Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Bienvenue sur mon site
Une innovation pour mes anciens lecteurs, désormais je traite de divers sujet, en premier La religion judéo chrétienne signé" Monique Emounah", pour ceux qui ne peuvent se déplacer à l'églises quelques soit la raison, et le lieu de leurs résidences ils peuvent suivre les  offices du jour,  la politique (LR) et les infos, la poésie et les arts en général. Mes écrits, signé (Alumacom) également mes promos de mes dernières parutions et quelquefois un rappel pour mes anciens écrits. Merci de votre attention,

Le blog de mim-nanou75.over-blog.com

Bienvenue sur mon site Une innovation pour mes anciens lecteurs, désormais je traite de divers sujet, en premier La religion judéo chrétienne signé" Monique Emounah", pour ceux qui ne peuvent se déplacer à l'églises quelques soit la raison, et le lieu de leurs résidences ils peuvent suivre les offices du jour, la politique (LR) et les infos, la poésie et les arts en général. Mes écrits, signé (Alumacom) également mes promos de mes dernières parutions et quelquefois un rappel pour mes anciens écrits. Merci de votre attention,

Bonne Fête aux : Innocent et aux Saintes âmes du 28 décembre

com

Samedi 28 décembre 2019

Fêtes du Jour et saintes , Saints du jour
Bonne Fête  aux :  Innocent
Kenya
Gaspard
GaspardeGaspardineJasper
Autres Fêtes du Jour
Saint Antoine de Lérins  Moine, vénéré dans le diocèse de Fréjus-Toulon (✝ v. 525)
Vénérable Benoîte Rencurel  bergère à laquelle la Vierge Marie apparut (✝ 1718)
Sainte Catherine Volpicelli  Fondatrice des Servantes du Sacré Coeur (✝ 1894)
Saint Césaire d'Arménie  martyr en Arménie (✝ v. 309)
Saint Domnion  (✝ 395)
Vénérable Eleonora de Santa María religieuse dominicaine argentine (✝ 1900)
Saint François de Sales (✝ 1622)
Saint Gaspard del Bufalo   prêtre qui refusa de prêter le serment de fidélité à Napoléon (✝ 1837)
Bienheureux Grégoire Chomyshyn  évêque de Stanislaviv et martyr (✝ 1945)
Saint Ignace de Lomsk  (✝ 1591)
Sainte Iolande  martyre (✝ 169)
Vénérable Isabel Méndez Herrero  religieuse espagnole (✝ 1953)
Bienheureuse Matthia Nazzarei abbesse (XIIIe siècle)
Saint Maughold : évêque de l'île de Man (✝ 488)Vénérable mère François du Saint-Esprit (Caroline Baron) fondatrice des Franciscaines du Saint Esprit de Montpellier (✝ 1882)
Saint Nicanor  (✝ 38)
Bienheureux Nicolas Mello   Chanoine Régulier de Saint-Augustin (XVIIe siècle) 
Bienheureux Othon et Hermann d'Heidelberg  bénédictins (✝ 1344)
Saints Romule et Conindre  (Ve siècle)
Saint Simon le Myroblite  Fondateur du monastère de Simonos-Petras (XIIIe siècle)
Saint Théonas  évêque d'Alexandrie (✝ v. 300)
Dictons
Décembre trop beau, l'été dans l'eau.

 

28 Décembre
  
Les Saints Innocents

Fleurs des Martyrs

Les Saints Innocents
Les Saints Innocents

Dieu permit le massacre des saints Innocents pour faire d'eux les prémices de la rédemption de Jésus-Christ. C'est la jalousie et la crainte qui poussèrent Hérode à commettre un crime inouï dans l'histoire; il en fut châtié et d'une manière terrible, car il mourut dans le désespoir et dévoré tout vivant par les vers.

Saint Augustin nous a dépeint le saisissant tableau de cette horrible boucherie: "Les mères s'arrachaient les cheveux; elles voulaient cacher leurs petits enfants, mais ces tendres créatures se trahissaient elles-mêmes; elles ne savaient pas se taire, n'ayant pas appris à craindre. C'était un combat entre la mère et le bourreau; l'un saisissait violemment sa proie, l'autre la retenait avec effort. La mère disait au bourreau: "Moi, te livrer mon enfant! Mes entrailles lui ont donné la vie, et tu veux le briser contre la terre!" Une autre mère s'écriait: "Cruel, s'il y a une coupable, c'est moi! Ou bien épargne mon fils, ou bien tue-moi avec lui!" Une voix se faisait entendre: "Qui cherchez-vous? Vous tuez une multitude d'enfants pour vous débarrasser d'un seul, et Celui que vous cherchez vous échappe!" Et tandis que les cris des femmes formaient un mélange confus, le sacrifice des petits enfants était agréé du Ciel.

Saint Jean, dans son Apocalypse, nous montre les saints Innocents entourant le trône de l'Agneau parce qu'ils sont purs, et Le suivant partout où Il va. "Demanderez-vous, dit saint Bernard, pour quels mérites ces enfants ont été couronnés de la main de Dieu? Demandez plutôt à Hérode pour quels crimes ils ont été cruellement massacrés. La bonté du Sauveur sera-t-elle vaincue par la barbarie d'Hérode? Ce roi impie a pu mettre à mort des enfants innocents, et Jésus-Christ ne pourrait pas donner la vie éternelle à ceux qui ne sont morts qu'à cause de Lui? Les yeux de l'homme ou de l'ange ne découvrent aucun mérite dans ces tendres créatures; mais la grâce divine s'est plu à les enrichir", aussi l'Église a-t-elle établi leur fête au plus tard dès le second siècle.

Abbé L. Jaud, Vie des Saints pour tous les jours de l'année, Tours, Mame, 1950

Saint Gaspard (Gaspare) del Bufalo

Prêtre et fondateur des

« Missionnaires du Précieux Sang »

 

G

aspare del Bufalo naît à Rome le 6 janvier 1786 de Antonio et Annunziata Quartieroni.

 

Dès les premières années de sa vie, il est attiré par la prière et la pénitence, il tente de fuir de la maison familiale pour aller évangéliser les païens, rêvant de mourir martyr. Il est particulièrement intéressé par saint François Xavier et il se sent, pendant un certain temps, appelé par les jésuites ; il fréquente l'église du Gesù qui se situe près de chez lui.

 

Ayant terminé ses études au Collège romain, en 1798 il prit l'habitude de donner aux œuvres pour organiser l'aide spirituelle et l'assistance matérielle pour les nécessiteux. Il fut à l'origine de la renaissance de l'opéra de Sainte Galla et en fut élu directeur en 1806.

 

Ordonné prêtre le 31 Juillet 1808, il intensifia l'apostolat parmi les classes populaires et fonda le premier oratoire de S. Maria in Pincis, pour l'évangélisation des charretiers et des paysans de la province romaine, qui ont leurs dépôts de foin dans le Forum Romain.

 

L'Église, à cette époque, vit des moments difficiles : dans la nuit du 5 au 6 juillet 1809, le pape Pie VII (Barnaba Chiaramonti, 1800-1823) est fait prisonnier et déporté.

 

Le 13 juin 1810, Gaspard refuse le serment de fidélité à Napoléon et est condamnée à l'exil, puis à la prison.

 

De retour à Rome en 1814, après la chute de Napoléon, il met sa force et sa vie à servir le pape. Pie VII lui donne l'ordre de se consacrer aux missions populaires pour la restauration de la religion et de la morale. Comme moyen de promouvoir l'efficacité de la conversion des pécheurs, pour éliminer l'esprit d'impiété et d'irréligion, il choisit la dévotion au Très Précieux Sang de Jésus et en devient un ardent apôtre.

 

Le 15 août 1815, il fonde la Congrégation des « Missionnaires du Précieux Sang », qui auront des hommes de grande sainteté comme le serviteur de Dieu Jean Merlini, Jean Mastai Ferretti, le futur Pie IX.

 

En 1834, il aide à la fondation des « Sœurs Adoratrices du Sang du Christ », avec sainte Maria De Mattias. Il combattit les sociétés secrètes, en particulier la maçonnerie. En dépit des menaces et des attaques sur sa propre vie, il ne cessa de prêcher ouvertement contre ces sectes, terrain fertile pour la laïcité athée.

 

Mais un autre fléau se propageait sur les états pontificaux, comme aussi dans d'autres régions : le brigandage. Léon XII (Annibale Sermattei Della Genga, 1823-1829), sur les conseils du Card. Belisario Cristaldi, leur envoya Gaspard, avec pour seules armes le crucifix et la miséricorde évangélique, qui réussit à réduire le terrible fléau sur la périphérie de Rome et à rétablir la paix et la sécurité parmi la population.

 

Il meurt à Rome le 28 décembre 1837. St Vincent Pallotti vit son âme monter au ciel sous la forme d'une étoile et Jésus venir le chercher.

Son corps repose à Rome en l'église de Santa Maria in Trivio, qui se trouve près de la fontaine de Trévi.

 

Gaspare del Bufalo a été béatifié, le 18 décembre 1904, par saint Pie X (Giuseppe Melchiorre Sarto, 1903-1914) et canonisé, le 12 juin 1954, par le vénérable Pie XII (Eugenio Pacelli, 1939-1958).

Sainte Caterina Volpicelli
Vierge et fondatrice des
Servantes du Sacré Cœur

C

atherine Volpicelli, naît à Naples le 21 janvier 1839, elle eut au sein de sa famille, une famille de haute bourgeoisie, une formation humaine et religieuse conséquente. Sous l'encadrement éducatif de Saint Marcelin, et avec la direction sage de Margherite Salatino (future Cofondatrice, avec St Ludovico de Casoria, de la Congrégation des Sœurs Franciscaines Elisabethines Bigie), elle apprit les lettres, les langues et la musique, ce qui la distingue vraisemblablement des femmes de son époque.

Guidée par l'Esprit du Seigneur, qui lui révélait le projet de Dieu moyennant la collaboration des Sages et des Saints directeurs spirituels, Catherine, qui en effet pouvait rivaliser avec sa sœur et chercher à briller dans la société en fréquentant divers théâtres et spectacles de danse, renonça avec promptitude aux éphémères valeurs d'une vie élégante et exubérante, pour adhérer avec une généreuse décision à une vocation de perfection et de Sainteté.
La rencontre opportune avec St Ludovico de Casoria, le 19 Septembre 1854, à "Palma" à Naples, fut, comme aimait à l'affirmer Catherine elle-même: « un traité singulier de grâce prévenante, de charité et de prédilection au Sacré-Cœur amoureux des misères de sa servante ». St Ludovico l'associa à l'ordre Franciscain Séculier et lui indiqua comme l'unique découverte de sa vie, le culte au Sacré-Cœur de Jésus, l'invitant à rester au milieu de la société, dans laquelle elle devait être « pêcheuse des âmes ».

Soutenue par son confesseur, le Père Barnabite Léonard Matera, le 28 mai 1869, Catherine entra dans le groupe des adoratrices perpétuelles de Jésus Sacrement. Cependant elle en sortit précipitamment à cause de graves problèmes de santé.
Le dessein de Dieu sur Catherine était autre. Comme le lui avait bien prédit St Ludovic et le lui répétait souvent « Catherine, le Cœur de Jésus, c'est ton œuvre ».
C'est aussi par l'entremise de son confesseur que Catherine Volpicelli découvre le feuillet mensuel de l'Apostolat de la Prière ‘Le Messager du Cœur de Jésus’. Elle écrit alors au Père Henri Ramière, Directeur Général de l'Apostolat de la Prière en France et reçut de lui les explications détaillées de la naissante association, avec le diplôme de zélatrice, le premier parvenu en Italie.

En juillet 1867, le Père Ramière visite la place ‘Largo Petrone alla Salute’, à Naples, où Catherine rêvait d'établir le Siège de ses activités apostoliques « pour faire renaître dans les Cœurs, dans les farnilles et dans la société l'amour pour Jésus-Christ ».
L'apostolat de la Prière sera le cœur de l'entier édifice spirituel de Catherine, qui la propulsera à cultiver son ardent amour pour l'Eucharistie et deviendra l'instrument d'une action pastorale aux dimensions du Cœur du Christ et donc ouverte à chaque homme, toujours au service de l'Église, des marginalisés et des souffrants.
Avec les premières Zélatrices, le 1er juillet 1874, Catherine fonda le nouvel Institut des ‘Servantes du Sacré Cœur’ d'abord approuvé par le card. archevêque de Naples, Sisto Riario Sforza, et, ensuite, le 13 juin 1890, par le pape Léon XIII (
Vincenzo Gioacchino Pecci, 1878-1903) qui lui accorda ‘Le Décret de Louange’.

Préoccupée de l'avenir de la Jeunesse, elle ouvrit une Ecole pour les orphelins dénommée ‘orfanatrofio delle Margherite’, fonda une bibliothèque circulante et institua l'Association des filles de Marie, avec le suivi sage de la Vénérable Maria Rosa Carafa di Traetto (morte en 1890).
En un temps record, elle ouvrit d'autres maisons, à Naples (Palazzo Sansevero et près de l'Église de la Sagesse), à Ponticelli, où les ‘Servantes du Sacré Cœur’ se distinguent dans l'assistance des victimes du choléra en l884, à Minturno, à Meta di Sorrento et à Rome.
Le 16 mai 1884, le nouvel archevêque de Naples, le card. Giuliano Sanfelice, o.s.b. consacra le sanctuaire dédié au Sacré-Cœur de Jésus, que Catherine Volpicelli fit ériger à côté de la maison généralice de ses œuvres, le destinant particulièrement à l'adoration réparatrice demandée par le Pape pour le soutien de l'Église, dans une période difficile pour la liberté religieuse et pour l'annonce de l'Evangile.
La participation de Catherine au premier Congrès Eucharistique National, célébré à Naples en 1891, du 19 au 22 novembre, fut l'acte culminant de l'apostolat de la Fondatrice des ‘Servantes du Sacré Cœur’. A cette occasion, elle offrit une riche exposition d'objets sacrés destinés aux Églises pauvres, elle organisa l'Adoration eucharistique dans la cathédrale et fut l'animatrice de ce grand mouvement d'âmes qui se termina par l'impressionnante "confession et communion générale".

Caterina Volpicelli s'éteignit à Naples le 28 décembre 1894, offrant ainsi sa vie pour l'Église et pour le Saint Père.
La cause de béatification et de canonisation de l'insigne témoignage de la charité du Cœur du Christ, après l'instruction du Procès ordinaire pendant les années 1896-1902 à la Curie Ecclésiastique de Naples, fut officiellement introduite près de la Sainte Congrégation des Rites le 11 janvier 1911.
Le 25 mars 1945 le p
ape Pie XII (Eugenio Pacelli, 1939-1958)
en déclarant l'héroïcité des vertus, lui attribua le titre de Vénérable.
Le 29 avril 2001 s
aint Jean-Paul II (Karol Józef  Wojtyła, 1978-2005)
la béatifiait.
Le 26 avril 2009 le pape Benoît XVI (Joseph Aloisius Ratzinger, 2005-2013) la proclamait Sainte.

Print
Repost
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article