Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Bienvenue sur mon site
Une innovation pour mes anciens lecteurs, désormais je traite de divers sujet, en premier La religion judéo chrétienne signé" Monique Emounah", pour ceux qui ne peuvent se déplacer à l'églises quelques soit la raison, et le lieu de leurs résidences ils peuvent suivre les  offices du jour,  la politique (LR) et les infos, la poésie et les arts en général. Mes écrits, signé (Alumacom) également mes promos de mes dernières parutions et quelquefois un rappel pour mes anciens écrits. Merci de votre attention,

Le blog de mim-nanou75.over-blog.com

Bienvenue sur mon site Une innovation pour mes anciens lecteurs, désormais je traite de divers sujet, en premier La religion judéo chrétienne signé" Monique Emounah", pour ceux qui ne peuvent se déplacer à l'églises quelques soit la raison, et le lieu de leurs résidences ils peuvent suivre les offices du jour, la politique (LR) et les infos, la poésie et les arts en général. Mes écrits, signé (Alumacom) également mes promos de mes dernières parutions et quelquefois un rappel pour mes anciens écrits. Merci de votre attention,

Jésus explique la parabole du semeur

com

    Pendant tout le temps où j’étais comme un voyageur
parmi tous les fils d’Israël,
ai-je demandé à un seul des juges
que j’avais institués pasteurs de mon peuple Israël :
“Pourquoi ne m’avez-vous pas bâti
une maison de cèdre ?”

     Tu diras donc à mon serviteur David :
Ainsi parle le Seigneur de l’univers :
C’est moi qui t’ai pris au pâturage,
derrière le troupeau,
pour que tu sois le chef de mon peuple Israël.
    J’ai été avec toi partout où tu es allé,
j’ai abattu devant toi tous tes ennemis.
Je t’ai fait un nom aussi grand
que celui des plus grands de la terre.
    Je fixerai en ce lieu mon peuple Israël, je l’y planterai,
il s’y établira et ne tremblera plus,
et les méchants ne viendront plus l’humilier,
comme ils l’ont fait autrefois,
    depuis le jour où j’ai institué des juges
pour conduire mon peuple Israël.
Oui, je t’ai accordé la tranquillité
en te délivrant de tous tes ennemis.

Le Seigneur t’annonce
qu’il te fera lui-même une maison.
    Quand tes jours seront accomplis
et que tu reposeras auprès de tes pères,
je te susciterai dans ta descendance un successeur,
qui naîtra de toi,
et je rendrai stable sa royauté.
    C’est lui qui bâtira une maison pour mon nom,
et je rendrai stable pour toujours son trône royal.
    Moi, je serai pour lui un père ;
et lui sera pour moi un fils.
S’il fait le mal,
je le corrigerai avec le bâton, à la manière humaine,
je le frapperai comme font les hommes.
    Mais ma fidélité ne lui sera pas retirée,
comme je l’ai retirée à Saül
que j’ai écarté de devant toi.
    Ta maison et ta royauté subsisteront toujours devant moi,
ton trône sera stable pour toujours. »

    Toutes ces paroles, toute cette vision,
Nathan les rapporta fidèlement à David.

            – Parole du Seigneur.

PSAUME
(Ps 88 (89), 4-5, 27-28, 29-30)
R/

Sans fin je lui garderai mon amour.

« Avec mon élu, j’ai fait une alliance,
j’ai juré à David, mon serviteur :
J’établirai ta dynastie pour toujours,
je te bâtis un trône pour la suite des âges.

« Il me dira : Tu es mon Père,
mon Dieu, mon roc et mon salut !
Et moi, j’en ferai mon fils aîné,
le plus grand des rois de la terre !

« Sans fin je lui garderai mon amour,
mon alliance avec lui sera fidèle ;
je fonderai sa dynastie pour toujours,
son trône aussi durable que les cieux. »

ÉVANGILE
« Voici que le semeur sortit pour semer » (Mc 4, 1-20)

En ce temps-là,
    Jésus se mit de nouveau à enseigner au bord de la mer de Galilée.
Une foule très nombreuse se rassembla auprès de lui,
si bien qu’il monta dans une barque où il s’assit.
Il était sur la mer,
et toute la foule était près de la mer, sur le rivage.
    Il leur enseignait beaucoup de choses en paraboles,
et dans son enseignement il leur disait :
    « Écoutez ! Voici que le semeur sortit pour semer.
    Comme il semait,
du grain est tombé au bord du chemin ;
les oiseaux sont venus et ils ont tout mangé.
    Du grain est tombé aussi sur du sol pierreux,
où il n’avait pas beaucoup de terre ;
il a levé aussitôt,
parce que la terre était peu profonde ;
    et lorsque le soleil s’est levé, ce grain a brûlé
et, faute de racines, il a séché.
    Du grain est tombé aussi dans les ronces,
les ronces ont poussé, l’ont étouffé,
et il n’a pas donné de fruit.
    Mais d’autres grains sont tombés dans la bonne terre ;
ils ont donné du fruit
en poussant et en se développant,
et ils ont produit
trente, soixante, cent, pour un. »
    Et Jésus disait :
« Celui qui a des oreilles pour entendre,
qu’il entende ! »

    Quand il resta seul,
ceux qui étaient autour de lui avec les Douze
l’interrogeaient sur les paraboles.
    Il leur disait :
« C’est à vous qu’est donné
le mystère du royaume de Dieu ;
mais à ceux qui sont dehors,
tout se présente sous forme de paraboles.
    Et ainsi, comme dit le prophète :
Ils auront beau regarder de tous leurs yeux,
ils ne verront pas ;
ils auront beau écouter de toutes leurs oreilles,
ils ne comprendront pas ;
sinon ils se convertiraient
et recevraient le pardon. 
»
    Il leur dit encore :
« Vous ne saisissez pas cette parabole ?
Alors, comment comprendrez-vous toutes les paraboles ?
    Le semeur sème la Parole.
    Il y a ceux qui sont au bord du chemin
où la Parole est semée :
quand ils l’entendent,
Satan vient aussitôt
et enlève la Parole semée en eux.
    Et de même, il y a ceux qui ont reçu la semence
dans les endroits pierreux :
ceux-là, quand ils entendent la Parole,
ils la reçoivent aussitôt avec joie ;
    mais ils n’ont pas en eux de racine,
ce sont les gens d’un moment ;
que vienne la détresse ou la persécution à cause de la Parole,
ils trébuchent aussitôt.
    Et il y en a d’autres qui ont reçu la semence dans les ronces :
ceux-ci entendent la Parole,
    mais les soucis du monde, la séduction de la richesse
et toutes les autres convoitises
les envahissent et étouffent la Parole,
qui ne donne pas de fruit.
    Et il y a ceux qui ont reçu la semence dans la bonne terre :
ceux-là entendent la Parole, ils l’accueillent,
et ils portent du fruit :
trente, soixante, cent, pour un. »

            – Acclamons la Parole de Dieu.

La parabole du semeur : Explication par Jésus

Cette parole nous vient de différentes manières. Le semeur, c'est l'Evangile que nous lisons nous-mêmes; c'est l'Evangile que nous entendons, un jour durant la messe ; c'est un simple passage de l'Evangile cité par un ami…
Cette Parole, qui change nos mentalités et nous fait rentrer dans le règne de Dieu, a un ennemi : le diable, Satan, l'esprit du mal.
Jésus y croit. Il dénonce son vrai but : empêcher les hommes d'être sauvés.

la semence dans la bonne terre : ceux-là entendent la Parole, ils l'accueillent, et ils portent du fruit : trente, soixante, cent, pour un. »

 

106788-la-parabole-du-semeur-explication-par-jesus


Méditation de l'Evangile du mercredi 29 janvier

Jésus nous a expliqué lui-même la parabole du Semeur. D'emblée Il nous engage à écouter soigneusement :

” Vous donc, écoutez la parabole du Semeur”

C'est l'un de ses nombreux impératifs de liberté qui nous renvoient à nous-mêmes. Ce ne sont pas tellement des ordres que des rappels : la vie spirituelle s'opère à travers nos propres choix, ici l'attention portée à la Parole.

« La semence est la Parole de Dieu, le semeur sème la Parole »

Cette parole nous vient de différentes manières. Le semeur, c'est l'Evangile que nous lisons nous-mêmes ; c'est l'Evangile que nous entendons, un jour durant la messe ; c'est un simple passage de l'Evangile cité par un ami…

Cette Parole, qui change nos mentalités et nous fait rentrer dans le règne de Dieu,
a un ennemi : le diable, Satan, l'esprit du mal. Jésus y croit. Il dénonce son vrai but : empêcher les hommes d'être sauvés.

« Ceux qui sont le long du chemin sont ceux qui ont entendu ; ensuite vient le diable, et il enlève la parole de leur cœur, pour empêcher qu'ils ne croient et ne soient sauvés »

C'est l'ennemi n° 1 du règne de Dieu. Il est empressé à se jeter sur la semence divine et à l'arracher des cœurs.

Jésus, par une série de verbes actifs, nous montre bien l'action du Malin. Nous en montre la violence et la soudaineté et nous laisse deviner sa hargne. On pense au milan qui fond comme un bolide sur sa proie. Voici, regroupés, les suggestifs verbes actifs de Jésus :

Et il arrive (Matthieu)
Et il ravit (Matthieu)
Et il arrache (Luc)
Et il emporte (Marc)

Par ailleurs, le texte de Matthieu laisse entendre que la Parole du Règne demande réflexion, un temps de méditation. Car, encore une fois :

« Quiconque entend la Parole du Règne et ne comprend pas (faute de se recueillir), le Malin vient et ravit ce qui a été semé dans son cœur »

Et il est bon de noter que c'est dans le cœur que germe et grandit la Parole. Dieu nous provoque au plus intime de nous-mêmes.

Le deuxième obstacle que rencontre la Parole, c'est notre légèreté. Jésus connaît très bien l'homme et tout ce qu'il y a en lui, et la difficulté de l'atteindre profondément.

« Car bien des hommes n'ont pas de racine en eux-mêmes, mais sont mobiles »

« On reçoit avec joie la Bonne Parole. Mais s'il arrive une tribulation ou une persécution, à cause de la Parole, aussitôt on se scandalise »

Jésus a prévu aussi les trois grands obstacles qui, dans chacune de nos vies, risquent d'étouffer la Parole de Dieu :

« Les soucis, les délices de la richesse et les convoitises de tout genre, qui pénètrent en nous, étouffant la Parole qui ne peut faire du fruit »

Père Gabriel

Sainte Gertrude d'Helfta (1256-1301)

 

moniale bénédictine

 

Le Héraut, Livre III, SC 143 (Œuvres spirituelles, trad. P
 
. Doyère, éd. du Cerf, 1968, p. 155, 157, rev.)

La bonté généreuse de Dieu

Réfléchissant, un jour, sur diverses grâces multiples reçues de la bonté généreuse de Dieu, Gertrude se jugea misérable et indigne de toute faveur, puisqu’elle avait à ce point gaspillé par négligence tant de dons reçus de Dieu qu’elle ne voyait pas qu’elle en eût tiré le moindre fruit ni pour elle en en profitant ou en rendant grâces, ni pour les autres qui, en en prenant conscience, eussent pu y trouver motif d’édification et d’avancement dans la connaissance de Dieu.

            Cette lumière la consola : Que le Seigneur, parfois, ne répand pas sur ses saints les grâces pour exiger qu’ils lui rendent de chacune le fruit convenable, car la fragilité humaine y met souvent obstacle. Mais, parce que la bonté et la générosité débordante de Dieu ne connaissent pas de mesure, bien qu’il sache que l’homme ne peut toutes les faire fructifier, il ne s’emploie pourtant pas moins à accumuler les grâces pour assurer au moins à l’homme une accumulation de béatitude éternelle.

            Comme il arrive d’ordinaire pour les choses terrestres qu’on donne parfois à un tout petit qui ne sait pas l’utilité qu’il doit en attendre, pour qu’il soit plus tard, une fois adulte, comblé de biens, ainsi le Seigneur, quand il confère à ses élus la grâce en cette vie, leur prépare et assure des biens dont la jouissance éternelle les rendra heureux dans les cieux

 il y a ceux qui ont reçu la semence dans la bonne terre : ceux-là entendent la Parole, ils l’accueillent, et ils portent du fruit : trente, soixante, cent, pour un. »

Méditation audio

Prière

Seigneur Jésus, je veux pénétrer dans ce passage, m’imaginer là avec toi. Je viens moi aussi sur le bord de la mer de Galilée. Je me faufile entre la foule pour m’approcher du rivage et, ayant trouvé un petit espace libre, je m’assois sur le sable entre deux autres personnes qui sont déjà à ton écoute. Devant moi, à quelque distance du rivage, assis dans une barque, tu es là. Ta voix frappe mes oreilles et demande à entrer dans mon cœur : « Écoutez ! Voici que le semeur sortit pour semer… »

Demande

Seigneur, que ta Parole germe en mon cœur, qu’elle y grandisse et qu’elle porte beaucoup de fruit !

Réflexion

1. Le semeur

Le divin semeur ne se limite pas aux champs de Galilée. À travers l’Écriture, transmise par son Église, il sort jusqu’à nous pour semer. Sa Parole que nous venons d’écouter conserve la même efficacité et la même force que lorsqu’elle est sortie la première fois de sa bouche.

Mais ce semeur est étrange. Au moins, il n’est pas comme nous. Contrairement à toute logique, avec une générosité qui semble excessive, il jette sa semence un peu partout : sur le bord du chemin, sur le sol pierreux, au milieu des ronces… Il ne la ménage pas. Il ne semble pas distinguer le bon sol du mauvais, comme si, même en apercevant les cailloux ou les ronces, il espérait y trouver de la bonne terre, comme s’il voulait donner à chacun sa chance.

2. La semence

Quelle différence y a-t-il entre cette graine qui tombe de la main du semeur et toutes ces petites pierres, cette poussière, ces déchets qui s’accumule sur le sol ? Apparemment, aucune. La Parole évangélique que nous avons entendue pourrait, elle aussi, se confondre avec une parole humaine, celle d’un sage peut-être, mais une parole, en fin de compte, humaine. Mais nous savons que c’est tout le contraire! Cette graine insignifiante possède toute une vitalité. Elle crée quelque chose de nouveau, de surprenant, au milieu d’un sol inanimé. Elle a le pouvoir de grandir, de s’élever vers le soleil, d’être féconde et de se multiplier. Telle est la puissance de la Parole qui nous a été donnée.

3. Le sol

C’est ici que commence le mystère, le mystère du cœur de l’homme, là où chacun se trouve seul devant Dieu et où il se décide pour ou contre lui. Accueillera-t-il la semence et la nouveauté, la vitalité qu’elle porte? La laissera-t-il grandir et se multiplier? Qu’une semence tombée en terre germe et produise du fruit semble la chose la plus normale… Mais est-ce vraiment ainsi ? Mon cœur la laisse-t-elle grandir ? Quelles sont les ronces qui l’étouffent ? Quelles sont les pierres que je laisse durcir en mon cœur ?

Dialogue avec le Christ

Seigneur Jésus, tu connais mon cœur. Même si moi je fatigue à m’y recueillir et à le connaître, rien n’échappe à ton regard. Mais cela ne t’arrête pas d’y jeter la semence et d’espérer qu’elle portera du fruit. Oui, Seigneur, je veux l’accueillir ! Je veux ouvrir mon cœur, je veux laisser ta voix y pénétrer, je veux arracher les ronces qui l’étouffent ! Tu connais ma faiblesse. Je te donne mon cœur pour que ce soit toi qui le laboures et le disposes à devenir une bonne terre.

Résolution

Aujourd’hui, je fais silence en mon cœur pendant quelques minutes pour faire mémoire d’une Parole de Dieu qui m’a marqué ces derniers jours. Je demande à Dieu que cette Parole grandisse et fructifie dans ma vie.

Frère André Blanchette, LC
Méditations: Regnum Christi 
Texte de l’Évangile et informations liturgiques: © AELF - Paris - Tous droits réservés
Print
Repost
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article