Overblog
Editer la page Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

L'espace et le temps (suite)

Mon roc, mon rocher

 

Je l’imagine super

 

beau

Il est mon superman

Pourtant il est un rien farceur

Plus fort que moi sans peur

 

Il est un tant soit peu crieur

Il est mon auditeur

Néanmoins il est mon roc

C’est mon rocher à moi

 

J’imagine son esprit si fort

Qu’il ne peut rien m’arriver

Pour tout vous dire

Et cela va s’en dire

 

Il est dans mes secrets

Ses murmures me guident

Assurément il est mon roc

C’est mon rocher à moi

 

Il est l’écoute à tout instant

Me surprend lors de mes erreurs

M’aide à les réparer

Jamais je ne le vois harassé

Il semble si puissant

Son zèle m’étonne

Décidément il est mon roc

C’est mon rocher à moi

 

Il est si clément

Lui demander pardon

Je n’y pense même pas

Pourquoi s’excuser

 

Quand on croit tout est acquis

Tout me semble dû.

Autrement dit il est mon roc

C’est mon rocher à moi

 

Je n’imagine pas qu’il soit blessé

Mort de fatigue à me sauver

Terrifié devant mes imprudences

Désespéré de mon inconscience

 

Son amour est inconditionnel

Mes sentiments se font jaloux

Cependant il est mon roc

C’est mon rocher à moi

 

La seule chose qui compte

Qu’il ne me faut jamais flancher

Qu’il soit présent en toutes circonstances

Sans comprendre je m’interroge

 

Il était avant moi

Il est présent

Il sera après moi

Il est mon roc

Mon rocher à moi 

 

Tendrement

 

Tendrement dans le creux de tes bras

Dès le premier instant

Je me suis lovée

 

Tendrement tu m’as transportée

Dans une douce chaleur

Au ciel j’étais

 

Tendrement tu me chérissais

Dans tes couvertures

Je suis là

 

Tendrement tu me protège

De tout l’univers

Je te regarde

 

Tendrement tu me berce

Ta voix m’engourdi

Je suis amour

 

Tendrement ton murmure

Me rassure

Je suis aux anges       

    

 

Tous ces combats

 

Tous ces combats

Sans rien comprendre

Tout ce qui fut

Et qui n’est plus

 

Cette rage gronde en moi

Il est toujours mon émoi

Bien que souvent désarroi

Il est toujours mon roi

 

J’ai tant besoin de tes bras

D’entendre ta voix

De voir cet enfant

Un jour tu seras de retour

 

Tu retrouves les caresses

Hélas, le passé souffle

Le vent froid m’assaille

Tout réapparaît si réel

 

Culpabilité de cet abandon

Ce film devant mes yeux

M’interdit son oublie

Tu files telle la souris

 

Je me sens si petite

Dans ce monde si grand

Je le voudrais tout blanc

Immaculée comme la neige

 

Que serai-je sans toi ?

Ce que j’étais dans l’ombre

Sans horizon limpide

Ne me quitte plus maintenant

 

Tous ces combats

Sans rien comprendre

Tout ce qui fut

Et qui n’est plus

 

 

Ne commettons pas l’injustice

 

Ne commettons pas l’injustice,

Au nom de Dieu !

Ce n’est plus de l’hérésie,

C’est un outrage spirituel.

 

Ensemble loin de nos familles,

Les soldats tuent, torturent,

Pour punir un peuple indigne

Au nom de leur idéologie.

 

Cela fait si longtemps,

Que l’on oublie le temps

Où nous défilions côte à côte,

L’étendard porté sur le côté.

 

Les secouristes de l’amour spirituel,

Leur jeunesse dans un esprit neuf,

Sont passés au crible des anciens,

Leurs prières ne sont pas seulement virtuelles !

 

Demain sera le temps de notre jugement

Sans crier gare il arrivera impromptu

Serons-nous mieux que ces soldats,

Avons-nous tranché en fonction de nos vus.

 

Ne commettons pas l’injustice,

Au nom de Dieu !

Ce n’est plus de l’hérésie,

C’est un outrage spirituel.

 

4 septembre 2016

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :