Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Bienvenue sur mon site
Une innovation pour mes anciens lecteurs, désormais je traite de divers sujet, en premier La religion judéo chrétienne signé" Monique Emounah", pour ceux qui ne peuvent se déplacer à l'églises quelques soit la raison, et le lieu de leurs résidences ils peuvent suivre les  offices du jour,  la politique (LR) et les infos, la poésie et les arts en général. Mes écrits, signé (Alumacom) également mes promos de mes dernières parutions et quelquefois un rappel pour mes anciens écrits. Merci de votre attention,

Le blog de mim-nanou75.over-blog.com

Bienvenue sur mon site Une innovation pour mes anciens lecteurs, désormais je traite de divers sujet, en premier La religion judéo chrétienne signé" Monique Emounah", pour ceux qui ne peuvent se déplacer à l'églises quelques soit la raison, et le lieu de leurs résidences ils peuvent suivre les offices du jour, la politique (LR) et les infos, la poésie et les arts en général. Mes écrits, signé (Alumacom) également mes promos de mes dernières parutions et quelquefois un rappel pour mes anciens écrits. Merci de votre attention,

Les Saint du jour et les prophéties de Saint Ephrem le Syrien

com

Les saints nos modèles et nos protecteurs

7 Mars                                                                               28  Janvier

Saint Thomas d'Aquin

Docteur de l'Église

(1226-1274)

 

Saint Thomas d'Aquin naquit au château de Rocca-Secca, près de la petite ville d'Aquino, dans le royaume de Naples, l'année qui vit descendre au tombeau saint François d'Assise, et saint Louis monter sur le trône de France. Il fut le plus grand homme de son époque et l'une des plus éclatantes lumières de l'Église dans tous les temps.

 

Un fait charmant de son enfance nous montre déjà en lui le prédestiné de Dieu. Il était encore au berceau, quand un jour sa nourrice voulut lui ôter de la main un papier qu'il tenait ; mais l'enfant se mit à crier. La mère survint ; piquée de curiosité, elle arrache enfin de force le papier des mains de son fils, malgré ses cris et ses larmes, et elle voit avec admiration qu'il ne contient que ces deux mots : Ave, Maria.

 

Devenu plus grand, Thomas fut élevé au Mont-Cassin, non loin du château familial, dans la célèbre école des Bénédictins, et à l'âge de dix-huit ans, malgré ses parents, il entra chez les Dominicains, à Naples.

 

Sa noble et toute-puissante famille fit une guerre acharnée à sa vocation ; on employa tout pour le perdre. Arraché à son monastère, il fut jeté en prison dans une tour du château paternel, et on introduisit près de lui une courtisane pour amollir son cœur. Thomas, sans défense, saisit dans le foyer un tison enflammé et la mit en fuite. Il se jeta ensuite à genoux et s’endormit ; pendant son sommeil, il vit les anges descendre du Ciel pour le féliciter et lui ceindre les reins, en lui disant : "Recevez de la part de Dieu le don de chasteté perpétuelle." Son confesseur put déclarer après sa mort que Thomas était mort aussi pur qu'un enfant de cinq ans.

 

Victorieux de tous les obstacles, il put enfin suivre sa vocation et fit d'immenses progrès dans les sciences. Silencieux au milieu de la foule des étudiants, ne conversant qu'avec Dieu, il avait reçu le surnom de Bouf muet, mais son professeur dit un jour de lui, en public : "Vous voyez ce bœuf que vous appelez muet, eh bien ! il fera retentir bientôt tout l'univers de ses mugissements." Cette parole était prophétique. D'élève devenu le premier des maîtres, il illustra toutes les universités où l'obéissance le conduisit pour enseigner.

 

Le plus grand des miracles de sa courte vie de quarante-huit ans, ce sont les ouvrages incomparables et immenses qu'il trouva le temps d'écrire au milieu d'accablantes occupations. Les admirables hymnes de la fête du Très Saint-Sacrement sont l'œuvre de ce grand Docteur, dont la piété égalait la science.

 

Il entendit un jour Jésus-Christ lui adresser, du fond du Tabernacle, cette parole célèbre : "Tu as bien écrit de Moi, Thomas. Quelle récompense désires-tu recevoir ?" Et le Saint, pénétré d'amour, s’écria : "Point d'autre que Vous, Seigneur !" Ce grand docteur fut l'ami de saint Louis et le bras droit des Papes.

 

Abbé L. Jaud, Vie des Saints pour tous les jours de l'année, Tours, Mame, 1950

Saint Ephrem le Syrien

Diacre et Docteur de l'Église ( 373)

On appelait ce mystique : "la harpe du Saint-Esprit."

Né à Nisine (Nesaybin actuellement en Turquie) dans la province romaine de Mésopotamie, il fut chassé de la maison par son père, païen intolérant, pour ses "fréquentations chrétiennes". Accueilli par l'évêque du lieu dont il devint le fils spirituel selon l'historien saint Grégoire de Tours, il se convertit au christianisme à l'âge de 18 ans.

Saint Efren le Syrien, icône médiévale Ordonné diacre, il voulut le rester par humilité. Il fonda à Nisibe une école théologique de grand rayonnement. Mais à cause de l'invasion perse qui a envahi cette région, il préféra franchir la frontière et s'installer, avec son école, à Edesse dans l'empire romain. Il fut un grand défenseur de la doctrine christologique et trinitaire dans l'Eglise syrienne d'Antioche. Il composa de nombreux ouvrages, commenta toute la Bible, écrit des poèmes qui remplacèrent les chants des fêtes populaires et répondaient aux chansons des hérétiques qui répandaient ainsi leurs thèses erronées.

"Dimanches et fêtes, évoque un compatriote, il se tenait au milieu des vierges et les accompagnait de sa harpe. Toute la ville alors se réunissait autour de lui."

Ses hymnes inaugurèrent la pratique du chant liturgique. Il est d'ailleurs considéré comme l'un des plus grands poètes de langue syriaque.

Illustration: icône médiévale

Le 28 novembre 2007, lors de sa catéchèse des audiences générales consacrée aux Pères de l'Eglise, Benoît XVI a tracé un portrait d'Ephrem le Syrien, le plus grand poète de l'époque patristique. Le Saint-Père a choisi de présenter saint Ephrem comme exemple de cette diversité des expressions culturelles du christianisme. Né en 306 à Nysibis et mort à Edesse en 373, il développa dans la poésie sa vocation théologienne. "La poésie -a déclaré Benoît XVI- lui permit d'approfondir sa réflexion théologique au travers des paradoxes et des images". Il donna à ses poèmes et hymnes liturgiques "un caractère didactique et catéchistique...destiné à mieux diffuser la doctrine de l'Eglise lors des fêtes liturgiques".

Benoît XVI a ensuite rappelé la réflexion d'Ephrem sur le Créateur :

Dans la création rien n'est isolé et avec l'Ecriture le monde est une Bible. En usant mal sa liberté, l'homme perturbe l'ordre du cosmos".

 La présence de Jésus dans le sein de Marie, a ajouté le Pape, "le porta à considérer la grande dignité de la femme... dont il parlait avec sensibilité et respect.

 Pour Ephrem, il n'y a pas de rédemption sans Jésus et pas d'incarnation sans Marie. La dimension humaine et divine du mystère de la rédemption se trouve déjà dans l'Ecriture".

Honoré du titre de Cithare de l'Esprit, saint Ephrem fut toute sa vie diacre, "un choix emblématique car il voulut servir, dans les offices liturgiques comme dans l'amour du Christ qu'il chantait... mais aussi dans la charité envers les frères qu'il ouvrait avec grande maîtrise à la connaissance de la Révélation".

(Source VIS 071128 - 400)

Le 9 juin, mémoire de saint Ephrem, diacre et docteur de l'Église. Il exerça d'abord à Nisibe, sa patrie, la charge de prédication et d'enseignement de la doctrine sacrée, puis, après l'invasion de Nisibe par les Perses, il se réfugia à Édesse en Syrie avec ses disciples, il y posa les fondations d'une école de théologie, accomplissant son ministère par sa parole et ses écrits, remarquable par sa vie austère et son érudition, à tel point qu'il mérita d'être appelé, pour les hymnes de toute beauté qu'il composa, la cithare du Saint Esprit. Il mourut en 373.

------------------------

Soutien aux étudiants en Irak #Etudiants EnIrak

Mgr Mirkis: "En soutenant les jeunes, nous les maintenons dans le pays. Il y aura ainsi des médecins, des pharmaciens et architectes, des ingénieurs"

 

Martyrologe romain

Prophéties (pour notre temps) de Saint ÉPHREM sur La Seconde arrivée du Seigneur, la Fin du monde et la Venue de l’Antéchrist.* Les Signes sont là !
 
 
 
 
 
 
 
38 Votes

 

 

saint-ephrem

Comment moi, Éphrem, le pécheur le plus bas de tous, rempli de vices, comment puis-je parler ce ce qui dépasse ma capacité ?

Mais Notre Sauveur, par la surabondance de sa tendresse, a appris la sagesse aux fils des nations et à travers eux, a illuminé tous les croyants.

 C’est Lui qui contracte ma langue pour que j’en bénéfice moi aussi, avec ceux qui écoutent mes mots. Je parlerai avec souffrance et soupirs de la fin de ce monde actuel, et de la bête terrible à qui, il a été donné de mettre le trouble dans toute la terre habitée pour qu’elle diffuse dans le cœur des hommes, la consternation, la négligence et le grand athéisme et qu’elle fasse des prodiges, qu’elle fabrique des images surpuissantes « jusqu’à induire en erreur si elle pouvait, les élus même »


Elle trompe tous, par ces faits mensongers et ces prodiges illusoires. Dieu a accepté que la bête prenne un pouvoir pour tromper les hommes, car l’athéisme a envahi le monde et laisse avec lui, sans aucun doute, beaucoup de détresse partout. Ainsi Notre Seigneur sans tâche, permet l’épreuve du monde. L’ignorance du monde ignore la Vérité car les fils d’hommes se sont rebellés contre Dieu et se sont éloignés de Lui par amour du mal.

Sachez chers frères, dignes de confiance (mehaîmè), comment va être la lutte immense en ces temps-là, car la bête apparaîtra comme un Dieu faisant du paranormal et des prodiges avec grande puissance, volant dans les airs avec ses disciples mauvais, criant avec force changeante d’apparence, amenant à l’humanité, une terreur terrible.

Voyons quand ce moment sera là, qui restera, frère, sans peur, ni déstabilisation, grand dans son âme, gardant la présence du Saint Fils de Dieu.

En voyant cette tristesse indestructible,

 pénétrer les âmes sans qu’il n’y ait ni consolation ni repos, aussi bien dans les airs, qu’en mer, ou sur la terre, le monde entier se trouvera dans un grand tumulte. 

Tous s’enfuiront vers les montagnes, certains mourront de faim, d’autres fondront comme de la cire, à cause de la déshydratation atroce.

montagne
Il ne se trouvera pas de miséricorde. Lorsqu’ils verront les yeux remplis de larmes, questionnant : 

« y a-t-il encore sur la face de la terre Parole Divine ? », 

ils ne trouveront pas. Qui pourra supporter de tels jours ?

 Qui aura la patience pour endurer une telle pression ? 

En voyant les peuples des confins de la terre, contempler le bourreau et se mettre à genoux, en criant avec force « tu es notre Sauveur !», la mer s’ébranlera et se séchera, les cieux cesseront la pluie, et l’herbe se fanera.

 Ceux qui se trouvent en Orient s’enfuiront vers l’occident et ceux de l’occident fuiront vers l’orient, mais tous seront terrifiés. 

Alors la bête prendra sa souveraineté et enverra les démons dans toutes les directions pour prêcher avec impudence « il est venu avec gloire, le grand Roi venez voir et adorer le ! ».

Qui aura une âme assez forte pour supporter avec courage tous les pièges ?

Car chers frères amoureux du Christ, je crains de parler de la bête en raison de la force immense que les hommes vont affronter en ces jours.

O combien la bête sera sévère avec la nature humaine, en particulier les « mehaîmè » (les dignes de confiance) qui en eux, possèdent la puissance de vaincre ses prodiges imaginaires. En effet, beaucoup se montreront dignes de confiance et contempleront Dieu.

montagne-main


 Ils se réfugieront dans les montagnes et les endroits arides, présentant des prières et des supplications nombreuses. 

Je sais que le Dieu Saint, lorsqu’il les verra dans cette misère avec une foi véritable, leur prodiguera sa tendresse de Père Miséricordieux. Il les protégera de la bête, dans leur cachette, mais la bête malfaisante ne cessera pas de les poursuivre, aussi bien en terre que sur la mer, parce qu’elle se considérera propriétaire de la terre et de toutes choses qui s’y trouvent. Et tous lui seront soumis. 

Elle pense la malheureuse, qu’elle va résister, en cette heure terrible, à la venue de Notre Seigneur, qui Lui, connait sa faiblesse et son orgueil, et c’est la raison de sa chute.

Malgré tout, la bête fera s’ébranler toute la terre, terrorisera la planète par ses prodiges mensongers. Quand les jours de la bête seront là, il n’y aura ni paix, ni repos, sur la terre, mais tristesse, oppression, tumulte et errance, mort et famine dans le monde entier. 

Notre Seigneur, par sa bouche divine, dit qu’on n’aura pas vu de tels signes depuis le début de la création, et la détresse en ces jours sera telle, qu’il n’y en aura point eu de semblable depuis la création du monde et qu’il n’y en aura jamais plus.


Mais nous, les pécheurs comment patienter contre cette obscurité qui dépasse toute description ? Que chacun de nous oriente sa Sagesse vers la Sainte Parole de Notre Seigneur et Sauveur qui nous dit : « A cause de la difficulté et de la puissance de ces moments, le temps sera écourté ». Par sa grande tendresse, Dieu exhortera à prier pour que la fuite n’ait pas lieu en hiver, ni un jour de sabbat. 

Restez éveillés et suppliez en tout temps, ainsi vous aurez la force d’échapper à tout ce qui doit arriver et de vous tenir debout devant le Fils de l’homme. (Matthieu 24:20)

famille-priere

 Malgré toute cette désolation nauséabonde, les enfants resteront dans leur rébellion et leur apostasie, mais avec larmes et prières, mettons-nous à genoux, nous, les pécheurs afin que nous soyons sauvés.

Celui qui a des larmes et de l’humilité, qu’il implore pour que passe cette heure d’épreuve qui doit arriver sur le monde, pour ne pas entendre les choses terribles (famine et tremblement dans divers endroits.) 

Celui qui veut garder la vie au milieu de ses scandales et tentations, il faut qu’il ait une âme courageuse car si quelqu’un met de côté son âme pour un temps court, verra les yeux du malin et les prodiges de la bête prendre le pas sur lui. Et le jour du jugement il n’aura pas d’excuse, car de son plein gré, il se sera soumis au dictateur.

Nous aurons besoin chers biens aimés, de beaucoup de prières pour vaincre sans hésitation les tentations. Avec le temps, les prodiges imaginaires de la bête augmenteront. Il fera la guerre contre Dieu en voulant lui arracher tous les humains, en voulant mettre sur eux son signe, sa marque. Il viendra un moment où il pensera avoir trompé le monde entier par ses ruses. 

Il retiendra la nourriture et tout son commerce sur ceux qui n’auront pas sur eux la marque de la bête. Personne ne pourra acheter ni vendre, s’il n’a pas sur lui la marque et le nombre de son nom.

Shoigu-signe-de-croix-1728x800_c

Il mettra dans le monde, des gouvernants soumis à ses commandements. Soyez vigilants, chers frères, à la méchanceté de la grande bête et ses mauvais pièges. Elle attaquera même ceux qui sont dans le ventre de leur mère, poussant ceux qui ont besoin de se nourrir à accepter la marque. La marque sera à un endroit spécifique, sur la main droite ou sur le front, pour qu’il ne reste pas à l’homme, la possibilité de faire le signe de la Croix.
Cela poussera un grand nombre à ne plus se rappeler du Saint Nom du Seigneur Jésus, Notre Sauveur. En effet, la bête sait que le signe de la croix, lorsqu’elle est faite, abolit ses puissances et les anéantirait. C’est pourquoi il marque la main droite qui est comme protectrice de tous nos membres, de même que notre front est comme une tourelle haute et lumineuse, symbole de notre Sauveur. 

Chers frères, une lutte immense attend tous les amoureux du Christ ! Pour qu’ils n’aient pas peur à l’heure de la mort et qu’ils ne soient pas insensibles à ce qui se passe, Il faut qu’ils refusent la marque de la bête et fassent du signe de la Croix de Notre Sauveur, un moyen d’empêcher la mauvaise utilisation du nom de Dieu.

Ceux qui auront volontairement refusé la marque de la bête, ne seront pas sous l’influence de ses prodiges. Le Seigneur sera proche d’eux, les attirera vers Lui et les éclairera. Il faut que nous sachions chers frères que les prodiges de l’ennemi n’auront pas pitié de nous.

jésus 8-station


Mais Notre Seigneur éloignera de nous tous les pièges du démon, Cette foi fera fondre la force du Malin et mettra en nous une pensée sereine qui fera fuir l’ennemi. Par cette Foi, Dieu mettra en déroute celui qui se croit fort.

Je vous en supplie, chers frères aimants du Christ, ne soyez pas faibles mais remplis de la force de la Croix ! Car cette lutte n’a pas d’échappatoire, prenez l’armure de la foi !

Faisons de nous, de bons serviteurs, n’acceptant que ce qui est du Christ, parce que le voleur qui prend sans avoir le droit, les vêtements du bon pasteur, viendra premièrement avec la volonté de voler le troupeau choisi, le mettre à mort et l’entrainer dans l’abime qui lui est réservé.

Apprenons chers frères bien aimés, sous quelle apparence, viendra le serpent, rempli de ruse :

serpentpoisonawatcz10

Notre Sauveur a voulu sauver toute la race humaine, il est né d’une vierge et est devenu homme, il a vaincu l’ennemi alors qu’il était dans un corps humain par la puissance de sa Sainte Divinité. C’est pourquoi l’ennemi a voulu de la même façon, prendre l’apparence du Seigneur pour nous tromper. Or, il est prévu que Notre Seigneur à nous, arrivera sur une nuée comme un éclair.

L’ennemi, lui, ne viendra pas de cette façon parce qu’il est orgueilleux. D’autre part, cet ennemi naitra d’une femme de mauvaise vertu. Il viendra comme un voleur pour tromper le monde entier, se montrant humble, compétent, prétendant détester l’injustice, s’éloignant des idoles, pour montrer sa piété apparente, il sera bon, proche des pauvres avec une beauté extraordinaire, calme, joyeux envers tous, aimant en particulier la race juive qui l’attend.

Par ailleurs, Il trompera le monde par ses prodiges terribles, marqués d’une puissance certaine. Il essayera de satisfaire tous, pour que tous l’aiment, ne parlant pas de manière colérique, mais séduisante.

enfant abandonné

Il n’apparaitra pas revêche, bien au contraire, il essayera de se conduire franchement. Il va tromper le monde afin de le dominer et devenir Roi.
Lorsque peuples et nations verront toutes ses qualités et ses prodiges, tous d’un commun accord, le proclameront « Roi » avec enthousiasme, et en criant « il n’y a pas d’homme bon et juste comme cet homme !».


De cette façon son royaume s’étendra de manière très rapide. Il éliminera trois grands rois. Aussitôt après, son cœur se glorifiera, s’enorgueillira et alors apparaitra l’amertume et la véracité de la bête. Il ébranlera les nations, sur la terre entière se répandra l’oppression et les hommes se gâteront. Lui, ne sera plus dans la piété, il sera dur envers tous, vulgaire, colérique, terrifiant, laid, haineux, cynique, bestial, destructeur, esclavagiste, prêt à jeter toute la race humaine dans l’abime ou dans le marais de l’athéisme.

Et en même temps, malgré tout il continuera à faire ses prodiges mensongers parmi les peuples. Des gens le vanteront, et feront son éloge à cause de ses miracles illusoires. Il criera devant la nation des peuples : « Sachez ô peuple que ma puissance et mon pouvoir, fera déplacer les montagnes devant vos yeux et fera sortir des îles de la mer.» Il fera cela de manière artificielle, pour que beaucoup croient en lui et le considère comme un Dieu puissant.

famine

En raison de cette croyance, chaque âme gémira et s’attristera et tous souffriront d’une oppression sans répit, et si quelqu’un a le signe de la bête, il pourra acheter un peu du peu de nourriture qui l’on trouvera alors, les enfants mourront sur les mains de leurs mères et mères et pères suivront. Pendant tout cela, se rependra une odeur de mort terrible et insupportable. Tous se demanderont :« quand le jour viendra-t-il, où l’on pourra se reposer, quand enfin ce tumulte s’arrêtera-t-il, et où nous enfuirons nous ? » C’est à cause de cela que le Seigneur a dit « veillez et suppliez en tout temps afin d’être comptés parmi les dignes d’être sauvés. » 

Il y aura des tremblements de terre, de la famine, des manifestations en divers endroits. L’or, l’argent, les vêtements chers n’auront plus de valeur. Tous essayeront de se cacher mais où ?

Le père pleurera son fils, la mère sa fille et la fille sa mère. Les visages des hommes et des femmes se raidiront à cause de la tristesse, jusqu’à en mourir. Dès lors, ceux qui auront accepté le signe de la bête, se hâteront vers lui en lui demandant son aide : « donne nous à manger et à boire car nous mourrons tous à cause de la famine, éloigne de nous ces bêtes sauvages ! » Mais lui ne pourra pas les aider et leur répondra avec sévérité « d’où tirerai-je tout ce qu’il vous faut ? ».

CMJN de base

Ils pleureront et gémiront parce qu’ils n’auront pas trouvé de consolation à leur misère. Bien au contraire, leur tristesse deviendra plus grande au point d’être remplie de culpabilité parce qu’ils auront mis leur espoir dans le dictateur. Lui, n’aura même plus la possibilité de s’aider lui-même, alors comment pourrait-il procurer du repos aux autres ? 

Tous ceux qui auront accepté la marque de la bête et se seront agenouillés devant l’antéchrist, le considérant comme un Dieu, n’hériteront pas du royaume du Christ, mais ils iront avec la bête, dans l’abîme.

Le bien est à ceux qui seront restés saints et fidèles en toute chose, ceux dont le cœur sera resté toujours uni à Dieu. Ils répondront sans peur aux questionnements de la bête, malgré la souffrance qu’ils auront à subir, allant jusqu’à démontrer la fausseté de cet homme et ses prodiges imaginaires.

Mais avant tout ces évènements, le Seigneur miséricordieux enverra Élie et Hénoch pour apprendre aux hommes la piété et pour prêcher la vérité de Dieu afin que personne ne croie dans ce dictateur et afin que tous le redoutent (Élie et Hénoch inviteront le peuple à ne pas se laisser leurrer, ne mettre pas leur foi en lui, et ne pas se soumettre à celui qui combat Dieu, « n’ayez pas peur de lui car il ne restera pas longtemps ! »).

prophet

Voici alors le Seigneur qui viendra du ciel pour juger tous ceux qui auront cru en ses prodiges. Mais malheureusement, le nombre de ceux qui écouteront Élie et HÉnoch ne sera pas suffisant ! En envoyant les deux prophètes, le Sauveur voudra encore montrer son grand amour aux hommes, parce qu’Il ne voudra pas laisser son peuple sans connaissance dans ces jours difficiles, de telle sorte qu’il n’y aura pas non plus d’esquive pour son peuple le jour du jugement. 

Beaucoup de Mehaime (dignes de confiance) lors de la venue du dictateur feront couler un fleuve de larmes en gémissant devant le Dieu Saint pour s’extirper de la main de la Bête. Ils se cacheront dans les montagnes et dans les grottes, mettant sur leur tête de la cendre et de la poussière, priant jour et nuit avec grande humilité, et Dieu les exaucera.

Grotte-2520de-2520glace-2520apr-25C3-25A8s-2520Canfranc-252

 Ils seront conduits dans des endroits sûrs et ainsi seront à l’abri dans les grottes et dans leur trous, car ils ne seront plus influencés par les prodiges, les illusions et les œuvres de l’Antéchrist. Ils feront très vite le bon discernement, mais ceux qui ont leur pensée dans les choses terrestres et les désirs mondains, n’auront pas le discernement facile, parce que celui qui est attaché aux soucis du monde, même s’il entend les appels, restera non croyant et éloigné de ce qui lui est dit, alors que les Mehaimé trouveront la force puisqu’ils se seront libérés des choses du monde et des soucis de cette vie.

Alors la terre, la mer et l’air gémiront, et avec eux, les animaux de la terre, les oiseaux du ciel, les montagnes, les collines, les arbres et les étoiles du ciel gémiront également sur le sort de la race humaine, en raison de leur éloignement de Dieu et en raison de leur croyance dans les tromperies et mensonges de l’Antéchrist.

Ils auront accepté sur eux la marque de l’ennemi de Dieu, au lieu de prendre la Croix vivifiante du Sauveur ! La terre et la mer gémiront et les chants et les prières cesseront dans la bouche des hommes. Une grande attente jaillira du cœur des hommes. Les églises du Christ souffriront avec force et arrêteront de célébrer l’Eucharistie. Passés les trois années de dictature et d’activités remplies des pièges de cet homme d’iniquité, viendra notre Seigneur Glorieux, dans une vision indescriptible !

Les classes d’anges avec les archanges iront devant sa Grandeur et dans une lumière incandescente qui projettera un fleuve de feu lumineux, les chérubins dirigeant leur regard vers le bas et les séraphins en volant et cachant leur visage et leurs pieds sous leurs ailes lumineuses, s’écrieront
 « réveillez-vous les endormis car l’Époux est là ! »

retourjesus

Les tombes s’ouvriront et les tribus de la terre regarderont tous l’Époux, le Saint, le beau et le Doux. Des myriades d’archanges, d’anges et des soldats sans nombre fêteront ensemble les saints, les justes et tous ceux qui n’auront pas accepté sur eux la marque de la bête ! Ensemble ils se réjouiront. La bête sera conduite devant le trône, attachée par les anges avec ses démons et tous ceux qui ont accepté la marque de la bête. 

Les ingrats et les pécheurs seront condamnés et iront dans le feu éternel.

Ceux qui n’ont pas accepté la marque se réjouiront avec l’Époux dans le Ciel éternel avec tous les saints de tous les temps. Amen.

28 Janvier
  
Saint Pierre Nolasque

Prêtre, confesseur,
Cofondateur de l'Ordre de la Merci
(1189-1256)

Saint Pierre Nolasque
Saint Pierre Nolasque

Saint Pierre Nolasque naquit d'une illustre famille, près de Carcassonne, en France, à la fin du XIIe siècle. Il excella, toute sa vie, dans la pratique de la charité à l'égard du prochain. On raconte qu'en présage de cette vertu, lorsqu'il était encore au berceau, un essaim d'abeilles vint construire un rayon de miel dans sa main droite. Dès son adolescence il perdit ses parents.

L'hérésie des Albigeois ravageait alors le Midi de la France. Pour s'y soustraire, il vendit son patrimoine, et se retira en Espagne, où il était appelé par le roi Jacques d'Aragon. Il se rendit ensuite à Barcelone, et y consacra toute sa fortune au rachat des captifs enlevés sur mer par les Sarrasins. Mais le sacrifice de ses biens ne suffisait pas à sa charité. Il voulait encore se vendre lui-même pour délivrer ses frères et se charger de leurs chaînes. Dieu lui fit connaître combien ce désir Lui était agréable. Une nuit qu'il priait en songeant à la délivrance des captifs, la Sainte Vierge lui apparut et lui recommanda d'établir, en Son honneur, un Ordre religieux consacré à cette oeuvre de charité. Il s'empressa d'obéir à cet avertissement céleste, d'autant plus que le roi et Raymond de Pennafort avaient reçu en même temps la même révélation.

Il fonda l'Ordre de Notre-Dame de la Merci pour la Rédemption des Captifs. Le caractère particulier de cet Ordre, c'est qu'il joignait aux trois voeux ordinaires de Religion un quatrième voeu: celui de se livrer en gage aux païens, s'il en était besoin, pour la délivrance des chrétiens.

A cet exemple héroïque de charité il joignait celui de toutes les vertus. Favorisé du don de prophétie, il prédit au roi d'Aragon la conquête du royaume de Valence sur les Maures. Il était soutenu par de fréquentes apparitions de son Ange Gardien et de la Vierge Mère de Dieu.

Enfin, accablé par l'âge, le travail et la pénitence, il reçut l'avertissement de sa mort prochaine. Lorsqu'on lui eut administré les derniers sacrements, il exhorta encore ses frères à la charité envers les captifs. Puis, en disant ces paroles:

"Le Seigneur a envoyé la Rédemption à Son peuple,"

il rendit son âme à Dieu, au milieu de la nuit de Noël, l'an 1256.

Abbé L. Jaud, Vie des Saints pour tous les jours de l'année, Tours, Mame, 1950

Print
Repost
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article