Heureux es-tu ! À toi, le bonheur !

Ta femme sera dans ta maison
comme une vigne généreuse,
et tes fils, autour de la table,
comme des plants d’olivier.

Voilà comment sera béni
     l’homme qui craint le Seigneur.
De Sion, que le Seigneur te bénisse !
Tu verras le bonheur de Jérusalem tous les jours de ta vie,
et tu verras les fils de tes fils. Paix sur Israël.

Deuxième lecture : « Celui qui sanctifie et ceux qui sont sanctifiés doivent tous avoir même origine » (He 2, 9-11)

Lecture de la lettre aux Hébreux

Frères,
    Jésus, qui a été abaissé un peu au-dessous des anges,
nous le voyons couronné de gloire et d’honneur
à cause de sa Passion et de sa mort.
Si donc il a fait l’expérience de la mort,
c’est, par grâce de Dieu, au profit de tous.
    Celui pour qui et par qui tout existe
voulait conduire une multitude de fils jusqu’à la gloire ;
c’est pourquoi il convenait qu’il mène à sa perfection, par des souffrances,
celui qui est à l’origine de leur salut.
    Car celui qui sanctifie et ceux qui sont sanctifiés
doivent tous avoir même origine ;
pour cette raison,
Jésus n’a pas honte de les appeler ses frères,

    – Parole du Seigneur.

Évangile : « Ce que Dieu a uni, que l’homme ne le sépare pas ! » (Mc 10, 2-16)

Acclamation : (1 Jn 4, 12)

Alléluia. Alléluia.
Si nous nous aimons les uns les autres,
Dieu demeure en nous ;
en nous, son amour atteint la perfection.
Alléluia.

Évangile de Jésus Christ selon saint Marc

En ce temps-là,
    des pharisiens abordèrent Jésus
et, pour le mettre à l’épreuve, ils lui demandaient :
« Est-il permis à un mari de renvoyer sa femme ? »
    Jésus leur répondit :
« Que vous a prescrit Moïse ? »
    Ils lui dirent :
« Moïse a permis de renvoyer sa femme
à condition d’établir un acte de répudiation. »
    Jésus répliqua :
« C’est en raison de la dureté de vos cœurs
qu’il a formulé pour vous cette règle.
    Mais, au commencement de la création,
Dieu les fit homme et femme.
    À cause de cela,
l’homme quittera son père et sa mère,
    il s’attachera à sa femme,
et tous deux deviendront une seule chair.
Ainsi, ils ne sont plus deux, mais une seule chair.
    Donc, ce que Dieu a uni,
que l’homme ne le sépare pas ! »
    De retour à la maison,
les disciples l’interrogeaient de nouveau sur cette question.
    Il leur déclara :
« Celui qui renvoie sa femme et en épouse une autre
devient adultère envers elle.
    Si une femme qui a renvoyé son mari en épouse un autre,
elle devient adultère. »

    Des gens présentaient à Jésus des enfants
pour qu’il pose la main sur eux ;
mais les disciples les écartèrent vivement.
    Voyant cela, Jésus se fâcha et leur dit :
« Laissez les enfants venir à moi,
ne les empêchez pas,
car le royaume de Dieu est à ceux qui leur ressemblent.
    Amen, je vous le dis :
celui qui n’accueille pas le royaume de Dieu
à la manière d’un enfant
n’y entrera pas. »
    Il les embrassait
et les bénissait en leur imposant les mains.

    – Acclamons la Parole de Dieu.

OU LECTURE BRÈVE

Évangile : « Ce que Dieu a uni, que l’homme ne le sépare pas ! » (Marc 10,  2-12)

En ce temps-là,
    des pharisiens abordèrent Jésus
et, pour le mettre à l’épreuve, ils lui demandaient :
« Est-il permis à un mari de renvoyer sa femme ? »
    Jésus leur répondit :
« Que vous a prescrit Moïse ? »
    Ils lui dirent :
« Moïse a permis de renvoyer sa femme
à condition d’établir un acte de répudiation. »
    Jésus répliqua :
« C’est en raison de la dureté de vos cœurs
qu’il a formulé pour vous cette règle.
    Mais, au commencement de la création,
Dieu les fit homme et femme.
    À cause de cela,
l’homme quittera son père et sa mère,
    il s’attachera à sa femme,
et tous deux deviendront une seule chair.
Ainsi, ils ne sont plus deux, mais une seule chair.
    Donc, ce que Dieu a uni,
que l’homme ne le sépare pas ! »
    De retour à la maison,
les disciples l’interrogeaient de nouveau sur cette question.
    Il leur déclara :
« Celui qui renvoie sa femme et en épouse une autre
devient adultère envers elle.
    Si une femme qui a renvoyé son mari en épouse un autre,
elle devient adultère. »

– Acclamons la Parole de Dieu.

DE LA RÈGLE PASTORALE DE SAINT GRÉGOIRE LE GRAND

Parler avec audace et discernement

Le supérieur doit garder le silence avec discernement et parler de façon utile : il ne doit ni divulguer ce qu’il faut taire, ni taire ce qu’il faut divulguer. Car une parole étourdie peut entraîner dans l’erreur, tout comme un silence mal avisé laisse dans l’erreur ceux qu’on aurait dû éclairer. Souvent des supérieurs, manquant de sagesse et craignant de perdre la bienveillance des hommes, ont peur de dire franchement ce qui est bien ; mais selon une parole de la Vérité en personne, ils n’accomplissent plus leur service, qui est de garder le troupeau avec le zèle des pasteurs mais, comme des mercenaires, ils s’enfuient à l’arrivée du loup lorsqu’ils se cachent dans le silence.

C’est pourquoi le Seigneur les blâme, par la bouche du Prophète, en les traitant de chiens muets, incapables d’aboyer. Et il s’en plaint encore lorsqu’il dit : Vous n’êtes pas montés à l’assaut, vous n’avez pas construit un rempart pour la maison d’Israël, afin de tenir fermes dans le combat, au jour du Seigneur. Monter à l’assaut, c’est s’opposer aux puissances de ce monde par une parole hardie pour défendre le troupeau. Et tenir ferme dans le combat, au jour du Seigneur, c’est résister à des adversaires déloyaux par amour de la justice.

Pour un pasteur, craindre de dire ce qui est bien, n’est-ce pas la même chose que de prendre la fuite par son silence ? Celui qui s’expose pour son troupeau construit un rempart pour la maison d’Israël contre ses ennemis. C’est pourquoi Dieu dit encore à son peuple pécheur : Tes prophètes ont eu pour toi des visions fausses et sottes, ils n’ont pas révélé ton péché pour te provoquer à la conversion. Dans l’Écriture Sainte, on appelle parfois prophètes les maîtres qui, en signalant la présence de signes fugitifs, découvrent l’avenir. La parole divine leur reproche d’avoir des visions fausses, parce qu’en craignant de blâmer les fautes ils flattent vainement les coupables en leur promettant la sécurité, et ils ne révèlent pas l’indignité des pécheurs parce qu’ils gardent le silence au lieu de les blâmer.

La clé de cette révélation, c’est le discours de réprimande, parce que, en blâmant la faute, on la découvre, alors que souvent elle est ignorée même de son auteur. Aussi saint Paul disait : Qu’il soit capable d’exhorter dans la saine doctrine et de réfuter les contradicteurs. Et il est dit dans Malachie : Les lèvres du prêtre doivent garder le savoir et c’est de sa bouche qu’on recherche l’instruction, parce qu’il est le messager du Seigneur de l’univers. Le Seigneur donne aussi cet avertissement par la bouche d’Isaïe : Crie à pleine voix sans relâche, élève ta voix comme une trompette.

Celui qui accède au sacerdoce reçoit l’office du héraut, qui est de proclamer la venue du juge redoutable qui le suit. Si donc le prêtre ne sait pas prêcher, comment criera-t-il, ce héraut muet ? C’est pour cela que sur les premiers pasteurs l’Esprit Saint s’est reposé sous l’apparence de langues : en effet, ceux qu’il remplit, il en fait aussitôt par lui-même des gens qui parlent.

RÉPONS

R/ Vivante est la Parole de Dieu,
plus pénétrante qu'un glaive.

Fils d'homme, je t'ai fait sentinelle :
de ma part, tu avertiras mon peuple.

Fils d'homme, porte-leur mes paroles,
qu'ils écoutent ou qu'ils n'écoutent pas.

 

TE DEUM

À toi Dieu, notre louange ! 
Nous t'acclamons, tu es Seigneur ! 
À toi Père éternel, 
L’hymne de l’univers.

Devant toi se prosternent les archanges, 
les anges et les esprits des cieux ; 
ils te rendent grâce ; 
ils adorent et ils chantent :

Saint, Saint, Saint, le Seigneur, 
Dieu de l'univers ; 
le ciel et la terre sont remplis de ta gloire.

C'est toi que les Apôtres glorifient, 
toi que proclament les prophètes, 
toi dont témoignent les martyrs ; 
c'est toi que par le monde entier 
l'Église annonce et reconnaît.

Dieu, nous t'adorons : 
Père infiniment saint, 
Fils éternel et bien-aimé, 
Esprit de puissance et de paix.

Christ, le Fils du Dieu vivant, 
le Seigneur de la gloire, 
tu n'as pas craint de prendre chair 
dans le corps d'une vierge 
pour libérer l'humanité captive.

Par ta victoire sur la mort, 
tu as ouvert à tout croyant 
les portes du Royaume ; 
tu règnes à la droite du Père ; 
tu viendras pour le jugement.

Montre-toi le défenseur et l'ami 
des hommes sauvés par ton sang : 
prends-les avec tous les saints 
dans ta joie et dans ta lumière.

ORAISON

Dans ton amour inépuisable, Dieu éternel et tout-puissant, tu combles ceux qui t'implorent, bien au-delà de leurs mérites et de leurs désirs ; répands sur nous ta miséricorde en délivrant notre conscience de ce qui l'inquiète et en donnant plus que nous n'osons demander.

Print
Repost
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article