Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de mim-nanou75.over-blog.com

Bienvenue sur mon site Une innovation pour mes anciens lecteurs, désormais je traite de divers sujet, en premier La religion judéo chrétienne signé" Monique Emounah", pour ceux qui ne peuvent se déplacer à l'églises quelques soit la raison, et le lieu de leurs résidences ils peuvent suivre les offices du jour, la politique (LR) et les infos, la poésie et les arts en général. Mes écrits, signé (Alumacom) également mes promos de mes dernières parutions et quelquefois un rappel pour mes anciens écrits. Merci de votre attention,

Bonne fête aux Saintes âmes de ce jour: 9 juillet

Bonne fête aux
 
 
Amandine
 
AmandaAmandinoEdnaEnyaMandy
 
 
Hermeline
Hermine
Irma
Marie-Hermine
 

Sainte Amandine

martyre (✝ 1900)

Pauline Jeuris, franciscaine missionnaire de Marie, martyrisée par les Boxers.
7 religieuses qui appartenaient à la Congrégation des Franciscaines missionnaires de Marie. Lors de la réaction anti-chrétienne des Boxers en Chine, elles furent massacrées à Tai-Yuan-Fou en Chine du Nord le 9 juillet 1900. 
Canonisées par Jean-Paul II le 1er Octobre 2000:
"La Bienheureuse Marie Hermine de Jésus (Irma Grivot),  
la Bienheureuse Marie de la Paix (Marie Anne Giuliani),  
la Bienheureuse Marie Claire (Clelia Nanetti),  
la Bienheureuse Marie de Sainte Natalie (Jeanne Marie Kerguin),  
la Bienheureuse Marie de Saint Just (Anne Moreau),  
la Bienheureuse Marie Adolphine (Anne Dierk),  
la Bienheureuse Marie Amandine (Paule Jeuris)"
(source Agostino Zhao Rong et 119 compagnons, martyrs en Chine, 
site du Vatican)
Elle fut béatifiée le 24 novembre 1946 et canonisée le 1er octobre 2000 avec les martyrs de Chine. 
voir aussi les saints franciscains, martyrs de Chine.
En Chine, dans la ville de Tai-Yuam de la province de Shanxi, en 1900, les saints martyrs Grégoire Grassi et François Fogolla, évêques, franciscains, et vingt-quatre compagnons Saints Élie Facchini, Théodoric Balat, prêtres, et André Bauer, religieux franciscains; Irma Grivot (Marie-Ermelline de Jésus), Marie-Anne Giuliani (Marie de la Paix), Clélie Nanetti (Marie-Claire), Jeanne-Marie Kerguin (Marie de Sainte-Natalie), Anne-Françoise Moreau (Marie de Saint-Just), Anne-Catherine Dierck (Marie-Adolphine), Pauline Jeuris (Marie-Amandine), vierges, franciscaines missionnaires de Marie; Jean Zhang Huan, Patrice Dong Bodi, Philippe Zhang Zhihe, Jean Zhang Jingguang, Jean Wang Rui, Thomas Shen Jihe, Simon Chen Ximan, Pierre Wu Anpeng, François Zhang Rong, Matthias Feng De, Jacques Yan Guodong, Pierre Zhang Banniu, Jacques Zhao Quanxin, Pierre Wang Erman qui furent massacrés par la secte de Yihetuam, en haine du nom chrétien.

Martyrologe romain

 

Saints Augustin ZhaoRong et ses compagnons

martyrs en Chine

Mémoire des saints Augustin Zhao Rong, prêtre, Pierre Sans y Jorda, évêque et leurs compagnons, martyrs  en Chine entre 1648 et 1930: 
- Évêques : saints Louis Versiglia, Antoine Fantosati, François Fogolla, Gabriel-Taurin Dufresse et Grégoire Grassi. 
- Prêtres : saints Céside Giacomantonio, François-Marie Lantrua (Jean de Triora), Joseph-Marie Gambaro, franciscains ; François Diaz del Ricon, François-Fernandez de Capillas, François Serrano, Joachim Royo, Jean Alcober, dominicains ; Léon-Ignace Mangin, Modeste Andlauer, Paul Denn, Remi Isoré, jésuites ; Albéric Crescitelli, de l'Institut pontifical pour les Missions étrangères ; Auguste Chapdelaine et Jean-Pïerre Néel, des Missions étrangères de Paris ; Calliste Caravario, salésien ; François-Régis Clet, Lazariste ; Paul Liu Hanzuo et Thaddée Liu Ruiting.
- Séminaristes : saints Joseph Zhang Wenlan et Paul Chen Changpin
- Catéchistes : saints Jérôme Lu Tingmei, Joachim He Kaizhi, Jean Chen Xianheng, Jean Zhang Tianshen, Joseph Zhang Dapeng, Laurent Wang Bing, Lucie Yi Zenmei, Martin Wu Xuesheng, Pierre Liu Wenynam, Pierre Wu Guosheng. 
- Saints et saintes : Agathe Lin Zhao,Agnès Cao Kuiying, André Wang Tianqing, Anne An Jianzhi, Anne Wang, Barbe Cui Lianzhi, Élisabeth Gin Bianzhi, Jean-Baptiste Lou Tingyin, Jean-Baptiste Wu Mantang, Jean-Baptiste Zhao Mingxi, Jean-Baptiste Zhou Wuzui, Jean Wang Guizin, Jean Wu Wengin, Joseph Ma Taishun, Joseph Wang Guiji, Joseph Wang Yumei, Joseph Yuan Gengyin, Joseph Yuan Zaide, Lang Yangzhi, Laurent Bai Xiaoman, Lucie Wang Cheng, Lucie Wang Wangzhi, Madeleine Du Fengju, Marc Ji Tianxiang, Marie An Guozhi, Marie An Lihua, Marie Du Tianshi, Marie Du Zhaozhi, Marie Fan Kun, Marie Fu Guilin, Marie Guo Lizhi, Marie Zhou Wuzhi, Marie Wang Lizhi, Marie Zhao Guoqzhi, Marie Zhao, Marie Zheng Xu, Marie Zhou Wuxhi, Marthe Wang Louzhi, Paul Ke Tingzhu, Paul Lang Fu, Paul Liu Jinde, Paul Wu Juan, Paul Wu Wanshu, Pierre Zhao Mingzhen, Pierre Zhou Rixin, Raymond Li Quenzhen, Rose Chen Aixie, Rose Fao Hui, Rose Zhao, Simon Qin Chunfu, Thérèse Chen Jinxie, Thérèse Zhang Hezhi, Xi Guizi et Zhang Huailu.
À différentes périodes et en divers lieux de Chine, ils ont attesté avec vigueur l'Évangile du Christ par la parole et par l'action et, à cause de leur prédication ou de leur confession de foi, ils ont été mis à mort, victimes de persécutions entre 1648 et 1930.

 

Martyrologe romain

Sainte Marie-Hermine de Jésus

martyre (✝ 1900)

Marie Hermine de Jésus(Irma Grivot) responsable de la communauté des sept Franciscaines Missionnaires de Marie, martyres en Chine le 9 juillet 1900.
Elle fut béatifiée le 24 novembre 1946 et canonisée le 1er octobre 2000 avec les martyrs de Chine. 
voir aussi 

les saints franciscains, martyrs de Chine - le site des franciscaines missionnaires de Marie  - le site du vatican.
En Chine, dans la ville de Tai-Yuam de la province de Shanxi, en 1900, les saints martyrs Grégoire Grassi et François Fogolla, évêques, franciscains, et vingt-quatre compagnons Saints Élie Facchini, Théodoric Balat, prêtres, et André Bauer, religieux franciscains; Irma Grivot (Marie-Ermelline de Jésus), Marie-Anne Giuliani (Marie de la Paix), Clélie Nanetti (Marie-Claire), Jeanne-Marie Kerguin (Marie de Sainte-Natalie), Anne-Françoise Moreau (Marie de Saint-Just), Anne-Catherine Dierck (Marie-Adolphine), Pauline Jeuris (Marie-Amandine), vierges, franciscaines missionnaires de Marie; Jean Zhang Huan, Patrice Dong Bodi, Philippe Zhang Zhihe, Jean Zhang Jingguang, Jean Wang Rui, Thomas Shen Jihe, Simon Chen Ximan, Pierre Wu Anpeng, François Zhang Rong, Matthias Feng De, Jacques Yan Guodong, Pierre Zhang Banniu, Jacques Zhao Quanxin, Pierre Wang Erman qui furent massacrés par la secte de Yihetuam, en haine du nom chrétien.

Martyrologe romain

 

9 Juillet
  
Sainte Véronique Giuliani

Vierge, Clarisse
(1660-1727)

Sainte Véronique Giuliani
Sainte Véronique Giuliani

Sainte Véronique Giuliani eut une enfance tout extraordinaire: le mercredi, le vendredi et le samedi, jours consacrés à honorer la Passion de Jésus-Christ et la Sainte Vierge, elle n'acceptait le lait de sa mère ou toute autre nourriture que deux fois et en petite quantité, prélude des grands jeûnes de sa vie. Six mois après sa naissance, elle s'échappa des bras de sa mère et alla d'un pas ferme, toute seule, vénérer un tableau attaché à la muraille et représentant le mystère du jour. À partir de ce moment, elle marcha sans le secours de personne. Un an après, accompagnant sa mère dans un magasin, elle dit d'une voix claire au marchand, qui trompait sur le poids: "Soyez juste, car Dieu vous voit."

À trois ans, elle avait des communications familières avec Jésus et Marie. Quelques fois l'image de Marie portant Jésus devenait vivante, et, se détachant du cadre, descendait dans ses bras. Un matin qu'elle cueillait des fleurs pour orner l'image de Jésus et de Marie, Jésus lui dit: "Je suis la Fleur des champs." Charitable pour les indigents dès son bas âge, un jour elle donna une paire de souliers à un pauvre, et, quelques temps après, elle les vit aux pieds de la Sainte Vierge, tout éclatants de pierreries.

Elle fit, à douze ans, voeu de se consacrer à Dieu. Bientôt, recherchée par de brillants partis, elle répondit simplement: "C'est inutile, je serai religieuse." Elle entra à dix-sept ans chez les Clarisses. Elle ne connut point les essais de cette nouvelle vie, et se trouva dès le premier jour religieuse parfaite.

Sa grâce spéciale fut de porter en elle la ressemblance de Jésus crucifié, dont elle méditait sans cesse la Passion. Elle eut son couronnement d'épines, qui laissa des traces douloureuses et inguérissables sur sa tête; elle sentit, un jour de Vendredi saint, la douleur du crucifiement, et le Sauveur, lui apparaissant, laissa sur ses pieds, ses mains et sa poitrine, des stigmates tout saignants. Les grâces extraordinaires que reçut Véronique furent achetées au prix de grandes épreuves.

Abbé L. Jaud, Vie des Saints pour tous les jours de l'année, Tours, Mame, 1950

9 Juillet
  
Les dix-neuf Martyrs de Gorcum

(† 1572)

Les dix-neuf Martyrs de Gorcum
Les dix-neuf Martyrs de Gorcum

Lors de la révolte des Protestants des Pays-Bas contre le gouvernement de la catholique Espagne, un certain nombre de révoltés, appelés «Gueux de mer», habitaient sur des vaisseaux aux bouches de l'Escaut.  C'étaient en général des gens de sac et de corde, qui, sous prétexte de religion, exerçaient sur mer la piraterie, et sur terre les pires violences contre les prêtres et les religieux.

En avril 1572, les Gueux se présentèrent à l'improviste devant la ville de Gorcum et promirent aux habitants de respecter la liberté religieuse de tous, prêtres et laïques; se fiant à cette promesse, les citoyens leur ouvrirent les portes de la ville.  Moins confiant, le Gouverneur se retira dans le château avec tous ceux qui n'avaient pas confiance en la parole de ces écumeurs de mer.  Malgré la bravoure du Gouverneur, le château, dépourvu de troupes et de munitions, ne pouvait tenir longtemps.  De leur côté les Gueux, redoutant l'arrivée de secours, réitèrent les promesses d'amnistie pleine et entière.  Alors les assiégés se confessent mutuellement, reçoivent le saint Viatique, et on laisse entrer les Gueux.

A peine la bande de huguenots est-elle dans la place qu'elle se jette sur les assiégés pour les fouiller et les dépouiller.  Ils les font ensuite comparaître pour leur arracher l'aveu de l'endroit où ils ont caché leurs trésors.  S'attaquant d'abord à Nicolas Janssen, curé de Gorcum, ils lui enroulent autour du cou la corde d'un franciscain, la font passer sur la porte de la prison, et la tirant, soulèvent et lâchent tour à tour le malheureux prêtre, jusqu'à ce qu'ils le voient près d'expirer.  C'est alors le tour du Père Gardien, Nicolas Pieck.  Après plusieurs secousses effroyables, la corde casse, le patient tombe inanimé. Est-il mort ? Pour s'en assurer, un bourreau promène sur son visage la flamme d'un cierge; il la fait entrer dans les narines, dans la bouche, lui brûle la langue et le palais. Dans la prison du château, des scènes de ce genre se renouvellent huit jours durant.

Le samedi 5 juillet, la phalange des confesseurs fut dirigée sur Brielle, où elle devait trouver son Calvaire. Là, dans une grotesque procession, on les obligea à faire le tour de la potence, puis de recommencer à reculons, en chantant le « Salve Regina.»  Cependant, sur leur passage, des femmes trempent leur balai dans l'eau sale et les aspergent en parodiant « l'Asperges me.»  Un des confesseurs de la foi, ancien pèlerin de Terre Sainte, ne peut s'empêcher de dire : « J'ai vécu chez les Turcs et les Maures ;  jamais je n'ai rien vu de pareil.»  Détail touchant, le peuple réclama ensuite l' « Oremus.»  Un saint vieillard s'exécuta en y substituant l'oraison de la fête de Notre-dame des Sept-Douleurs, que tous le monde écouta en silence :  « Seigneur Jésus-Christ, que la Bienheureuse Vierge Marie, votre Mère, dont la très sainte âme fut percée d'un glaive de douleur au moment de votre Passion, daigne bien intercéder pour nous, maintenant et à l'heure de notre mort.»

Ramenés en prison, ils sont pressés d'apostasier, mais la plupart demeurent inébranlables dans leur croyance. Furieux de leur échec, et désireux d'en finir avec leurs prisonniers, les Gueux les conduisent la nuit même dans un ancien monastère abandonné; il jettent des cordes sur deux poutres, et dressent une échelle. Bientôt dix-neuf corps se balancent dans le vide. Le lendemain matin, 9 juillet, la populace était admise à insulter les corps de ces martyrs ; elle le fit aussi copieusement que lâchement.

Au nombre des victimes de cette hécatombe, on comptait : onze Frères Mineurs de l'Observance ; un Dominicain ; deux Prémontrés ; un chanoine régulier de Saint-Augustin, et quatre prêtres du clergé séculier.

Pie IX a inscrit ces dix-neuf confesseurs de la foi au nombre des martyrs, le 29 juin 1866.

 

J.-M. Planchet, Nouvelle Vie des Saints, 2e éd. Paris, 1946

Ste Pauline du Cœur agonisant de Jésus

vierge († 1942°

Fête le 9 Juillet

Martyrologe Romain : À Sao-Paolo au Brésil, en 1942, sainte Pauline du Cœur agonisant de Jésus (Aimable Visenteiner), vierge. Émigrée toute jeune d’Italie, elle fonda la Congrégation des « Petites Sœurs de l’Immaculée Conception » pour le service des malades et des pauvres et, après bien des difficultés, elle s’y dévoua dans la plus grande humilité et une prière continue.

 

Ste Pauline du Cœur agonisant de Jésus
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article