Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Bienvenue sur mon site
Une innovation pour mes anciens lecteurs, désormais je traite de divers sujet, en premier La religion judéo chrétienne signé" Monique Emounah", pour ceux qui ne peuvent se déplacer à l'églises quelques soit la raison, et le lieu de leurs résidences ils peuvent suivre les  offices du jour,  la politique (LR) et les infos, la poésie et les arts en général. Mes écrits, signé (Alumacom) également mes promos de mes dernières parutions et quelquefois un rappel pour mes anciens écrits. Merci de votre attention,

Le blog de mim-nanou75.over-blog.com

Bienvenue sur mon site Une innovation pour mes anciens lecteurs, désormais je traite de divers sujet, en premier La religion judéo chrétienne signé" Monique Emounah", pour ceux qui ne peuvent se déplacer à l'églises quelques soit la raison, et le lieu de leurs résidences ils peuvent suivre les offices du jour, la politique (LR) et les infos, la poésie et les arts en général. Mes écrits, signé (Alumacom) également mes promos de mes dernières parutions et quelquefois un rappel pour mes anciens écrits. Merci de votre attention,

Méditation « Afin que tout homme qui croit obtienne par lui la vie éternelle »

com

Livre des Actes des Apôtres 4,32-37.

 
La multitude de ceux qui étaient devenus croyants avait un seul cœur et une seule âme ; et personne ne disait que ses biens lui appartenaient en propre, mais ils avaient tout en commun.
C’est avec une grande puissance que les Apôtres rendaient témoignage de la résurrection du Seigneur Jésus, et une grâce abondante reposait sur eux tous.
Aucun d’entre eux n’était dans l’indigence, car tous ceux qui étaient propriétaires de domaines ou de maisons les vendaient,
et ils apportaient le montant de la vente pour le déposer aux pieds des Apôtres ; puis on le distribuait en fonction des besoins de chacun.
Il y avait un lévite originaire de Chypre, Joseph, surnommé Barnabé par les Apôtres, ce qui se traduit : « homme du réconfort ».
Il vendit un champ qu’il possédait et en apporta l’argent qu’il déposa aux pieds des Apôtres.
 

Psaume 93(92),1abc.1d-2.5.

 
Le Seigneur est roi ;
il s'est vêtu de magnificence
le Seigneur a revêtu sa force.

Et la terre tient bon, inébranlable ;
dès l'origine ton trône tient bon,
depuis toujours, tu es.


Tes volontés sont vraiment immuables :
la sainteté emplit ta maison,
Seigneur, pour la suite des temps

Évangile de Jésus-Christ selon saint Jean 3,7b-15.

 
En ce temps-là, Jésus disait à Nicodème : « Il vous faut naître d’en haut.
Le vent souffle où il veut : tu entends sa voix, mais tu ne sais ni d’où il vient ni où il va. Il en est ainsi pour qui est né du souffle de l’Esprit. »
Nicodème reprit : « Comment cela peut-il se faire ? »
Jésus lui répondit : « Tu es un maître qui enseigne Israël et tu ne connais pas ces choses-là ?
Amen, amen, je te le dis : nous parlons de ce que nous savons, nous témoignons de ce que nous avons vu, et vous ne recevez pas notre témoignage.
Si vous ne croyez pas lorsque je vous parle des choses de la terre, comment croirez-vous quand je vous parlerai des choses du ciel ?
Car nul n’est monté au ciel sinon celui qui est descendu du ciel, le Fils de l’homme.
De même que le serpent de bronze fut élevé par Moïse dans le désert, ainsi faut-il que le Fils de l’homme soit élevé,
afin qu’en lui tout homme qui croit ait la vie éternelle.
Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris
  • Sainte Thérèse-Bénédicte de la Croix [Édith Stein] (1891-1942)

    carmélite, martyre, copatronne de l'Europe

    Poésie « Heilige Nacht » (trad. Malgré la nuit, Ad Solem 2002, p.21)

    « Afin que tout homme qui croit obtienne par lui la vie éternelle »

    Mon Seigneur et mon Dieu, tu m'as guidée sur un long chemin obscur, pierreux et dur. Mes forces semblaient souvent vouloir m'abandonner, je n'espérais presque plus voir un jour la lumière. Mon cœur se pétrifiait dans une souffrance profonde quand la clarté d'une douce étoile se leva à mes yeux. Fidèle, elle me guida et je la suivis d'un pas d'abord timide, plus assuré ensuite. J'arrivai enfin devant la porte de l'Église. Elle s'ouvrit. Je demandai à entrer. Ta bénédiction m'accueille par la bouche de ton prêtre. À l'intérieur des étoiles se succèdent, des étoiles de fleurs rouges qui me montrent le chemin jusqu'à toi... Et ta bonté permet qu'elles m'éclairent dans mon chemin vers toi. Le mystère qu'il me fallait garder caché au profond de mon cœur, je peux désormais l'annoncer à haute voix : Je crois, je confesse ma foi ! Le prêtre me conduit aux marches de l'autel, j'incline le front, l'eau sainte coule sur ma tête. Seigneur, est-il possible à quelqu'un de renaître une fois écoulée la moitié de sa vie ? (Jn 3,4)

    Tu l'as dit, et c'est pour moi devenu réalité. Le poids des fautes et des peines de ma longue vie m'a quittée. Debout, j'ai reçu le manteau blanc placé sur mes épaules, symbole lumineux de la pureté ! J'ai porté à la main le cierge dont la flamme annonce qu'en moi brûle ta vie sainte. Mon cœur est désormais devenu la crèche qui attend ta présence. Pour peu de temps ! Marie, ta mère, qui est aussi la mienne, m'a donné son nom. À minuit elle dépose en mon cœur son enfant nouveau-né. Oh ! nul cœur humain ne peut concevoir ce que tu prépares à ceux qui t'aiment (1Co 2,9).

    Tu es à moi désormais et jamais plus je ne te quitterai. Où que puisse aller la route de ma vie, tu es auprès de moi. Rien jamais ne pourra me séparer de ton amour (Rm 8,39).

Print
Repost
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article