Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Bienvenue sur mon site
Une innovation pour mes anciens lecteurs, désormais je traite de divers sujet, en premier La religion judéo chrétienne signé" Monique Emounah", pour ceux qui ne peuvent se déplacer à l'églises quelques soit la raison, et le lieu de leurs résidences ils peuvent suivre les  offices du jour,  la politique (LR) et les infos, la poésie et les arts en général. Mes écrits, signé (Alumacom) également mes promos de mes dernières parutions et quelquefois un rappel pour mes anciens écrits. Merci de votre attention,

Le blog de mim-nanou75.over-blog.com

Bienvenue sur mon site Une innovation pour mes anciens lecteurs, désormais je traite de divers sujet, en premier La religion judéo chrétienne signé" Monique Emounah", pour ceux qui ne peuvent se déplacer à l'églises quelques soit la raison, et le lieu de leurs résidences ils peuvent suivre les offices du jour, la politique (LR) et les infos, la poésie et les arts en général. Mes écrits, signé (Alumacom) également mes promos de mes dernières parutions et quelquefois un rappel pour mes anciens écrits. Merci de votre attention,

Quelques Saints et Saintes de ce jour

com

Saint Benjamin de Perse

Diacre et martyr en Perse.
A la suite d'une provocation de l'évêque de Ctésiphon en Perse qui avait perdu la raison et qui détruisit un temple païen, le roi Yezdigerd déclencha une cruelle persécution de trois années. Benjamin fut arrêté parce que sa prédication convertissait beaucoup de mages adeptes du dieu Soleil. Il fut soumis à la torture et condamné à mort pour avoir préféré adorer le Christ plutôt que le soleil, son éclatant symbole.

Illustration provenant du site de l'Église orthodoxe macédonienne - archidiocèse d'Ohrid - en macédonien et en anglais

À Argol en Perse, vers 422, saint Benjamin, diacre. Comme il ne cessait de prêcher la parole de Dieu, sous le roi Bahron V, on lui enfonça des roseaux aigus sous les ongles et il acheva son martyre

Mgr Mirkis: "En soutenant les jeunes, nous les maintenons dans le pays. Il y aura ainsi des médecins, des pharmaciens et architectes, des ingénieurs"

Martyrologe romain

Vénérable Clément Fuhl

prêtre allemand, ermite de Saint-Augustin (✝ 1935)

Klemens (Vincenz Fühl 1874 - 1935), prêtre allemand, missionnaire au Pérou,

déclaré vénérable le 9 décembre 2013.
Né le 18 juin 1874 à Aidhausen, en Bavière, Vincenz Fuhl est entré chez les Ermites
Augustiniens à Münnerstadt, prenant le nom de Clément. Il est mort le 31 mars 1935
lors d'une visite en Bolivie et a été enterré à La Paz.

Entré dans l'ordre des ermites de Saint-Augustin à Münnerstadt en 1893, il fut ordonné prêtre en 1897. Il se vit bientôt
confier les responsabilités du gouvernement: socius du maître des novices (1899-1902) et maître des novices à Münnerstadt
(1902-1908), maître des scolastiques à Wurtzbourg (1908-1912 et 1918-1920), prieur à Münnerstadt (1912-1916), provincial
(1920-1929), commissaire provincial en Amérique du nord (1929-1931), enfin prieur général de l'ordre de 1931 à
sa mort survenue le 31 mars 1935, à La Paz,
Bolivie…

Directeur de retraites, Clément Fuhl exerça une action considérable et
profonde

.

Son influence fut étonnante et durable sur la vie
spirituelle des couvents allemands de
son ordre.
C'était en effet un religieux d'une extraordinaire
piété et d'une grande intimité
avec Dieu. Il vivait
dans la présence de Dieu et cherchait à inculquer
aux autres le désir
d'y vivre. Entraîner ses frères
dans le chemin de la perfection évangélique et
vivifier
l'idéal augustinien de la vie commune,
en particulier la prière chorale et le chant
liturgique,
étaient son souci constant. Supérieur compréhensif,
tout entier à chacun et aux
besoins généraux de
l'ordre, infatigable à la tâche ('restlos und rastlos',
répétait-il), d'une
extraordinaire modestie dans les
plus hautes charges, il rayonnait le don de soi et
la charité.

.. (Editeur Beauchesne)

 

Sainte Marie de Paris

intellectuelle, moniale et martyre (✝ 1945)

Elizaveta Jur'evna Pilenko plus connue sous
son nom en religion:

Mat' Marija Skobcova (1891-1945).
Elle prit part aux débats révolutionnaires
de la Russie du début
du vingtième siècle.

Elle émigra à Paris en 1923, fit ses vœux
monastiques en 1932
et y fonda un monastère
pour accueillir les pauvres dont
les émigrés
russes. Arrêtée en 1943 pour avoir protégé des

enfants juifs, elle fut déportée au camp
de concentration de
Ravensbrück où elle
mourut dans une chambre à gaz.

Canonisée en 2004 par le Patriarcat œcuménique.
Paroisse Saint Alexis d'Ugine et Sainte Marie de
Paris
(Lyon)
Archevêché des Églises
Orthodoxes Russes en Europe Occidentale

- Exarchat du Patriarcat oecuménique.
Mat' Marija (Mère Maria), film tchèque de 1983 par Sergei Kolosov.

Print
Repost
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article