Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de mim-nanou75.over-blog.com

Bienvenue sur mon site Une innovation pour mes anciens lecteurs, désormais je traite de divers sujet, en premier La religion judéo chrétienne signé" Monique Emounah", pour ceux qui ne peuvent se déplacer à l'églises quelques soit la raison, et le lieu de leurs résidences ils peuvent suivre les offices du jour, la politique (LR) et les infos, la poésie et les arts en général. Mes écrits, signé (Alumacom) également mes promos de mes dernières parutions et quelquefois un rappel pour mes anciens écrits. Merci de votre attention,

Quelques Saints et Bienheureux du 11 avril

St Stanislas

évêque et martyr (+ 1079)

Fête le 11 Avril

Saint Stanislas
Évêque de Cracovie, martyr
(1030-1079)

 

S

tanislas (Stanisław en polonais) naît à Cracovie en 1030 de parents fort avancés en âge, mariés depuis trente ans et encore sans postérité. Dieu, qui avait des vues élevées sur cet enfant, lui inspira dès son bas âge de grandes vertus, surtout la charité pour les pauvres, et une mortification qui le portait à jeûner souvent et à coucher sur la terre nue, même par les plus grands froids.

 

Après de brillantes études, il n'aspirait qu'au cloître ; à la mort de ses parents, il vendit leurs vastes propriétés et en donna le prix aux pauvres. Stanislas dut se soumettre à son évêque, qui l'ordonna prêtre et le fit chanoine de Cracovie.

 

Il fallut avoir recours au Pape pour lui faire accepter, en 1072, le siège de Cracovie, devenu vacant. Ses vertus ne firent que grandir avec sa dignité et ses obligations ; il se revêtit d'un cilice, qu'il porta jusqu'à sa mort ; il se fit remettre une liste exacte de tous les pauvres de la ville et donna l'ordre à ses gens de ne jamais rien refuser à personne.

 

La plus belle partie de la vie de Stanislas est celle où il fut en butte à la persécution du roi de Pologne, Boleslas II. Ce prince menait une conduite publiquement scandaleuse. Seul l'évêque osa comparaître devant ce monstre d'iniquité, et d'une voix douce et ferme, condamner sa conduite et l'exhorter à la pénitence. Le roi, furieux, attendit l'heure de se venger.

 

Stanislas avait acheté pour son évêché, devant témoins, et il avait payé une terre dont le vendeur était mort peu après. Le roi, ayant appris qu'il n'y avait pas d'acte écrit et signé, gagna les témoins par promesses et par menaces, et accusa Stanislas d'avoir usurpé ce terrain. L'évêque lui dit : « Au bout de ces trois jours, je vous amènerai comme témoin le vendeur lui-même, bien qu'il soit mort depuis trois ans. »

 

Le jour venu, le saint se rendit au tombeau du défunt ; en présence d'un nombreux cortège, il fit ouvrir la tombe, où on ne trouva que des ossements. Stanislas, devant cette tombe ouverte, se met en prière, puis touche de la main le cadavre : « Pierre, dit-il, au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit, viens rendre témoignage à la vérité outragée. »

À ces mots, Pierre se lève, prend la main de l'évêque devant le peuple épouvanté, et l'accompagne au tribunal du roi. Le ressuscité convainc de calomnie le roi et les témoins, et de nouveau accompagne l'évêque jusqu'au tombeau, qu'on referme sur son corps, redevenu cadavre. Loin de se convertir, le roi impie jura la mort de Stanislas, et bientôt l'assassina lui-même, en 1079, pendant qu'il offrait le saint sacrifice.

 
St Barsanuphe

anachorète (+ v. 540)

Fête le 11 Avril

Martyrologe Romain : Près de Gaza en Palestine, vers 540, saint Barsanuphe, anachorète. D’origine égyptienne, d’une austérité de vie extraordinaire, rempli du don de conseil, il ne communiquait avec les autres que par écrit.

Bx Symphorien Ducki
Bx Symphorien Ducki

o.f.m. cap et martyr (+ 1942)

Fête le 11 Avril

Martyrologe Romain : Au camp de concentration d’Auschwitz (Oswiecin), près de Cracovie en Pologne, l’an 1942, le bienheureux Symphorien Ducki, religieux capucin et martyr. Sous l’occupation de son pays par les troupes du régime nazi, il fut arrêté avec les autres religieux de son couvent, plongé plusieurs fois dans l’eau glacée et enfin massacré par les vigiles du camp.

11 Avril
  
Sainte Gemma Galgani

Vierge
(1878-1903)

Sainte Gemma Galgani
Sainte Gemma Galgani

Une vie d'holocauste, de prodiges et de douleurs, tel est le résumé du court passage de cette vierge de Lucques en Italie.

Gemma naquit le 12 mars 1878, à Camigliana, en Italie. Sa mère tuberculeuse pressentant sa fin s'efforçait de diriger ses enfants vers Dieu. A peine âgée de trois ans, la petite Gemma était demi-pensionnaire à l'école; aussi, dès l'âge de cinq ans la fillette savait lire l'office de la Sainte Vierge et y mettait tout son coeur. Dieu marqua cette enfant de prédilection du sceau de Sa croix; dès ses huit ans, elle perdit sa chère mère.

A cet âge, son plus ardent désir était de communier, mais la coutume ne le permettait pas. Voyant qu'elle dépérissait à vue d'œil, son confesseur lui donna une autorisation spéciale et c'est avec joie qu'elle put s'approcher de la Sainte Table. A partir de ce moment, Gemma prit la résolution de se tenir toujours en présence de Dieu.

La tuberculose dont moururent sa mère, son frère et son père avait déjà atteint Gemma dès l'âge de vingt ans. Orpheline, elle fut placée dans une famille amie où elle fut traitée comme une fille de la maison, et où elle pouvait mener dans le monde une vie cachée dans le Christ. Un premier vendredi du mois de mars 1899, après plusieurs neuvaines à Saint Gabriel de l'Addolorata, ce Saint lui apparut et la guérit miraculeusement. Délivrée de son mal, Gemma tient à réaliser le grand désir de sa vie: devenir religieuse passioniste. Hélas! ses démarches sont repoussées.

Le 8 juin 1899, Gemma Galgani reçoit les stigmates. La voie de sa sanctification se dessine de plus en plus clairement. "Apprends à souffrir, car la souffrance apprend à aimer," lui dit Jésus la veille de la fête du Sacré-Coeur.

En même temps que les ravissements la faisaient vivre dans un état d'union extatique, la souffrance ne la quittait pas. Gemma participait aux douleurs du Christ; elle connut Sa sueur de Sang, Son couronnement d'épines et Ses stigmates. Le démon la harcelait, la rouait de coups; Gemma souffrait tout en esprit de réparation. Au cours de la dernière maladie qui la terrassa, elle apprit d'une manière surnaturelle qu'avant de voir s'ouvrir le ciel, il lui faudrait passer encore par un déchirant calvaire en expiation des péchés commis dans le sacerdoce. Les tourments qu'elle endura pendant plusieurs mois furent indicibles, mais sa patience ne faiblit point; elle s'offrait continuellement en victime d'holocauste.

Tiré de la Vie des Saints, par Marteau de Langle de Cary, 1959, tome II, p. 61-62; et de W. Schamoni, édition 1955, p. 305

 

Fête le 11 Avril

Bienheureuse Elena Guerra
Vierge et fondatrice de la Congrégation des

« Oblates du Saint-Esprit »

 

E

lena Guerra naît à Lucques le 23 Juin 1835 dans une famille pratiquante. Au cours d'une longue maladie elle en profite pour étudier les Pères de l'Église et la Bible. Sa vie intérieure s'approfondit.

 

En avril 1870, elle se rend à Rome pour assister à une session du Concile Vatican I ; ce pèlerinage la confirme dans l'appel qu'elle ressent à la vie religieuse. L'année suivante, elle commence un essai de communauté avec des amies : cela deviendra en 1882 la Congrégation des Sœurs de Sainte Zita pour l'éducation de la jeunesse. Elle y aura comme élève sainte Gemma Galgani.

 

Elena se sent de plus en plus poussée à diffuser la dévotion au Saint Esprit dans l'Église et, dans ce but, elle écrit plusieurs fois à Léon XIII (Vincenzo Gioacchino Pecci, 1878-1903) pour qu'il exhorte les chrétiens à cette dévotion. Le pape répond à sa demande et publie en 1895 la lettre Apostolique « Provida Matris Caritate » où il encourage les fidèles à faire une neuvaine à l'Esprit Saint, entre les fêtes de l'Ascension et de la Pentecôte, pour l'unité des chrétiens. Dans l'Encyclique « Divinum Illud Munus » (1897) il rappelle la neuvaine et précise que celle-ci doit se faire chaque année.

 

En Octobre 1897 Elena est reçue en audience par Léon XIII qui la confirme dans son action et l'autorise à changer le nom de sa congrégation en « Oblates du Saint-Esprit ».

Elena retourne au Seigneur le 11 avril 1914.

 

Elle est béatifiée le 26 avril 1959 par saint Jean XXIII (Angelo Giuseppe Roncalli, 1958-1963) qui la nomme « l'apôtre de l'Esprit Saint » de l'époque moderne.

Bx Lanuin
Bx Lanuin

successeur de saint Bruno (+ 1119)

Fête le 11 Avril

Martyrologe Romain : En Calabre, l’an 1119, le bienheureux Lanuin, compagnon de saint Bruno et son successeur, qui fut un excellent interprète de l’esprit du fondateur dans l’établissement des monastères de l’Ordre de la Chartreuse.

 
Bse Sancie
Bse Sancie

vierge, fille du roi Sanche Ier (+ 1229)

Fête le 11 Avril

Martyrologe Romain : Près de Coïmbre au Portugal, en 1229, la bienheureuse Sancie, vierge, fille du roi Sanche Ier, qui fonda le monastère de moniales cisterciennes de Cellas et y prit elle-même l’habit religieux.

 
 
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article