Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de mim-nanou75.over-blog.com

Bienvenue sur mon site Une innovation pour mes anciens lecteurs, désormais je traite de divers sujet, en premier La religion judéo chrétienne signé" Monique Emounah", pour ceux qui ne peuvent se déplacer à l'églises quelques soit la raison, et le lieu de leurs résidences ils peuvent suivre les offices du jour, la politique (LR) et les infos, la poésie et les arts en général. Mes écrits, signé (Alumacom) également mes promos de mes dernières parutions et quelquefois un rappel pour mes anciens écrits. Merci de votre attention,

32 Le pré-stage et David et 33 On prépare le retour de Pascal

Pourquoi ce roman, refusé il y a dix ans par un éditeur? D’où mon cadeau de début d'année à mes lecteurs. Seul Alumacom doit paraître.

Ce roman est conçu par des épisodes mobile en briques de Lego, ils peuvent s'imbriquer sous différentes formes, cinéma, théâtre, lectures publiques chapitre par chapitre. Ou combiner des chapitres ensemble. Pour Les films  il est préférable que cet écrit soit en entier pour qu'ils soient agréable à regarder, entendre, et surtout supportable car certaines scènes sont pénibles sentimentalement .

J'ai écrit ce Roman il y a 10 ans, j'ai placé mes idées personnelles en politique, ce roman trop en avances tant sur le plan morale, technologie dans certains chapitre, idéologie. Si nous avons la situation actuelle, avec les gilets jaunes, on a passé sous silence mes idées. J'étais trop en avance, pour la mentalité des politiciens reconnus, gauche en pire, droite rigolarde!

Maintenant, c'est la peur au ventre, ils se moquent, pour garder leurs apparences! Ce sont souvent des personnes super intelligentes, de bonnes volontés dans leurs deux premiers mandat, après ce sont les Ron-Ron des félins qui dorment. Pour certains sujets j'ai apporté des solutions, a cette époque, et pourtant...! Actuellement, Il de passe ce que je redoutais il y a dix ans!.

Tout est imaginé, sauf en ce qui concerne le caractère des animaux. Et surtout lorsqu'il s'agit de la défense des animaux. J'ai rassemblé différents cas animalier pour ce roman. Il ne faut pas chercher en Normandie, cela n'est pas dans cette province française, j'ai simplement rassemblé, ce qui se passe dans le monde, en un seul lieu, pour mon roman.

32

Le pré-stage et David

 

Le premier jour, David est nerveux. Ce n’est pas seulement pour le pré-stage, mais surtout cela se passes dans un zoo. Il n’avait jamais pensé à cette extension de son futur métier. La curiosité et l’amour des animaux l’avaient poussé à postuler à cette offre, ainsi qu’à celle d’un refuge. Son futur prend une direction qu’il n’avait pas même imaginée dans ses rêves.

Lorsqu’il prend sa Beeper-Tepee, il est aussi stressé qu’un enfant entrant pour la première fois à l’école primaire. Pour compléter le programme il a la responsabilité de deux compagnons. Son ami Serge Chevalier, le benjamin de sa bande d’amis. Il y a également ce Vincent Rocco, qui n’est pas dans son cercle d’amis. Certes, il est parmi, les étudiants de la FAC  sur les mêmes bancs que lui, ils n’ont jamais été en relation.

Il lui a été imposé par son professeur et le principal de la FAC. En conséquence David s’en remet à la providence. Il espère que ce jeune homme sera un bon collaborateur, il n’a nul besoin d’ennui supplémentaire. Pense-t-il.

En sortant de Rouen, au croisement menant à  Fresnel Plernefs, un jeune homme lui fait signe. Son allure méditerranéenne, cheveux noirs charme les jeunes filles, mais David cela lui fait l’effet contraire. Il n’aime pas ceux qui préfèrent les femmes aux études. C’est ainsi qu’il juge Vincent, au premier regard. Le pire David ne reconnaît pas immédiatement le jeune homme. Il lui avait semblé tout ordinaire mercredi dernier. Avec tous les évènements personnels, il a occulté le physique de ce collaborateur potentiel. David baisse la glace côté passager et demande

Quel est votre nom ?

  • Vincent Rocco !

Réponds le jeune homme abasourdi ! David continue sur le même ton.

  • Vous avez la convocation de la FAC ?
  • Oui la voici !

Réplique Vincent, en sortant de son sac banane la feuille de route à son nom.

  • Il faudra la remettre au secrétariat en arrivant.

Lui rappel David.et il ajoute :

  • Montez, nous ne sommes pas trop en avance.

Lui intime David rapidement. Il est rasséréné. La vie lui sourit à nouveau se dit-il. David se parle à lui-même moralement : « Décidément il va falloir laisser mes problèmes de côté, surtout que tout est arrangé maintenant » Ce n’est plus le silence lourd, gênant pendant le trajet. Chemin faisant, Vincent s’enhardit, il se fait de plus en plus volubile. Comme si ce silence ambiant lui peser.  « C’est un grand bavard ce gaillard ». Pense David.

Vincent leur apprend qu’il vit à Rouen depuis trois ans. L’accent chantant de la région PACA du jeune homme font sourire David et Serge. C’est ainsi qu’ils apprennent qu’il est né à Naples et son enfance il l’a vécu à Marseille. Lorsque son père est décédé, il est venu chez sa tante avec sa mère.

Ils arrivent au zoo sans encombre, le chef soigneur Raoul Valeureux les accueille.

  • Vous êtes en forme ? prêt à nous aider en cette période de vacances ? je suis Raoul pour tous. Voici vos badges, ne les perdez pas. Si cela vous arrive, il vous sera déduit quinze Euros sur votre salaire.

En regardant sa montre, il poursuit.

Monsieur le directeur va apprécier, vous êtes légèrement en avance. Suivez-moi

Vous allez garer votre voiture à votre emplacement, ensuite nous rejoindrons le secrétariat, votre vestiaire en continuité. Le directeur vous attend à l’infirmerie, en raison d’une urgence.

La secrétaire leur fait signer le cahier de présence, leur confit leurs clefs de vestiaire. Leurs tenues les attendent ; surprise des étudiants ! La secrétaire leur dit :

  • Bonjour, je suis Martine Derville, tous m’appellent Martine. Suivez-moi, je vous emmène auprès du Directeur à l’infirmerie.
  • Bonjour Martine

Ensemble, le trio répond. 

  • Nous vous suivons

Interviens David.

Serge et Vincent sont impressionnés. Ils vont faire leurs premiers pas professionnels dans ce parc. Cette première journée découverte les stresse. Lorsque Martine pousse la porte de l’infirmerie, et laisse passer le trio, le Docteur Renardai se lève, sourire aux lèvres. Il a le regard rieur en voyant les deux bleus intimidés entrer dans l’infirmerie. Serge fait la carpe, et Vincent bafouille un bonjour courageusement.

  • Bon…Bonj…Mon…sieur…le…

David prend la parole en souriant gentiment pour les excuser.

  • Ils sont jeunes et ils font leurs premiers pas dans la vie professionnelle…

Le docteur Renardais serre la main des jeunes gens. Evidemment les deux jeunes gens sont rouges jusqu’aux oreilles.

  • Bonjour messieurs.

Il leur annonce tout heureux.

Aujourd’hui c’est un grand jour, nous avons une naissance qui se prépare. Aussi je serai bref.

Il appelle sur son IPhone.

  • Raoul vous prenez Monsieur Chevalier avec vous. Etant donné qu’il entre en deuxième année, cela lui fera une bonne approche du métier qu’il va choisir.

C’est à ce moment précis qu’un homme trapu et un peu rustre entre brusquement, sans ambages il annonce directement.

  • D’après le planning, je dois venir chercher Monsieur Vincent Rocco

Le professeur Renardai confirme.

  • Suivez le docteur Marcel Duroy. Il sera votre responsable de stage. Le Lundi et mercredi vous naviguerez sur trois services en fonctions des besoins dus aux vacances. Le vendredi vous seconderez Monsieur Basileus avec moi.

Vincent est impressionné, ce bavard ne dit plus un mot. Il se contente d’opiner de la tête.C’est alors, que le téléphone sonne. Le docteur Renardai lève la tête et ordonne nerveusement.

  • Vite Monsieur Basileus, suivez-moi.  Nous allons aidez les infirmiers accoucheurs. La naissance d’un petit tamarin s’annonce difficile. Le personnel nous attend.

Explique rapidement son nouveau professeur.  Il est de même corpulence que David, seul l’âge les diffère. Lui aussi est Normand, de Dieppe lui précise-t-il sur le trajet. Ils montent dans ces petites voitures électriques. David découvre qu’elles ne sont pas seulement silencieuses mais rapides et faciles à manier dans tous terrains. David lui fait la remarque de sa surprise. 

J’ai commandé le moteur et le châssis aux états Unis. Dans une usine française basée en Normandie, elles sont montées selon la conception d’un jeune ingénieur normand.

Elles consomment exclusivement l’électricité en binôme accumulateur et solaire.

David n’en croit pas ses oreilles. Il est émerveillé car l’avenir lui semble meilleur grâce à de nouvelles technologies.

  • Revenons à nos moutons, si j’ose dire. Si vous et vos compagnons font l’affaire pendant vos vacances, et que vous êtes intéressés, je vous engagerai tous les trois, pour un contrat d’un an. Il sera passé avec votre Fac en qualité de stage pratique. Pendant les vacances, ces quelques jours que vous passerez ici, n’est qu’une approche. Cela vous permettra de déterminer si vous voulez vous spécialiser ou non dans votre métier.
  • Merci docteur, j’en parlerai à mes amis. Personnellement je vais y réfléchir. Je n’avais jamais vu cette possibilité, lorsque je me suis lancé dans cette profession.

Répond David ému. Soudain le Docteur Renardai annonce.

  • Nous y sommes
  • Docteur enfin vous voilà. Elle souffre plus que normale, son cœur est faible.

David est immédiatement mis dans le bain de la nouvelle situation. Le directeur l’interroge.

  • Qu’avez-vous fait jusqu’à maintenant en matière de mise bas ?
  • Tous les soins habituels d’une mise bas sans difficulté particulière.

Le Professeur consulte cette petite mère tamarin avec soin rapidement. En lui tendant une petite poche il ordonne :

  • Ajouter ceci au cathéter, cela va aider le travail et à moins souffrir.  David est impressionné. Il perfuse cette petite chose si belle et si confiante, lui masse son cœur et le ventre. Ce regard est si humain. Mais le sens professionnel répond à la nécessité de ne pas se laisser aller à la compassion, mais d’agir pour la sauver. Il retrouve les gestes qu’il a appris à la FAC. Soudain, merveille, la petite femelle tamarin reprend des forces, et la tête du petit apparaît. Elle expulse d’un jet son petit dans les bras de David.
  • Bravo David ! c’est un vrai coup de maître !
  • Merci, sans vous je n’y serai pas parvenu.

Répond le jeune homme. Il est redevenu le petit garçon revenant du parc avec un lièvre dans ses bras heureux de l’avoir sauvé, et aussi lorsqu’il a assisté à la naissance de Prince.

  • Comment allez-vous appeler ce petit nouveau-né ?

Interroge David.

  • Quel est son sexe, son poids, sa taille ? il faut le consigner sur sa fiche.
  • Oui mais sous quel nom sa fiche ?
  • D’abord vous sortez une fiche primate, et vous notez : catégorie Callitrichidae, genre Saguinus, sexe mâle. Son poids cent cinquante gramme, taille dix centimètre. Quel numéro d’enregistrement vous indique le PC ?
  • PriCalSag0003
  • Pourquoi le chiffre trois s’enquit David ? ne pourrions-nous pas lui trouver un nom plus personnalisé ?
  • Les lettres indiquent la catégorie, le chiffre parce qu’il est la première naissance. Ses Parents sont le seul couple de Tamarin du zoo. Les noms des parents reste est facile à compléter pour le dossier. La ligne suivante vous permet de le nommer le nom de baptême.

C’est l’équipe soigneur en charge, qui va le baptiser. Appelez votre ami Serge, c’est lui et son éducatrice qui aura la charge de s’occuper de ce nouveau locataire.

David s’exécute. Serge arrive avec Sophie une jeune femme trentenaire.

  • Quel honneur pour moi, d’être responsable de ce petit être magnifique.
  • Serge c’est magnifique tu vas t’occuper de ce petit avec ses parents. La maman est fatiguée, mais je sais que tu seras à la hauteur.
  • Comment s’appelle ce petit être ?

Interroge Serge

  • C’est toi et Sophie qui allez le Baptiser.
  • Waouh !

S’exclame Serge surpris.

  • Que diriez-vous si on l’appelle David ?

Intervient Sophie responsable des tamarins. Le directeur opine de la tête pour signifier son accord.

  • Je suis touché, mais pourquoi cet honneur ?

Demande David

  • C’est votre premier acte médical ici, et c’était une naissance difficile que vous avez effectuée. Vous avez un bel avenir. C’est aussi la coutume pour la première naissance dans l’établissement.

Le reste de la journée a été passionnante et éreintante pour les jeunes gens. David a évacué tous ses problèmes. À vingt heures la journée se termine. Tous les trois se retrouvent à la voiture. Ils sont fatigués, et pourtant heureux. Ils ont tant appris ! Pendant le chemin du retour, chacun y va de leurs découvertes, ainsi que les blagues qui leurs ont été faites. Ils en rient encore. La fatigue semble oubliée. David a des difficultés à les contenir, lui-même est en proie au même bonheur. La joie ambiante leur fait trouver le trajet trop court, contrairement au matin. Aux approches de Rouen, David demande.

  • Vincent où habitez-vous ?
  • 45 rue des Augustins.

David s’arrête règle son GPS, repars et annonce.

  • Je vous dépose devant chez vous.
  • Merci, monsieur David.

Réponds Vincent enthousiaste. Il est vingt et une heure, lorsque David exténué, arrive dans son appartement.

  • Bonsoir Bernadette.
  • Monsieur je vous porte un cocktail et le repas sur la terrasse ?
  • Oui merci. Mais avant, je me douche, et je me change.

En entendant la voix de David, Isis et Sacré-Canaille déboulent sur la terrasse, tous deux sautent sur les genoux de David. Seulement, Sacré-Canaille redescend immédiatement. Il a reconnu cette odeur de fauve. Les souvenirs remontent et il devient craintif. David perçoit la détresse de Sacré-Canaille. Isis est vexée, mais elle connait bien son ami. Elle ne lui en veut pas, et comprend sa détresse. David appelle avec douceur. 

  • Viens me voir, Sacré-Canaille. N’aie pas peur. C’est mon travail. Je soigne tous les animaux, même ceux qui vivent dans les cirques. L’odeur te rappelle tous ces jours de bonheurs, mais également, ce jour fatidique.

Le regard de ce petit chien si actif lui confirme sa pensée. Tout en le caressant, David lui parle doucement avec tendresse.

  • Ne t’inquiète pas, Pascal revient demain. Il sera heureux de te retrouver en pleine forme. Il ne t’abandonnera pas. Il t’aime beaucoup et Claudine aussi.

Pour toute réponse, Sacré-Canaille, saute à nouveau sur ses genoux. Dans la surprise Isis tombe à nouveau, et remonte. Ce facétieux, s’invente de lui faire la toilette au visage en un temps record.

  • Tout à fait un imprévisible ce chien !

S’écrie David amusé. Bernadette éclate de rire, en lui apportant des lingettes antiseptiques. David essuie son visage et ses mains en se dirigeant vers sa salle de bain. À son retour Bernadette l’attend gênée.

  • Pardon Monsieur.
  • Ça va Bernadette. Avec Sacré-Canaille c’est souvent de l’inattendu.

Rassure David avec douceur. Tous les deux se regardent et éclatent de rire.

33

On prépare le retour de Pascal

Les copains de Claudine, ont rejoint ceux de David. Ses meilleurs amis Françoise et Daniel entoure leur amie de toujours pendant le séjour de Pascal à l’hôpital.

 Le lendemain de l’accident, Claudine est allée voir le menuisier avec Gérard Lapointe, le futur journaliste. Elle a suivi la commande de Pascal jour après jour. 

Le menuisier de Pascal, est celui de David sur recommandation de David.  Les  Dussolteuil sont menuisier-ébéniste de père en fils. Ils travaillent avec la famille de la Boiserie depuis plusieurs générations. Lors du remariage de Madame, ils ont continué à assurer l’entretien de la propriété en contrat préférentiel. Pour cette raison, Gérard Dussolteuil à laisser ces autres commandes, pour satisfaire David.  Ceux sont des clients réguliers pour le neuf et la restauration. 

Pendant cette semaine d’hospitalisation, Claudine a surveillé l’avancé de cette chambre. Il s’agissait de veiller au montage pour que tout soit conforme au plan et à l’esprit de Pascal. Car transcrire un dessin fait par un publicitaire n’est pas chose facile. Elle en a conscience, c’est pourquoi elle a passé beaucoup de temps chez ce menuisier. Un mobilier pratique, original, moderne, inspiré de catalogues et des souvenirs de l’enfance, ce n’est pas une sinécure. L’ébéniste devant ce travail d’artiste qui lui est demandé est à la fois fier, et à égalité lui donne des sueurs froides. Pourtant il en est tire une certaine fierté, cela lui rappelle ses années de compagnonnage du Devoir. Il ne taille pas seulement ce bois d’acacias massif, mais également les glaces des portes et des tiroirs. Il incruste des pétales de bois de rose et de pins vernis dans les dessins fleuri. 

Le jeudi Claudine avait fait part de son idée à David au téléphone. Celui-ci souscrit à l’idée. Tout le vendredi, pendant que David est au Zoo, elle passe la journée chez David avec Bernadette.

Les deux femmes s’activent. Demain c’est le retour de Pascal. Dans l’appartement c’est le branle-bas de combat. Les meubles de la chambre doivent-être livrés vers 10 heures, et ensuite montés par Monsieur Dussolteuil et son fils Kevin. Sacré-Canaille suit tout étonner, et surtout s’interroge pourquoi Claudine s’occupe de cette chambre vide. Il suit du regard tous se va et vient des deux hommes. Cette pièce il n’a jamais eu le droit d’y aller, et encore moins d’y dormir !

Tout le vendredi, Claudine veille sur l’installation du mobilier et décore le salon pour cette fameuse fête. Claudine a préparé deux surprises pour son cher Pascal. La première est l’installation de la chambre. La seconde une fête réunionnaise avec les principaux amis de

David et les siens, et le témoin de l’accident qui est également un collègue de travail. Pour parfaire la surprise, Claudine commande chez un traiteur réunionnais, un repas et aussi un orchestre pour l’ambiance. Elle veut que tout soit parfait. Sacré-Canaille sera aussi un acteur joyeux pour la fête. Claudine lui annonce :

  • Pascal revient demain, et nous lui faisons une belle fête.

La joie envahit ce petit expansif, il court, il saute dans l’appartement. Isis la précieuse est surprise. Mais la joie de ce chien est communicative. Sur son coussin elle reste, mais elle aussi est ravie. Claudine ordonne à Sacré-Canaille.

  • Tu vas lui faire une fête comme toi seul sait le faire quand Pascal entrera.

Quel bonheur, il va participer à la fête ! Ce qu’il a compris il doit faire un spectacle avec Claudine, comme il le faisait au Circus-Pollux. Son premier maître est mort d’une crise cardiaque à la suite de la faillite. Le cirque était trop pauvre pour le garder, lors de sa restructuration, d’autant qu’il n’avait plus d’artistes pouvant poursuivre le spectacle, en raison du dépôt de bilan. Les autres animaux de ce petit cirque familial, sont dans les zoos ou refuges comme était Sacré-Canaille. Faire un spectacle pour le retour de Pascal, Claudine ne pouvait pas lui faire plus de plaisir. Sacré –Canaille est d’accord, il est si heureux avec ces jeunes gens. Câlinou est aussi de la fête, depuis qu’il vient avec sa maîtresse, il est moins dépendant, Sacré-Canaille et Isis sont ses compagnons.

En vue des préparatifs Claudine a pris ses repas de la journée avec Bernadette dans la cuisine et a dormi dans la chambre d’ami occupée officiellement par Pascal avec son Câlinou car non seulement il est moins seul et surtout, il doit s’habituer de vivre avec Sacré-Canaille et Isis.

Isis au départ faisait la tête, mais elle a trouvé qu’il était beau et qu’il serait un bon compagnon pour occuper ses journées de solitude. Finalement, ce sont trois petits filous, qui s’accordent bien. Sacré-Canaille est heureux, elle le laisse dormir avec elle et Câlinou.

Au petit matin, David se lève de bonne heure lui semble-t-il. Il a la surprise de voir Claudine en discussion avec Bernadette. Il vérifie sa montre, il est huit heures ! Devant l’étonnement de David, Claudine lui rappelle que Pascal arrive vers midi, et qu’il y a la fête à préparer pour son retour. David annonce aux deux femmes.

  • Ah oui, j’ai complètement oublié de vous prévenir. Linda sera parmi nous pour la journée.
  • La fête sera complète.

Conclut Claudine compréhensive elle exprime son sentiment.

  • C’est normal David. Avec tous les événements que vous avez vécus, vos activités pour votre association, et le changement de cap professionnel, cet oubli n’est pas surprenant.
  • Merci de votre compréhension, vous avez probablement raison. Préparez-nous une belle fête.

Jean-Jacques avec son chauffeur vient prendre Claudine et David pour la sortie de l’hôpital de Pascal. La voiture du jeune homme est plus approprié que les voitures de David. Elles sont inconfortables pour la jambe plâtrée de Pascal. Ce que David n’avait pas dit à Claudine, mais Jean-Jacques était dans la confidence, c’est qu’en sortant de l’hôpital, ils vont à l’aéroport privé de Sotteville-lès-Rouen.

David se transforme en pilote. Il prend l’avion de son père, et tous montent et s’assoient dans le salon, au grand étonnement de Pascal. Ils vont à Strasbourg chercher Linda pour sa première permission.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article