Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Bienvenue sur mon site
Une innovation pour mes anciens lecteurs, désormais je traite de divers sujet, en premier La religion judéo chrétienne signé" Monique Emounah", pour ceux qui ne peuvent se déplacer à l'églises quelques soit la raison, et le lieu de leurs résidences ils peuvent suivre les  offices du jour,  la politique (LR) et les infos, la poésie et les arts en général. Mes écrits, signé (Alumacom) également mes promos de mes dernières parutions et quelquefois un rappel pour mes anciens écrits. Merci de votre attention,

Le blog de mim-nanou75.over-blog.com

Bienvenue sur mon site Une innovation pour mes anciens lecteurs, désormais je traite de divers sujet, en premier La religion judéo chrétienne signé" Monique Emounah", pour ceux qui ne peuvent se déplacer à l'églises quelques soit la raison, et le lieu de leurs résidences ils peuvent suivre les offices du jour, la politique (LR) et les infos, la poésie et les arts en général. Mes écrits, signé (Alumacom) également mes promos de mes dernières parutions et quelquefois un rappel pour mes anciens écrits. Merci de votre attention,

La rencontre sur le lac:« C’est le Seigneur ! » Quand Simon-Pierres ut que c’était le Seigneur, il passa un vêtement, car il était nu

com
LECTURES DE LA MESSE
PREMIÈRE LECTURE
« En nul autre que lui, il n’y a de salut » (Ac 4, 1-12)

Lecture du livre des Actes des Apôtres

En ces jours-là,
après la guérison de l’infirme,
comme Pierre et Jean parlaient encore au peuple,
les prêtres survinrent,
avec le commandant du Temple
et les sadducéens ;
ils étaient excédés de les voir enseigner le peuple
et annoncer, en la personne de Jésus,
la résurrection d’entre les morts.
Ils les firent arrêter et placer sous bonne garde jusqu’au lendemain,
puisque c’était déjà le soir.
Or, beaucoup de ceux qui avaient entendu la Parole
devinrent croyants ;
à ne compter que les hommes,
il y en avait environ cinq mille.
Le lendemain se réunirent à Jérusalem
les chefs du peuple, les anciens et les scribes.
Il y avait là Hanne le grand prêtre,
Caïphe, Jean, Alexandre,
et tous ceux qui appartenaient aux familles de grands prêtres.
Ils firent amener Pierre et Jean au milieu d’eux
et les questionnèrent :
« Par quelle puissance, par le nom de qui,
avez-vous fait cette guérison ? »
Alors Pierre, rempli de l’Esprit Saint,
leur déclara :
« Chefs du peuple et anciens,
nous sommes interrogés aujourd’hui
pour avoir fait du bien à un infirme,
et l’on nous demande comment cet homme a été sauvé.
Sachez-le donc, vous tous,
ainsi que tout le peuple d’Israël :
c’est par le nom de Jésus le Nazaréen,
lui que vous avez crucifié
mais que Dieu a ressuscité d’entre les morts,
c’est par lui que cet homme
se trouve là, devant vous, bien portant.
Ce Jésus est la pierre méprisée de vous, les bâtisseurs,
mais devenue la pierre d’angle.
En nul autre que lui, il n’y a de salut,
car, sous le ciel, aucun autre nom n’est donné aux hommes,
qui puisse nous sauver. »

– Parole du Seigneur.

PSAUME
(117 (118), 1-2.4, 22-24, 25-27a)

R/ La pierre qu’ont rejetée les bâtisseurs
est devenue la pierre d’angle.
ou : Alléluia !
 (117, 22)

Rendez grâce au Seigneur : Il est bon !
Éternel est son amour !
Oui, que le dise Israël :
Éternel est son amour !
Qu’ils le disent, ceux qui craignent le Seigneur :
Éternel est son amour !

La pierre qu’ont rejetée les bâtisseurs
est devenue la pierre d’angle :
c’est là l’œuvre du Seigneur,
la merveille devant nos yeux.
Voici le jour que fit le Seigneur,
qu’il soit pour nous jour de fête et de joie !

Donne, Seigneur, donne le salut !
Donne, Seigneur, donne la victoire !
Béni soit au nom du Seigneur celui qui vient !
De la maison du Seigneur, nous vous bénissons !
Dieu, le Seigneur, nous illumine.

ÉVANGILE
« Jésus s’approche ; il prend le pain et le leur donne ; et de même pour le poisson » (Jn 21, 1-14)

Alléluia. Alléluia.
Voici le jour que fit le Seigneur,
qu’il soit pour nous jour de fête et de joie !
Alléluia. (Ps 117, 24)

Évangile de Jésus Christ selon saint Jean

En ce temps-là,
Jésus se manifesta encore aux disciples
sur le bord de la mer de Tibériade, et voici comment.
Il y avait là, ensemble, Simon-Pierre,
avec Thomas, appelé Didyme (c’est-à-dire Jumeau),
Nathanaël, de Cana de Galilée,
les fils de Zébédée,
et deux autres de ses disciples.
Simon-Pierre leur dit :
« Je m’en vais à la pêche. »
Ils lui répondent :
« Nous aussi, nous allons avec toi. »
Ils partirent et montèrent dans la barque ;
or, cette nuit-là, ils ne prirent rien.
Au lever du jour, Jésus se tenait sur le rivage,
mais les disciples ne savaient pas que c’était lui.
Jésus leur dit :
« Les enfants,
auriez-vous quelque chose à manger ? »
Ils lui répondirent :
« Non. »
Il leur dit :
« Jetez le filet à droite de la barque,
et vous trouverez. »
Ils jetèrent donc le filet,
et cette fois ils n’arrivaient pas à le tirer,
tellement il y avait de poissons.
Alors, le disciple que Jésus aimait
dit à Pierre :
« C’est le Seigneur ! »
Quand Simon-Pierre entendit que c’était le Seigneur,
il passa un vêtement,
car il n’avait rien sur lui,
et il se jeta à l’eau.
Les autres disciples arrivèrent en barque,
traînant le filet plein de poissons ;
la terre n’était qu’à une centaine de mètres.
Une fois descendus à terre,
ils aperçoivent, disposé là, un feu de braise
avec du poisson posé dessus,
et du pain.
Jésus leur dit :
« Apportez donc de ces poissons
que vous venez de prendre. »
Simon-Pierre remonta
et tira jusqu’à terre le filet plein de gros poissons :
il y en avait cent cinquante-trois.
Et, malgré cette quantité, le filet ne s’était pas déchiré.
Jésus leur dit alors :
« Venez manger. »
Aucun des disciples n’osait lui demander :
« Qui es-tu ? »
Ils savaient que c’était le Seigneur.
Jésus s’approche ;
il prend le pain
et le leur donne ;
et de même pour le poisson.

C’était la troisième fois
que Jésus ressuscité d’entre les morts
se manifestait à ses disciples.

– Acclamons la Parole de Dieu

La rencontre sur le lac

« Jeunes gens… jetez le filet du côté droit de la barque et vous trouverez ». Ils jetèrent le filet, et cette fois ils n'arrivaient pas à le tirer, tellement il y avait de poissons.  Et voilà le grand cri d'enthousiasme de l'apôtre qu'Il aimait :« C'est le Seigneur ! »

Jésus s'approche ; il prend le pain et le leur donne ; et de même pour le poisson.
C'était la troisième fois que Jésus ressuscité d'entre les morts se manifestait à ses disciples.
 

115540-la-rencontre-sur-le-lac


Méditation de l'évangile du vendredi 17 avril

En ces jours de Pâques, je viens méditer quelques instants avec vous, sur la rencontre avec Jésus et ses apôtres au bord du lac.

Jésus avait su souder ses amis en une solide équipe fraternelle. Sept d'entre eux ont répondu à son invitation de retourner l'attendre en Galilée.

« Jésus se manifesta ainsi aux disciples, à la mer de Tibériade. Se trouvaient ensemble Simon-Pierre et Thomas appelé Didyme, et Nathanaël de Cana de Galilée (et les fils de Zébédée) et deux autres de ses disciples. Simon-Pierre leur dit : Je vais pêcher. Ils lui dirent : nous allons avec toi. Ils sortirent et montèrent dans la barque. Et cette nuit-là, ils ne prirent rien ».

Ils forment ici un groupe d'amis, sous les ordres de celui que Jésus avait choisi et placé à leur tête : Simon-Pierre.

« Or, le matin déjà venu, Jésus se trouvait sur le rivage. Cependant les disciples ne savaient pas que c'était Jésus ».

Était-ce dû à la brume légère de l'aube qui estompait sa silhouette ? Était-ce parce que le ressuscité échappe à tout regard s'il n'est pas un regard de foi ? Toujours est-il que, tout comme Marie, sa voix vient éveiller brusquement les vieux souvenirs, deux simples phrases qui le ressuscitent :

« Jeunes gens, auriez-vous du poisson à manger ? Ils lui répondirent : non. Lui, leur dit : jetez le filet du côté droit de la barque et vous trouverez ».

Et voilà le grand cri d'enthousiasme de l'apôtre qu'Il aimait :« C'est le Seigneur ! » Car si Jean était retourné à ses filets, avec Pierre et André et les autres, la vision du Christ le hantait. Il ne pensait plus qu'à Lui, et tous les gestes du pêcheurs, il les réalisait en automate. Brusquement, au timbre de cette voix qui les hèle de la berge et donne l'ordre de jeter les filets à droite, brusquement Jean sort de sa torpeur. Son cœur bat à tout rompre devant l'association d'idées qui vient subitement affoler son amour. Il y a deux ans, ici-même, Pierre lui faisait signe, à lui et à son frère Jacques.

« Les deux barques étaient pleines à craquer, prêtes à couler »

Tout cela lui est revenu à l'esprit, avec cet ordre et l'appel de cette voix aimée : « Jetez le filet du côté droit. » Et n'en pouvant plus, il a crié à Pierre : « C'est le Seigneur ! »

Pierre, de son côté, n'a pas plutôt entendu Jean lui affirmer que c'est Jésus qui est là, sur la rive, qu'il ne se connaît plus. Sans attendre que la barque accoste, il enfile sa tunique, se jette à l'eau et se dirige vers le Maître.

« Simon-Pierre, donc, entendant dire que c'était le Seigneur, noua son sarrau à la ceinture, car ils n'avait pas autre chose sur lui, et se jeta à la mer. »

L'amitié de Jésus va se trouver à l'aise dans ce repas champêtre, pris avec les siens, sur les bords du lac. Tout est prêt.

« Lorsqu'ils furent descendus à terre, ils aperçoivent sur le sol un feu de braise sur lequel il y avait du poisson et du pain. Jésus leur dit : Apportez quelques poissons de ceux que vous venez de prendre maintenant. Simon-Pierre monta dans la barque et releva vers la terre le filet plein de cent cinquante trois gros poissons. Et malgré ce nombre le filet ne fut pas rompu. Jésus leur dit : venez déjeuner. Jésus s'approche et prend le pain et le leur donne ; et le poisson de même. »

Le repas, c'est la fête, et aujourd'hui c'est la fête mystérieuse où l'on reconnaît le ressuscité à la fraction du pain et grâce au poisson partagé.

« Ainsi fut manifesté Jésus aux disciples pour la troisième fois depuis qu'Il était ressuscité des morts. »

Merveilleux Seigneur ressuscité que chaque messe nous rend présent non seulement dans la réalité de son corps, et de son sang, mais aussi de ses paroles qui nous atteignent en plein cœur, comme l'appel sur le lac : « Jeunes gens, auriez-vous du poisson à manger ? »


Père Gabriel

Saint Amédée de Lausanne (1108-1159)
 

moine cistercien, puis évêque

Homélie mariale VI, SC 72 (Huit homélies mariales, trad. Dom A. Dumas, Éd. du Cerf, Paris 1960, p. 159-161, rev.)

Je vous invite à la joie de la Résurrection

Mangez, mes amis ; buvez et enivrez-vous, mes bien-aimés (cf. Ct 5,1). Je vous invite à la table de la Sagesse et aux libations du vin qu’elle vous a préparées dans sa coupe (cf. Pr 9,5). Heureux celui qui, admis à un tel banquet, brillera devant les convives dans la robe nuptiale (cf. Mt 22,11).

            Le pain de vie lui sera servi, qui fortifie, comble et rassasie d’une merveilleuse douceur, avec le vin de l’allégresse, vin jailli du fruit de la vigne, vrai vin de la résurrection, exprimé de l’arbre de la passion du Seigneur. (…) De plus, ce convive mangera, paré de sa plus belle robe et de l’anneau de paix, le veau gras tué par le Père (cf. Lc 15,22). Les reins ceints de la ceinture de la foi et de la chasteté, les pieds chaussés de sandales pour être prêt à toute œuvre bonne (cf. 2 Tm 3,17), il mangera les chairs de l’Agneau pascal rôties au feu (cf. Ex 12,9). (…) Ayant pris le poisson qui fut trouvé sur des braises au bord de la mer, lorsque le Seigneur apparut aux disciples après sa résurrection (cf. Jn 21,9), il goûtera en même temps le rayon de miel. Alors il dira, répétant le poème du Cantique des Cantiques : « J’ai mangé mon rayon avec mon miel, j’ai bu mon vin avec mon lait. » Regorgeant donc de toutes les délices, il invitera ainsi au festin les autres avec lui : « Mangez, mes amis ; buvez et enivrez-vous, mes bien-aimés. » (Ct 5,1)

            Et moi aussi, mes frères, je vous invite à ce festin : « Mangez, mes amis ; buvez et enivrez-vous, mes bien-aimés. » Mangez le pain de vie, buvez le vin de l’allégresse, enivrez-vous de la joie de la résurrection. Cette ivresse est la suprême sobriété, elle efface le souvenir du monde, et imprime sans cesse dans l’esprit l’idée de la présence de Dieu. Quiconque en est ivre oublie tout et ne se souvient plus que de la charité divine. (…) Réjouissez-vous de sa joie, vous qui avez souffert de sa souffrance.

 

Homélie du Père Gilbert Adam
  • Le vendredi 17 avril 2020iCal
    Octave de Pâques : Vendredi de Pâques

"Après cela, Jésus se manifesta encore aux disciples sur le bord de la mer de Tibériade, et voici comment.

Il y avait là, ensemble, Simon-Pierre, avec Thomas, appelé Didyme (c’est-à-dire Jumeau), Nathanaël, de Cana de Galilée, les fils de Zébédée, et deux autres de ses disciples. Simon-Pierre leur dit : « Je m’en vais à la pêche. » Ils lui répondent : « Nous aussi, nous allons avec toi. » Ils partirent et montèrent dans la barque ; or, cette nuit-là, ils ne prirent rien. Pierre annonce qu’il va à la pêche. Ce sera là que Jésus les rejoindra, au moment ou leur effort est infructueux. Jésus Ressuscité prend l’initiative d’une nouvelle rencontre avec ses apôtres. C’est sur la grève du lac de Galilée. Pierre et les disciples sont encore sous le choc de la Passion de Jésus et leur foi dans le Ressuscité demeure encore bien timide. Cet endroit leur est familier, c’est leur lieu de travail. Les apôtres ne sont pas habitués à la personne de Jésus Ressuscité. C’est dans une humilité très étonnante et dans sa nouvelle condition d’existence que Jésus va les rencontrer. Ils ont de la peine à le reconnaître dans sa simplicité. Jésus a préparé le petit déjeuner pour ces hommes qui ont peiné toute la nuit sans rien prendre. Progressivement les flots de l’Amour infini de Dieu recouvrent l’incrédulité qui s’oppose à la foi. L’Amour infini de Dieu va se révéler encore.

"Au lever du jour, Jésus se tenait sur le rivage, mais les disciples ne savaient pas que c’était lui. Jésus leur dit : « Les enfants, auriez-vous quelque chose à manger ? » Ils lui répondirent : « Non. » Il leur dit : « Jetez le filet à droite de la barque, et vous trouverez. » Ils jetèrent donc le filet, et cette fois ils n’arrivaient pas à le tirer, tellement il y avait de poissons. Alors, le disciple que Jésus aimait dit à Pierre : « C’est le Seigneur ! » Tous voient le fruit de la pêche, et Jean s’écrie : « C’est le Seigneur ! » Le disciple que Jésus aimait a été le premier à "voir" Jésus ressuscité et à le dire. Pierre se jette à l’eau, comme pour y laver ses reniements avant de rencontrer le regard de Jésus ressuscité. Pierre se découvre alors pardonné, transfiguré, recréé par un amour plus puissant que toutes les morts spirituelles. C’est ainsi que Jésus emmène son peuple sur le rivage de la résurrection ! Pour nous aussi qui avons une vie remplie d’activités et d’occupations de toutes sortes ce sera ainsi. Avec Jésus, c’est la victoire de l’Amour qui prend corps en chacun de nous. Victoire sur la mort et sur la haine, sur tout ce qui s’oppose à l’amour. Souvent nous avons l’impression de revenir les mains vides dans notre vie à la recherche de celui qui peut nous rendre heureux. Jésus, invisiblement, passe au travers de nos difficultés et son œuvre de Résurrection s’accomplit. Il conduit l’Église de Dieu menée par l’Esprit Saint. C’est lui, dans son Église, qui va continuer son œuvre de grâce dans l’humanité.

" Quand Simon-Pierre entendit que c’était le Seigneur, il passa un vêtement, car il n’avait rien sur lui, et il se jeta à l’eau. Les autres disciples arrivèrent en barque, traînant le filet plein de poissons ; la terre n’était qu’à une centaine de mètres. Une fois descendus à terre, ils aperçoivent, disposé là, un feu de braise avec du poisson posé dessus, et du pain. Jésus leur dit : « Apportez donc de ces poissons que vous venez de prendre. » Simon-Pierre remonta et tira jusqu’à terre le filet plein de gros poissons : il y en avait cent cinquante-trois. Et, malgré cette quantité, le filet ne s’était pas déchiré. Jésus leur dit alors : « Venez manger. » Aucun des disciples n’osait lui demander : « Qui es-tu ? » Ils savaient que c’était le Seigneur. Jésus s’approche ; il prend le pain et le leur donne ; et de même pour le poisson. C’était la troisième fois que Jésus ressuscité d’entre les morts se manifestait à ses disciples. Pierre, avec les apôtres, est décontenancé devant la Présence de Jésus. Il recevra l’Esprit Saint de Pentecôte et Jésus l’enverra sur les rivages du monde pour proclamer les merveilles de Dieu. Nous sommes appelés à vivre l’aventure de la foi, c’est une expérience partagée avec d’autres. La résurrection de Jésus se révèle maintenant dans la résurrection des Apôtres. Elle fait son travail de sanctification dans l’humanité. Jésus ressuscité a demandé aux apôtres de repartir pêcher, avec l’ordre de jeter le filet à droite de la barque. C’est là qu’ils ont trouvé une grande quantité de poissons. Lorsque la vie nous paraît terne, décevante, insatisfaisante, Jésus nous demande de revisiter ces situations. Il nous fait jeter un nouveau regard sur notre quotidien, le regard de la foi. C’est à l’aide de ce regard que nous pouvons reconnaître les signes de sa présence active de Ressuscité.

Nous demandons la grâce de comprendre le message de Jésus ressuscité, que le feu de son Amour brûle en nous.

Print
Repost
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article