Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Bienvenue sur mon site
Une innovation pour mes anciens lecteurs, désormais je traite de divers sujet, en premier La religion judéo chrétienne signé" Monique Emounah", pour ceux qui ne peuvent se déplacer à l'églises quelques soit la raison, et le lieu de leurs résidences ils peuvent suivre les  offices du jour,  la politique (LR) et les infos, la poésie et les arts en général. Mes écrits, signé (Alumacom) également mes promos de mes dernières parutions et quelquefois un rappel pour mes anciens écrits. Merci de votre attention,

Le blog de mim-nanou75.over-blog.com

Bienvenue sur mon site Une innovation pour mes anciens lecteurs, désormais je traite de divers sujet, en premier La religion judéo chrétienne signé" Monique Emounah", pour ceux qui ne peuvent se déplacer à l'églises quelques soit la raison, et le lieu de leurs résidences ils peuvent suivre les offices du jour, la politique (LR) et les infos, la poésie et les arts en général. Mes écrits, signé (Alumacom) également mes promos de mes dernières parutions et quelquefois un rappel pour mes anciens écrits. Merci de votre attention,

VENDREDI SAINT : OFFICE DU MILIEU DU JOUR LES 7 PAROLES DE JÉSUS SUR LA CROIX OFFICE DE LA PASSION

com

VENDREDI SAINT :
OFFICE DU MILIEU DU JOUR
LES 7 PAROLES DE JÉSUS SUR LA CROIX
OFFICE DE LA PASSION

 

MILIEU DU JOUR
Dieu, viens à mon aide. Seigneur, à notre secours. Gloire au Père, et au Fils, et au Saint-Esprit, au Dieu qui est, qui était et qui vient, pour les siècles des siècles. Amen
. HYMNE : CROIX DE MISÉRICORDE (H 16)
1– Croix de miséricorde, croix d’où jaillit l’Amour, Arbre de vie dans le monde, croix d’où jaillit l’Amour.
Ref. Seigneur, nous adorons, ta sainte Croix.
2– Croix plantée au cœur de l’Éden, croix qui perce le Ciel Arbre offert à tous les regards, croix qui perce le Ciel.
3– Croix où descendent les anges, croix plantée dans nos cœurs, Arbre offert aux oiseaux du ciel, croix plantée dans nos cœurs.
4– Croix de la gloire de l’Époux, croix pressoir de l’Amour, Arbre dispensant la Lumière, croix pressoir de l’Amour.
PSAUME 39. ACTION DE GRÂCE ET PRIÈRE
Tu n’as pas voulu de sacrifices ni d’offrandes, mais tu m’as fait un corps. He 10, 5 Ant.
À la troisième heure, ils crucifièrent Jésus.
– D’un grand espoir j’espérais le Seigneur : * il s’est penché vers moi pour entendre mon cri.
– Il m’a tiré de l’horreur du gouffre, de la vase et de la boue ; * il m’a fait reprendre pied sur le roc, il a raffermi mes pas.
– Dans ma bouche il a mis un chant nouveau, une louange à notre Dieu. * Beaucoup d’hommes verront, ils craindront, ils auront foi dans le Seigneur.
– Heureux est l’homme qui met sa foi dans le Seigneur * et ne va pas du côté des violents, dans le parti des traîtres.
– Tu as fait pour nous tant de choses, toi, Seigneur mon Dieu ! * Tant de projets et de merveilles : non, tu n’as point d’égal !
– Je les dis, je les redis encore ; * mais leur nombre est trop grand

– Tu ne voulais ni offrande ni sacrifice, mais tu m’as façonné un corps ; * tu ne demandais ni holocauste ni victime, alors j’ai dit : « Voici, je viens. »
– « Dans le livre, est écrit pour moi ce que tu veux que je fasse. * Mon Dieu, voilà ce que j’aime : ta loi me tient aux entrailles. »
– J’annonce la justice dans la grande assemblée ; * vois, je ne retiens pas mes lèvres, Seigneur, tu le sais. = Je n’ai pas enfoui ta justice au fond de mon cœur, + je n’ai pas caché ta fidélité, ton salut ; * j’ai dit ton amour et ta vérité à la grande assemblée.
– Toi, Seigneur, ne retiens pas loin de moi ta tendresse ; * que ton amour et ta vérité sans cesse me gardent !
– Les malheurs m’ont assailli : * leur nombre m’échappe !
– Mes péchés m’ont accablé : ils m’enlèvent la vue ! * Plus nombreux que les cheveux de ma tête, ils me font perdre cœur.
– Daigne, Seigneur, me délivrer ; * Seigneur, viens vite à mon secours !
– Mais tu seras l’allégresse et la joie de tous ceux qui te cherchent ; * toujours ils rediront : « Le Seigneur est grand ! » ceux qui aiment ton salut.
– Je suis pauvre et malheureux, mais le Seigneur pense à moi. * Tu es mon secours, mon libérateur : mon Dieu, ne tarde pas ! Ant. À la troisième heure, ils crucifièrent Jésus.
PSAUME 53. PRIÈRE CONTRE LES ENNEMIS
Dieu ne fera-t-il pas justice à ses élus qui crient vers lui, jour et nuit ? Lc 18, 7 Ant.
À la sixième heure, il y eut des ténèbres sur toute la terre.
– Par ton nom, Dieu, sauve-moi, * par ta puissance rends-moi justice ;
– Dieu, entends ma prière, * écoute les paroles de ma bouche.
4 | Vendredi Saint
= Des étrangers se sont levés contre moi, + des puissants cherchent ma perte :*
ils n’ont pas souci de Dieu.
– Mais voici que Dieu vient à mon aide, * le Seigneur est mon appui entre tous.
– De grand cœur, je t’offrirai le sacrifice, * je rendrai grâce à ton nom, car il est bon !
– Oui, il m’a délivré de toute angoisse : * j’ai vu mes ennemis défaits. Ant. À la sixième heure, il y eut des ténèbres sur toute la terre.
PSAUME 87. LAMENTATION ET SUPPLICATION DANS UN PÉRIL EXTRÊME
C’est maintenant votre heure, c’est la domination des ténèbres. Lc 22, 53 Ant.

À la neuvième heure, Jésus s’écria d’une voix forte : mon Dieu, mon Dieu, pourquoi m’as-tu abandonné ?
– Seigneur, mon Dieu et mon salut, * dans cette nuit où je crie en ta présence,
– que ma prière parvienne jusqu’à toi, * ouvre l’oreille à ma plainte.
– Car mon âme est rassasiée de malheur, * ma vie est au bord de l’abîme ;
– on me voit déjà descendre à la fosse, * je suis comme un homme fini.
– Tu m’as mis au plus profond de la fosse, * en des lieux engloutis, ténébreux ;
– le poids de ta colère m’écrase, * tu déverses tes flots contre moi.
– Tu éloignes de moi mes amis, * tu m’as rendu abominable pour eux ;
– enfermé, je n’ai pas d’issue : * à force de souffrir, mes yeux s’éteignent.
– Je t’appelle, Seigneur, tout le jour, * je tends les mains vers toi :
– Moi, je crie vers toi, Seigneur ; * dès le matin, ma prière te cherche :
– pourquoi me rejeter, Seigneur, * pourquoi me cacher ta face ?
– Malheureux, frappé à mort depuis l’enfance, * je n’en peux plus d’endurer tes fléaux ;
– sur moi, ont déferlé tes orages : * tes effrois m’ont réduit au silence.
– Ils me cernent comme l’eau tout le jour, * ensemble ils se referment sur moi.
– Tu éloignes de moi amis et familiers ; * ma compagne, c’est la ténèbres.
Ant. À la neuvième heure,
Jésus s’écria d’une voix forte : mon Dieu, mon Dieu, pourquoi m’as-tu abandonné ?
PAROLE DE DIEU BA 2, 27-36 VERSET
Jésus, souviens-toi de moi quand tu viendras dans ton Royaume. ORAISON Bénissons le Seigneur – Nous rendons grâce à Dieu.
LES 7 SEPT PAROLES DE JÉSUS SUR LA CROIX
Âme du Christ, sanctifie-moi, Corps du Christ, sauve-moi. Sang du Christ, enivre-moi. Eau du côté du Christ, Lave-moi. Passion du Christ, fortifie-moi.
Ô bon Jésus, exauce-moi. Dans tes blessures, cache-moi. Ne permets pas que je sois séparé de toi. De l’ennemi, défends-moi. À ma mort, appelle-moi. Ordonne-moi de venir à toi, Pour qu’avec tes saints je te loue Dans les siècles des siècles. Amen.
I) Lecteur : “Père ! Pardonne-leur, car ils ne savent pas ce qu’ils font” (Lc 23, 34).

6 | Vendredi Saint Remets-nous nos dettes comme nous-mêmes avons remis à nos débiteurs. Et ne nous soumets pas à la tentation ; mais délivre-nous du Mal. Oui, si vous remettez aux hommes leurs manquements, votre Père céleste vous remettra aussi ; mais si vous ne remettez pas aux hommes, votre Père non plus ne vous remettra pas vos manquements (Mat 6,13). Petit silence. Autre lecteur :
Ô Jésus, nous voudrions – avec la Vierge Marie
– accueillir en nos cœurs Ta première parole alors que Tu es cloué sur la Croix.
Aide nous à mettre en pratique en vérité la 6e demande de la prière du « Notre Père » :
que nous ne refusions à personne le pardon.
Aide, en ce Vendredi Saint, ceux qui sont divisés par les guerres et par les conflits familiaux :
que le pardon et l’amour l’emportent sur la vengeance et la haine, que vienne la civilisation de l’amour.
– Notre Père –

Prêtre : Jésus, qui demandes au Père de pardonner ceux qui T’ont condamné
Tous : Apprends-nous à ne jamais refuser le pardon (10fois)
– Gloire au Père
1) Dieu tout-puissant, Toi que je nomme Père, de mes péchés ne me tiens pas rigueur. Pardonne-moi d’avoir, Dieu de lumière, en moi terni l’éclat de Ta Splendeur.
2) Sainte Marie, ô douce Vierge Mère, je reconnais que je suis lâche et dur ; redonne-moi le goût d’une âme claire et garde-moi toujours fidèle et pur.
II) Lecteur : “Femme voici ton fils. Voilà ta mère” (Jn 19, 26-27).
La femme, sur le point d’accoucher, s’attriste parce que son heure est venue ; mais lorsqu’elle a donné le jour à l’enfant, elle ne se souvient plus des douleurs, dans la joie qu’un homme soit venu au monde. Vous aussi, maintenant vous voilà tristes ; mais je vous verrai de nouveau et votre cœur sera dans la joie, et votre joie, nul ne vous l’enlèvera. (Jn 16,22)
Petit silence. Autre lecteur : Ô Jésus, avec un cœur d’enfant confiant, nous voulons obéir à Ta deuxième parole sur la Croix en accueillant Ta Mère
– à la suite de Saint Jean
– pour qu’elle soit en vérité notre Mère et qu’elle nous guide pas à pas en cette vallée de larmes où nous préparons à la Joie de Ton Royaume éternel.

 

– Notre Père – Prêtre :
Jésus, qui nous demandes d’accueillir Ta Mère comme notre Mèr
– Tous : Apprends-nous à lui redire chaque jour :
« Totus Tuus », je suis tout à toi Marie (10 fois).
– Gloire au Père
1) Près de la Croix du Dieu Sauveur, debout la Vierge des douleurs offre sa souffrance.
2) À voir ainsi Jésus souffrir, son cœur soutient sans défaillir cette peine immense.
3) Gravez en nous profondément l’image de Jésus souffrant, Vierge toute bonne.
4) Près de la Croix je veux rester et votre peine partager pour sauver les hommes.
III) Lecteur : “Aujourd’hui, tu seras avec moi dans le Paradis” (Le 23, 40).
Réjouissez-vous avec moi, car je l’ai retrouvée, ma brebis qui était perdue !
C’est ainsi, je vous le dis, qu’il y aura plus de joie dans le ciel pour un seul pécheur qui se repent que pour 99 justes, qui n’ont pas besoin de repentir.. Il fallait bien festoyer et se réjouir, puisque ton frère que voilà était mort et il est revenu à la vie : il était perdu
– et il est retrouvé !… C’est ainsi, je vous le dis, qu’il naît de la joie devant les anges de Dieu pour un seul pécheur qui se repent. » (Luc 15)
Petit silence. Autre lecteur :
Ô Jésus, en ce Vendredi Saint, nous Te confions les agonisants : qu’ils puissent avoir la grâce de T’ouvrir leur cœur comme le bon larron T’a ouvert le sien. Qu’ils aient confiance en Ta Miséricorde infinie : Tu ne veux pas la mort des pécheurs mais leur vie éternelle !
– Notre Père –
Prêtre : Jésus, qui Te réjouis du retour des pécheurs
– Tous : répands Ta Miséricorde sur tous les hommes pécheurs (10fois)
– Gloire au Père
R. Regarde Jésus dans sa Face, là tu verras comme Il nous aime
1) Sans beauté ni éclat nous L’avons vu, objet de mépris, rebut de l’humanité.
Homme de douleur, familier de la souffrance, Il était méprisé, compté pour rien.
2) Transpercé à cause de nos fautes,
il a été broyé par nos péchés. Par sa passion il nous rend la paix, par ses blessures nous sommes guéris.
IV) Lecteur : “Mon Dieu, mon Dieu, pourquoi m’as-Tu abandonné ?” (Mt 27, 45)
Maintenant mon âme est troublée. Et que dire ? Père, sauve-moi de cette heure ! Mais c’est pour cela que je suis venu à cette heure.
Père, glorifie ton nom ! » Du ciel vint alors une voix :
« Je l’ai glorifié et de nouveau je le glorifierai » (Jean 12). Petit silence.
Autre lecteur
: Ô Jésus, en cette heure, Tu connais la nuit spirituelle la plus obscure qu’aucune créature humaine n’a jamais connu et ne connaîtra jamais !
Avec la Vierge Marie, qui entend ton cri angoissé, nous ne voudrions pas rester insensibles à ta grande déréliction, nous voudrions être Tes consolateurs.
– Notre Père –
Prêtre : Jésus, qui pour nous souffre une effroyable déréliction,
– Tous : accueille nos pauvres prières et notre désir de Te consoler (10 fois)
– Gloire au Père
1) Ô Vous si Bon pour les pécheurs, ayez pitié de moi,
Seigneur, Vous connaissez ma Pauvreté,
j’espère tout de vos bontés.
J’ai tant besoin de Vous, Seigneur !

2) Pour me sauver sur votre Croix,
Vous avez tant souffert pour moi,
Gardez-moi fort Pour qu’en retour,
je sois fidèle à votre amour.
Seigneur Jésus, vivez en moi !
V) Lecteur :
“J’ai soif !” (Jn 19, 28).
« Si tu savais le don de Dieu et qui est celui qui te dit :
Donne-moi à boire, c’est toi qui l’aurais prié et il t’aurait donné de l’eau vive.
Qui boira de l’eau que je lui donnerai n’aura plus jamais soif ; l’eau que je lui donnerai deviendra en lui source d’eau jaillissant en vie éternelle. »
(Jean 4) Petit silence.
Autre lecteur
Ô Jésus, avec la Vierge Marie, Saint Jean et les Saintes Femmes qui sont debout au pied de Ta Croix, nous accueillons en nos cœurs le désir ardent de ton âme : Tu as soif du salut de tous tes frères et sœurs pour lesquels Tu offres Ta vie. Tu as soif de nous donner à boire l’eau vive de la Vie éternelle !
– Notre Père –
Prêtre : Jésus, qui a soif de nos âmes
– Tous : donne-nous à boire l’eau vive de la vie éternelle. (10 fois)
– Gloire au Père 1) Comme une biche qui désire l’eau vive, ainsi mon âme te cherche, ô mon Dieu ; Elle a soif de Toi, Dieu de toute vie ; quand viendrai-je et verrai-je la face de Dieu ? (bis) 2)
Je m’avancerai vers l’autel du Seigneur, J’exulterai, le louerai, lui mon Dieu. Il est mon Rocher, le Dieu de ma joie, le salut de ma face, mon Maître et Seigneur (bis)
VI) Lecteur : “Tout est accompli » (Jn 19, 30). Jésus arrive de la Galilée au Jourdain, vers Jean, pour être baptisé par lui. Celuici l’en détournait, en disant :
« C’est moi qui ai besoin d’être baptisé par toi, et toi, tu viens à moi ! »
Mais Jésus lui répondit : « Laisse faire pour l’instant : car c’est ainsi qu’il nous convient d’accomplir toute justice. » (Matthieu 3,14)
Petit silence.
Autre lecteur : Ô Jésus, Tu peux, en toute vérité, quelques minutes avant de mourir, dire à Ton Père : « Tout est accompli ». Tu as, en effet, parfaitement obéi à Sa Volonté par l’accomplissement parfait de Ta Mission de Rédempteur.
Toute justice est vraiment accomplie, tous les hommes pourraient être sauvés !
Que les mérites de Ta Passion puissent maintenant atteindre tous les hommes de notre humanité. – Notre Père
– Prêtre : Jésus, qui as accompli toute justice
– Tous : répands Ta miséricorde sur tous les hommes de notre temps. (10 fois)
– Gloire au Père
1) Viens sauver tes fils perdus, dispersés, mourant de froid ; Dieu qui fus un jour en croix ; viens sauver tes fils perdus.
2) Toi qui viens pour tout sauver, fais lever encore le jour De la paix dans ton amour, toi qui viens pour tout sauver.
VII) “Père, en tes mains, Je remets mon esprit” (Lc 23, 46).

« Maintenant, Souverain Maître, tu peux, selon ta parole, laisser ton serviteur s’en aller en paix ; car mes yeux ont vu ton salut, que tu as préparé à la face de tous les peuples, lumière pour éclairer les nations et gloire de ton peuple Israël. »
(Lc2,30) Petit silence.
Autre lecteur : Ô Jésus, nous voudrions accueillir Ta septième et dernière parole sur la Croix dans le Cœur immaculé de Notre-Dame des douleurs. Aucun de ses enfants ne peut comprendre en profondeur ce qu’a été cette dernière parole pour son Cœur maternel ! Tu meurs dans la plus grande souffrance mais aussi dans la plus grande dignité en remettant ton esprit à Ton Père.
– Notre Père – Prêtre : Jésus, qui remets ton esprit entre les mains de Ton Père
– Tous : donne Miséricorde et Paix aux hommes agonisants (10fois)
– Gloire au Père
1- Mystère du Calvaire, scandale de la croix :
Le maître de la terre, esclave sur ce bois !
Victime dérisoire, toi seules le Sauveur,
Toi seul le roi de gloire, au rang des malfaiteurs.
2- Tu sais combien nous sommes misérables pécheurs.
Pardonne à tous les hommes qui contemplent ton cœur.
Que toutes tes souffrances nous ouvrent à l’amour.
Montre-nous ta puissance, viens à notre secours.
3- Afin que vienne l’heure promise à toute chair,
Seigneur, ta croix demeure dressée sur l’univers,
Sommet de notre terre où meurt la mort vaincue,
Où Dieu se montre Père en nous donnant Jésus.

OFFICE DE LA PASSION
1 RE LECTURE : DU LIVRE DU PROPHÈTE ISAÏE
Mon serviteur réussira, dit le Seigneur ; il montera, il s’élèvera, il sera exalté ! La multitude avait été consternée en le voyant, car il était si défiguré qu’il ne ressemblait plus à un homme ; il n’avait plus l’apparence d’un fils d’homme. Il étonnera de même une multitude de nations ; de vant lui les rois resteront bouche bée, car ils verront ce que, jamais, on ne leur avait dit, ils découvriront ce dont ils n’avaient jamais entendu parler. Qui aurait cru ce que nous avons entendu ? Le bras puissant du Seigneur, à qui s’est-il révélé ? Devant lui, le serviteur a poussé comme une plante chétive, une racine dans une terre aride ; il était sans apparence ni beauté qui attire nos regards, son aspect n’avait rien pour nous plaire. Méprisé, abandonné des hommes, homme de douleurs, familier de la souffrance, il était pareil à celui devant qui on se voile la face ; et nous l’avons méprisé, compté pour rien. En fait, c’étaient nos souffrances qu’il portait, nos douleurs dont il était chargé. Et nous, nous pensions qu’il était frappé, meurtri par Dieu, humilié. Or, c’est à cause de nos révoltes qu’il a été transpercé, à cause de nos fautes qu’il a été broyé. Le châtiment qui nous donne la paix a pesé sur lui : par ses blessures, nous sommes guéris. Nous étions tous errants comme des brebis, chacun suivait son propre chemin. Mais le Seigneur a fait retomber sur lui nos fautes à nous tous. Maltraité, il s’humilie, il n’ouvre pas la bouche : comme un agneau conduit à l’abattoir, comme une brebis muette devant les tondeurs, il n’ouvre pas la bouche. Arrêté, puis jugé, il a été supprimé. Qui donc s’est inquiété de son sort ? Il a été retranché de la terre des vivants, frappé à mort pour les révoltes de son peuple. On a placé sa tombe avec les méchants, son tombeau avec les riches ; et pourtant il n’avait pas commis de violence, on ne trouvait pas de tromperie dans sa bouche. Broyé par la souffrance, il a plu au Seigneur. S’il remet sa vie en sacrifice de réparation, il verra une descendance, il prolongera ses jours : par lui, ce qui plaît au Seigneur réussira. Par suite de ses tourments, il verra la lumière, la connaissance le comblera. Le juste, mon serviteur, justifiera les multitudes, il se chargera de leurs fautes. C’est pourquoi, parmi les grands, je lui donnerai sa part, avec les puissants il partagera le butin, car il s’est dépouillé lui-même jusqu’à la mort, et il a été compté avec les pécheurs, alors qu’il portait le péché des multitudes et qu’il intercédait pour les pécheurs.
PSAUME 30 : (HLH 133)
Ref. Seigneur, en tes mains, je remets mon esprit.
1– J’ai un recours auprès de toi, Seigneur : dans ta justice, libère-moi.
En tes mains, je remets mon esprit ; c’est toi qui me rachètes, Seigneur.
2 – Je suis la risée de mes ennemis, un épouvantail pour mes amis ;
s’ils me voient dans la rue, ils m’évitent.
3 – Mais je compte sur toi, Seigneur, je dis : « C’est toi, mon Dieu ! ». Mes jours sont dans ta main : sauve-moi des mains ennemis qui s’acharnent.
4 – Pour ton serviteur, que ton visage s’illumine ! Sauve-moi par ton amour ! Soyez forts et prenez courage, vous tous qui espérez dans le Seigneur.
2 E LECTURE : DE LA LETTRE AUX HÉBREUX
Frères, en Jésus, le Fils de Dieu, nous avons le grand prêtre par excellence, celui qui a traversé les cieux ; tenons donc ferme l’affirmation de notre foi. En effet, nous n’avons pas un grand prêtre incapable de compatir à nos faiblesses, mais un grand prêtre éprouvé en toutes choses, à notre ressemblance, excepté le péché.
Avançons-nous donc avec assurance vers le Trône de la grâce, pour obtenir miséricorde et recevoir, en temps voulu, la grâce de son secours. Le Christ, pendant les jours de sa vie dans la chair, offrit, avec un grand cri et dans les larmes, des prières et des supplications à Dieu qui pouvait le sauver de la mort, et il fut exaucé en raison de son grand respect.
Bien qu’il soit le Fils, il apprit par ses souffrances l’obéissance et, conduit à sa perfection, il est devenu pour tous ceux qui lui obéissent la cause du salut éternel.
ACCLAMATION AVANT LA LECTURE DE LA PASSION
Christus factus est pro nobis obédiens usque ad mortem,
Pour nous, le Christ s’est fait obéissant jusqu’à la mort
mortem autem crucis. et la mort de la croix.
LA PASSION DE NOTRE SEIGNEUR SELON SAINT JEAN PRÉSENTATION DE LA CROIX
Voici le bois de la Croix, qui a porté le salut du monde. R/ Venez, adorons.

VÉNÉRATION DE LA CROIX : IMPROPÈRES (HL 4)
Ref. – Ô mon peuple, que t’ai-je fait ? En quoi t’ai-je contristé ?
Réponds-moi. – Ô Dieu saint, ô Dieu fort, Ô Dieu immortel, prends pitié de nous.
I – 1 : T’ai-je fait sortir du pays d’Égypte pour qu’à ton Sauveur tu fasses une Croix ? Ô mon peuple… Ô Dieu saint…
I – 2 : T’ai-je quarante ans guidé dans le désert et nourri de la manne, t’ai-je fait entrer en terre assez belle pour qu’à ton Sauveur tu fasses une Croix ? Ô Dieu saint…
I – 3 : Moi, je t’ai planté ma plus belle vigne, et tu n’as pour moi que ton amertume et du vinaigre pour ma soif : d’une lance tu m’as ouvert le cœur, à moi ton Sauveur ! Ô Dieu saint…
II – 1 : Moi, j’ai pour toi frappé l’Égypte, j’ai fait mourir ses premiers-nés : toi, tu m’as livré, flagellé ! Ô mon peuple… Ô Dieu saint…
II – 2 : Moi, je t’ai fait sortir d’Égypte, j’ai englouti le Pharaon ; je l’ai noyé dans la mer Rouge : toi, tu m’as livré aux grands prêtres ! Ô mon peuple… Ô Dieu saint…
II – 3 : Moi, devant toi j’ouvris la mer : toi, tu m’as ouvert de ta lance ! Ô mon peuple… Ô Dieu saint…
II – 4 : Moi, devant toi je m’avançai dans la colonne de nuée : toi, tu m’as conduit à Pilate ! Ô Dieu saint…
II – 5 : Moi, j’ai veillé dans le désert et de la manne je t’ai nourri : toi, tu m’as frappé, flagellé ! Ô mon peuple… Ô Dieu saint…
II – 6 : Moi, aux eaux vives du rocher, je t’ai fait boire le salut : toi, tu me fis boire le fiel, m’abreuvas de vinaigre ! Ô Dieu saint…
II – 7 : Moi, j’ai pour toi frappé les rois, les puissants rois de Chanaan : toi, tu m’as frappé d’un roseau ! Ô mon peuple… Ô Dieu saint…
II – 8 : Moi, dans ta main j’ai mis le sceptre, je t’ai promu peuple royal : toi, tu as placé sur ma tête, la couronne d’épines ! Ô Dieu saint…
II – 9 : Moi, je t’ai par ma toute-puissance exalté : toi, tu m’as pendu au gibet de la Croix. Ô mon peuple… Ô Dieu saint…

REGARDE JÉSUS DANS SA FACE (H 28)
Ref. Regarde Jésus dans sa Face, là tu verras comme Il nous aime.
1 – Sans beauté, ni éclat nous l’avons vu, Objet de mépris, rebus de l’humanité. Homme de douleur, familier de la souffrance, Il était méprisé, compté pour rien.
2 – C’était nos souffrances qu’Il portait, Nos douleurs dont Il était accablé. Et nous L’avons cru châtié, Frappé par Dieu et humilié.
3 – Transpercé à cause de nos fautes, Il a été broyé par nos péchés. Par sa Passion Il nous rend la paix, Par ses blessures nous sommes guéris.
4 – Comme l’agneau mené à l’abattoir, Il s’est livré lui-même à la mort, Alors qu’Il portait la faute des multitudes, Qu’Il intercédait pour les pécheurs.
5 – Il s’est offert en sacrifice d’expiation. Il a fait la volonté du Seigneur. À cause de ses souffrances, Il verra la lumière et sera comblé.
6 – Il justifiera les multitudes, Car Il a porté Lui-même leurs fautes. Il s’élèvera et sera exalté, Il recevra les multitudes en partage.
JÉSUS SOUFFRANT, BRISÉ DE COUPS (H 1)

R. Chantons le bois que l’amour a pris, Chantons l’amour qui prend tout en lui !
1– Jésus souffrant, brisé de coups,
Dans la mort se tient debout.
Chantons la Croix, chantons les clous
; Le péché n’est plus en nous.
R. Chantons le bois que l’amour a pris, Chantons l’amour qui prend tout en lui !
2– Adam tenté par un fruit d’or
Le mangeant connut la mort.
Mais le Seigneur l’aimait encore :
Notre Père est le plus fort.
R. Chantons le bois que l’amour a pris, Chantons l’amour qui prend tout en lui !
3– L’homme a goûté le fuit maudit
Et perdu le paradis.
Jésus sur l’arbre un jour pendit
Effaçant le mal commis.
R. Chantons le bois que l’amour a pris, Chantons l’amour qui prend tout en lui !
7– Il s’est couché, le corps sanglant,
Sur le bois en pardonnant.
Il s’est couché, le cœur saignant,
Pour mourir en nous sauvant
R. Chantons le bois que l’amour a pris, Chantons l’amour qui prend tout en lui !
8– Bois dans la nuit, chargé de Dieu
Arbre offert au roi des cieux.
Fais-toi plus doux et porte mieux
Un fardeau si douloureux.
R. Chantons le bois que l’amour a pris, Chantons l’amour qui prend tout en lui !
9– Fais resplendir le Dieu Sauveur
Sur le monde sans pasteur.
Croix de victoire et de douleur,
Brûle-nous au fond du cœur.
R. Chantons le bois que l’amour a pris, Chantons l’amour qui prend tout en lui !

Print
Repost
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article