Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Bienvenue sur mon site
Une innovation pour mes anciens lecteurs, désormais je traite de divers sujet, en premier La religion judéo chrétienne signé" Monique Emounah", pour ceux qui ne peuvent se déplacer à l'églises quelques soit la raison, et le lieu de leurs résidences ils peuvent suivre les  offices du jour,  la politique (LR) et les infos, la poésie et les arts en général. Mes écrits, signé (Alumacom) également mes promos de mes dernières parutions et quelquefois un rappel pour mes anciens écrits. Merci de votre attention,

Le blog de mim-nanou75.over-blog.com

Bienvenue sur mon site Une innovation pour mes anciens lecteurs, désormais je traite de divers sujet, en premier La religion judéo chrétienne signé" Monique Emounah", pour ceux qui ne peuvent se déplacer à l'églises quelques soit la raison, et le lieu de leurs résidences ils peuvent suivre les offices du jour, la politique (LR) et les infos, la poésie et les arts en général. Mes écrits, signé (Alumacom) également mes promos de mes dernières parutions et quelquefois un rappel pour mes anciens écrits. Merci de votre attention,

Que Dieu nous bénisse, et que la terre tout entière l’adore !

com
Que Dieu nous bénisse, et que la terre tout entière l’adore !
Que Dieu nous bénisse, et que la terre tout entière l’adore !
LECTURES DE LA MESSE
PREMIÈRE LECTURE
« En cette année jubilaire, chacun de vous réintégrera sa propriété » (Lv 25, 1.8-17)

Lecture du livre des Lévites

Le Seigneur parla à Moïse sur le mont Sinaï et dit :
    « Vous compterez sept semaines d’années,
c’est-à-dire sept fois sept ans,
soit quarante-neuf ans.
    Le septième mois, le dix du mois,
en la fête du Grand Pardon,
vous sonnerez du cor pour l’ovation ;
ce jour-là, dans tout votre pays, vous sonnerez du cor.
    Vous ferez de la cinquantième année une année sainte,
et vous proclamerez la libération pour tous les habitants du pays.
Ce sera pour vous le jubilé :
chacun de vous réintégrera sa propriété,
chacun de vous retournera dans son clan.
    Cette cinquantième année sera pour vous une année jubilaire :
vous ne ferez pas les semailles,
vous ne moissonnerez pas le grain qui aura poussé tout seul,
vous ne vendangerez pas la vigne non taillée.
    Le jubilé sera pour vous chose sainte,
vous mangerez ce qui pousse dans les champs.

    En cette année jubilaire,
chacun de vous réintégrera sa propriété.
    Si, dans l’intervalle, tu dois vendre ou acheter,
n’exploite pas ton compatriote.
    Quand tu achèteras à ton compatriote,
tu tiendras compte des années écoulées depuis le jubilé ;
celui qui vend tiendra compte des années qui restent à courir.
    Plus il restera d’années,
plus tu augmenteras le prix ;
moins il en restera,
plus tu réduiras le prix,
car la vente ne concerne que le nombre des récoltes.
    Tu n’exploiteras pas ton compatriote,
tu craindras ton Dieu.
Je suis le Seigneur votre Dieu. »

            – Parole du Seigneur.

PSAUME
(Ps 66 (67), 2-3, 5, 7-8)

R/ Que les peuples, Dieu, te rendent grâce ;
qu’ils te rendent grâce tous ensemble !
 (Ps 66, 4)

Que Dieu nous prenne en grâce et nous bénisse,
que son visage s’illumine pour nous ;
et ton chemin sera connu sur la terre,
ton salut, parmi toutes les nations.

Que les nations chantent leur joie,
car tu gouvernes le monde avec justice ;
tu gouvernes les peuples avec droiture,
sur la terre, tu conduis les nations.

La terre a donné son fruit ;
Dieu, notre Dieu, nous bénit.
Que Dieu nous bénisse,
et que la terre tout entière l’adore !

ÉVANGILE
« Hérode envoya décapiter Jean dans la prison. Les disciples de Jean allèrent l’annoncer à Jésus » (Mt 14, 1-12)

Alléluia. Alléluia. 
Heureux ceux qui sont persécutés pour la justice,
car le royaume des Cieux est à eux !
Alléluia. (Mt 5, 10)

Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu

En ce temps-là,
Hérode, qui était au pouvoir en Galilée,
apprit la renommée de Jésus
    et dit à ses serviteurs :
« Celui-là, c’est Jean le Baptiste,
il est ressuscité d’entre les morts,
et voilà pourquoi des miracles se réalisent par lui. »
    Car Hérode avait fait arrêter Jean,
l’avait fait enchaîner et mettre en prison.
C’était à cause d’Hérodiade, la femme de son frère Philippe.
    En effet, Jean lui avait dit :
« Tu n’as pas le droit de l’avoir pour femme. »
    Hérode cherchait à le faire mourir,
mais il eut peur de la foule
qui le tenait pour un prophète.

    Lorsque arriva l’anniversaire d’Hérode,
la fille d’Hérodiade dansa au milieu des convives,
et elle plut à Hérode.
    Alors il s’engagea par serment
à lui donner ce qu’elle demanderait.
    Poussée par sa mère, elle dit :
« Donne-moi ici, sur un plat,
la tête de Jean le Baptiste. »
    Le roi fut contarié ;
mais à cause de son serment et des convives,
il commanda de la lui donner.
    Il envoya décapiter Jean dans la prison.
    La tête de celui-ci fut apportée sur un plat
et donnée à la jeune fille,
qui l’apporta à sa mère.
    Les disciples de Jean arrivèrent pour prendre son corps,
qu’ils ensevelirent ;
puis ils allèrent l’annoncer à Jésus.

            – Acclamons la Parole de Dieu.

 

Prière

Je me mets en présence de Dieu. Je fais attention au lieu où je me trouve, à la position que je prends, aux objets qui m’entourent. Je peux peut-être prendre une croix à la main, ou bien mon chapelet, poser mon regard sur une image ou tout simplement fermer les yeux et m’adresser à mon Dieu. Seigneur, je veux être avec toi maintenant, gratuitement. Je veux être là entièrement pour toi. Marie et tous les anges, venez protéger ce moment sacré pour qu’il puisse être vraiment entièrement pour Dieu.

Demande

Que la lumière vienne sur nous pour discerner, pour être libéré des chaînes du mal qui nous entravent à recevoir l’amour de Dieu et la liberté des enfants de Dieu.

Réflexion

1. La fin de la vie de Jean-Baptiste est l’un des passages les plus révoltants des Évangiles. Cet homme était bon et énergique, il appelait sans peur à la conversion, il baptisait des multitudes et annonçait l’arrivée prochaine du Messie. Il est froidement mis à mort parce que la danse de la fille d’Hérodiade a plu à Hérode, et que cela l’a incité à faire des promesses démesurées. N’y a-t-il pas de motivation plus forte pour décider du sort d’une vie qu’un simple désir ?

2. Essayons de comprendre cet esclavage dans lequel Hérode et sa cour sont enchaînés. Hérode sait qu’il vit une union illégitime. Il est d’abord dérangé par la parole de Jean-Baptiste. Il décide de le faire taire en le mettant en prison. Ensuite lors de sa fête d’anniversaire, ravi par la danse de la fille d’Hérodiade, il donne sa parole pour satisfaire son désir. Mais cette pauvre jeune fille semble aussi esclave du système puisque ce n’est pas elle qui choisit, elle est encouragée sa mère. Pour cette dernière son désir est clair, faire taire définitivement la voix qui ne lui permet pas de suivre son bon plaisir.

Mais il y a aussi chez Hérode, ainsi que chez la fille d’Hérodiade, le sentiment de la peur. Ce sentiment va de pair avec l’esclavage. On pourrait même dire qu’Hérodiade est habitée, elle aussi, par cette peur de façon tellement forte que c’est la violence qui prend le dessus.

3. On voit très bien que ces sentiments ne mènent à rien. Puisque même si Jean- Baptiste est mort, la vérité vient à nouveau reprendre sa place. Cette fois-ci, c’est la voix de Jésus qui dérange et qui leur rappelle la voix déjà connue de Jean-Baptiste. Et à nouveau la peur remonte : « Celui-là, c’est Jean le Baptiste, il est ressuscité d’entre les morts, et voilà pourquoi des miracles se réalisent par lui. » (Mt 14, 2) Cette voix résonne en eux de façon encore plus forte puisqu’ils voient en Jésus Jean-Baptiste ressuscité car les puissances agissent en lui.

Dialogue avec le Christ

Seigneur, je te donne mes peurs, celles qui se sont peut-être éveillées dans mon esprit lors de cette prière. Celles-ci, Seigneur, les voici, regarde-les. Mets en elles ta lumière, ta douceur, pour que je puisse accueillir dès à présent la vérité dans ma vie. Ne permets pas que je me « cache » derrière les petites envies de la vie. Tu veux pour moi la vie en abondance. Même si cela fait mal de lâcher ceci ou cela, c’est pour que je goûte le vrai plaisir et la paix qui va avec. Cette paix et ce plaisir profonds qui naissent de la communion avec ce que je suis vraiment ; une communion pleine avec toi, Dieu, mon Créateur, et avec tout le bien que tu as mis dans le monde et en moi. La joie est la signature de cette cohérence de vie.

Résolution

Garder deux minutes de silence à la fin de cette prière pour accueillir cette communion avec Dieu. Elle t’est offerte !

Sabine Laxague, consacrée de Regnum Christi
Méditations: Regnum Christi 
Texte de l’Évangile et informations liturgiques: © AELF - Paris - Tous droits réservés
Print
Repost
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article