•  

    Saint Grégoire le Grand (v. 540-604)

    pape et docteur de l'Église

    Homélies sur l'Évangile, n°24 (trad. Le Barroux rev.)

     

    « Au lever du jour, Jésus était là, sur le rivage » (540 - 604)

     

    Que symbolise la mer, sinon le monde présent, battu par les vagues tumultueuses des affaires et les remous d'une vie caduque ? Et que représente le rivage ferme, sinon la pérennité du repos éternel ? Les disciples peinent donc sur le lac puisqu'ils sont encore pris dans les flots de la vie mortelle, mais notre Rédempteur, après sa résurrection, se tient sur le rivage puisqu'il a déjà dépassé la condition d'une chair fragile. C'est comme s'il avait voulu se servir de ces choses pour parler à ses disciples du mystère de sa résurrection, en leur disant : « Je ne vous apparais plus sur la mer (Mt 14,25), car je ne suis plus parmi vous dans l'agitation des vagues ». C'est dans le même sens qu'en un autre endroit, il a dit à ces mêmes disciples après sa résurrection : « Je vous ai dit ces choses quand j'étais encore avec vous » (Lc 24,44). Il n'a dit pas cela parce qu'il n'était plus avec eux — son corps était présent et leur apparaissait — mais... sa chair immortelle distançait de loin leurs corps mortels : il disait ne plus être avec eux tout en étant au milieu d'eux. Dans le passage que nous lisons aujourd'hui, par l'emplacement de son corps il leur signifie la même chose : alors que ses disciples naviguent encore, il se montre désormais établi sur le rivage.