Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Bienvenue sur mon site
Une innovation pour mes anciens lecteurs, désormais je traite de divers sujet, en premier La religion judéo chrétienne signé" Monique Emounah", pour ceux qui ne peuvent se déplacer à l'églises quelques soit la raison, et le lieu de leurs résidences ils peuvent suivre les  offices du jour,  la politique (LR) et les infos, la poésie et les arts en général. Mes écrits, signé (Alumacom) également mes promos de mes dernières parutions et quelquefois un rappel pour mes anciens écrits. Merci de votre attention,

Le blog de mim-nanou75.over-blog.com

Bienvenue sur mon site Une innovation pour mes anciens lecteurs, désormais je traite de divers sujet, en premier La religion judéo chrétienne signé" Monique Emounah", pour ceux qui ne peuvent se déplacer à l'églises quelques soit la raison, et le lieu de leurs résidences ils peuvent suivre les offices du jour, la politique (LR) et les infos, la poésie et les arts en général. Mes écrits, signé (Alumacom) également mes promos de mes dernières parutions et quelquefois un rappel pour mes anciens écrits. Merci de votre attention,

Ouvrir notre regard, Renoncer à ce « moi », à ma volonté propre pour entendre et voir la Parole de Dieu

com
LECTURES DE LA MESSE
PREMIÈRE LECTURE
« Mettez la Parole en pratique, ne vous contentez pas de l’écouter » (Jc 1, 19-27)

Lecture de la lettre de saint Jacques

Sachez-le, mes frères bien-aimés :
chacun doit être prompt à écouter,
lent à parler, lent à la colère,
    car la colère de l’homme
ne réalise pas ce qui est juste selon Dieu.
    C’est pourquoi, ayant rejeté tout ce qui est sordide
et tout débordement de méchanceté,
accueillez dans la douceur la Parole semée en vous ;
c’est elle qui peut sauver vos âmes.
    Mettez la Parole en pratique,
ne vous contentez pas de l’écouter :
ce serait vous faire illusion.
    Car si quelqu’un écoute la Parole
sans la mettre en pratique,
il est comparable à un homme qui observe dans un miroir
son visage tel qu’il est,
    et qui, aussitôt après, s’en va
en oubliant comment il était.
    Au contraire, celui qui se penche sur la loi parfaite, celle de la liberté,
et qui s’y tient,
lui qui l’écoute non pour l’oublier,
mais pour la mettre en pratique dans ses actes,
celui-là sera heureux d’agir ainsi.
    Si l’on pense être quelqu’un de religieux
sans mettre un frein à sa langue,
on se trompe soi-même,
une telle religion est sans valeur.
    Devant Dieu notre Père,
un comportement religieux pur et sans souillure,
c’est de visiter les orphelins et les veuves dans leur détresse,
et de se garder sans tache au milieu du monde.

            – Parole du Seigneur.

PSAUME
(Ps 14 (15), 2-3a, 3bc-4ab, 4d.5)

R/ Seigneur, qui habitera ta sainte montagne ? (Ps 14, 1b)

Celui qui se conduit parfaitement,
qui agit avec justice
et dit la vérité selon son cœur.
Il met un frein à sa langue.

Il ne fait pas de tort à son frère
et n’outrage pas son prochain.
À ses yeux, le réprouvé est méprisable
mais il honore les fidèles du Seigneur.

Il ne reprend pas sa parole.
Il prête son argent sans intérêt,
n’accepte rien qui nuise à l’innocent.
Qui fait ainsi demeure inébranlable.

ÉVANGILE
« L’aveugle se trouva guéri, et il distinguait tout avec netteté » (Mc 8, 22-26)

Alléluia. Alléluia.
Que le Père de notre Seigneur Jésus Christ
ouvre à sa lumière les yeux de notre cœur,
pour que nous percevions l’espérance que donne son appel.
Alléluia. (cf. Ep 1, 17-18)

Évangile de Jésus Christ selon saint Marc

En ce temps-là,
    Jésus et ses disciples arrivèrent à Bethsaïde.
Des gens lui amènent un aveugle
et le supplient de le toucher.
    Jésus prit l’aveugle par la main
et le conduisit hors du village.
Il lui mit de la salive sur les yeux
et lui imposa les mains.
Il lui demandait :
« Aperçois-tu quelque chose ? »
    Levant les yeux, l’homme disait :
« J’aperçois les gens :
ils ressemblent à des arbres
que je vois marcher. »
    Puis Jésus, de nouveau, imposa les mains
sur les yeux de l’homme ;
celui-ci se mit à voir normalement,
il se trouva guéri,
et il distinguait tout avec netteté.
    Jésus le renvoya dans sa maison en disant :
« Ne rentre même pas dans le village. »

            – Acclamons la Parole de Dieu.

 

Saint Jérôme (347-420)
 

prêtre, traducteur de la Bible, docteur de l'Église
 

Homélies sur Marc, n°8, 235

(SC 494; trad. Jean-Louis Gourdain; Éd. du Cerf, 2005, p. 143)
 
« Ouvre mes yeux... aux merveilles de ta Loi » (Ps 118,18)
« Jésus lui a mis de la salive sur les yeux, lui a imposé les mains et lui a demandé s'il voyait quelque chose. » La connaissance est toujours progressive. (...) Ce n'est qu'au prix de beaucoup de temps et d'un long apprentissage qu'on peut parvenir à la connaissance parfaite. D'abord les saletés s'en vont, la cécité s'en va, et c'est ainsi que la lumière vient. La salive du Seigneur est un enseignement parfait : pour enseigner de façon parfaite, elle provient de la bouche du Seigneur. La salive du Seigneur, qui provient pour ainsi dire de sa substance, est la connaissance, comme sa parole qui provient de sa bouche est un remède. (...)
            « Je vois des hommes, comme des arbres qui marchent » ; je vois toujours l'ombre, pas encore la vérité. Voici le sens de cette parole : je vois quelque chose dans la Loi, mais je n'aperçois pas encore la lumière éclatante de l'Évangile. (...) « Et il lui posa à nouveau les mains sur les yeux et il commença à voir si bien qu'il voyait tout clairement. » Il voyait, dis-je, tout ce que nous voyons : il voyait le mystère de la Trinité, il voyait tous les mystères sacrés qui sont dans l'Évangile. (...) Nous aussi nous les voyons, car nous croyons en Christ qui est la vraie lumière
 

« Jésus, de nouveau, imposa les mains sur les yeux de l’homme ; celui-ci se mit à voir normalement, il se trouva guéri, et il distinguait tout avec netteté. »

« Ils arrivèrent à Bethsaïde et on amène à Jésus un aveugle, en le priant de le toucher. » La communauté des hommes vient à Jésus avec ses souffrants : « On lui amène un aveugle et on le supplie de le toucher. » L’aveugle se laisse conduire par Jésus qui le prend par la main ! A l’écart du groupe, Jésus lui manifeste qu’il est aimé, il prend de la salive et il la pose sur les yeux de l’aveugle. Il lui impose les mains : « Est-ce que tu vois clair maintenant ? lui dit-il » Dans notre vie quotidienne, nous sommes souvent dans des situations de grandes douleurs, des difficultés et des ténèbres, Jésus nous prend par la main et nous met un peu à l’écart. Il nous délivre de nos blessures et nos souffrances !

"Prenant l’aveugle par la main, il le fit sortir hors du village. Après lui avoir mis de la salive sur les yeux et lui avoir imposé les mains, il lui demandait : « Aperçois-tu quelque chose ? » L’aveugle qui commençait à voir répondit : « J’aperçois les gens, c’est comme si c’était des arbres que je les vois marcher. » Cet homme commence à voir un petit peu la réalité, alors l’espérance s’installe en lui. Déjà il voit plus clair, progressivement il va voir. Dieu, dans son amour, se livre avec toute sa tendresse qui nous est révélée toute humaine et sa miséricorde divine incroyable. Le cœur de cet homme résonne à l’amour de Jésus, il est créé à l’image et à la ressemblance de Dieu par sa parole bienheureuse.

« Puis Jésus, de nouveau, imposa les mains sur les yeux de l’homme ; celui-ci se mit à voir normalement, il se trouva guéri, et il distinguait tout avec netteté. » Jésus le renvoya chez lui, en lui disant : « N’entre même pas dans le village. » Jésus, avec des sentiments humains, parle un langage qui résonnent au cœur de notre humanité. Il ouvre pour nous un chemin d’humilité. C’est le mystère de Dieu venu dans notre chair humaine pour nous sauver. Jésus impose les mains à nouveau, alors l’aveugle voit normalement. A chaque Eucharistie, l’Église de Jésus célèbre le salut de l’humanité qui est le lieu de la sanctification offert par Jésus. Les « aveugles » sont là rassemblés. Jésus est là qui guérit les cœurs. Heureux de voir plus clair, sortis de nos blessures et de notre aveuglement, nous regardons autour de nous et nous avançons. Les dons de Dieu nous font le bénir et nous voulons étendre cette bénédiction à tous ceux qui nous entourent.

Nous demandons la grâce de connaître la douceur du cœur de Dieu pour la communiquer.

Prière

Pendant ce temps de silence et de recueillement, Jésus, prends-moi par la main à l’écart comme cet aveugle, ainsi je serai tout à toi. Je t’ouvre mon cœur et te le donne afin qu’il brûle d’amour.

Demande

Jésus, par le don de l’Esprit Saint, apprends-moi à discerner et à faire ce que tu attends de moi à chaque instant.

Réflexion

Ce passage du saint Évangile de saint Marc peut paraître étonnant au premier abord. Pourtant Jésus nous livre ici au moins trois enseignements importants pour grandir dans notre vie de disciple.

1. « Des gens lui amènent un aveugle et le supplient de le toucher. Jésus prit l’aveugle par la main et le conduisit hors du village. »

Aujourd’hui, nous accompagnons Jésus avec ses disciples qui arrivent dans une petite ville qui se trouve dans les terres à 400 m du rivage du lac de Tibériade. Jésus est à peine arrivé que des gens lui présentent un aveugle ; Jésus ne pose aucune question, il obéit à la foule et prend l’aveugle immédiatement à l’écart.

Ici Jésus nous apprend à répondre à la volonté du Père avec promptitude et amour sans la repousser au lendemain. Nous avons tendance à dire « je le ferai plus tard, on verra cela demain » ou encore « moi je préfère faire ça ». Pourtant, c’est réellement dans ce que nous avons à accomplir maintenant que Jésus nous demande de l’aimer, c’est là qu’il nous attend. C’est une manière simple de savoir si l’on répond réellement à la volonté du Père dans les petites choses de la vie courante. Jésus nous aime tant qu’il désire nous faire sortir de notre orgueil et de tous nos penchants mauvais afin que nous soyons libres de le suivre.

2. « Jésus prit l’aveugle par la main et le conduisit hors du village. »

On présente à Jésus un aveugle de naissance. La foule supplie Jésus de le toucher et lui le prend par la main et l’emmène en dehors du village pour bénéficier de plus de silence et de paix. Jésus ne cherche pas le succès, les applaudissements, non, il décide d’aller plus loin pour passer du temps avec cet homme uniquement. Le geste si touchant de Jésus de prendre ce pauvre aveugle par la main nous enseigne que Jésus aime chacun de nous d’un amour personnel et que l’amour de Jésus est d’une tendresse infinie. Qu’il est important d’avoir des moments de silence avec Jésus chaque jour afin de le rencontrer profondément, lui qui désire tant être l’amour et la lumière de notre vie. Cela nous enseigne aussi que lorsque nous accomplissons quelque chose pour une personne, il faut le faire uniquement pour cette personne. Oui, sans cesse, en nous détournant de nous-mêmes ; ainsi nous deviendrons petit à petit, par notre liberté propre, des hommes et des femmes nouveaux à la suite du Christ.

Jésus dans un premier temps va utiliser une coutume de l’époque en lui « crachant » de la salive sur les yeux (selon la traduction en latin de saint Jérôme). Ce geste surprenant du Christ va bien au-delà d’un simple rite. Cela représente ce qu’il y a de plus intime, ce qui est propre à Jésus. En effet, Jésus ne cesse de se donner entièrement à nous en chaque Eucharistie. Il est important de se donner du mal pour les autres, ne pas faire les choses à la légère. Au contraire nous avons été créés pour aimer à l’image de l’amour infini du Christ alors laissons-nous habiter et guider par le don si grand de l’Esprit Saint. C’est dans cette grandeur de l’amour que le Christ nous appelle à l’aimer humblement en chacun de nos frères.

3. Jésus semble avoir de la peine à effectuer ce miracle. Nous pourrions nous poser la question : pourquoi Jésus choisit-il de guérir cet aveugle en deux temps ? Par la salive et l’imposition des mains, l’aveugle ne verra pas encore nettement mais ce n’est qu’à la deuxième imposition des mains sur ses yeux qu’il verra distinctement. Jésus nous dévoile ici la pédagogie qu’il utilise pour éduquer le cœur de ses apôtres qui bien souvent manquent de foi et de patience. En effet, Jésus nous donne la grâce de progresser dans notre foi, cette foi que nous recevons le jour de notre baptême qui va grandir petit à petit en fonction de l’espace que nous laissons à la grâce divine de se déployer en nous. Jésus ne se décourage pas devant nos manques de foi. Au contraire il ne cesse de nous relever, de nous redonner la vue par son amour miséricordieux.

Enfin nous pouvons voir dans la belle attitude de l’aveugle qui se laisse faire par Jésus une invitation à avoir une totale confiance dans la manière dont le Christ va agir pour nous ou pour les personnes que nous lui confions. Bien souvent nous avons nos grandes idées et comme il est difficile de s’en remettre totalement à l’amour miséricordieux du Christ !

Dialogue avec le Christ

Jésus, je désire que tu aies la première place dans ma vie. Viens régner sur mes manques de foi et d’amour. Ouvre mon cœur, bien petit, à aimer comme le tien à chaque instant de la journée. Aidez-moi, sainte Vierge Marie, à aimer comme vous pour apaiser le cœur de Jésus.

Résolution

Renoncer à ce « moi », à ma volonté propre tout au long de la journée en l’offrant avec humilité à Jésus.

Adèle Landowski, membre de Regnum Christi

 informations liturgiques: © AELF - Paris - Tous droits réservés
Print
Repost
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article