Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Bienvenue sur mon site
Une innovation pour mes anciens lecteurs, désormais je traite de divers sujet, en premier La religion judéo chrétienne signé" Monique Emounah", pour ceux qui ne peuvent se déplacer à l'églises quelques soit la raison, et le lieu de leurs résidences ils peuvent suivre les  offices du jour,  la politique (LR) et les infos, la poésie et les arts en général. Mes écrits, signé (Alumacom) également mes promos de mes dernières parutions et quelquefois un rappel pour mes anciens écrits. Merci de votre attention,

Le blog de mim-nanou75.over-blog.com

Bienvenue sur mon site Une innovation pour mes anciens lecteurs, désormais je traite de divers sujet, en premier La religion judéo chrétienne signé" Monique Emounah", pour ceux qui ne peuvent se déplacer à l'églises quelques soit la raison, et le lieu de leurs résidences ils peuvent suivre les offices du jour, la politique (LR) et les infos, la poésie et les arts en général. Mes écrits, signé (Alumacom) également mes promos de mes dernières parutions et quelquefois un rappel pour mes anciens écrits. Merci de votre attention,

Allez annoncer à mes frères qu’ils doivent se rendre en Galilée : c’est là qu’ils me verront

com
Allez annoncer à mes frères qu’ils doivent se rendre en Galilée : c’est là qu’ils me verront
Méditation du jour

Allez annoncer à mes frères qu’ils doivent se rendre en Galilée : c’est là qu’ils me verront

Lundi 22 avril 2019
 

Évangile selon saint Matthieu 28, 8-15

En ce temps-là, quand les femmes eurent entendu les paroles de l’ange, vite, elles quittèrent le tombeau, remplies à la fois de crainte et d’une grande joie, et elles coururent porter la nouvelle à ses disciples. Et voici que Jésus vint à leur rencontre et leur dit : « Je vous salue. » Elles s’approchèrent, lui saisirent les pieds et se prosternèrent devant lui. Alors Jésus leur dit : « Soyez sans crainte, allez annoncer à mes frères qu’ils doivent se rendre en Galilée : c’est là qu’ils me verront. » Tandis qu’elles étaient en chemin, quelques-uns des gardes allèrent en ville annoncer aux grands prêtres tout ce qui s’était passé. Ceux-ci, après s’être réunis avec les anciens et avoir tenu conseil, donnèrent aux soldats une forte somme en disant : « Voici ce que vous direz : “Ses disciples sont venus voler le corps, la nuit pendant que nous dormions. ”Et si tout cela vient aux oreilles du gouverneur, nous lui expliquerons la chose, et nous vous éviterons tout ennui. » Les soldats prirent l’argent et suivirent les instructions. Et cette explication s’est propagée chez les Juifs jusqu’à aujourd’hui.

Écouter cette méditation

Prière

Seigneur ressuscité, ce matin, je suis comme les femmes qui courent au tombeau. Je crois aller vers un Jésus que je connais par cœur, sans me rendre compte que tu veux me surprendre. Je crois aller vers un mort, alors que tu es vivant. Pardonne mon peu de foi, Seigneur ressuscité ! Aide-moi à me rendre compte qu’entre nous deux, le plus vivant, c’est toi !

Demande

Seigneur Jésus, que je te rencontre !

Réflexion

1. Dans l’Évangile de saint Matthieu, la première apparition de Jésus ressuscité a lieu devant les deux femmes qui étaient venues tôt le matin rendre visite au sépulcre, Marie de Magdala et « l’autre Marie ». Celles-ci sont encore sous le choc du tremblement de terre, de la splendeur aveuglante de l’ange et, surtout, de l’incroyable message qu’il leur a donné : « Il n’est pas ici, car il est ressuscité ». Les yeux et les oreilles encore tout emplis de cette nouvelle inattendue, elles prennent maintenant en courant le chemin du retour vers la ville pour porter le message aux disciples. Et c’est là que, tout d’un coup, Jésus vient à leur rencontre. Elles ne savent pas d’où il vient, elles ne l’ont pas vu arriver. C’est comme s’il sortait de nulle part. Et pourtant, c’est bien lui, juste là, à quelques mètres de distance.

C’est souvent à l’improviste que le Seigneur intervient dans la vie de ceux à qui il veut se révéler. L’appel d’Abraham, la rencontre avec Moïse dans le buisson ardent, l’annonce de l’ange à Zacharie, puis à Marie : toutes ces irruptions divines sont arrivées au moment où l’on s’y attendait le moins. C’est aussi de la même façon que le Seigneur peut venir à ma rencontre. « Voici que je me tiens à la porte, et je frappe. » (Ap 3, 20) Seigneur, je t’en prie, aide-moi à reconnaître le temps de ta visite !

2. En voyant Jésus venir à leur rencontre, les femmes n’hésitent pas une seconde. Elles s’approchent de lui, lui saisissent les pieds et se prosternent devant lui. La crainte que leur inspirait l’ange a disparu. Elles ne pensent même plus à l’angoisse qui envahissait leur cœur depuis l’heure funèbre de la croix. La présence du Christ fait disparaître toute préoccupation. Elle ne laisse que l’amour et la foi : l’amour qui pousse les femmes vers Jésus, la foi qui les jette à terre pour adorer. Peut-être résonnent encore dans leur mémoire les paroles prononcées il y a quelques heures à peine au pied de la croix par le centurion : « Vraiment, celui-ci était Fils de Dieu ! » Oui, c’est le Fils du Dieu vivant qui est en face d’elles.

Moi aussi, je veux t’adorer, Seigneur ressuscité ! Que ta présence à mes côtés dissipe toute peur et toute angoisse ! Si tu es avec moi, qui sera contre moi (Cf. Rm 8, 31) ? En ta présence, je n’ai rien à craindre. Même la mort est vaincue, même l’outre-tombe a perdu son regard menaçant. Seigneur ressuscité, fais-moi vivre en ta présence !

3. La deuxième partie de l’Évangile me fait changer radicalement de scène. Je ne suis plus sur le chemin du sépulcre, mais en plein cœur de la ville, chez les grands prêtres et les anciens. Prévenus par les gardes, ceux-ci décident de faire courir la rumeur que les disciples ont volé le cadavre de Jésus pendant la nuit. Et en guise d’argument pour convaincre les soldats de répandre cette version des faits, une somme d’argent fera l’affaire. Ce qui est bizarre dans cette histoire, c’est que les grands prêtres et les anciens ne doutent pas une seconde du miracle qu’ils s’empressent de camoufler. Ils n’hésitent pas à croire le récit des soldats, l’apparition de l’ange et le sépulcre vide. Comme s’ils s’y attendaient. Ils sont tellement convaincus de l’évidence de la Résurrection qu’ils cherchent désespérément une imposture pour dissimuler le miracle.

Pourquoi les grands prêtres s’acharnent-ils tellement à refuser de croire ? Parce que la Résurrection les dérange. Si le Christ est vraiment ressuscité, ils savent qu’ils doivent changer de vie, renoncer à leurs traditions bien commodes, remettre en question leur façon de vivre. Et moi ? Suis-je prêt à accepter la Résurrection ? Suis-je prêt à me laisser bousculer par le Dieu vivant ?

Dialogue avec le Christ

Seigneur Jésus, je veux te prier avec les mots de saint Hippolyte de Rome : « Seigneur ressuscité, par toi la mort hideuse a été anéantie et la vie étendue à toute chose ; les portes du ciel ont été ouvertes, […]. Tiens les mains étendues sur ta sainte Église et sur ton peuple saint, garde-le et conserve-le. Dresse sur nous l'étendard de notre salut et fais-nous la grâce de chanter avec Moïse l'hymne de victoire. Car à toi appartiennent la gloire et l'empire pour les siècles des siècles ! » ( http://site-catholique.fr/index.php?post/Hymne-Pascal-de-Saint-Hippolyte-de-Rome )

Résolution

Aujourd’hui, je prendrai un moment pour rencontrer le Seigneur en allant lui rendre visite au tabernacle.

Frère Benoît Terrenoir, LC
Print
Repost
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article