Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Bienvenue sur mon site
Une innovation pour mes anciens lecteurs, désormais je traite de divers sujet, en premier La religion judéo chrétienne signé" Monique Emounah", pour ceux qui ne peuvent se déplacer à l'églises quelques soit la raison, et le lieu de leurs résidences ils peuvent suivre les  offices du jour,  la politique (LR) et les infos, la poésie et les arts en général. Mes écrits, signé (Alumacom) également mes promos de mes dernières parutions et quelquefois un rappel pour mes anciens écrits. Merci de votre attention,

Le blog de mim-nanou75.over-blog.com

Bienvenue sur mon site Une innovation pour mes anciens lecteurs, désormais je traite de divers sujet, en premier La religion judéo chrétienne signé" Monique Emounah", pour ceux qui ne peuvent se déplacer à l'églises quelques soit la raison, et le lieu de leurs résidences ils peuvent suivre les offices du jour, la politique (LR) et les infos, la poésie et les arts en général. Mes écrits, signé (Alumacom) également mes promos de mes dernières parutions et quelquefois un rappel pour mes anciens écrits. Merci de votre attention,

Prions ce jour pour nos défunts et avec tous les Saints

com
INTRODUCTION
V/ Seigneur, ouvre mes lèvres,
R/ et ma bouche publiera ta louange.
ANTIENNE INVITATOIRE
 

Maître et Seigneur de la vie, nous t'adorons.

PSAUME INVITATOIRE (94)

1 Venez, crions de joie pour le Seigneur,
acclamons notre Rocher, notre salut !
2 Allons jusqu'à lui en rendant grâce,
par nos hymnes de fête acclamons-le !

3 Oui, le grand Dieu, c'est le Seigneur,
le grand roi au-dessus de tous les dieux :
4 il tient en main les profondeurs de la terre,
et les sommets des montagnes sont à lui ;
5 à lui la mer, c'est lui qui l'a faite,
et les terres, car ses mains les ont pétries.

6 Entrez, inclinez-vous, prosternez-vous,
adorons le Seigneur qui nous a faits.
7 Oui, il est notre Dieu ; +
nous sommes le peuple qu'il conduit,
le troupeau guidé par sa main.

Aujourd'hui écouterez-vous sa parole ? +
8 « Ne fermez pas votre cœur comme au désert,
comme au jour de tentation et de défi,
9 où vos pères m'ont tenté et provoqué,
et pourtant ils avaient vu mon exploit.

10 « Quarante ans leur génération m'a déçu, +
et j'ai dit : Ce peuple a le cœur égaré,
il n'a pas connu mes chemins.
11 Dans ma colère, j'en ai fait le serment :
Jamais ils n'entreront dans mon repos. »

HYMNE : SEIGNEUR, TU AS VAINCU LA MORT,
R/Seigneur, tu as vaincu la mort,
Seigneur, tu as fait briller la vie,
Pour l'éternité.

Le Christ est ressuscité d'entre les morts !
Prémices de ceux qui se sont endormis.
La mort est vaincue par la vie.

Le Christ est ressuscité d'entre les morts !
La mort a été engloutie par la vie !
Ô mort où donc est ta victoire ?

Le Christ est ressuscité d'entre les morts !
Au Dieu du salut rendons grâce à jamais
Par notre Seigneur Jésus Christ.
ANTIENNE
 

Ils danseront pour toi, Seigneur, les os que tu broyas.

PSAUME : 50

3 Pitié pour moi, mon Dieu, dans ton amour,
selon ta grande miséricorde, efface mon péché.
4 Lave-moi tout entier de ma faute,
purifie-moi de mon offense.

5 Oui, je connais mon péché,
ma faute est toujours devant moi.
6 Contre toi, et toi seul, j’ai péché,
ce qui est mal à tes yeux, je l’ai fait.

Ainsi, tu peux parler et montrer ta justice,
être juge et montrer ta victoire.
7 Moi, je suis né dans la faute,
j’étais pécheur dès le sein de ma mère.

8 Mais tu veux au fond de moi la vérité ;
dans le secret, tu m’apprends la sagesse.
9 Purifie-moi avec l’hysope, et je serai pur ;
lave-moi et je serai blanc, plus que la neige.

10 Fais que j’entende les chants et la fête :
ils danseront, les os que tu broyais.
11 Détourne ta face de mes fautes,
enlève tous mes péchés.

12 Crée en moi un cœur pur, ô mon Dieu,
renouvelle et raffermis au fond de moi mon esprit.
13 Ne me chasse pas loin de ta face,
ne me reprends pas ton esprit saint.

14 Rends-moi la joie d’être sauvé ;
que l’esprit généreux me soutienne.
15 Aux pécheurs, j’enseignerai tes chemins ;
vers toi, reviendront les égarés.

16 Libère-moi du sang versé, Dieu, mon Dieu sauveur,
et ma langue acclamera ta justice.
17 Seigneur, ouvre mes lèvres,
et ma bouche annoncera ta louange.

18 Si j’offre un sacrifice, tu n’en veux pas,
tu n’acceptes pas d’holocauste.
19 Le sacrifice qui plaît à Dieu,
   c’est un esprit brisé ; *
tu ne repousses pas, ô mon Dieu,
   un cœur brisé et broyé.

20 Accorde à Sion le bonheur,
relève les murs de Jérusalem.
21 Alors tu accepteras de justes sacrifices,
   oblations et holocaustes ; *
alors on offrira des taureaux sur ton autel.

ANTIENNE

Des puissances de la mort, délivre-moi, Seigneur.

PSAUME : CANTIQUE D'ÉZÉKIAS (IS 38)

10 Je disais : Au milieu de mes jours,
   je m'en vais ; *
j'ai ma place entre les morts
   pour la fin de mes années.

11 Je disais : Je ne verrai pas le Seigneur
   sur la terre des vivants, *
plus un visage d'homme
   parmi les habitants du monde !

12 Ma demeure m'est enlevée, arrachée,
   comme une tente de berger. *
Tel un tisserand, j'ai dévidé ma vie :
   le fil est tranché.

Du jour à la nuit, tu m'achèves ;
13 j'ai crié jusqu'au matin. *
Comme un lion, il a broyé tous mes os.
   Du jour à la nuit, tu m'achèves.

14 Comme l'hirondelle, je crie ;
   je gémis comme la colombe. *
À regarder là-haut, mes yeux faiblissent :
   Seigneur, je défaille ! Sois mon soutien !

15 Que lui dirai-je pour qu'il me réponde,
   à lui qui agit ? *
J'irais, errant au long de mes années
   avec mon amertume ?

17 Oui, tu me guériras, tu me feras vivre : *
mon amertume amère me conduit à la paix.

Et toi, tu t'es attaché à mon âme,
   tu me tires du néant de l'abîme. *
Tu as jeté, loin derrière toi,
   tous mes péchés.

18 La mort ne peut te rendre grâce,
ni le séjour des morts, te louer, *
Ils n'espèrent plus ta fidélité,
ceux qui descendent dans la fosse.

19 Le vivant, le vivant, lui, te rend grâce,
   comme moi, aujourd'hui. *
Et le père à ses enfants
   montrera ta fidélité.

20 Seigneur, viens me sauver ! +
Et nous jouerons sur nos cithares,
   tous les jours de notre vie, *
auprès de la maison du Seigneur.

ANTIENNE
 

Je veux jouer pour le Seigneur tant que je vis, chanter pour mon Dieu tant que je dure.

PSAUME : 145
1 Chante, ô mon âme, la louange du Seigneur ! +
2 Je veux louer le Seigneur tant que je vis, *
chanter mes hymnes pour mon Dieu tant que je dure.

3 Ne comptez pas sur les puissants,
des fils d’homme qui ne peuvent sauver !
4 Leur souffle s’en va : ils retournent à la terre ;
et ce jour-là, périssent leurs projets.

5 Heureux qui s’appuie sur le Dieu de Jacob,
qui met son espoir dans le Seigneur son Dieu,
6 lui qui a fait le ciel et la terre
et la mer et tout ce qu’ils renferment !

Il garde à jamais sa fidélité,
7 il fait justice aux opprimés ;
aux affamés, il donne le pain ;
le Seigneur délie les enchaînés.

8 Le Seigneur ouvre les yeux des aveugles,
le Seigneur redresse les accablés,
le Seigneur aime les justes,
9 le Seigneur protège l’étranger.

Il soutient la veuve et l’orphelin,
il égare les pas du méchant.
10 D’âge en âge, le Seigneur régnera :
ton Dieu, ô Sion, pour toujours !
 

 

PAROLE DE DIEU : (1 TH 4, 14)
Jésus, nous le croyons, est mort et ressuscité ; de même, nous le croyons, ceux qui se sont endormis, Dieu, à cause de Jésus, les emmènera avec son Fils.
RÉPONS

R/ Tu m'as relevé, tu m'as guéri :

 

* sans fin, Seigneur, je te rendrai grâce.

 

V/ Tu as changé mon deuil en allégresse. *

 

Gloire au Père et au Fils et au Saint-Esprit. R/

ANTIENNE DE ZACHARIE

Je suis la résurrection et la vie ; qui croit en moi, fût-il mort, vivra.

CANTIQUE DE ZACHARIE (LC 1)

68 Béni soit le Seigneur, le Dieu d'Israël,
qui visite et rachète son peuple.

69 Il a fait surgir la force qui nous sauve
dans la maison de David, son serviteur,

70 comme il l'avait dit par la bouche des saints,
par ses prophètes, depuis les temps anciens :

71 salut qui nous arrache à l'ennemi,
à la main de tous nos oppresseurs,

72 amour qu'il montre envers nos pères,
mémoire de son alliance sainte,

73 serment juré à notre père Abraham
   de nous rendre sans crainte,

74 afin que, délivrés de la main des ennemis, +
75 nous le servions dans la justice et la sainteté,
en sa présence, tout au long de nos jours.

76 Et toi, petit enfant, tu seras appelé
   prophète du Très-Haut : *
tu marcheras devant, à la face du Seigneur,
   et tu prépareras ses chemins

77 pour donner à son peuple de connaître le salut
par la rémission de ses péchés,

78 grâce à la tendresse, à l'amour de notre Dieu,
quand nous visite l'astre d'en haut,

79 pour illuminer ceux qui habitent les ténèbres
   et l'ombre de la mort, *
pour conduire nos pas
   au chemin de la paix.

INTERCESSION

Prions Dieu le Père tout-puissant qui a ressuscité Jésus d'entre les morts
et qui donnera la vie à nos corps mortels :


R/

Seigneur, fais-nous vivre dans le Christ.

 

Père très saint, par le baptême nous avons été ensevelis avec ton Fils, et nous sommes ressuscités avec lui :
— fais-nous marcher dans une vie nouvelle pour qu'au-delà de la mort nous vivions toujours avec le Christ.

 

Tu nous as donné le pain vivant qui descend du ciel :
— fais que nous y trouvions la vie, et la résurrection au dernier jour.

 

Tu as envoyé un ange pour réconforter ton Fils dans son agonie,
— à l'heure de notre mort, soutiens notre espérance.

 

Tu as arraché les trois enfants aux flammes de la fournaise :
— délivre nos défunts du poids de leurs fautes.

 

Dieu des vivants et des morts, toi qui as ressuscité Jésus,
— ressuscite nos morts et place-nous avec eux près de lui.

NOTRE PÈRE
ORAISON

Écoute nos prières avec bonté, Seigneur : fais grandir notre foi en ton Fils ressuscité des morts, pour que soit plus vive aussi notre espérance en la résurrection de tous nos frères défunts.

 


 
Messe
 
PREMIÈRE LECTURE
« Comme une offrande parfaite, il les accueille » (Sg 3, 1-6.9)

          Les âmes des justes sont dans la main de Dieu ;
aucun tourment n’a de prise sur eux.

  Aux yeux de l’insensé, ils ont paru mourir ;
leur départ est compris comme un malheur,

  et leur éloignement, comme une fin :
mais ils sont dans la paix.

  Au regard des hommes, ils ont subi un châtiment,
mais l’espérance de l’immortalité les comblait.

  Après de faibles peines,
de grands bienfaits les attendent,
car Dieu les a mis à l’épreuve
et trouvés dignes de lui.

  Comme l’or au creuset, il les a éprouvés ;
comme une offrande parfaite, il les accueille.

  Au temps de sa visite, ils resplendiront :
comme l’étincelle qui court sur la paille, ils avancent.

  Ils jugeront les nations, ils auront pouvoir sur les peuples,
et le Seigneur régnera sur eux pour les siècles.

  Qui met en lui sa foi comprendra la vérité ;
ceux qui sont fidèles resteront, dans l’amour, près de lui.
Pour ses amis, grâce et miséricorde :
il visitera ses élus.

          – Parole du Seigneur.

PSAUME
(26 (27), 1, 4, 7-9a, 13-14)
R/

J’en suis sûr, je verrai les bontés du Seigneur
sur la terre des vivants.

Le Seigneur est ma lumière et mon salut ;
de qui aurais-je crainte ?
Le Seigneur est le rempart de ma vie ;
devant qui tremblerais-je ?

J’ai demandé une chose au Seigneur,
la seule que je cherche :
habiter la maison du Seigneur
tous les jours de ma vie,
pour admirer le Seigneur dans sa beauté
et m’attacher à son temple.

Écoute, Seigneur, je t’appelle !
Pitié ! Réponds-moi !
Mon cœur m’a redit ta parole :
« Cherchez ma face. »
C’est ta face, Seigneur, que je cherche :
ne me cache pas ta face.

Mais j’en suis sûr, je verrai les bontés du Seigneur
sur la terre des vivants.
« Espère le Seigneur, sois fort et prends courage ;
espère le Seigneur. »

ÉVANGILE
« La mort a été engloutie dans la victoire » (1 Co 15, 51-57)

Frères,
  c’est un mystère que je vous annonce :
nous ne mourrons pas tous, mais tous nous serons transformés,
  et cela en un instant, en un clin d’œil,
quand, à la fin, la trompette retentira.
Car elle retentira, et les morts ressusciteront, impérissables,
et nous, nous serons transformés.
  Il faut en effet que cet être périssable que nous sommes
revête ce qui est impérissable ;
il faut que cet être mortel revête l’immortalité.
  Et
 quand cet être périssable
aura revêtu ce qui est impérissable,
quand cet être mortel
aura revêtu l’immortalité,
alors se réalisera la parole de l’Écriture :
La mort a été engloutie dans la victoire.
  Ô Mort, où est ta victoire ?
Ô Mort, où est-il, ton aiguillon ?

  L’aiguillon de la mort,
c’est le péché ;
ce qui donne force au péché,
c’est la Loi.
  Rendons grâce à Dieu qui nous donne la victoire
par notre Seigneur Jésus Christ.

          – Parole du Seigneur.

Méditation Personnelle

Evangile : Luc 12 : 25-30

"Soyons toujours prêt à accueillir Notre Seigneur"

« C’est à l’heure où vous n’y penserez-pas que le fils de l’homme viendra » St Luc 12 : 40

« C’est à l’heure où vous n’y penserez-pas que le fils de l’homme viendra » St Luc 12 : 40

Rester en tenue de service, toujours prêt à intervenir, prêt à servir le couvert, prêt à accueillir. Saint Luc est sympa, mais nous ne sommes pas de la même époque. Le modernisme, la technologie, les réseaux sociaux, l’univers virtuel, font croire que tout à changer, il n’en est rien. Nos vues mentales, n’ont pas changé. Pire, nous ne respectons pas la Loi du Père Créateur.

 Nous pensons que cette loi, n’est plus adaptée à la vie actuelle !

Nous, les hommes moderne nous adaptons la Loi, à nos besoins selon nos vues sociétales. Or la Loi est immuable, c’est à l’homme d’appliquer la Loi. Le modernisme permet de comprendre la Loi sans l’adapter à notre sauce selon nos vues propres.

 Par exemple : Voyons la loi du mariage dans la genèse 2 :24 « C’est pourquoi l’homme quittera son père et sa mère, s’attachera à sa femme, et ils deviendront une seule chair » à l’époque de Jésus Saint Paul dans Ephésiens 5 :31 Voici donc que l’homme quittera son père et sa mère et s’attachera à sa femme, et ils formeront une seule chair. Dans Matthieu 19 : 5 les deux deviennent une seule chair.

Dans aucun des textes il est dit : l’homme s’ajoutera à celle-ci, Pourtant au temps de Saint Paul des millénaires sont passés, et la Loi du Père n’a pas changé. Il en est de même pour notre époque. A ce temps là nous avions le temps de réfléchir, de méditer. De nos jours, on demande à l’ordi, et il répond dans les secondes, selon les données que l’homme lui a enregistrées. Si bien que la société change, et D.ieu n’est plus qu’un lointain souvenir.

Pourtant nous aménageons cette loi, pour notre confort croit-on, nous adaptons selon nos désirs, on suit la mode de notre génération. La Loi de D.ieu quelques que soit le domaine, elle passe par-dessus la jambe. Les conséquences sont incalculables. Nous n’avons pas le temps d’attendre, que le blé murisse pour faire la récolte. Nous n’avons pas le temps d’aller ou d’attendre à un rendez-vous, nous n’avons plus le temps pour faire quelque chose…Alors attendre le Seigneur...

Et c’est là, que l’on découvre que nous avons un manque. Un manque de quelque chose indéfinissable. Après bien des aventures, nous revenons vers D.ieu. Les sectes attendent, prêtent à bondir, à nous agripper, à nous scotcher.

Le Père, lui, attend patiemment. Le Fils, lui, se tient près, il attend le feu vert. Cependant, tous deux veulent nous donner une dernière chance. Notre Seigneur Jésus, assis sur son trône attend que nous revenions à lui. Il joue aux échecs, les pions c’est nous. A la fin de la partie, il viendra recueillir, ceux qui ont su déjouer les esprits malins et resté debout.

Les gagnants ce ne sont pas les plus rusés. Ils ont gagné la partie, parce qu’ils ont vivre patiemment dans la foi sans changer un iota de la loi. Ce sont ceux qui ont respecté l’Esprit du règlement, qui ont mené leur vie avec patience devant son adversaire. Celui qui s’est enflammé d’amour, tout en ayant du discernement. Ceux-là, ont déjouer le malin.

Dans l’évangile du jour Jésus dit : « Vous le savez bien : Si le maître de maison avait su à quelle heure le voleur viendrait, il n’aurait pas laissé percer le mur de sa maison ».

Alors gardons la patience, restons éveillée, que notre cœur soit toujours prêt à accueillir celui qui vient. Car lorsqu’il arrivera, sa lumière éblouira l’irréfléchi, l’indifférent, les traitres, les orgueilleux, les vociférateurs, ceux qui nient l’existence même de Dieu après avoir bénéficié de sa Miséricorde. Il les empêchera de monter, ils glisseront s’ils insistent. De la Montagne Céleste ils n’auront point.

 Il caressera et éclairera, guidera avec douceur la route aux divers parfums célestes ceux qui ont su attendre, sans oublier aucun de ses frères et soeurs sur terre comme au ciel avec amour selon la Loi du Père, du Fils et du Saint-Esprit. Ceux-ci atteindront le repas de noce qui a été préparé pour les accueillir.

Nul ne sait où et quand le Fils de l’homme viendra nous chercher. Il est précisé au verset 40 de Luc 12 :« C’est à l’heure où vous ne penserez pas que le Fils de l’homme viendra »

Soyons toujours prêt à accueillir Notre Seigneur, dans l’amour de Celui Qui Est

 

Monique Emounah

2 Novembre 2019

Le Jugement dernier : notre attention aux autres

Méditation de l'évangile du samedi 2 novembre 
Installer le Royaume de Dieu, c'est donc s'occuper des autres, des malades, des estropiés, des prisonniers, des plus pauvres,  et du même coup de Dieu lui-même

Il est très instructif de constater que le jugement dernier, pour Jésus, ne porte que sur notre attention aux autres.

“Alors le Roi dira à ceux qui seront à sa droite : Venez les bénis de mon Père, prenez possession du Royaume qui vous a été préparé dès la création du monde. Car J'ai eu faim, et vous m'avez donné à manger ; J'ai eu soif, et vous m'avez donné à boire ; J'étais sans gîte, et vous m'avez recueilli ; J'étais en prison, et vous êtes venus à Moi”

Il est encore plus stupéfiant de constater que le Fils de l'homme ose s'identifier à tous ceux qui ont faim, qui ont soif, qui sont sans gîte, sans vêtements, qui sont malades ou qui sont en prison.

“Alors, les justes lui répondront : Seigneur, quand t'avons-nous vu avoir faim, et t'avons-nous donné de la nourriture, ou avoir soif et t'avons-nous donné à boire ? Quand t'avons-nous vu sans gîte et t'avons-nous recueilli ? Ou sans vêtements et t'avons-nous vêtu ? Quand t'avons-nous vu malade ou en prison, et sommes-nous allés à toi ?

Et le Roi leur répondra : “En vérité, Je vous le dis : ce que vous avez fait à un de ces miens frères, à l'un des plus petits… c'est toujours à Moi que vous l'avez fait”

Installer le Royaume de Dieu, c'est donc s'occuper des autres, et du même coup de Dieu lui-même. Combien une Jeanne Jugan en était près, mais combien souvent n'en sommes-nous pas éloignés, sans même nous en rendre compte !

“Alors, les maudits répondront eux aussi, disant : Seigneur, quand t'avons-nous vu ayant faim ou soif, sans gîte ou sans vêtements, malade ou en prison ? Et ne t'avons-nous pas rendu service ?”

Alors Il leur répondra : “En vérité, Je vous le dis : ce que vous n'avez pas fait à un seul de ces petits, c'est toujours à Moi que vous ne l'avez pas fait”

Notre société est ainsi construite que nous ne voyons pas les petits, les blessés de la vie, les laissés pour compte de notre technique. Les tours orgueilleuses de “La Défense” nous masquent par trop nos monotones et interminables banlieues; nos problèmes économiques nous font oublier aussi bien les milliards d'hommes du tiers monde que les “Lazares” de notre propre civilisation : le quart monde.

Il y a chez nous des milliers d'hommes, de femmes, d'enfants qui survivent en ramassant nos miettes et les restes de notre gaspillage. Quart monde ! Quel mot cruel ! Cela signifie un repas sur quatre…et quatre personnes dans le même galetas…

“Alors, le Roi dira à ceux qui seront à sa droite : Venez les bénis de mon Père, prenez possession du Royaume qui vous a été préparé dès la création du monde, car J'ai eu faim, et vus m'avez donné à manger…”

N'est-il pas bouleversant de constater que l'attention réclamée par Jésus à l'égard des plus démunis c'est celle-là même qui anime aujourd'hui toute vraie réforme de notre société : l'accès aux vraies valeurs humaines et culturelles à travers le respect, l'éducation, l'instruction, des salaires décents pour tous, afin que disparaissent la faim, les mal-vêtus, les mal-logés, afin que ne restent pas désespérément seuls les malades, les prisonniers, les délinquants ?

Père Gabriel

Print
Repost
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article