Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de mim-nanou75.over-blog.com

Bienvenue sur mon site Une innovation pour mes anciens lecteurs, désormais je traite de divers sujet, en premier La religion judéo chrétienne signé" Monique Emounah", pour ceux qui ne peuvent se déplacer à l'églises quelques soit la raison, et le lieu de leurs résidences ils peuvent suivre les offices du jour, la politique (LR) et les infos, la poésie et les arts en général. Mes écrits, signé (Alumacom) également mes promos de mes dernières parutions et quelquefois un rappel pour mes anciens écrits. Merci de votre attention,

SAINTS DU JOUR et Fête du Jour

Samedi 25 janvier 2020

Saints, Saintes et Fêtes du Jour
Bonne Fête a la : Conversion de Saint Paul
Ananie
Apollos
Artémas: ArtèmeArtémis
Poppon
Autres Fêtes du Jour
Saint Agilée  martyr à Carthage (✝ v. 300)
Saint Amarin  moine martyr (✝ 676)
Saint Ananie  Compagnon de saint Paul (✝ 60)
Bienheureux Antoine de Mondola  Ermite de Saint Augustin (✝ 1450)
Bienheureux Antoine Swiadek  prêtre, martyr à Dachau (✝ 1945)
Saint Apollos  (IVe siècle)
Bienheureuse Archangèle Girlani  carmélite (✝ 1495)
Saint Artémas de Pouzzoles  Martyr (✝ 304)
Saint Auxence  martyr à Constantinople (✝ 1720)
Saint Bretonnion  évêque de Tomes en Scythie (IVe siècle)
Saint Castin  Sénateur à Rome (✝ 237)
Saint Dimitrios le Skevophylaxe  Diacre à Constantinople (VIIIe siècle)
Saint Eochod  Moine écossais (VIIe siècle)
Vénérable Franceschino de Ghisoni  moine franciscain (✝ 1832)
Bienheureux Francesco Zirano  prêtre franciscain italien martyr à Alger (✝ 1603)
Saint Grégoire le Théologien  évêque de Constantinople (IVe siècle)
Bienheureux Henri Suso  Dominicain de Constance (✝ 1366)
Saints Juventus et Maximus  martyrs à Antioche (✝ 363)
Bienheureux Manuel Domingo y Sol  fondateur de la Société des Prêtres ouvriers (✝ 1909)
Saint Mar  Reclus en Syrie (✝ 430)
Bienheureuse Marie-Antonie  Fondatrice de la Congrégation des Filles de la Divine Providence (✝ 1944)
Saint Moïse  moine, évêque de Novgorod (✝ 1362)
Saint Palémon  anachorète en Égypte (IVe siècle)
Saint Poppon  Abbé de Stavelot (✝ 1048)
Saint Prix  évêque et martyr (VIIe siècle)
Saint Publius  (✝ 380)
Saint Savin  (date ?)
La Conversion de saint Paul

34 ou 35

Patron:  Diocèse de Belfort - Montbéliard
La Conversion de saint Paul
La Conversion de saint PaulO.D.M. pinxit

Saint Paul était Juif, de la tribu de Benjamin; il naquit à Tarse, en Cilicie, dont les habitants étaient considérés comme citoyens romains. Il reçut une instruction fort soignée et devint, jeune encore, l'un des membres les plus distingués de la secte des Pharisiens. Son attachement aux traditions de ses pères, sa haine contre les chrétiens, sa présence au supplice de saint Étienne, son acharnement à poursuivre les disciples de Jésus-Christ, à les traîner en prison, à les battre de verges, ont poussé les interprètes de l'Écriture à voir en lui la réalisation de la prophétie de Jacob, concernant son fils Benjamin: "Benjamin est un loup ravisseur." Mais une hymne chrétienne a heureusement complété l'application de la prophétie, en disant: "Le loup ravisseur s'est changé en agneau."

Saul (c'était le premier nom du grand Apôtre) approchait de Damas, où il allait persécuter les chrétiens, accompagné de soldats et d'émissaires de la synagogue de Jérusalem, quand tout à coup il est renversé de son cheval et couché à terre par une force invisible. Une éblouissante clarté l'environne et une voix lui dit: "Saul, pourquoi Me persécutez-vous? - Qui êtes-Vous, Seigneur? -- Je suis Jésus, que vous persécutez. -- Seigneur, que voulez-Vous que je fasse? -- Levez-vous, entrez dans la ville, et là vous apprendrez ce que vous devez faire."

Saul était devenu aveugle; ses compagnons le conduisirent à Damas. Un serviteur de Dieu, nommé Ananias, averti en songe, alla le trouver, lui rendit la vue et lui conféra le baptême. Dès lors, Saul, devenu Paul, n'est pas seulement un converti, un chrétien, c'est un apôtre, c'est l'Apôtre par excellence, qui étonnera le monde et fera l'admiration des siècles par ses écrits sublimes et inspirés, par ses saintes audaces, ses travaux, les merveilles de son apostolat et la gloire de son martyre.

Que de leçons dans cette conversion étrange et foudroyante! Nous y voyons la puissance toute divine de la grâce à laquelle rien ne résiste; la sagesse de Dieu qui se plaît à confondre la fausse sagesse du monde; la miséricorde inénarrable du Seigneur, qui ne rebute personne et peut faire du plus grand des pécheurs le plus insigne des saints. Ne désespérons jamais du salut de personne, tout est possible à la prière et à la grâce. Nous ne comprendrons bien qu'au Ciel quelle a été l'influence de la prière dans le monde et combien de pécheurs devront leur salut à l'intercession des justes. Saint Augustin a dit fort justement: "Si Étienne n'avait pas prié, nous n'aurions pas saint Paul!"

Abbé L. Jaud, Vie des Saints pour tous les jours de l'année, Tours, Mame, 1950

 
banner santi.jpg
Date 25 janvier

Le Saint du Jour est une liste quotidienne des Saints gardés dans la mémoire de l'Église. Les histoires des maîtres de la vie chrétienne de tous les temps qui comme des phares radieux orientent notre chemin.

CONVERSION DE L'APÔTRE PAUL

20190125_Wikimedia Commons_Fra Angelico_1430 circa_CONVERSIONE DI SAN PAOLO.jpg

L’Eglise célèbre le 25 janvier la conversion de Saint Paul sur la route de Damas, une des plus puissantes manifestations de la grâce divine, qui transforma Saul, le persécuteur féroce des chrétiens, en Apôtre des nations. L’événement est raconté dans les Actes des Apôtres.  

Tout lire...

SAINT ANANIE, COMPAGNON DE SAINT PAUL

20180125_Monreale_Anania che battezza Paolo_ANANIA.jpg

Juif de Damas, converti au christianisme, dans une vision le Seigneur l’exhorte à se rendre auprès de Saul de Tarse, le persécuteur devenu aveugle après la manifestation de Jésus.Ananie obéit malgré la peur initiale, il impose les mains à Saul qui retrouve la vue et demande le baptême.  

Saint Ananie

Compagnon de saint Paul (✝ 60)

Il était un fidèle observateur de la Loi, mais très vite il adhéra à la foi en Jésus-Christ, le messie attendu. C'est lui qui éclaira saint Paul dans ses premiers tâtonnements au sein de l'Église et lui conféra le baptême. La disponibilité de ce laïc a été déterminante pour l'avenir de l'Église.
Commémoraison de saint Ananie, le disciple du Seigneur qui baptisa, à Damas, Paul après sa conversion.

Martyrologe romain

Bienheureux Henri Suso
Prêtre dominicain
(† 1366)

H

enri Suso naît sur les bords du lac de Constance (situé à la frontière entre la Suisse, l'Allemagne et l'Autriche), à la fin du XIIIe siècle. Un père mondain et violent, une mère douce et pieuse d'où lui vient cette nature tendre et aimante que nous trouvons dans ses écrits.

Il entre chez les dominicains de Constance à l'âge de 13 ans. Pendant cinq ans il y mène une vie plutôt médiocre et relâchée et, à l'âge de 18 ans, ayant été favorisé d'une vision, il se convertit. Dès lors il se livre à de très rudes austérités pour réduire son corps en servitude, si bien qu'à 40 ans il était proche de la mort. Sur un signe du Très-Haut, il jeta dans le Rhin tous ses instruments de pénitence.
Après ses premières études théologiques, on l'avait envoyé à Cologne où il connut Maître Eckart vers 1320-1325. Devenu lecteur, il revient à Constance de 1329 à 1336. Il y est lecteur conventuel, puis prieur ; il y écrit, pour la défense d'Eckart, "Le livre de la vérité". Cet ouvrage lui vaut de grands ennuis de la part du Chapitre provincial, puis du Chapitre général qui le dépose de sa charge priorale. Il reste alors dans son couvent et travaille à son "Livre de la Sagesse" dédié au Maître de l'Ordre sous le titre "L'Horloge de la Sagesse". Il se donne également à la prédication dans toute la région.

S'il a mis fin volontairement à ses mortifications corporelles, le Seigneur ne lui épargne pas les autres : il devient l'objet de calomnies et de détractions de toutes sortes. De nature extrêmement sensible et aimante, il se voit abandonné par plusieurs de ses amis. Il exerce pourtant un ministère très apprécié auprès de plusieurs couvents de religieuses dominicaines. C'est à l'une d'elles, Élisabeth Stagel, qu'il confie l'histoire de sa vie qu'elle mettra par écrit.

Refusant d'obéir aux ordres schismatiques de Louis de Bavière, les dominicains quittent Constance et se réfugient à Diessenhoven. Suso est envoyé à Ulm. On ne sait que très peu de choses sur les dernières années de sa vie.
Il y meurt en 1366 vers sa 70ème année. Le concile de Constance le considéra comme bienheureux, mais sa béatification officielle est due à Grégoire XVI (
Bartolomeo Cappellari, 1831-1846) en 1831.

Il nous reste de lui sa Vie, sous la forme que nous avons dite, avec quelques retouches postérieures à la révision qu'il en fit, le Livre de la Vérité, l'Horloge de la Sagesse, deux collections de lettres et quelques Sermons. Le succès du Livre de la Sagesse fut énorme : aux XIVe et XVe siècles, ce fut le livre le plus lu en Allemagne ; aucun autre n'est représenté par autant de manuscrits, pas même l'Imitation de Jésus-Christ

Après Maître Eckart et Jean Tauler, Henri Suso est représentatif de l'Ecole de spiritualité dominicaine des "mystiques rhénans" du XIVe siècle. Elle garde la vision de l'univers que lui donne saint Thomas, exalte le primat de la contemplation et, pour y arriver, le dépouillement progressif du sensible, la purification de ce qui agite et distrait, le regard sur le Christ, Vérité éternelle.
Suso insiste sur l'union au Christ par la contemplation de ses perfections et de ses souffrances. Après lui, l'accent sera mis davantage sur l'affection que sur la connaissance : on cherche ce qui émeut, on s'applique à méditer les plaies du Crucifié, les sept douleurs de la Vierge : c'est l'ère des représentations tragiques de la Passion, des Pietà, des descentes de croix... L'œuvre de Suso annonce déjà ce tournant à la fin du XIVe et au XVe siècle.

Bse Marie-Antonie (Teresa Grillo)
Veuve Michel, fondatrice :
"Congrégation des Petites Sœurs de la Divine Providence
"

 Commémoration :
Congrégation le 23 janvier
Martyrologe romain le 25 janvier (dies natalis)

T

 eresa Grillo naît le 25 septembre 1855 à Spinetta Marengo (Alessandria dans le Piémont, Italie). Issue d’une famille riche et aristocratique, elle est la cinquième et dernière fille de Giuseppe, médecin chef de l’Hôpital civil d’Alessandria et de Maria Antonietta Parvopassu, descendante d’une vieille et illustre famille ; elle fut baptisée le lendemain dans l’Église paroissiale de Spinetta.

Elle suit d'abord la vocation du mariage en épousant, le 2 août 1877, Giovanni Battista MICHEL, capitaine des 'bersaglieri' (corps militaire italien). Elle suivit son époux dans ses déplacements : à Caserta, à Acireale, à Catania, à Portici et enfin à Naples. C’est ici que son mari mourut, le 13 juin 1891, suite à une insolation au cours d’un défilé militaire.

Veuve à 36 ans et n'ayant pas d'enfants, elle se sent poussée à consacrer totalement sa vie au service des plus démunis. Elle devient ainsi la mère d'une foule de personnes abandonnées: orphelins, personnes âgées, malades. « Le nombre des pauvres augmente toujours davantage et l'on voudrait pouvoir ouvrir les bras pour en accueillir le plus grand nombre sous la protection de la Divine Providence. » Ainsi s'exprime-t-elle au début de son œuvre dans la ville d'Alessandria. Le Seigneur l'appelle à diffuser cet amour envers les plus pauvres à l'aide de l'Institut qu'elle fonde, appelé: "Congrégation des Petites Sœurs de la Divine Providence".

Au centre de sa vie spirituelle et de celle de ses sœurs se trouve l'Eucharistie, dont elle tient à placer l'image de façon visible sur l'habit religieux. De la prière prolongée devant le Saint Sacrement, Teresa tire l'inspiration et le soutien pour son dévouement quotidien ainsi que pour les courageuses initiatives missionnaires qui la conduisent plusieurs fois jusqu'au Brésil.

Elle meurt à Alessandria le 25 janvier 1944. C'est à travers le service effectif de ses frères dans le besoin qu'elle laisse au monde le message de l'amour divin. Sa congrégation comptait 25 maisons en Italie, 19 au Brésil et 7 en Argentine.

Maria Antonia (Teresa Grillo) a été déclarée Vénérable le 6 juillet 1985 et béatifiée, le 24 mai 1998, par le même Pape : saint Jean-Paul II  (Karol Józef  Wojtyła, 1978-2005).

 

Saint Moïse

moine, évêque de Novgorod (✝ 1362)

Originaire de Novgorod, il entra au monastère d'Otroch à Tver en Russie. De retour dans sa cité natale, il fut consacré abbé du monastère de Yuriev. Elu évêque de Novgorod, il fut l'inspirateur de la célèbre école d'icônes qui allait donner à l'art religieux russe ses plus grands chefs-d’œuvre. Moine austère et grand prédicateur, il sut conquérir cette ville marchande, fière et turbulente, à la paix et à l'amour fraternel. Sentant sa mort prochaine, il renonça à son siège épiscopal et se retira dans un monastère.

Saint Grégoire le Théologien

évêque de Constantinople (IVe siècle)

"Un homme à l'âme céleste et à la bouche sanctifiée par le feu du Saint Esprit." Saint Grégoire de NazianceLes Églises d'Orient célèbrent saint Grégoire de Nazianze comme le modèle des pasteurs et comme l'un des théologiens qui sut par ses prédications et ses œuvres transfigurer la culture hellénique en une culture chrétienne. Il fut d'une rigueur inflexible pour défendre la foi orthodoxe menacée par l'arianisme qui avait le soutien impérial. En 379, il fut attaqué durant la nuit pascale mais fut sauvé d'une manière étonnante. Élu évêque de Constantinople, il connut encore bien d'autres difficultés en particulier les divisions de l'Église à cause des hérésies.
À Naziance en Cappadoce, l'an 390, la naissance au ciel de saint Grégoire, évêque, dont la mémoire a lieu le 2 janvier.

Martyrologe romain

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article