Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Bienvenue sur mon site
Une innovation pour mes anciens lecteurs, désormais je traite de divers sujet, en premier La religion judéo chrétienne signé" Monique Emounah", pour ceux qui ne peuvent se déplacer à l'églises quelques soit la raison, et le lieu de leurs résidences ils peuvent suivre les  offices du jour,  la politique (LR) et les infos, la poésie et les arts en général. Mes écrits, signé (Alumacom) également mes promos de mes dernières parutions et quelquefois un rappel pour mes anciens écrits. Merci de votre attention,

Le blog de mim-nanou75.over-blog.com

Bienvenue sur mon site Une innovation pour mes anciens lecteurs, désormais je traite de divers sujet, en premier La religion judéo chrétienne signé" Monique Emounah", pour ceux qui ne peuvent se déplacer à l'églises quelques soit la raison, et le lieu de leurs résidences ils peuvent suivre les offices du jour, la politique (LR) et les infos, la poésie et les arts en général. Mes écrits, signé (Alumacom) également mes promos de mes dernières parutions et quelquefois un rappel pour mes anciens écrits. Merci de votre attention,

Louis II le Bègue

com
 
Surnommé le Bègue ou le Fainéant, fils de Charles le Chauve et d’Ermentrude, il naquit le 1er novembre 846, fut fait roi d’Aquitaine par son père, en 867, et lui succéda dans le royaume de France en 877 ; mais ce ne fut pas sans éprouver beaucoup de difficultés. Pendant le séjour de Charles le Chauve en Italie, il s’était élevé en France contre ce (...)
Publié le SAMEDI 11 AVRIL 2020, par LA RÉDACTION
 

Découvrez le portrait de chaque roi, monarque, souverain, empereur, président. Biographie, caractère, œuvre, actions marquantes de leur règne, afin de montrer combien les rois, empereurs et présidents ont façonné l'Histoire de France. Dynasties des Mérovingiens, Carolingiens, Capétiens, Bourbons, Valois, Valois-Orléans, Valois-Angoulême

Depuis l'année 241 où les Francs sont nommés pour la première fois par les historiens romains, jusqu'à la fin du cinquième siècle, plusieurs rois francs s'élevèrent à la cour des empereurs, et y obtinrent de hautes dignités. Leur dextérité, leur facile intelligence, ouvraient également à leur ambition la carrière civile et la carrière militaire ; cependant ils avaient négligé un moyen de succès qui leur aurait profité auprès d'empereurs constamment occupés des affaires de l'Eglise : ils ne s'étaient point convertis au christianisme, alors dominant dans l'empire romain.

Au début du Ve siècle, les Francs formaient une confédération de petits peuples dont chacun avait son roi. Aussi le nombre des rois croissait à chaque génération ; les Francs en comptaient beaucoup plus au cinquième siècle qu'au quatrième. Chaque roi le devenait dès qu'un manipule de soldats s'était dévoué à eux et les avait soulevés sur le bouclier pour les montrer au peuple. La domination de chacun s'étendait rarement au-delà d'un fort petit canton ou d'une seule ville.

Un Salien donne son nom à notre première dynastie royale.

La férocité des mœurs apportait, il est vrai, un correctif à cette multiplication. Les frères royaux, jaloux avec fureur les uns des autres, étaient toujours prêts à s'égorger. Leurs compagnons, qui prenaient les noms d'antrustions et de leudes, c'est-à-dire de fidèles, leur étaient cependant assez peu dévoués ; ils ne les estimaient qu'autant qu'ils reconnaissaient en eux des capitaines heureux, sous lesquels ils pouvaient espérer de gagner beaucoup de butin ; ils les quittaient au premier revers pour se ranger sous les drapeaux d'un autre, et il leur paraissait tout simple que celui qui était abandonné tombât aussitôt sous la hache d'armes, la francisque de son frère.

Chez ces hommes qui n'étaient que soldats, qui ne connaissaient d'autre voie à la fortune, au plaisir et à la gloire, que la guerre, qui voulaient être toujours prêts à donner ou à recevoir la mort, la vie humaine n'avait rien de sacré ; on se jouait de celle des simples soldats, et quant à la vie des rois chevelus elle n'était garantie ni par les lois, ni par la morale publique, ni par les affections de famille. Cantonnés entre les bouches de l'Elbe et celles de la Meuse, les Francs laissaient dans cette partie de la Basse-Germanie leurs femmes et leurs enfants, tandis que les plus hardis entre leurs jeunes hommes venaient chercher du service dans les armées de l'empire romain. Inquiets, aventureux, n'estimant et n'aimant que la guerre, ils s'étaient fait la réputation d'être les plus braves entre les peuples germaniques.

Les Saliens constituaient un des nombreux petits peuples réunis dans la confédération des Francs. C'est l'un de leurs rois, Mérovée (Meer-wig, guerrier de la mer), dont la légende prétend qu'il naquit de son père Clodion et d'un monstre marin, qui donna son nom à notre première dynastie royale, la dynastie mérovingienne.

NOTE : Sous les Mérovingiens et les Carolingiens, les fils du roi défunt se partagent son royaume. À partir de la dynastie capétienne, cette règle change, un seul héritier de la couronne étant désigné. La liste des souverains rassemblés  ici comporte des rois ayant régné sur :

  • une ou plusieurs division(s) de la France d'alors (vert clair) :
    • Austrasie ; Neustrie ; Bourgogne (ces 3 régions sont issues du partage du royaume en 561)
    • Aquitaine ; Lotharingie ; Empire d'Occident
  • la totalité du royaume de France (vert foncé)
Print
Repost
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article