Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Bienvenue sur mon site
Une innovation pour mes anciens lecteurs, désormais je traite de divers sujet, en premier La religion judéo chrétienne signé" Monique Emounah", pour ceux qui ne peuvent se déplacer à l'églises quelques soit la raison, et le lieu de leurs résidences ils peuvent suivre les  offices du jour,  la politique (LR) et les infos, la poésie et les arts en général. Mes écrits, signé (Alumacom) également mes promos de mes dernières parutions et quelquefois un rappel pour mes anciens écrits. Merci de votre attention,

Le blog de mim-nanou75.over-blog.com

Bienvenue sur mon site Une innovation pour mes anciens lecteurs, désormais je traite de divers sujet, en premier La religion judéo chrétienne signé" Monique Emounah", pour ceux qui ne peuvent se déplacer à l'églises quelques soit la raison, et le lieu de leurs résidences ils peuvent suivre les offices du jour, la politique (LR) et les infos, la poésie et les arts en général. Mes écrits, signé (Alumacom) également mes promos de mes dernières parutions et quelquefois un rappel pour mes anciens écrits. Merci de votre attention,

Bonne Fête aux Quentin et aux très Saintes âmes du 31 Octobre

com

Jeudi 31 octobre 2019

Dictons
A la Saint-Quentin, la chaleur a sa fin.

 

 

Saint Quentin
Martyr

(† IIIe siècle)

Q

uentin fut un de ces jeunes Romains qui, comme les saints Crépin et Crépinien, vinrent prêcher l'Évangile dans les Gaules et y communiquer le trésor de la foi qu'ils avaient reçu. Amiens fut le centre de son apostolat.
Les miracles confirmaient son enseignement :
- il traçait le signe de la Croix sur les yeux des aveugles, et ils voyaient ;
- il faisait parler les muets, entendre les sourds, marcher les paralytiques.
Ces éclatants prodiges excitaient l'admiration des uns et la haine des autres. Quentin fut bientôt dénoncé à Rictiovarus, gouverneur romain, et il comparut devant lui : « Comment t'appelles-tu ? lui demande Rictiovarus. “Je m'appelle chrétien. Mon père est sénateur de Rome ; j'ai reçu le nom de Quentin. Quoi ! un homme de pareille noblesse est descendu à de si misérables superstitions !La vraie noblesse, c'est de servir Dieu ; la religion chrétienne n'est pas une superstition, elle nous élève au bonheur parfait par la connaissance de Dieu le Père tout-puissant et de son Fils, engendré avant tous les siècles.Quitte ces folies et sacrifie aux dieux.Jamais. Tes dieux sont des démons ; la vraie folie, c'est de les adorer.Sacrifie, ou je te tourmenterai jusqu'à la mort.Je ne crains rien ; tu as tout pouvoir sur mon corps, mais le Christ sauvera mon âme.” »

Cette si généreuse confession est suivie de cruels supplices ; mais Dieu soutient son martyr, et l'on entend une voix céleste, disant : « Quentin, persévère jusqu'à la fin, je serai toujours auprès de toi. » En même temps, ses bourreaux tombent à la renverse. Jeté dans un sombre cachot, Quentin en est deux fois délivré par un ange, va prêcher au milieu de la ville, et baptise six cents personnes. Après de nouveaux et plus cruels supplices, Quentin eut la tête tranchée à Vermand, ville qui prendra son nom : Saint Quentin. Les assistants virent son âme s'envoler au Ciel sous la forme d'une blanche colombe.

Saint Alphonse Rodriguez

Jésuite à Palma de Majorque (✝ 1617)

Comme il ignorait le latin, il ne fut que frère-coadjuteur et pendant plus de trente ans, simple frère portier. Il accomplissait cette tâche avec sourire et amabilité malgré les injures de certains importuns. Il sut obéir jusqu'à l'extrême abandon de sa volonté et ses supérieurs l'éprouvèrent souvent lui demandant des choses parfois impossibles auxquelles il se pliait avec humilité.
À Palma de Majorque, en 1617, saint Alphonse Rodriguez. Ayant perdu son épouse, ses enfants et toute sa fortune, il fut accepté comme religieux dans la Compagnie de Jésus et s'acquitta pendant de nombreuses années de la fonction de portier au Collège de la ville avec une humilité, une obéissance et une constance admirables comme une forme de mortification.

Martyrologe romain

Saint Feuillen

abbé (✝ 655)

ou Pholien.
Frère des saints Irlandais Fursy et Ultan, Saint Feuillan (Faelan, Foillan, Faillan ou Pholien) est  né vers l'an 600 sur l'île d'Inchiquin qui se trouve sur Le lac Corrib à l'ouest du Connemara en Irlande.
Lorsqu'il devint adulte, il quitte l'Irlande avec ses deux frères pour évangéliser l'Angleterre. Deux ans plus tard, on le retrouve pour les mêmes raisons en France.
En 650, il arrive à Nivelles (ville de l'actuelle Belgique) où il fait la connaissance de l'abbesse sainte Gertrude qui lui fait don d'une terre sise sur l'actuelle commune de Fosse-la-Ville(*) afin d'y fonder un monastère.
En 651, il doit faire un voyage en France et en profite pour passer par Nivelles afin rendre visite à sainte Gertrude. Il continue sa route et quelques km plus loin il se fait attaquer lui et ses compagnons par des brigands qui les détroussent et les tuent. Feuillien est décapité et ses restes sont enterrés dans une porcherie. On ne trouvera son corps que quelques mois plus tard et il sera ramené à l'abbaye de Nivelles..
Sur le lieu du meurtre, on érige une croix puis, vu le nombre de pèlerins, on construit une chapelle appelée "chapelle de Sénophe". Ce lieu deviendra but de pèlerinages pendant plusieurs siècles.
En 1125, c'est à cet endroit que fut créée une abbaye par les moines prémontrés, ordre qui venait d'être créé par Saint Norbert en France.
A côté de l'abbaye naîtra une ville de Belgique du nom de "Le Roeulx"
(d'après les renseignements communiqués par un internaute)
(*) Un internaute nous précise que Feuillen s'est installé à Fosses la Ville et non à Le Roeulx. Le Roeulx est l'endroit où il a été assassiné. Ses reliques se trouvent dans la Collégiale de Fosses la Ville.
Voir aussi:
- l'église Saint-Pholien (paroisse Notre-Dame des Ponts aux Rives d'Outremeuse), connue de tous les lecteurs de Georges Simenon par son récit intitulé "Le pendu de Saint-Pholien" - diocèse de Liège en Belgique
- Saint Feuillen, marche militaire et folklorique septennale à Fosses-la-ville (pays de Namur - Belgique).
- Tous les 7 ans, Fosses-la-Ville vit au rythme des fifres et des tambours pour l'extraordinaire rassemblement de tous les marcheurs de la région. Événement folklorique et populaire incontestable, la Marche Saint-Feuillen est sans doute la plus prestigieuse des marches de l'Entre-Sambre-et-Meuse qui mettent à l'honneur les processions religieuses, les défilés d'hommes en uniformes napoléoniens, les tirs aux canons, les kermesses villageoises, la liesse et les fêtes populaires.
- Feuillen est originaire de cette "terre des saints" que fut l'Irlande au VIIe siècle. Il y naquit à cette époque ainsi que ses frères, Fursy et Ultain, et tous trois nous apparaissent comme des fondateurs d'abbaye et des missionnaires passant d'abord d'Irlande en Angleterre, puis se réfugiant, en compagnie d'autres moines, dans nos régions. Histoire et patrimoine.
Près de Fosses dans le Brabant, vers 655, saint Feuillen, prêtre et abbé. D'origine irlandaise, frère et compagnon de saint Fursy, et toujours fidèle aux formes de vie monastique de son pays, il établit à Fosses et à Nivelles, un monastère double, l'un pour les hommes, l'autre pour les femmes et, en allant de l'un à l'autre, il fut assassiné par des brigands.

Martyrologe romain

Saint Wolfgang de Ratisbonne

Evêque (✝ 994)
Patron: Bûcherons

Moine d'Einsiedeln, puis évêque de Ratisbonne (Regensburg) en Bavière. Il naquit dans le canton des Grisons et, dès l'âge de sept ans, il donna les signes précoces de son intelligence. Il fut élève au monastère de Reichenau, puis à l'école ecclésiastique de Wurtzbourg. Saint Wolfgang - tableau, v.1490Appelé auprès de l'évêque de Trèves, il refusa tous les honneurs et devint un excellent éducateur auprès de la jeunesse. De retour en Suisse à l'abbaye de Saint Meinrad, il renonça à ses biens familiaux et s'engagea dans l'Ordre de Saint Benoît. Et c'est de là qu'il fut élu évêque de Regensburg où son influence dépassa vite les limites de son diocèse au point de devenir en même temps conseiller de l'empereur et des évêques voisins.
...Après une longue vie religieuse où il fut sacré évêque de Ratisbonne, il se retira en ermite dans une forêt où selon la légende, il lança une hache en demandant à Dieu de lui indiquer où construire sa cellule. Il construisit alors son abri à l'endroit même où tomba la hache et put y finir sa vie dans le recueillement. C'est ainsi qu'il devint le Saint patron des bûcherons après avoir été canonisé en 1052... (Forum des arboristes grimpeurs)
Saint Wolfgang (tableau, v.1490) ->
À Ratisbonne en Bavière, l'an 994, saint Wolfgang, évêque. Après avoir exercé les fonctions de maître d'école et fait profession monastique, il fut élevé à l'épiscopat, restaura la discipline du clergé et mourut humblement en visitant le territoire de Pupping.

Martyrologe romain

Print
Repost
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article