Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Bienvenue sur mon site
Une innovation pour mes anciens lecteurs, désormais je traite de divers sujet, en premier La religion judéo chrétienne signé" Monique Emounah", pour ceux qui ne peuvent se déplacer à l'églises quelques soit la raison, et le lieu de leurs résidences ils peuvent suivre les  offices du jour,  la politique (LR) et les infos, la poésie et les arts en général. Mes écrits, signé (Alumacom) également mes promos de mes dernières parutions et quelquefois un rappel pour mes anciens écrits. Merci de votre attention,

Le blog de mim-nanou75.over-blog.com

Bienvenue sur mon site Une innovation pour mes anciens lecteurs, désormais je traite de divers sujet, en premier La religion judéo chrétienne signé" Monique Emounah", pour ceux qui ne peuvent se déplacer à l'églises quelques soit la raison, et le lieu de leurs résidences ils peuvent suivre les offices du jour, la politique (LR) et les infos, la poésie et les arts en général. Mes écrits, signé (Alumacom) également mes promos de mes dernières parutions et quelquefois un rappel pour mes anciens écrits. Merci de votre attention,

Infos de la semaine, bon dimanche des rameaux

com

Le plus grand exode de l’histoire latino-américaine moderne se déroule sous nos yeux : 5,3 millions de réfugiés d’ici fin 2019

Le nombre de vénézuéliens qui fuient la crise économique et humanitaire de leur pays devrait atteindre 5,3 millions d’ici fin 2019, faisant de cette migration massive, le plus grand exode de l’histoire latino-américaine moderne, selon les Nations Unies.

Le Haut Commissariat pour les réfugiés (HCR) et l’agence des Nations Unies pour les migrations (OIM) précisent qu’en 2018, 5000 personnes ont quitté le Venezuela chaque jour. En février 2019, ils étaient 3,4 millions à avoir fui le chaos dans lequel leur pays a basculé. La grande majorité d’entre eux – 2,7 millions – sont hébergés dans des pays d’Amérique latine et des Caraïbes.

Actuellement, la Colombie accueille le plus grand nombre de réfugiés et de migrants vénézuéliens, avec plus de 1,1 million. Viennent ensuite le Pérou avec 506 000, le Chili 288 000, l’Équateur 221 000, l’Argentine 130 000 et le Brésil 96 000. Le Mexique et d’autres pays d’Amérique centrale et des Caraïbes accueillent également un nombre important de réfugiés et de migrants du Venezuela. Eduardo Stein, représentant spécial du HCR et de l’OIM pour les réfugiés et les migrants vénézuéliens, s’est exprimé.

« Les pays de la région ont fait preuve d’une formidable solidarité avec les réfugiés et les migrants du Venezuela et ont mis en œuvre des solutions ingénieuses pour les aider. »

Conformément à la déclaration de Quito signée le 3 et 4 septembre 2018, les gouvernements argentin, brésilien, chilien, colombien, costaricain, équatorien, mexicain, panaméen, péruvien et uruguayen, coopèrent pour répondre à la crise migratoire des citoyens vénézuéliens dans la région. La Colombie devrait continuer d’accueillir le plus grand nombre de migrants, avec plus de 2,2 millions de personnes installées dans le pays d’ici à décembre 2019. Le Pérou devrait connaître le deuxième plus important afflux, avec près de 1,4 million d’arrivées à la fin de l’année prochaine.

Eduardo Stein, représentant spécial des Nations Unies pour les réfugiés et migrants vénézuéliens, écrit dans le rapport du plan de réponse.

« Outre les impacts humanitaires les plus immédiats du plus grand déplacement de population de l’histoire de l’Amérique latine, il existe d’autres implications assez complexes pour lesquelles nous n’étions pas préparés en tant que région. »

Le défi migratoire engendré par la crise politique, économique et sociale du Venezuela est considérable.

Selon le HCR, les organisations humanitaires auraient désormais besoin de 738 millions de dollars pour fournir aux migrants des services essentiels, tels que de la nourriture et des abris d’urgence. Le Haut-Commissaire des Nations unies pour les réfugiés, Filippo Grandi décrit l’urgence humanitaire.

« Il est maintenant vital de stabiliser la situation humanitaire catastrophique qui affecte les millions de Vénézuéliens en quête de protection et d’abris sur tout le continent. »

H.L.

Crédit image : Glenn R. Specht-grs photo / Shutterstock.com

PreachersNSneackers, le compte Instagram qui épingle le train de vie de certains pasteurs

Ils côtoient les stars et les entrepreneurs chrétiens les plus influents, ils sont actifs sur les réseaux sociaux et ont un style impeccable. Certains les aiment, d’autres souhaiteraient leur ressembler, mais ils sont aussi parfois décriés… Ce sont les « Hypepriests », ces pasteurs les plus stylés, parfois habillés chez Gucci et Saint-Laurent, ou adeptes des sneakers haut de gamme.

Ils ne sont pas tous versés dans la prospérité d’ailleurs. Ils soignent simplement leur look de la même manière que le font les personnes qu’ils côtoient, affirmeront-ils, mais le tout récent compte Instagram PreachersNSneakers, suivi par plus de 100 000 abonnés, a décidé d’épingler de manière nominative le train de vie de certains pasteurs.

Si la démarche sur Instagram est récente, la question revient de manière cyclique. Est-il éthique pour un pasteur de porter des vêtements de luxe ?

La question a même été posée par le magazine GQ en 2017. Sam Schub déclarait alors :

« Je ne veux pas dire que les pasteurs ne devraient pas ou ne peuvent pas s’habiller de cette manière. Les robes de fantaisie et les pantoufles de velours rouge du pape sont des outils de marque à leur manière… Mais je ressens que la convergence chez les Hypepriests de nombreuses tendances qui font le monde de la mode (et le reste de la vie aussi) a tellement accéléré, de manière frénétique, ainsi que la manière dont nous sommes toujours commercialisés, l’omniprésence du logo, l’élévation de l’exclusivité et  de la série limitée. »

Pour un commentateur du compte Instagram, les pasteurs devraient pouvoir jouir de leur revenu sans en rendre compte.

« Si votre ménage rapporte plus de 30 000 dollars par an (une blague pour beaucoup d’américains), vous êtes déjà dans le top 1% des revenus du monde, et tout ce que vous achèterez sera considéré comme frivole par rapport à ceux d’autres pays. Ce que vous ne voyez pas, c’est que beaucoup de ces pasteurs ne perçoivent même pas de salaire de leur église, et un couple rembourse même l’église pour le salaire qu’elle a reçu au cours de leur ministère après avoir perçu les revenus de leur livre / musique / etc. quand les ventes décollent. »

D’autres réclameront l’exemplarité, le partage des ressources, le don aux plus pauvres, mais peut-être ces pasteurs donnent-ils par ailleurs une large part de leurs revenus à des oeuvres humanitaires.

Le principal intéressé par cette polémique naissante, le propriétaire du compte Instagram qui porte le pseudo de Tyler, semble lui-même un peu dépassé par la tournure des événements. Il déclare dans une interview pour BuzzFeed que ce compte est né « un jour d’ennui, du mariage parfait de deux de ses passions : la foi chrétienne et son style de vie de collectionneur et vendeur de sneakers ».

« Je suis chrétien et je le suis depuis longtemps. Je tiens vraiment aux dirigeants de l’église et à la hauteur de leur appel […] J’ai commencé à me poser des questions : ‘Qu’est-ce qui est correct en matière de mode… En ce qui concerne les pasteurs en vogue ou les vêtements de marque ?’ Je n’ai pas de réponse. »

Tyler se poserait donc une question et pense d’ailleurs qu’il est important que les chrétiens « discutent de ce qui est approprié » en matière de mode.

« Je dis simplement que les membres de l’église devraient au moins poser la question. »

Nous vous la posons donc, quel est votre avis sur ce sujet ?

H.L.

© Info Chrétienne - Courte reproduction partielle autorisée suivie d'un lien "Lire la suite" vers cette page

Print
Repost
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article