Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Bienvenue sur mon site
Une innovation pour mes anciens lecteurs, désormais je traite de divers sujet, en premier La religion judéo chrétienne signé" Monique Emounah", pour ceux qui ne peuvent se déplacer à l'églises quelques soit la raison, et le lieu de leurs résidences ils peuvent suivre les  offices du jour,  la politique (LR) et les infos, la poésie et les arts en général. Mes écrits, signé (Alumacom) également mes promos de mes dernières parutions et quelquefois un rappel pour mes anciens écrits. Merci de votre attention,

Le blog de mim-nanou75.over-blog.com

Bienvenue sur mon site Une innovation pour mes anciens lecteurs, désormais je traite de divers sujet, en premier La religion judéo chrétienne signé" Monique Emounah", pour ceux qui ne peuvent se déplacer à l'églises quelques soit la raison, et le lieu de leurs résidences ils peuvent suivre les offices du jour, la politique (LR) et les infos, la poésie et les arts en général. Mes écrits, signé (Alumacom) également mes promos de mes dernières parutions et quelquefois un rappel pour mes anciens écrits. Merci de votre attention,

La mort a été engloutie dans la victoire

com
PREMIÈRE LECTURE
« Comme une offrande parfaite, il les accueille » (Sg 3, 1-6.9)

          Les âmes des justes sont dans la main de Dieu ;
aucun tourment n’a de prise sur eux.

  Aux yeux de l’insensé, ils ont paru mourir ;
leur départ est compris comme un malheur,

  et leur éloignement, comme une fin :
mais ils sont dans la paix.

  Au regard des hommes, ils ont subi un châtiment,
mais l’espérance de l’immortalité les comblait.

  Après de faibles peines,
de grands bienfaits les attendent,
car Dieu les a mis à l’épreuve
et trouvés dignes de lui.

  Comme l’or au creuset, il les a éprouvés ;
comme une offrande parfaite, il les accueille.

  Au temps de sa visite, ils resplendiront :
comme l’étincelle qui court sur la paille, ils avancent.

  Ils jugeront les nations, ils auront pouvoir sur les peuples,
et le Seigneur régnera sur eux pour les siècles.

  Qui met en lui sa foi comprendra la vérité ;
ceux qui sont fidèles resteront, dans l’amour, près de lui.
Pour ses amis, grâce et miséricorde :
il visitera ses élus.

          – Parole du Seigneur.

PSAUME
(26 (27), 1, 4, 7-9a, 13-14)
R/

J’en suis sûr, je verrai les bontés du Seigneur
sur la terre des vivants.

Le Seigneur est ma lumière et mon salut ;
de qui aurais-je crainte ?
Le Seigneur est le rempart de ma vie ;
devant qui tremblerais-je ?

J’ai demandé une chose au Seigneur,
la seule que je cherche :
habiter la maison du Seigneur
tous les jours de ma vie,
pour admirer le Seigneur dans sa beauté
et m’attacher à son temple.

Écoute, Seigneur, je t’appelle !
Pitié ! Réponds-moi !
Mon cœur m’a redit ta parole :
« Cherchez ma face. »
C’est ta face, Seigneur, que je cherche :
ne me cache pas ta face.

Mais j’en suis sûr, je verrai les bontés du Seigneur
sur la terre des vivants.
« Espère le Seigneur, sois fort et prends courage ;
espère le Seigneur. »

ÉVANGILE
« La mort a été engloutie dans la victoire » (1 Co 15, 51-57)

Frères,
  c’est un mystère que je vous annonce :
nous ne mourrons pas tous, mais tous nous serons transformés,
  et cela en un instant, en un clin d’œil,
quand, à la fin, la trompette retentira.
Car elle retentira, et les morts ressusciteront, impérissables,
et nous, nous serons transformés.
  Il faut en effet que cet être périssable que nous sommes
revête ce qui est impérissable ;
il faut que cet être mortel revête l’immortalité.
  Et
 quand cet être périssable
aura revêtu ce qui est impérissable,
quand cet être mortel
aura revêtu l’immortalité,
alors se réalisera la parole de l’Écriture :
La mort a été engloutie dans la victoire.
  Ô Mort, où est ta victoire ?
Ô Mort, où est-il, ton aiguillon ?

  L’aiguillon de la mort,
c’est le péché ;
ce qui donne force au péché,
c’est la Loi.
  Rendons grâce à Dieu qui nous donne la victoire
par notre Seigneur Jésus Christ.

          – Parole du Seigneur.

La mort a été engloutie dans la victoire

Libérés du péché, esclaves de la justice, esclaves de Dieu,

récoltons ce qui mène à la sainteté et qui aboutit à la vie éternelle. (Rm 6, 18, 19, 22)

Bien chers amis, bien chers jeunes amis,

Nous avons vécu un fervent mois extraordinaire de la Mission. Par Internet, vous avez pu vous unir à nous pour demander à Dieu de rendre plus féconde la Mission de l’Eglise. Benoît XV, dans sa lettre apostolique de 1919, déplorait qu’il y avait encore un milliard d’hommes non baptisés. Les statistiques de l’agence fides du Vatican, à l’occasion de la dernière journée mondiale des missions, révèlent qu’au 31 décembre 2017, la population mondiale s’élevait à 7.408.374.000 personnes et qu’à la même date, les catholiques était estimés à 1.313.278.000. Une autre source estime qu’il y aurait 2,2 milliards de chrétiens, toutes confessions confondues. Ainsi 5 milliards 200 millions d’hommes sont encore non-baptisés ! Soyons donc plus zélés pour évangéliser et partageons le zèle ardent du Pape Benoît XV, comme le Pape François nous y a invités.

            Le Synode pour l’Amazonie vient de se conclure. Nous avons célébré, chaque semaine, la Messe pour le Synode. Puissent tous les baptisés mieux comprendre l’enjeu majeur de ce Synode l’inculturation. La Commission Théologique Internationale, en 1988, a donné un texte très important sur « Foi et inculturation ». Dans l’introduction de ce texte, il est dit que Jean-Paul II, «s’appuyant sur la conviction que « l’Incarnation du Verbe fut aussi une incarnation culturelle », affirme que les cultures, analogiquement comparables à l’humanité du Christ en ce qu’elles ont de bon, peuvent jouer un rôle positif de médiation pour l’expression et le rayonnement de la foi chrétienne.

Deux thèmes essentiels sont liés à ces vues :

            Le premier est celui de la transcendance de la Révélation par rapport aux cultures dans lesquelles la Révélation se dit. La Parole de Dieu ne saurait, en effet, s’identifier ou se lier de manière exclusive aux éléments de culture qui la portent. L’Évangile impose même souvent une conversion des mentalités et un amendement des coutumes là où il s’implante : les cultures, elles aussi, doivent être purifiées et restaurées dans le Christ.

            Le second thème majeur de l’enseignement de Jean-Paul II porte sur l’urgence de l’évangélisation des cultures. Cette tâche suppose que l’on comprenne et pénètre avec une sympathie critique les identités culturelles particulières et que, dans un souci d’universalité conforme à la réalité proprement humaine de toutes les cultures, on favorise les échanges entre elles... L’évangélisation des cultures doit donc s’inspirer de l’amour de l’homme en lui-même et pour lui-même, spécialement dans les aspects de son être et de sa culture qui sont attaqués ou menacés ». La CTI a pris soin de mettre en garde contre le danger d’une inculturation déviée : « Si grand en effet que doive être le respect pour ce qui est vrai et saint dans l’héritage culturel d’un peuple, cette attitude ne demande pourtant pas de prêter un caractère absolu à cet héritage culturel. Nul ne peut oublier que, dès l’origine, l’Évangile a été «scandale pour les juifs et folie pour les païens»L’inculturation qui emprunte la voie du dialogue entre les religions ne saurait en aucune manière donner des gages au syncrétisme ».

            Le 6 octobre a eu lieu la première grande manifestation à Paris pour la défense du caractère sacré de toute vie humaine. Ne baissons pas les bras si, apparemment, nous n’avons pas été entendus.

 

I - Avant de commencer...

Prière d'introduction

Viens, Esprit de sainteté, Notre-Dame des Neiges, Saint Joseph, St Charles Borromée, Ste Elisabeth de la Trinité, St Léon le Grand, St Martin, St Josaphat, St Albert, Ste Gertrude, Ste Elisabeth de Hongrie, Ste Mechtilde, Ste Cécile, Sts martyrs du Viet-Nam, St Théophane Vénard, Ste Catherine d’Alexandrie, Ste Catherine Labouré, St André, Sts Patrons et Saints Anges gardiens.

Effort

Vivons, confiants et sereins, en union avec les Saints et les âmes du Purgatoire.

Parole de Dieu : Rm 6, 15-23

« Alors ? Puisque nous ne sommes pas soumis à la Loi mais à la grâce, allons-nous commettre le péché ? Pas du tout. Ne le savez-vous pas ? Celui à qui vous vous présentez comme esclaves pour lui obéir, c’est de celui-là, à qui vous obéissez, que vous êtes esclaves : soit du péché, qui mène à la mort, soit de l’obéissance à Dieu, qui mène à la justice. Mais rendons grâce à Dieu : vous qui étiez esclaves du péché, vous avez maintenant obéi de tout votre cœur au modèle présenté par l’enseignement qui vous a été transmis. Libérés du péché, vous êtes devenus esclaves de la justice.

J’emploie un langage humain, adapté à votre faiblesse. Vous aviez mis les membres de votre corps au service de l’impureté et du désordre, ce qui mène au désordre ; de la même manière, mettez-les à présent au service de la justice, ce qui mène à la sainteté. Quand vous étiez esclaves du péché, vous étiez libres par rapport aux exigences de la justice. Qu’avez-vous récolté alors, à commettre des actes dont vous avez honte maintenant ? En effet, ces actes-là aboutissent à la mort. Mais maintenant que vous avez été libérés du péché et que vous êtes devenus les esclaves de Dieu, vous récoltez ce qui mène à la sainteté, et cela aboutit à la vie éternelle. Car le salaire du péché, c’est la mort ; mais le don gratuit de Dieu, c’est la vie éternelle dans le Christ Jésus notre Seigneur." (Rm 6, 15-23)

 

 - Les rubriques du carnet de cordée

La discipline

Assiduité, attention, authenticité, fidélité : Nous vous invitons à reprendre l’effort de l’année dernière sur l’exactitude et la ponctualité. Il ne suffit pas d’être exact un jour, une semaine ou un mois... 
l’assiduité est nécessaire. Pour être exact et ponctuel, il faut être attentif à ses rendez-vous, son
L’exactitude et la ponctualité révèlent l’authenticité de nos décisions et la fidélité à nos engagements. Avec la grâce de Dieu, développons ces vertus pour marcher sur le chemin de la sainteté !

Les prévisions du mois

Prévisions pour ce mois de novembre :  Chaque jour, nous pouvons obtenir une indulgence plénière ou partielle pour une âme du purgatoire: prévoyons ! La Fête de Notre-Dame des Neiges, cette année, se célèbre le 14 ou le 21 décembre. Le temps de l’Avent commencera le dimanche 1er décembre.

Liturgie : 1er novembre: Toussaint ; 2 nov. : prière pour tous les défunts ; 9 nov : dédicace de la Cathédrale du Latran ; 11 nov : Saint Martin, prière pour les victimes des guerres et pour la France. 21 novembre : Présentation de Marie au Temple. Prions pour les prêtres et les consacrés qui renouvellent leur vœu de chasteté ou leur promesse de célibat. Dimanche 24 novembre : Solennité du Christ Roi.
consigne spirituelle : libérés du péché, esclaves de la justice, esclaves de Dieu, récoltons ce qui mène à la sainteté et qui aboutit à la vie éternelle.

            Jusqu’au 8 novembre, nous méditerons dans la lecture continue des Messes quotidiennes la lettre aux Romains de Saint Paul. Notre consigne de cordée de ce mois est tirée du chapitre 6 de cette lettre si importante pour notre Foi et notre vie spirituelle. Saint Paul veut faire comprendre aux Romains mais aussi à tous les hommes de bonne volonté que tous les hommes sont, de fait, pécheurs et que tous ont besoin pour être sauvés de la Grâce méritée par Jésus-Christ et infusée par l’Esprit-Saint. Le péché et la mort, révèle Saint Paul, sont entrés dans le monde par la faute d’Adam. L’apôtre des Nations conclut ainsi le chapitre 5 : «par la désobéissance d'un seul homme, tous ont été constitués pécheurs, de même par l'obéissance d'un seul tous seront constitués justes ».

            Actualisons les différentes expressions notre propre vie spirituelle :

            - Nous sommes libérés du péché par Jésus, notre Rédempteur :

remercions Dieu notre Père pour l’Œuvre de notre rédemption. Sans Jésus, sans son héroïque générosité pour accepter la douloureuse Passion, nous ne serions pas libérés du péché. Avec les Saints et les âmes du purgatoire, qui savent mieux que nous qu’ils ont été libérés du péché par Jésus, aimons de tout cœur notre Rédempteur.
  - Nous sommes esclaves de la justice : l’expression de Saint Paul peut être surprenante pour ceux qui ne comprennent pas la réalité de la Grâce. Saint Augustin a mieux compris les enseignements de Saint Paul que Luther. Le baptême n’est pas seulement le pardon des péchés, il est aussi le don de la Grâce sanctifiante, que nos frères orientaux appellent : Grâce divinisante. Avec les Saints et les âmes du purgatoire, réjouissons-nous d’être ainsi « esclaves de la justice sainteté »!

    - Nous sommes esclaves de Dieu : dans le secret de Marie sur l’esclavage de la Sainte Vierge, St Louis-Marie Grignion de Montfort écrit : «J'ai dit que cette dévotion consiste à se donner à Marie en qualité d'esclave. Il faut remarquer qu'il y a trois sortes d'esclavage. Le premier est l'esclavage de la nature ; les hommes bons et mauvais sont esclaves de Dieu en cette manière. Le second, c'est l'esclavage de contrainte ; les démons et les damnés sont les esclaves de Dieu en cette manière. Le troisième, c'est l'esclavage d'amour et de volonté ; et c'est celui par lequel nous devons nous consacrer à Dieu par Marie, de la manière la plus parfaite dont une créature se puisse servir pour se donner à son Créateur. Remarquez encore qu'il y a bien de la différence entre un serviteur et un esclave. Un serviteur veut des gages pour ses services ; l'esclave n'en a point. Le serviteur est libre de quitter son maître quand il voudra et il ne le sert que pour un temps ; l'esclave ne le peut quitter justement, il lui est livré pour toujours. Le serviteur ne donne pas à son maître droit de vie et de mort sur sa personne ; l'esclave se donne tout entier, en sorte que son maître pourrait le faire mourir sans qu'il en fût inquiété par la justice. Mais il est aisé de voir que l'esclave de contrainte a la plus étroite des dépendances, qui ne peut proprement convenir qu'à un homme envers son Créateur. C'est pourquoi les chrétiens ne font point de tels esclaves ; il n'y a que les Turcs et les idolâtres qui en font de la sorte. Heureuse et mille fois heureuse est l'âme libérale qui se consacre à Jésus par Marie, en qualité d'esclave d'amour, après avoir secoué par le baptême l'esclavage tyrannique du démon ! » (n°32-34) Puisse ce commentaire de Saint Louis-Marie nous aider à mieux comprendre la réalité dont parle Saint Paul : nous sommes devenus par le baptême les esclaves d’amour de Dieu. Ce saint esclavage ne nuit absolument pas à notre liberté, autre don de Dieu Créateur. Saint Louis-Marie appelle l’âme esclave d’amour de Dieu par Marie : l’âme libérale ! Plus nous vivrons en vrais esclaves de Dieu et plus nous participerons à la vraie liberté des enfants de Dieu : la liberté parfaite des saints qui ne peuvent plus pécher !

     - Récoltons ce qui mène à la sainteté :

la logique de Saint Louis-Marie est cohérente. Si l’on est libéré du péché, esclave de la justice, esclave de Dieu, on ne peut que récolter le fruit de la sainteté. Le mois de novembre, comme nous le soulignons chaque année, est le mois qui commence par la contemplation des Saints, qui nous appellent à ne pas avoir peur de devenir des saints à notre tour. La sainteté n’est pas une option pour une petite élite de chrétiens. Dieu nous appelle, tous, à être des saints (Lv 19, 2). Mais nul ne peut être saint par ses propres forces. Pélage s’est trompé ! Pour marcher sur le chemin de la sainteté, nous avons absolument besoin d’être libérés de nos péchés par Jésus, notre Rédempteur, et d’être sanctifiés par la grâce sanctifiante ou divinisante. Puisse ce mois de novembre nous obtenir un plus grand désir de marcher sur le chemin de la sainteté en priant et en imitant les Saints et en demandant aux âmes du purgatoire de nous aider à mener le combat spirituel.

   - Le saint esclavage d’amour de Dieu aboutira à la vie éternelle : notre Père Fondateur parlait avec beaucoup d’enthousiasme du Ciel. En ce monde où Dieu est absent, soyons des témoins enthousiastes du Ciel. N’ayons pas peur de parler de Dieu, des Saints et des Anges. Nous n’avons pas été créés pour vivre éternellement cette vie terrestre mais pour vivre la vie des Bienheureux dans le Royaume de Dieu, avoir la joie de « voir Dieu » et « d’aimer Dieu », et d’aimer en Dieu nos frères et sœurs et tous les anges, qui participeront avec nous au Bonheur éternel. Puisse cette réalité spirituelle, dont le fondement sûr est la Révélation plénière donnée par Jésus, nous garder dans la joie et l’espérance en ces temps si troublés. Le Ciel, pour Ste Thérèse de l’Enfant-Jésus, était son unique Patrie !

Père Bernard

           Seuls, les Saints du Ciel sont parfaitement « libérés du péché, esclaves de la justice sainteté, esclaves de Dieu, participants pleinement à la vie éternelle ».

         Les âmes du purgatoire, qui vivent de la Foi, l’Espérance et la Charité, sont encore en temps de purification « afin d’obtenir la sainteté nécessaire pour entrer dans la joie du ciel » (CEC 1030).

            Nous, qui avons reçu le baptême, nous avons acquis, selon Saint Bernard, une liberté supérieure à la liberté de choix que tout homme possède depuis sa naissance : la liberté de grâce, mais « cette liberté est encore marquée par le péché. Elle a besoin elle aussi d’être libérée. Le Christ en est le libérateur. Défendez votre liberté » (Jean-Paul II 15 août 2004 à Lourdes). Nous ne jouirons de la liberté de gloire qu’au Ciel. Pour le moment, vivons dans l’humilité et développons les vertus de Foi, d’Espérance et de Charité avec la conviction de Saint Paul : « J’en ai la certitude : ni la mort ni la vie, ni les anges ni les Principautés célestes, ni le présent ni l’avenir, ni les Puissances, ni les hauteurs, ni les abîmes, ni aucune autre créature, rien ne pourra nous séparer de l’amour de Dieu qui est dans le Christ Jésus notre Seigneur » (Rm 8, 38-39).  

Action, mission

Vivons davantage avec le Ciel, prions les Anges et les Saints et, chaque jour, obtenons une indulgence plénière ou partielle pour une âme du purgatoire. Le CEC donne une synthèse éclairante sur la doctrine des indulgences (1471-1479). Plus nous offrirons pour les âmes du purgatoire, plus elles nous aiderons en cette « vallée de larmes » et nous serons secourus lorsque nous serons au purgatoire.

 partage des joies et des peines

nous nous réjouissons profondément de l’ordination sacerdotale de frère Thomas, des grandes grâces données aux enfants, adolescents, jeunes et adultes pendant les diverses activités spirituelles. Nous rendons grâce à Dieu pour l’avancée des travaux sur le Site de Notre-Dame des Neiges et nous remercions Saint Joseph et tous nos bienfaiteurs. Plusieurs grands malades nous ont demandé nos prières. Nous les confions à Notre-Dame des Neiges ainsi que tous les amis de Notre-Dame des Neiges qui viennent de décéder.

 

Toute notre Famille Missionnaire de Notre-Dame vous remercie de vos prièresAvec vous, nous voulons bien préparer
 
la Fête de Notre-Dame des Neiges
, les samedis 14 et 21 décembre 2019.

            Je vous bénis affectueusement en vous assurant de la prière et de l’affection de Mère Magdeleine.
Je confie à vos prières nos postulants et novices et nous vous remercions de prier avec nous pour l’obtention de nouvelles vocations d’apôtres de l’Amour, frères et sœurs.
Ne nous décourageons pas devant la déchristianisation de plus en plus profonde de la France et de l’Europe, mais réjouissons-nous avec la conviction de Saint Paul
: nous sommes libérés du péché par Jésus, esclaves de la justice sainteté, esclaves de Dieu en vue de la vie éternelle !

 

Print
Repost
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article