Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Bienvenue sur mon site
Une innovation pour mes anciens lecteurs, désormais je traite de divers sujet, en premier La religion judéo chrétienne signé" Monique Emounah", pour ceux qui ne peuvent se déplacer à l'églises quelques soit la raison, et le lieu de leurs résidences ils peuvent suivre les  offices du jour,  la politique (LR) et les infos, la poésie et les arts en général. Mes écrits, signé (Alumacom) également mes promos de mes dernières parutions et quelquefois un rappel pour mes anciens écrits. Merci de votre attention,

Le blog de mim-nanou75.over-blog.com

Bienvenue sur mon site Une innovation pour mes anciens lecteurs, désormais je traite de divers sujet, en premier La religion judéo chrétienne signé" Monique Emounah", pour ceux qui ne peuvent se déplacer à l'églises quelques soit la raison, et le lieu de leurs résidences ils peuvent suivre les offices du jour, la politique (LR) et les infos, la poésie et les arts en général. Mes écrits, signé (Alumacom) également mes promos de mes dernières parutions et quelquefois un rappel pour mes anciens écrits. Merci de votre attention,

Le Saint du jour St Romain et Lupicin avec les Saintes âmes du 28 ét 29 février

SAINT DU JOUR
banner santi.jpg
Date 28 février

Le Saint du Jour est une liste quotidienne des Saints gardés dans la mémoire de l'Église. Les histoires des maîtres de la vie chrétienne de tous les temps qui comme des phares radieux orientent notre chemin.

Saint-Siège

SAINT ROMAIN, ABBÉ

Ermite du V siècle, il gagne le massif du Jura en France avec la Bible et les outils de travail sur les épaules. Rejoint par son frère Lucipino, il crée ainsi à Condat la première communauté monastique. La tradition le présente entrain d’embrasser deux pauvres lépreux qui sont guéris.  

Saint Romain (+460) et saint Lupicin (+480)

Abbés de Condat

Saint Romain et saint Lupicin naquirent d'une honnête famille, vers la fin du IVe siècle, dans le diocèse actuel de Belley; ce dont donc deux saints français.

La jeunesse de Romain demeura pure de toute corruption du siècle. Après s'être mis quelques temps sous la conduite d'un saint abbé, qui lui fit étudier sérieusement la vie cénobitique, il se retira, âgé de trente-cinq ans, à Condat, dans les forêts du Jura, où il mena la vie des anciens anachorètes, au milieu des bêtes féroces, et oublié du monde, qu'il avait oublié le premier. Mais ce n'était là, dans les desseins de Dieu, qu'une préparation: la vocation de Romain, c'était de fonder des monastères où l'on verrait fleurir toutes les merveilles de sainteté accomplies depuis plus de deux siècles dans les déserts d'Orient. Le premier de ses disciples fut son frère Lupicin.

Dieu avait donné aux deux frères des caractères fort différents; autant Romain était doux et indulgent, autant Lupicin était ferme et rigide, et on eût pu l'accuser d'excès, s'il n'avait encore été plus dur pour lui que pour les autres. Chez les deux Saints, ces divergences étaient toujours, chose étonnante, accompagnées d'une parfaite union. Si Lupicin avait paru dépasser la mesure, Romain était là pour tout concilier; s'il était besoin d'un coup d'énergie, Romain avait recours à Lupicin, dont le bras de fer brisait tout obstacle.

Une année que les récoltes avaient été très abondantes, les religieux se relâchèrent de leur abstinence et ne se rendirent point aux douces observations de Romain. Le saint abbé confia l'affaire à son frère, qui ne fit servir à la communauté, pendant un certain temps, que de la bouillie d'orge sans apprêt. Douze moines quittèrent le monastère, les autres retrouvèrent leur ferveur. Romain pleura ses douze religieux et se plaignit à son frère; il versa tant de larmes et fit tant de prières, que les douze fugitifs revinrent et menèrent une vie austère et pleine d'édification.

Un des plus anciens religieux lui reprocha un jour de recevoir trop facilement tous les sujets qui se présentaient, au risque de n'avoir plus de place pour accueillir les sujets d'élite: "Mon frère, lui dit le Saint, Dieu seul discerne le fond des coeurs, confions-nous en Lui. Accueillons toutes ces brebis que nous envoie le divin Pasteur, et, par notre zèle, conduisons-les avec nous aux portes du Paradis."

*Les années bissextiles, on fête ces Saints le 29 février

Abbé L. Jaud, Vie des Saints pour tous les jours de l'année, Tours, Mame, 1950

SAINT HILAIRE, PAPE

20190228_Basilica di san Paolo fuori le mura_medaglioni papi_ILARIO.jpg

Il fut membre de la délégation pontificale au Concile d’Ephèse, où il œuvra pour la primauté du Siège de Rome. Comme Pape il s’occupa surtout des controverses avec les Eglises orientales. On lui doit l’embellissement de la basilique du Latran. Il est enterré à Saint Laurent au Verano.

Pape (46e) de 461 à 468 (✝ 468)

Pape et confesseur.
Il naquit en Sardaigne et nous le trouvons d'abord légat de Pape de Rome, défendant la vraie foi lors du "brigandage d'Ephèse" en 449 où fut rétablie la doctrine d'Eutychès qui niait les deux natures du Christ en l'unité d'une seule personne". Le patriarche saint Flavien est déposé; Hilaire qui a protesté comme légat du Pape, est expulsé par les gardes et doit fuir pour ne pas être arrêté. 
Successeur de saint Léon le Grand, il confirma en Occident les conciles de Nicée, Ephèse et Chalcédoine. En Occident son activité est connue dans trois domaines : la lutte contre les hérésies, l'affirmation de l'autorité disciplinaire de Rome et les constructions dans la Ville.
Il construisit plusieurs églises et chapelles dans Rome, soutient l'évêque d'Arles en Gaule et rappelle l'Église d'Espagne à une meilleure fidélité à l'Eglise de Rome. 
On ne connaît rien de ses relations avec l'Orient chrétien.
À Rome sur la voie Tiburtine, près de saint Laurent, en 468, la mise au tombeau du pape saint Hilaire, qui succéda à saint Léon le Grand, et écrivit des lettres confirmant la foi catholique des Conciles de Nicée, Éphèse et Chalcédoine, et mettant en lumière le primat du siège de Rome.
(éloge omis le 28 février les années bissextiles)

Martyrologe romain

Autres Fêtes du Jour
Bienheureuse Antoinette de Florence  Clarisse à Florence (✝ 1472)
Bienheureux Carlo Gnocchi  prêtre éducateur de la jeunesse durant la deuxième guerre mondiale (✝ 1956)
Saints Céréal, Pupule, Sérapion et Caïus  martyrs en Egypte (date ?)
Bienheureux Daniel Brottier  Prêtre (✝ 1936)
Saint Hilaire  Pape (46e) de 461 à 468 (✝ 468)
Sainte Kyranna  Martyre (✝ 1751)
Saintes Marane et Cyre   moniales en Syrie (✝ 455)
Vénérable Maria Francisca de l’Enfant Jésus   religieuse espagnole (✝ 1991)
Saint Nicolas de Pskov   Fol en Christ à l'époque du tsar Ivan le Terrible (✝ 1576)
Saints Nymphas et Eubule  Confesseurs (Ier siècle.)
Saint Oswald  Evêque de Worcester puis d'York (✝ 992)
Saint Protère  Archevêque d'Alexandrie et martyr (✝ 457)
Bienheureux Roger le Fort  Fondateur d'un monastère et d'un hôpital (✝ 1367)
Saint Ruellin   Confesseur (✝ v. 650)
Bienheureux Timothée Trojanowski   franciscain et martyr (✝ 1942)
Vénérable William Gagnon  religieux missionnaire canadien (✝ 1972)

Bx Daniel Brottier
Missionnaire spiritain

 (Ferté-Saint-Cyr, Loir-et-Cher, 7 septembre 1876 – Paris, 28 février 1936).

 

Cérémonie de Béatification de José Manyanet Y Vives,
Daniel Brottier et Elisabeth de La Trinité

Basilique Saint-Pierre
Dimanche 25 novembre 1984

 

Extrait de l’Homélie de Saint Jean-Paul II

 

« 4. Parmi « ceux qui sont au Christ », nous distinguons Daniel Brottier. Il a rejoint la Congrégation des Pères du Saint-Esprit pour répondre à l’appel missionnaire de la manière la plus ardente. Parti en Afrique, il se dévoue sans compter au service de la communauté chrétienne de Saint- Louis du Sénégal et notamment des jeunes. Son zèle apostolique le conduit à prendre sans cesse de nouvelles initiatives pour que l’Église soit vivante et la Bonne Nouvelle entendue. Même éloigné de ce champ d’action, il ne cesse pas d’aider à bâtir l’Église au Sénégal.

 

Disciple du Christ, il l’est aussi par l’épreuve de la souffrance : la douleur physique ne le quitte pas. Et, volontaire sur le front, il soigne et réconforte les blessés par sa présence courageuse. Aux soldats mourants, il porte le secours de Dieu. La guerre passée, il travaille à prolonger la fraternité née entre ces hommes dans le dépouillement et le don de soi héroïque.

 

Quand il reçoit la charge des orphelins d’Auteuil c’est à leur service qu’il déploie avec force l’activité la plus débordante qui le fera connaître bien au-delà de Paris. Rien n’arrête sa charité quand il s’agit d’accueillir, de nourrir, de vêtir des enfants délaissés et meurtris par la vie. Innombrables sont ceux qu’il associe à cette œuvre profondément évangélique. Parce qu’il faut loger ces jeunes et les mettre dans un climat chaleureux, les aider à acquérir un métier et à bâtir leur avenir, le P. Brottier multiplie les appels et constitue une chaîne toujours vivante d’active solidarité.

 

Prêtre, religieux, sa grande activité « découlait de son amour de Dieu » comme l’a dit un témoin. À la fois humble et vrai, actif jusqu’aux limites du possible, serviteur désintéressé, Daniel Brottier avançait avec audace et simplicité car il travaillait “comme si tout dépendait de lui, mais aussi sachant que tout dépend de Dieu”. Il avait confié les enfants d’Auteuil à sainte Thérèse de l’Enfant-Jésus qu’il appelait familièrement à l’aide, assuré de son soutien efficace à tous ceux pour qui elle avait offert sa propre vie.

 

Le bienheureux Daniel Brottier a achevé son œuvre sur la terre par un « fiat » courageux. Aujourd’hui nous le savons secourable aux pauvres qui l’invoquent car il communie à l’amour du Sauveur qui animait tout son service sacerdotal. »

 

 

Saint Auguste Chapdelaine
Prêtre et martyr
(1814-1856)

 

Dans la ville de Xilinxian, dans la province de Kouang-Si en Chine, l'Église commémore le souvenir de saint Auguste Chapdelaine, prêtre des Missions Étrangères de Paris.

 

Auguste naît à La Rochelle (La Rochelle-Normande dans le département de la Manche en France) en 1814 et il fut un des premiers à semer la graine de la foi chrétienne dans la terre de Chine.

Arrêté par les soldats avec un groupe de chrétiens convertis, il fut frappé de trois cents coups de nerf de bœuf, enfermé dans une cage minuscule et finalement décapité.

 

Béatifié par Léon XIII (Vincenzo Gioacchino Pecci, 1878-1903) le 27 mai 1900, il fut canonisé par Saint Jean-Paul II (Karol Józef Wojtyła, 1978-2005) le 1er octobre 2000.

Vénérable Maria Francisca de l’Enfant Jésus

religieuse espagnole (✝ 1991)

 

 Née Maria Natividad Sánchez Villoria à Fuenteguinaldo, le 25 décembre 1905 et morte le 28 février 1991 à Salamanca.
- décret de vertus héroïques le 3 octobre 2019 (en italien)
María Francisca del Niño Jesús Sánchez VilloriaSon expérience de la contemplation a été soutenue par le don de prier pendant de longues heures de la nuit, en réservant très peu d’heures pour dormir. 'Sa charité se manifestait par un service joyeux envers la communauté et par un fructueux ‘apostolat du salon’, par l’accueil de ceux qui cherchaient conseil et réconfort.'
Au cours de ses 68 années de vie religieuse, elle a toujours été 'fidèle à la pratique de l’humilité et de la pauvreté', restant 'forte dans les maladies et les épreuves'.
Les fidèles ont perçu en elle 'une femme admirable, gentille et proche, vouée à réconforter tout le monde avec les dons de prophétie, de discernement, de piété, de guérison et d’amour'...
- Une religieuse espagnole de l’Ordre des clarisses, Zenit

Vénérable William Gagnon

religieux missionnaire canadien (✝ 1972)

Promulgation de décrets du 15 décembre 2015 (en italien): vertus héroïques du serviteur de Dieu William Gagnon, religieux américain (1905 - 1972).
William GagnonNé le 16 mai 1905 aux Etats-Unis de parents canadiens français, William Gagnon fait profession dans l'Ordre Hospitalier de Saint Jean de Dieu à Montréal au Canada en 1932.
C'est en 1952 qu'il part au Vietnam où il se consacre à l'implantation de l'Ordre et aux soins aux milliers de réfugiés. Epuisé, il meurt le 28 février 1972 à Saïgon.
Profondément pieux et imprégné de sa vocation, il fut un véritable apôtre des malades et des souffrants, tout comme le Fondateur de l'Ordre, saint Jean de Dieu. Il affirma que 'Les honneurs ne sont qu'un feu de paille. Seul reste le peu de bien que nous avons fait, si nous sommes parvenus à profiter de la grâce que le bon Dieu nous a accordée chaque instant de notre vie'. Ces mots arrivent à point nommé pour nous, qui venons de commencer notre parcours du carême en recevant l'imposition des cendres sur notre tête, pour ne pas oublier notre fragilité et la caducité de la vie terrestre.
- Ordre Hospitalier de Saint Jean de Dieu, province de France
- Ordre Hospitalier de Saint Jean de Dieu, Curie générale
- 40éme anniversaire de la mort de Frère William Gagnon

« Tout passe, sauf les bonnes œuvres » (1DS, 6)

Saint Jean de Dieu à la duchesse de Sessa