Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Bienvenue sur mon site
Une innovation pour mes anciens lecteurs, désormais je traite de divers sujet, en premier La religion judéo chrétienne signé" Monique Emounah", pour ceux qui ne peuvent se déplacer à l'églises quelques soit la raison, et le lieu de leurs résidences ils peuvent suivre les  offices du jour,  la politique (LR) et les infos, la poésie et les arts en général. Mes écrits, signé (Alumacom) également mes promos de mes dernières parutions et quelquefois un rappel pour mes anciens écrits. Merci de votre attention,

Le blog de mim-nanou75.over-blog.com

Bienvenue sur mon site Une innovation pour mes anciens lecteurs, désormais je traite de divers sujet, en premier La religion judéo chrétienne signé" Monique Emounah", pour ceux qui ne peuvent se déplacer à l'églises quelques soit la raison, et le lieu de leurs résidences ils peuvent suivre les offices du jour, la politique (LR) et les infos, la poésie et les arts en général. Mes écrits, signé (Alumacom) également mes promos de mes dernières parutions et quelquefois un rappel pour mes anciens écrits. Merci de votre attention,

Les évidences de David et Pascal / En campagne électorale

com

2
En campagne électorale


Christine charge les cartons de tracts dans le coffre d’une voiture. « Mon cher petit Monsieur n’aura pas à le faire ! se dit-elle.
Pendant ce temps, Monsieur et Madame s’habillent avec une certaines recherche. Un look confortable adapté à la présentation de leur programme. Ils doivent inspirer confiance aux électeurs potentiels, qu’ils rencontrent sur les marchés de la ville.
Les élections municipales se préparent. Monsieur Louis est candidat. Madame Olga a la certitude d’être la prochaine épouse du maire de cette petite bourgade. Monsieur Louis Basileus se voit déjà à la mairie remplaçant son vieil ami malade. Il adhère pleinement au programme préparé par son épouse.
Le candidat Louis Basileus, au fur et à mesure, que l’échéance approche, devient de plus en plus nerveux. D’abord, ce fût l’effervescence joyeuse, l’enthousiasme enflamme les militants. Louis Basileus galvanise la population. Ce fameux jour avance à la vitesse d’un « grand V ».
Lorsque ce jour sera arrivé, l’existence de toute la famille sera chamboulée,  Ils seront dans un autre univers. Ils en ont conscience. Ils restent soudés et vigilant, le but est si proche.
Ils ont conçu leur programme d’après les informations que Monsieur  reçoit à son bureau de la Préfecture. Il est l’adjoint du préfet de Rouen. Mais également grâce aux militants faisant remonter les informations concernant, les bonnes appréciations et les griefs, ou les suggestions des habitants.
Madame Olga, jouit d’une grande popularité : ses cheveux roux longs, l’allure élégante provoquent respect et admiration. Pourtant son physique et son visage, malgré ses grands yeux bleus d’acier sont on ne peut plus quelconques. Sa société est en pleine extension. « Ce qui doit rassurer les électeurs » pense-t-elle.
Le magasin de Madame Olga situé au centre de la ville Maxéville, lui confère un statut de notable. Sa société est spécialisée sur tous les produits d’origine Normande. Elle existe depuis plusieurs générations dans sa famille.
 Sa société fabrique et vend les produits d’origine normande. « Camembert, crêpes, cidre, charcuterie (avec la fameuse andouille de Vire et les tripes de Caen), dentelles de tradition normande, et les tableaux représentant la vie du passé et d’aujourd’hui. La nature luxuriante normande est aussi mise en valeur par les artistes peintres de la région. Selon Monsieur Louis Basileus, « Sa moitié est un plus ».
Pendant que les Basileus sont sur le marché de Maxéville, Ryan est avec les chevaux et Badou  dans la propriété. Nos deux commères sont seules, elles reprennent leur bavardage à bâton rompu en préparant le menu de midi. « Le bavardage est nuisible, s’il empêche de travailler ». À coutume de dire la brave Christine.
⦁    Mais dites-moi, Christine, qui est Clémence ? Je ne l’ai pas encore vue, et pourtant, Madame est presque tous les jours au téléphone avec elle ?
⦁    Mademoiselle est la fille de Monsieur Pierre Courtois de la Boiserie. Madame s’est remariée quatre ans plus tard avec l’énarque Monsieur Louis Basileus. Mademoiselle Clémence, est l’héritière principale du domaine de la Manadière. Tandis que Monsieur David, héritera de  la propriété d’Arcachon qui est le patrimoine de Monsieur Basileus, et la moitié de la société de Madame.
⦁    Que fait Mademoiselle et où habite-t-elle actuellement ?
S’étonne Bernadette
⦁    Mademoiselle Clémence a vécu dans une ONG en Afrique. Elle y était médecin urgentiste. Elle peint depuis son enfance, pour se détendre. Elle relate la vie qui l’entoure. Actuellement, c’est la savane et tout ce qui fait la vie en Afrique.
⦁    Comment savez-vous qu’elle peint ?
⦁    Regardez les tableaux accrochés aux murs du bureau de Madame. Ils sont tous signés de Mademoiselle.
Rétorque Christine, elle reprend son souffle et continue :
⦁    Cette année, elle est devenue reporter médical, pour les ONG. Mademoiselle lui envoie des photos et de temps en temps, et aussi ses tableaux.
Après hésitation, Christine se lance à nouveau :
⦁    Vous verrez de temps en temps, au dîner, le Père Jacques curé de Saint-Antoine. Il est le confesseur de la famille. Madame et le Père Jacques animent un groupe paroissial pour l’insertion des jeunes issus de milieu défavorisé. Ce qui confère à Madame, une grande popularité.
⦁    Alors pourquoi, Madame, ne se présente-t-elle pas à l’élection municipale ? Interroge surprise Bernadette.
Précisément pour cette raison. Elle ne peut-être la maire de Maxéville. Elle n’aurait plus le temps de s’occuper de chacun, en plus de ses charges professionnelles.
Devant l’étonnement de Bernadette, Christine explique :
D’après ce que j’ai entendu, elle  pense que si son mari est élu, elle aura plus de pouvoir dans sa société au niveau Européen. Elle pourra promouvoir sa chère Normandie, du fait qu’elle est la fondatrice de la S.P.P.LN (Société Pour Promouvoir la Normandie). C’est pourquoi, durant la campagne électorale, ils font tous les samedis le marché de Saint-Antoine.
 Le magasin fondateur est situé sur cette place. Les différents établissements de sa société ont pignon sur rue dans les villes touristiques de la Normandie. Les marchés Eulalie et de la liberté (marché municipal couvert)  sont inondés par les militants en semaine.
Cependant, il y a une chose, que Christine ne dévoile pas à Bernadette. C’est le secret de Monsieur David. 
David est ravi, que ses parents soient occupés sur le marché Saint-Antoine. Car les élections les absorbent tellement, qu’ils ne peuvent voir ce que fait leur fils. Un samedi sur deux, Monsieur David participe partiellement avec ses amis au tractage pour soutenir ses parents.
Pendant que Bernadette questionne Christine, celle-ci charge les cartons de tracts dans le coffre de la voiture de Monsieur David.  Son cher Monsieur David n’aura pas à le faire. Pense-t-elle.
Pendant ce temps, Monsieur, Madame vérifient si tout est conforme à ce qu’ils recherchent dans leurs tenues vestimentaires. Ils espèrent avoir le look moderne confortable pour séduire leurs électeurs potentiels jeunes et âgés.
Les marchés de la ville sont une nécessité. Monsieur Louis a la certitude d’être le prochain maire. Il va remplacer ce vieil  ami malade. Il est certain que son programme est adapté  à la situation actuelle de la ville. De plus son épouse et l’ancien maire l’ont  signé.
Madame Olga, est l’enfant du pays. Elle jouit d’une grande popularité. Le magasin principal de sa société, l’a vu naître. Pour Louis, c’est un point supplémentaire.
Tous les samedis, ils sont personnellement sur ce marché. Ils sont accompagnés de David, un samedi sur deux.

Des voix puissantes montent des stands. Elles interpellent les clients discutant avec leurs amis au milieu des allées, gênant les passants et les clients pressés. Les consommateurs font la queue devant leurs commerçants. Ils demandent conseils, commandent leurs denrées choisies à l’étal, parfois ils se servent au grand désespoir des commerçants.
L’odeur du fromage et du poisson se mélangent. Le boucher,  le tripier, le charcutier s’activent les mains gantées.  Les marchands des quatre saisons crient, interpellent, pour couvrir la voix du poissonnier. Les plantes et fleurs amènent la joie. Les vendeurs de linge de maison, mercerie, ustensiles de ménage, chaussures, vêtements bouclent la place.
Le samedi, ce marché populaire, bruyant, est le lieu privilégié des politiciens de tous bords en cette période électorale.
Arrivés sur cette place, avant de se rendre sur le marché, les candidats visitent le bureau de tabac, épicerie, librairie-papeterie, boulangerie-pâtisserie et les deux cafés dont l’un est le PMU, les Basileus n’oublient pas la photo amicale avec chacun d’entre-deux.
Louis enjoué accueille ces militants avec le  dynamisme qui le caractérise, et de dispatcher deux par deux ces amis de confiances, dans le quartier et principalement sur ce marché Saint Antoine. Il n’est pas seulement le plus grand de la ville mais également du canton. 
David, est mis à contribution auprès des jeunes de la ville.
Olga serre les mains de tout le monde, demandent des nouvelles de chacun. Du commerçant aux clients, ainsi que les badauds, avec  elle, personnes n’est oublié. Elle les connait tous par leur nom, certains par leur prénom. Elle les interroge sur leurs préoccupations, leur santé, leur famille. Pour certains elle se souvient de leur anniversaire. Louis considère son épouse, comme son atout majeur. Pour lui, elle est la fée bonheur. La naissance, l’enfance et toute la vie d’Olga est à Maxéville. En conséquence, elle est sa carte maîtresse. Un petit mot par-ci, un petit mot là. Elle s’enquiert de chacun.
⦁    comment va le petit ?
Demande Olga à une jeune femme.
⦁    Il va mieux, merci madame.
Répond l’interlocutrice. Un peu plus loin, elle prend également des nouvelles d’un cas particulier.
⦁    Vous n’avez plus de soucis de travail ? Et le petit Jean est-il dans cet IME ?
⦁    Oui, Madame, j’ai un poste d’aide-ménagère, et le quartier de mes personnes âgées est tout près de l’ IME. Merci à votre mari. Tout est résolu.
⦁    Tant mieux, tant mieux, je suis heureuse pour vous. 
Répond Olga en lui serrant la main. J’espère qu’ils voteront louis. Pense-t-elle. C’est ainsi pendant trois heures. Chaque samedi, la cadence diffère selon la météo. Les jours de pluie il est difficile, d’accoster les passants, les commerçants et évidemment leurs clients. Cependant rien n’arrête les Basileus. Ils distribuent les tracts, ainsi que les sourires. Ils répondent aux questions de chacun, des poignées de main en vois-tu en voilà. Louis pose pour une photo avec des électeurs potentiels, et les commerçants, certains jours le parapluie est de mises. Le bonheur de Louis, c’est tout simplement une photo pour faire plaisir à un enfant. Toutes ces actions se font avec la bonhomie normande. Ils terminent régulièrement leurs tournées, en rejoignant leurs électeurs  éventuels à la messe. 
Seulement, ce samedi-là, une femme affolée coure à leur rencontre.
⦁    Que se passe-t-il Madame Crambé ?
Interroge inquiète Olga. Madame Crambé est une militante fidèle et amie habitante dans le quartier des mésanges. Olga et Michèle Crambé sont amies depuis l’enfance. Elles ont essuyé ensemble les bancs de l’école ainsi que ceux du lycée. Pour cette raison, elle accompagne son amie Olga dans la carrière politique de Louis. Toutes deux interpellent les passants avec les tracts ou tient la permanence. En public elles se vouvoient, mais dès qu’elles sont seules le tutoiement est automatique ainsi que  par leur prénom. Leurs différences de conditions n’existent plus.  Mais ce jour-là…son amie affolée crie en levant les bras, leur faisant des signes d’aller la rejoindre.
⦁    Louis, Olga, nous avons un gros problème ! 
S’écrit-elle essoufflée, lorsqu’ils la rejoignirent. Les deux femmes s’embrassent oubliant le public.
⦁    Que se passe-t-il Michèle ?
Demande Louis, subitement grave.
⦁    Notre local a été dévasté. Ils ont brisé la vitrine, ont saccagé la photocopieuse, ils ont volé ordinateur.  Ils ont fait flamber les tracts dans la rue à côté d’une voiture. Elle a explosé comme une bombe ! explique-t-elle rapidement en reprenant son souffle.
⦁    C’est ce bruit que nous avons entendu sur le marché ?
Interroge Louis
⦁    Oui, Monsieur.
 Michèle s’était ressaisie en voyant ses amis. Louis s’empare de son I Phone. Il informe la préfecture. Une demi-heure plus tard, les fourgons de la gendarmerie encerclent le bureau de la permanence Louis BASILEUS. Il appelle Bertrand un de ses colistiers. Une demi-heure plus tard, il le délègue pour s’occuper du problème. En le quittant pour rejoindre son épouse, il lui annonce :
⦁    Je vous retrouverai après l’office. Si ma présence est requise, dites à la police où je suis.
Olga l’attendait au carrefour avec son amie Michèle. Toutes deux papotaient nerveusement. Enfin, Louis  les rejoint.  Sur le trajet ils sont accostés par un homme intimidé.
⦁    Madame Basileus, Monsieur Basileus !?
Interpelle l’inconnu au cours du trajet. Que doivent-ils faire ? S’ils restent, ils seront en retard à la messe. Après une rapide concertation du regard, au vu de la situation, ils s'arrêtent, se tournent et…ils se décident. Ils l’interrogent nerveusement, tout en souriant comme des automates.
⦁    Pardon de vous déranger, pourriez-vous intervenir sur ma situation ? Elle est si catastrophique ! Je ne sais plus quoi faire, ni à quel saint me vouer…
Demande ce pauvre homme. Olga le questionne avec l’intérêt d’une dame patronnesse.
⦁    Que vous arrive-t-il…Monsieur ?
Ignorant la fin de la question, l’homme déballe ce qui lui arrive.
⦁    Eh bien voilà, je serai expulsé dans deux semaines. Ma femme m’a quitté, me laissant les trois enfants de : deux, quatre et cinq ans. Je viens de perdre mon travail. Monsieur, je vous en supplie, faites quelque chose, je vous en prie, c’est urgent. N’importe quel emploi me conviendra. Supplie le pauvre homme, en se tordant les mains.
⦁    Comment vous appelez-vous ?
⦁    Oh ! Excusez-moi, je suis Monsieur Promu Gérard
⦁    Mon ami que pouvez-vous faire pour monsieur Promu ?
Intervient Olga en se tournant vers son mari. Louis prend son carnet de rendez-vous de sa poche intérieur de sa veste.
⦁    Rappelez-moi votre nom, s’il vous plait.
⦁    Gérard Promu Monsieur
Louis, lui fixe une entrevue.
⦁    Venez lundi à quinze heures trente dans mon bureau, à la préfecture de Rouen. Je vous prendrai entre deux rendez-vous. Apportez tous vos documents, nous monterons votre dossier. J’étudierai personnellement avec les services concernés, toutes les possibilités, au vu de l’urgence.
⦁    Merci Monsieur Basileus, merci Madame, je serai à l’heure.
Répond monsieur Promu reconnaissant et rempli d’espérance, le sourire lui est revenu.
⦁    Très bien !
Ponctue Louis avec un large sourire en lui tendant la main. En quittant ce pauvre homme, Louis prend respectueusement et affectueusement son épouse par les épaules, et ils remontent la rue en direction de l’église. Sur le trajet, ils continuent à serrer les mains.
⦁    Allons à la messe. Il n’est pas trop tard. Ils devraient être au chant d’entrée.
Affirme le candidat Basileus.
⦁    David ne vient pas avec nous ?
S’inquiète Madame Basileus.
⦁    il préfère continuer la distribution des  tracts avec ses amis ! Ils sont jeunes ma chère amie.
Lui répond son mari avec un sourire complice.
⦁    Ah ! c’est lui qui voit !
Lui convient Madame Basileus contrariée, elle hausse légèrement les épaules en soupirant imperceptiblement. Elle  aurait tant voulu, qu’il les accompagne à la messe, comme lorsqu’il était enfant ! Elle pousse à nouveau un léger soupir discret.
Seulement voilà, David n’est déjà plus en vue. Il voit les choses autrement…

à suivre

Print
Repost
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article