La gratitude est un fondement de la vie juive : sentir et exprimer
de la gratitude à l'égard de ceux qui nous entourent et aussi sentir
et exprimer de la gratitude à l'égard de D.ieu.

Un des aspects importants de cette gratitude s'exprime par la
récitation des Actions de Grâce (Birkat Hamazone) après avoir
mangé du pain. C'est un moment significatif, qu'il ait lieu lors
d'un banquet, d'un repas familial le Chabbat ou simplement
après avoir consommé un sandwich.

Réciter les Actions de Grâce exprime l'idée que nous dépendons
de D.ieu pour tous les détails de notre vie et que nous Lui sommes
reconnaissants de veiller sur nous, à chacun de nos pas. Nous
avons besoin de D.ieu dans notre existence de chaque instant,
pour l'air que nous respirons et pour les aliments que nous
consommons.

L'idée que nous devons réciter cette prière vient d'un verset de la
Torah : « Tu mangeras et seras rassasié et béniras D.ieu pour la
bonne terre qu'Il t'a donnée » (Deutéronome 8, 10).

Les Sages expliquent que le sens littéral de ces mots implique
qu'il nous est enjoint de ne bénir D.ieu que si nous avons mangé
suffisamment pour être « rassasiés ». Toutefois, les Sages ont
introduit l'idée que nous devons réciter cette prière même si nous
ne sommes pas rassasiés, à partir du moment où nous avons
consommé une quantité minimale de pain (la taille d'une olive, soit
environ trente grammes).

Cette prière comporte quatre paragraphes. Le premier concerne le
fait que D.ieu pourvoit en nourriture le monde entier ; il fut composé
par Moché. Le Peuple Juif errant dans le désert le récitait après
avoir mangé la Manne qui tombait du ciel.

Après quarante ans, ils entrèrent en Terre Promise. Alors
Yehochoua écrivit le second paragraphe qui commence par des
remerciements à D.ieu pour la sainte Terre d'Israël. Ce paragraphe
remercie également D.ieu pour l'Alliance de la Circoncision, pour
l'Exode d'Egypte et pour la Torah.

Le troisième paragraphe composé par le roi David et et le roi
Chlomo concerne la ville sainte de Jérusalem. Il évoque également
la lignée des rois descendant de David et le Temple. Il s'achève
avec la supplique à D.ieu de reconstruire la ville sainte de
Jérusalem avec la venue de Machia'h.

Le dernier paragraphe des Grâces fut composé par les Sages,
il y a environ 1870 ans. C'est une expression générale de gratitude
à D.ieu. Il est « le Roi Qui est bon et qui fait le bien pour tous ».

En fait ce dernier paragraphe fut rédigé après la terrible tragédie
de l'échec de la révolte juive contre les Romains en 135 de l'ère
commune. Un nombre effroyable de Juifs furent massacrés. Louer
D.ieu pourrait paraître exprimer de la gratitude d'avoir survécu pour
transmettre un Judaïsme vivant à la prochaine génération. Dans
cette dernière partie, nous remercions également nos hôtes et nos
parents et demandons à nouveau à D.ieu d'envoyer le prophète
Eliahou qui annoncera le Machia'h.

Des paragraphes et phrases additionnels ou de légers changements
dans les mots permettent de saluer des jours exceptionnels comme
le Chabbat, Roch 'Hodech ou les Fêtes.

Les Actions de Grâce ne font pas que remercier D.ieu d'avoir pourvu
à nos besoins essentiels. C'est une partie intégrante de notre propre
vie, en tant que Juifs, exprimant le cours entier de notre histoire,
avec ses joies, ses tragédies et ses espoirs. Le réciter ou le chanter
nous unit à des milliers d'années d'histoire du Peuple Juif et nous
offre également une précieuse opportunité de nous adresser
directement à D.ieu.