Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Bienvenue sur mon site
Une innovation pour mes anciens lecteurs, désormais je traite de divers sujet, en premier La religion judéo chrétienne signé" Monique Emounah", pour ceux qui ne peuvent se déplacer à l'églises quelques soit la raison, et le lieu de leurs résidences ils peuvent suivre les  offices du jour,  la politique (LR) et les infos, la poésie et les arts en général. Mes écrits, signé (Alumacom) également mes promos de mes dernières parutions et quelquefois un rappel pour mes anciens écrits. Merci de votre attention,

Le blog de mim-nanou75.over-blog.com

Bienvenue sur mon site Une innovation pour mes anciens lecteurs, désormais je traite de divers sujet, en premier La religion judéo chrétienne signé" Monique Emounah", pour ceux qui ne peuvent se déplacer à l'églises quelques soit la raison, et le lieu de leurs résidences ils peuvent suivre les offices du jour, la politique (LR) et les infos, la poésie et les arts en général. Mes écrits, signé (Alumacom) également mes promos de mes dernières parutions et quelquefois un rappel pour mes anciens écrits. Merci de votre attention,

Informations chrétiennes

com
Au Mozambique, 10 jours après Idai, l’heure est à la « réponse humanitaire »
 

« La situation est terrible ici. […] C’est un immense, immense volume de terre recouvert d’eau. Bien que les eaux reculent, c’est de la taille du Luxembourg. Cel

u Mozambique, la décrue a commencé. Elle révèle l’horreur qu’a laissé derrière lui « le plus grand [cyclone] qu’il y ait eu dans l’hémisphère sud ». Celso Correia, ministre de l’Environnement, faisait part ce week-end de 446 morts, tout en rappelant que ce nombre augmente jour après jour. Il affirme que plus de 530 000 personnes ont perdu leurs maisons ou sont encore bloquées dans des zones isolées.

« Heureusement, le nombre de personnes sauvées et évacuées vers des abris temporaires est en augmentation. À l’heure actuelle, nous avons dénombré 109 633 personnes dans différents refuges. Parmi elles, 6 563 personnes sont vulnérables, notamment des femmes âgées et des femmes enceintes. »

Pour le moment l’urgence est de gérer les épidémies. Les eaux stagnantes et la promiscuité amènent avec elles les maladies. Celso Correia assure que « des centres pour lutter contre ces maladies » sont déjà mis en place :

« La priorité absolue dans les semaines à venir est de mettre un terme à l’épidémie de maladies telles que le choléra, le paludisme et d’autres maladies. »

Les survivants payent des propriétaires de bateaux pour chercher désespérément leurs proches. Pour ceux qui ne peuvent pas se le permettre, sans réseau de communication, la tâche semble impossible, comme le rappelait Herve Verhoosel, du Programme Alimentaire Mondial, à Channel 4 News :

« Il y a de l’eau partout et il est vraiment difficile d’atteindre les gens et de savoir ce qu’il se passe. […] Il n’y a ni communication, ni électricité. »

Jaime LeSueur, de la Croix Rouge Internationale, est sur place. Il dirige des opérations à partir du centre des opérations d’urgence à l’aéroport de Baylor. Il explique que nous sommes entrés dans la phase de « la réponse humanitaire » :

« Nous quittons la phase de recherche et secours de l’opération d’urgence et maintenant, nous entrons dans la réponse humanitaire, pour être sûr que nous soutenons les communautés affectées avec des interventions immédiates. […] La situation est terrible ici. […] C’est un immense, immense volume de terre recouverte d’eau. Bien que les eaux reculent, c’est de la taille du Luxembourg. Cela nécessite un réel soutien de la part de la communauté humanitaire. »

L’accès aux zones touchées est facilitée par la décrue. Certaines zones ont déjà un accès routier. Le port de Beira est à nouveau opérationnel. Les fournitures peuvent être acheminées par voie maritime.

Quand les personnes sont prises en charge, elles témoignent de l’horreur, comme cet habitant de Buzi :

« On n’a rien, les gens meurent comme des chèvres ou des poules. On n’a aucune aide. On meurt de faim. »

Ailleurs, une mère a dû accoucher dans un arbre. C’est son mari qui l’a aidé. Ils ont décidé d’appeler leur enfant Anesu, ce qui signifie « Dieu est avec nous ».

 

La cathédrale Ponta Gea a célébré une messe. Wilfried Deliviai, un jeune fidèle de 19 ans, affirme qu’ils doivent « continuer » et « reconstruire la ville ».  Le curé explique la mobilisation des populations :

« Ils ont perdu leurs maisons, ils ne savent pas où dormir. […] Mais les mozambicains ne vont pas se laisser abattre. »

Les survivants sont heureux d’avoir survécu à un tel cataclysme mais savent que l’avenir est incertain. Konde Pereira a 21 ans, elle raconte :

« Nous étions sur le toit pour commencer pendant deux jours. C’était si difficile. Nous n’avions ni eau ni nourriture. Après cela, nous sommes descendus et sommes allés dans les maisons. Je suis tellement soulagée de m’être échappée, même si je ne sais pas à quoi nous sommes confrontés ici. J’ai une famille. Je dois recommencer. »

Alex Thomson, journaliste à Channel 4 News, émet un aveu d’échec :

« Il est juste de dire que le monde s’est réveillé relativement tard face à ce désastre au Mozambique. »

Made In Compassion soutient les sinistrés du Mozambique.
Vous pouvez faire un don au Fonds d’Urgence Humanitaire de Made In Compassion en cliquant ici.
Votre don servira à répondre à des besoins d’urgence absolue ainsi qu’à aider des organisations humanitaires locales.

M.C.

© Info Chrétienne - Courte reproduction partielle autorisée suivie d'un lien "Lire la suite" vers cette page.

a nécessite un réel soutien de la part de la communauté humanitaire. »

 

 

Les juifs à la découverte des rivages méditerranéens au temps du prophète Ézéchiel

Il semble tout naturel pour nous de voyager. Peu de gens sans doute seraient capables de dessiner un planisphère sans modèle, mais au fond nous avons tous des notions assez précises de la forme de la Terre et des continents, ou encore de la localisation des pays et des villes.

Mais pour en arriver là, il a fallu que les êtres humains explorent un monde parfaitement inconnu… et qu’ils en reviennent !

Le livre biblique du prophète Ézéchiel permet de découvrir l’un de ces moments.

Le livre d’Ézéchiel

Le problème, c’est qu’il est difficile de dater à ce livre. Pour les croyants, guidés par l’incipit notamment, il a été créé au VIe siècle avant notre ère. Il est précisé que la première révélation a été apportée au prophète durant la cinquième année de l’exil du roi Joachin (Éz 1.2), c’est-à-dire vers 592 avant notre ère ; une autre est datée de la sixième année (Éz 8.1), une autre encore de la septième année (Éz 20.1), etc. La critique historique a souvent revu la datation à la baisse, jusqu’au IIIe siècle avant notre ère dans les cas les plus extrêmes. Mais aujourd’hui, une grande majorité des commentateurs opte pour l’idée d’une composition plus ou moins progressive, à partir d’un original datant effectivement de l’exil à Babylone.

Or, il existe une importante variante à ce livre, c’est sa traduction en grec au IIe siècle (probablement vers l’année 185) avant notre ère dans la fameuse « Septante ». La comparaison entre les deux est souvent très enrichissante.

Une question de rives lointaines

Au chapitre 27, le prophète construit un long développement sur le commerce de la cité phénicienne de Tyr ; il liste notamment des destinations comme Tarsis (probablement Tarse, en Asie Mineure), la Syrie, l’Arabie, la Perse. Beaucoup de peuples sont mal définis et il est difficile de savoir s’ils existent ou s’ils ont surtout pour fonction de donner au texte un air d’exotisme (Éz 27.1-26). Or, il arrive que certains commentateurs, pour essayer de localiser tel ou tel rivage présenté, recourent à la version grecque. Le problème, c’est qu’elle reflète en réalité une autre époque.

Carte des dialectes grecs antiques, montrant la Lydie, l’île de Rhodes et Milet.Wikipedia

Dans la version grecque, on voit certains de ces peuples prendre une identité très précise. Le pays de Lud, sans doute par assimilation phonétique, devient celui des Lydiens. Le lointain et riche pays africain de Punt est remplacé par la Libye, riche colonie grecque depuis le VIIe siècle avant notre ère. Au verset 12, « ceux de Tarsis » (ou « de la haute mer ») deviennent « les Carthaginois », cette puissance maritime de l’actuelle Tunisie. Au verset suivant, les traducteurs ont même remplacé le pluriel « Javan, Tubal et Méshec » par « la Grèce toute entière » !

La ville inconnue de Dedan au verset 15 devient la riche cité commerciale de Rhodes, où se trouvait le célèbre colosse, l’une des sept merveilles du monde. La cité est née vers 408 av. J.-C. et la plupart des amphores à vin retrouvées en Israël en proviennent ; il s’agit d’un vin de piètre qualité, utilisé surtout pour les soldats. Rhodes était l’un des ports les plus actifs du monde grec, qui ne fut supplanté qu’à partir de 167 avant notre ère par Délos, après que les Romains sont intervenus dans les affaires grecques.

Enfin, au verset 18, la « laine blanche » devient de la laine de la cité grecque de Milet, en Asie Mineure.

Martin Heemskerck, Colossus of Rhodes, XVIᵉ siècle.Wikimedia

Les juifs de plus en plus actifs en Méditerranée

Cette évolution révèle sans doute l’intensification des échanges maritimes avec le monde grec et, quelque part entre les deux livres, une entrée dans le bassin occidental de la Méditerranée. On découvre ainsi que les juifs ont progressivement atteint des rives lointaines et établi des relations commerciales avec des peuples de plus en plus éloignés. Au VIe siècle, ils connaissaient surtout des régions proche-orientales ; au IIe siècle, ce sont des peuples particulièrement actifs dans le commerce maritime méditerranéen, essentiellement des Grecs. Cela est normal : depuis la conquête d’Alexandre le Grand (vers 331 avant notre ère), les juifs sont intégrés au monde grec au sens large, s’étendant des Balkans jusqu’à l’Indus. Ils sont ouverts à un monde nouveau et bien plus vaste qu’autrefois.

On soulignera, pour finir, que Rome n’apparaît pas encore dans cette géographie. On se situe, à l’époque de la traduction en grec, peu avant que la puissante République fasse irruption dans les affaires orientales. Les juifs n’entendent parler des Romains qu’une vingtaine d’années plus tard, après qu’ils ont contraint Antiochos IV Épiphane à abandonner l’Égypte en 168 av. J.-C. Les Maccabées font alliance avec eux en 161 avant notre ère, espérant obtenir un soutien militaire contre les séleucides. Afin d’atteindre l’autonomie, ils se lient donc de plus en plus avec la puissance montante de Rome qui, peu à peu, prend l’ascendant et finit par annexer la Judée au temps de Pompée le Grand en 63 av. J.-C.The Conversation

Michaël Girardin, Docteur en Histoire Ancienne, Université de Lorraine

Canada : l’agression au couteau d’un prêtre de 77 ans retransmise en direct

« Il a rapidement monté les escaliers, il a pris un grand couteau, et alors j’ai réalisé quelles étaient ses intentions. »

Vendredi matin, père Claude Grou, âgé de 77 ans, a été agressé par un individu armé d’un couteau, Vlad Cristian Eremia. Sur la vidéo de la messe retransmise en direct, on voit un homme avancer puis se précipiter vers le prêtre qui se tenait derrière l’autel. Il a alors porté des coups de couteau au prêtre. On voit ensuite des fidèles tenter de s’interposer.

 

 

Adèle Plamondon faisait partie des 60 fidèles réunies. Elle pensait que l’agresseur souhaitait s’avancer pour prier, mais a vite compris qu’il n’en était pas le cas :

« Il a rapidement monté les escaliers, il a pris un grand couteau, et alors j’ai réalisé quelles étaient ses intentions. »

Selon les témoins, l’homme aurait ensuite attendu en silence et dans le calme l’arrivée de la police.

Le suspect est âgé de 26 ans et est connu des forces de police. Il a été immédiatement arrêté et placé en détention. La victime a quant à elle était conduite à l’hôpital. il souffre de « lacérations » au haut du corps, mais sa vie n’est pas en danger. Dans un communiqué de l’oratoire Saint-Joseph du Mont-Royal, il a fait part de sa gratitude et son désir de reprendre ses fonctions, dans cette église qui accueille chaque année des millions de personnes.

« Ma santé est bonne et je me remets de mes émotions. Je tiens à remercier sincèrement toutes les personnes qui m’ont transmis des messages de soutien et celles qui m’entourent. Cela me fait chaud au cœur et me permet d’affronter sereinement ces moments difficiles. Je prie pour que l’Oratoire Saint-Joseph reste un lieu d’accueil, de prière, de calme et de paix comme il l’a été depuis plus de 100 ans et je suis impatient de revenir au travail. »

Il tient également à rassurer chacun sur les mesures de sécurité qui seront « renforcée au cours des prochaines semaines ».

Justin Trudeau a dénoncé cette attaque sur Twitter :

« Quelle horrible attaque à l’Oratoire Saint-Joseph de Montreal ce matin. Père Claude Grou, les canadiens pensent à vous et vous souhaitent un prompt rétablissement. »

Les chrétiens marocains rêvent d’un « Maroc libre qui assume sa diversité religieuse »

« Nous renouvelons l’expression de nos aspirations aux libertés de base dont nous, chrétiens marocains, sommes encore souvent privés. […] Nous rêvons d’un Maroc libre qui assume sa diversité religieuse. » 

À quelques jours de la visite du Pape au Maroc, la Coordination des chrétiens marocains a publié une lettre à destination des autorités du pays. Cette association, composée d’anciens musulmans devenus chrétiens, appelle à la liberté de culte, dans un pays où ils sont largement minoritaires.

« Nous renouvelons l’expression de nos aspirations aux libertés de base dont nous, chrétiens marocains, sommes encore souvent privés. […] Nous rêvons d’un Maroc libre qui assume sa diversité religieuse. »

Leurs revendications concernent « la liberté du culte public », le droit au mariage ecclésial ou civil, les rites funéraires chrétiens ou encore l’éducation des enfants. Les « pressions » exercées sur les chrétiens sont également évoquées, notamment en ce qui concerne les anciens musulmans :

« Nous appelons aussi les autorités marocaines à ne plus faire subir des pressions aux Eglises officielles du pays. »

Les 30 et 31 mars prochain, le Pape rencontrera le roi Mohamed VI, pour une visite « placée sous le signe du développement du dialogue inter-religieux ». Si certains voient dans cette rencontre une « occasion historique », Zuhair Dukali, président de la Coordination des chrétiens marocains, ne révèle pas le même optimisme :

« Nous sommes heureux de la visite du pape, mais nous n’espérons pas beaucoup que sa visite puisse changer notre situation en tant que chrétiens. »

C’est dans ce contexte que l’Association marocaine de défense des droits des minorités religieuses appelle le Pape « à évoquer avec les responsables marocains, certaines violations visant des chrétiens ».

M.C.

Print
Repost
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article