Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Bienvenue sur mon site
Une innovation pour mes anciens lecteurs, désormais je traite de divers sujet, en premier La religion judéo chrétienne signé" Monique Emounah", pour ceux qui ne peuvent se déplacer à l'églises quelques soit la raison, et le lieu de leurs résidences ils peuvent suivre les  offices du jour,  la politique (LR) et les infos, la poésie et les arts en général. Mes écrits, signé (Alumacom) également mes promos de mes dernières parutions et quelquefois un rappel pour mes anciens écrits. Merci de votre attention,

Le blog de mim-nanou75.over-blog.com

Bienvenue sur mon site Une innovation pour mes anciens lecteurs, désormais je traite de divers sujet, en premier La religion judéo chrétienne signé" Monique Emounah", pour ceux qui ne peuvent se déplacer à l'églises quelques soit la raison, et le lieu de leurs résidences ils peuvent suivre les offices du jour, la politique (LR) et les infos, la poésie et les arts en général. Mes écrits, signé (Alumacom) également mes promos de mes dernières parutions et quelquefois un rappel pour mes anciens écrits. Merci de votre attention,

La poésie en folie

com
LE RETOUR DE NOTRE AMOUR
 
Tout au fond de moi,
Le réveil est venu
Devant ton exploit.
J’ai vu ton visage,
S’évanouir au virage
Renaître à la vie.
 
Papillons dans les yeux,
Valsent l’amour, 
 Joie des curieux
Plaisir frénétique,
Galope au ciel,
L’énigmatique.
 
Quittant l’ombrelle,
Sur la selle de la licorne
Il prend ses ailes.
Le blanc de la dentelle,
Câline, sensuelle
Chante la tourterelle.
 
Renaître à cette tendre,
Éternelle idée,
 Le flirt de la rivière.
Avec tes soupirs,
Blottis à ce désire,
 Pour me reconquérir.
 
L’âme comme le miel,
Vit pour  le retour,
Du septième ciel.
 
Alumacom
 

La maison du confiseur
 
 
Lorsque j’aurai trouvé mon âme sœur
Je construirai ma maison de confiseur
Son toit sera en nougatine décorée
Portes et volets verts en macaron
Les vitres en feuilles de gélatines
Les murs en dragées aux amendes
Les pieds de table en bêtise de cambrai
Le dessus de la table en nougat
Les montants du lit en nougatine
Le matelas en cherry
Les draps de dentelles blanches
En ferait un lit douillé.
La fête sera grande ce jour là
Sans s’enivrer, ni forniquer
J’y donnerai tout mon amour
J’y abolirai tous les détours
Il y aura la lumière du plaisantin
Les rires du pantin
Les dansent des elfes
Les chants des anges
Il n’y aura que de joyeux lurons/
Quand j’aurai trouvé mon âme sœur
Le bonheur sera indélébile
Et cette maison trôner sur la cheminée
A côté de la gondole de Venise
Le lampadaire illuminé la fera briller
Cette maison sera le lien de notre amour

Alumacom 2010
 
QU’EST-CE LE DEVOIR ?
 
Le devoir n’est pas un sentiment
Pourtant il vient d’un sentiment
D’être fait pour un devoir
Celui d’une conscience tranquille.
 
Le devoir c’est le devoir,
De prévoir un avoir,
Pour ne pas être l’avoir,
De sa famille à revoir.
 
L’écolier doit faire ses devoirs,
Il a le devoir de respecter ses parents,
Comme il est de son devoir de revoir,
La question qu’est-ce le devoir.
 
De même les parents ont des devoirs
Leur exemple est un devoir de chaque instant
Aimer ses enfants et le reste de la famille,
C’est le devoir fondamental de l’éducation.
 
Enfin le devoir celui que tous concevoir,
Être l’adepte du devoir électorale,
Notre devoir, réfléchir au bien de tous,
Le devoir s’appelle aussi générosité.
 
Servir son pays revêtit de nombreuses formes,
La guerre c’est l’échec des parlementaires,
C’est être responsable en toute chose.
Le devoir c’est aimer de ce fait être solidaire. 
 
Lorsque notre pays est agressé
Notre devoir c’est d’être :
Non seulement UNI avec notre pays
Mais également réfléchir et actif.
 
ALUMACOM
 
Recevoir la clémence
 
Se souvenir de bons moments.
Oublier les mauvais garnements.
Nos dilettantes amateurismes.
On se croyait de grands altruismes.
Méditer sur certains de nos actes.
Sans chercher à se voiler la face.
Ne pas occulter, la page préface.
En se fixant en coquin un pacte.
 
Pour se donner bonne conscience.
Nous échafaudions des satyres.
Sur un pauvre un gamin martyr.
Puisque, il est de parfaites différences.
L’inoubliable partage dut regretter,
Passé simplement sous le silence,
Pour ne pas voir notre insolence,
Cacher, les intrigues à le maltraiter.
 
Qu’elle soit digne d’un amour éternel.
Ou d’un bonheur craintif immatériel.
Notre mémoire influence le souvenir.
Entretien confirme, notre devenir.
Quelquefois, elle revient à la charge.
Apporter l’eau pour le partage.
Se chargeant de nos sentiments.
Souvent fébrile à chaque moment.
 
Ce souvenir de notre enfance,
Nos frasques de l’adolescence,
Nos aventures sentimentales,
Ramènent à cet âge fatal.
Oublier la plupart de nos souvenirs.
Ne changera en rien notre avenir.
Se souvenir de nos bons gestes,
Oblige à demeurer bon, modeste.
 
La culpabilité permet la défense,
De ne plus être ce qui fut l’offense.
Notre pardon empêche la démence.
Ainsi, l’esprit reçoit enfin la clémence.
 
Alumacom
 
Je me croyais ….
Ce matin-là, à l’aube,
Le ciel est sombre
Le parapluie à l’épaule
La petite valise roule.
De mon pas cadencé,
Rapide presque paniquée
J’arrive à l’arrêt du bus
C’est le dernier bus nocturne !
Bien sûr trop en avance
Enfin ! Il arrive,
Moi qui me croyais en retard !
 
A la gare d’Austerlitz soulagement
Mon train m’attend
Disons que je suis en avance
Je me croyais  en retard
Je trouve ma place, Ouf je m’assois
Déception ma place côté vitre
Ce n’est pas sur le paysage
Mais sur le couloir, à la place senior !
 
Je sors mon bloc note de mon sac
Seule dans la cabine
Je croyais avoir l’inspiration !

Page blanche, tête vide
Je me suis endormie
Premier arrêt la cabine se remplie
Plus de sommeil, pas plus de pensées
Pas même pour mon oncle qui nous a quittés
Tout est vide, triste, sans larme.

Enfin une prière monte dans ma tête
Je descends mon cousin m’accueille
Je croyais écrire seule cette page vierge
Je dû refouler mon désarroi.

Alumacom
 
 
Tendrement
 
 
Tendrement dans le creux de tes bras
Dès le premier instant
Je me suis lovée
 
Tendrement tu m’as transportée
Dans une douce chaleur
Au ciel j’étais
 
Tendrement tu me chérissais
Dans tes couvertures
Je suis là
 
Tendrement tu me protège
De tout l’univers
Je te regarde
 
Tendrement tu me berce
Ta voix m’engourdi
Je suis amour
 
Tendrement ton murmure
Me rassure
Je suis aux anges 
 
Alumacom
  
Tous ces combats
Tous ces combats
Sans rien comprendre
Tout ce qui fut
Et qui n’est plus.
 
Cette rage gronde en moi.
Il est toujours mon émoi
Bien que souvent désarroi
Il est toujours mon roi
 
J’ai tant besoin de tes bras
D’entendre ta voix
De voir cet enfant
Un jour tu seras de retour
 
Tu retrouves les caresses
Hélas, le passé souffle
Le vent froid m’assaille
Tout réapparaît si réel.
 
Culpabilité de cet abandon
Ce film devant mes yeux
M’interdit son oublie
Tu files telle la souris.
 
Je me sens si petite
Dans ce monde si grand
Je le voudrais tout blanc
Immaculée comme la neige.
 
Que serai-je sans toi ?
Ce que j’étais dans l’ombre
Sans horizon limpide
Ne me quitte plus maintenant.
 
Tous ces combats
Sans rien comprendre
Tout ce qui fut
Et qui n’est plus
 
Alumacom
 
Print
Repost
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article