Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Bienvenue sur mon site
Une innovation pour mes anciens lecteurs, désormais je traite de divers sujet, en premier La religion judéo chrétienne signé" Monique Emounah", pour ceux qui ne peuvent se déplacer à l'églises quelques soit la raison, et le lieu de leurs résidences ils peuvent suivre les  offices du jour,  la politique (LR) et les infos, la poésie et les arts en général. Mes écrits, signé (Alumacom) également mes promos de mes dernières parutions et quelquefois un rappel pour mes anciens écrits. Merci de votre attention,

Le blog de mim-nanou75.over-blog.com

Bienvenue sur mon site Une innovation pour mes anciens lecteurs, désormais je traite de divers sujet, en premier La religion judéo chrétienne signé" Monique Emounah", pour ceux qui ne peuvent se déplacer à l'églises quelques soit la raison, et le lieu de leurs résidences ils peuvent suivre les offices du jour, la politique (LR) et les infos, la poésie et les arts en général. Mes écrits, signé (Alumacom) également mes promos de mes dernières parutions et quelquefois un rappel pour mes anciens écrits. Merci de votre attention,

Nous ne prions pas pour que tu nous retires du monde, mais pour que tu nous gardes du Mauvais.

com
PREMIÈRE LECTURE
« Je vous confie à Dieu, lui qui a le pouvoir de construire l’édifice et de donner à chacun l’héritage » (Ac 20, 28-38)

En ces jours-là,
Paul faisait ses adieux aux Anciens de l’Église d’Éphèse.
Il leur disait :
« Veillez sur vous-mêmes, et sur tout le troupeau
dont l’Esprit Saint vous a établis responsables,
pour être les pasteurs de l’Église de Dieu,
qu’il s’est acquise par son propre sang.
Moi, je sais qu’après mon départ, des loups redoutables
s’introduiront chez vous
et n’épargneront pas le troupeau.
Même du milieu de vous surgiront des hommes
qui tiendront des discours pervers
pour entraîner les disciples à leur suite.
Soyez donc vigilants,
et souvenez-vous que, durant trois ans, nuit et jour,
je n’ai cessé, dans les larmes,
de reprendre chacun d’entre vous.
Et maintenant, je vous confie à Dieu
et à la parole de sa grâce,
lui qui a le pouvoir de construire l’édifice
et de donner à chacun l’héritage
en compagnie de tous ceux qui ont été sanctifiés.
Je n’ai convoité
ni l’argent ni l’or ni le vêtement de personne.
Vous le savez bien vous-mêmes :
les mains que voici ont pourvu à mes besoins
et à ceux de mes compagnons.
En toutes choses, je vous ai montré
qu’en se donnant ainsi de la peine,
il faut secourir les faibles
et se souvenir des paroles du Seigneur Jésus,
car lui-même a dit :
Il y a plus de bonheur à donner qu’à recevoir. »

Quand Paul eut ainsi parlé,
il s’agenouilla
et pria avec eux tous.
Tous se mirent à pleurer abondamment ;
ils se jetaient au cou de Paul et l’embrassaient ;
ce qui les affligeait le plus,
c’est la parole qu’il avait dite :
« Vous ne verrez plus mon visage. »
Puis on l’accompagna jusqu’au bateau.

– Parole du Seigneur.

PSAUME
(Ps 67 (68), 29-30, 33.34c.35a, 36)
R/

Royaumes de la terre,
chantez pour le Seigneur.

ou :

Alléluia !

Ton Dieu l’a commandé : « Sois fort ! »
Montre ta force, Dieu, quand tu agis pour nous !
De ton palais, qui domine Jérusalem,
on voit des rois t’apporter leurs présents.

Royaumes de la terre, chantez pour Dieu,
jouez pour le Seigneur.
Voici qu’il élève la voix, une voix puissante ;
rendez la puissance à Dieu.

Redoutable est Dieu dans son temple saint,
le Dieu d’Israël ;
c’est lui qui donne à son peuple force et puissance.
Béni soit Dieu !

ÉVANGILE
« Qu’ils soient un comme nous-mêmes » (Jean 17, 11b-19)

En ce temps-là, les yeux levés au ciel, Jésus priait ainsi :
« Père saint,
garde mes disciples unis dans ton nom,
le nom que tu m’as donné,
pour qu’ils soient un, comme nous-mêmes.
Quand j’étais avec eux,
je les gardais unis dans ton nom, le nom que tu m’as donné.
J’ai veillé sur eux, et aucun ne s’est perdu,
sauf celui qui s’en va à sa perte
de sorte que l’Écriture soit accomplie.
Et maintenant que je viens à toi,
je parle ainsi, dans le monde,
pour qu’ils aient en eux ma joie,
et qu’ils en soient comblés.
Moi, je leur ai donné ta parole,
et le monde les a pris en haine
parce qu’ils n’appartiennent pas au monde,
de même que moi je n’appartiens pas au monde.
Je ne prie pas pour que tu les retires du monde,
mais pour que tu les gardes du Mauvais.
Ils n’appartiennent pas au monde,
de même que moi, je n’appartiens pas au monde.

Sanctifie-les dans la vérité :
ta parole est vérité.
De même que tu m’as envoyé dans le monde,
moi aussi, je les ai envoyés dans le monde.
Et pour eux je me sanctifie moi-même,
afin qu’ils soient, eux aussi, sanctifiés dans la vérité. »

– Acclamons la Parole de Dieu.

CONSÉCRATION À NOTRE-DAME DES NEIGES

Ô Notre-Dame,
nous nous confions en vous,
en votre obédience bénie
et en votre garde très spéciale.
Aujourd’hui et chaque jour
nous vous confions nos âmes et nos corps ;
nous vous confions tout notre espoir
et toute notre consolation ;
toutes nos angoisses et nos misères ;
notre vie et la fin de notre vie,
pour que par votre très sainte intercession
et par vos mérites,
toutes nos actions soient dirigées et disposées
selon votre volonté
et celle de votre Fils. Amen.

»

Prière

Seigneur Jésus, je veux m’imaginer près de toi, au milieu de tes disciples. Tu es au Cénacle ; la dernière Cène est déjà terminée. Avant de te lever pour te diriger vers le Jardin des oliviers, d’où commencera le chemin douloureux vers ta mort, tu regardes tes disciples réunis autour de toi. Tu sais que le temps de leur formation à tes côtés est terminé, que le moment de sortir du nid et de voler de leurs propres ailes est arrivé et qu’eux aussi, l’épreuve les attend. Ils ont encore beaucoup à apprendre et tu continueras à les guider, mais ce ne sera plus la même chose. Tu sens la tristesse de la séparation. Avant de les laisser, tu tournes ton Cœur vers ton Père, ce Cœur brûlant d’amour pour eux. Et en signe d’adieux, tu leur permets d’être témoins de ta prière, dévoilant le mystère de ta relation avec le Père où ils sont eux aussi portés.

Demande

Seigneur, accorde-moi de pénétrer en ton cœur !

Réflexion

1. « J’ai veillé sur eux. »

On perçoit derrière ces paroles l’amour profond et sincère du Christ pour ses disciples. En ces trois années d’échange et de vie commune, il s’est attaché à eux. Oui, il aime avec un cœur divin, mais aussi avec un cœur humain, un cœur qui bat, qui pleure, qui saigne. Il se préoccupe d’eux. Il ne veut pas qu’ils s’égarent. Il sait qu’ils sont libres et qu’ils peuvent choisir de rejeter son amour et de l’abandonner – comme celui qui l’a trahi. Devant ce sentiment d’impuissance face à la liberté de ceux que l’on aime, il fait ce qu’ont fait des milliers de pères et de mères pour leurs enfants qui grandissent et qui commencent à prendre leurs propres décisions : il prie.

2. « Je ne prie pas pour que tu les retires du monde, mais pour que tu les gardes du Mauvais. »

Le Christ sait ce qui l’attend : il sera livré aux mains de ceux qui le ridiculiseront, qui le tortureront et qui le condamneront à mort. Il sait aussi que si ses disciples sont fidèles à leur Maître, ils rencontreront le même sort. Tel maître, tel disciple. Loin de lui de les priver d’une telle gloire et d’une telle joie que d’être unis à lui jusqu’au bout ! Si le monde ne l’a pas accueilli, il ne les accueillera pas eux non plus. Mais s’il a montré l’amour du Père et a sauvé le monde en se livrant à lui, ses disciples trouveront eux aussi leur plénitude, non en abandonnant le monde qui les persécute, mais en y étant les signes de l’amour du Père. « Père, ne les retire pas du monde, des persécutions, de la souffrance car tout cela les rendra semblables à moi, mais garde-les de celui qui veut les séparer de moi. »

3. « (…) pour qu’ils aient en eux ma joie, et qu’ils en soient comblés. »

Dans ce Cœur, brûle le désir de les voir heureux, profondément comblés, débordants de joie. Par sa vie, par sa Parole, il leur a révélé le Nom de Dieu et, par ce Nom, qui est Dieu : Abba, « Papa » ! Ce Nom est son trésor, la source de toute sa joie. Même lorsqu’il se dirige vers la mort par obéissance à son Père, sa joie est d’être Fils. Il ne l’échangerait pour rien au monde. Il désire que ses disciples prennent part à cette joie, qu’ils soient fils dans le Fils, non seulement dans la vie future, mais dès ici-bas, fils au milieu des frères.

Dialogue avec le Christ

Seigneur, lorsque tu parles avec ton Père, tu ouvres le ciel. Aujourd’hui, tu me places tout proche de toi pour que je puisse, moi aussi, lever les yeux vers le Père. Tu m’introduis dans la relation avec lui. Envoie ton Esprit ! Qu’il habite en moi et qu’il prie en moi : Notre Père, qui es au cieux…

Résolution

Comment vivre aujourd’hui comme un fils du Père ? En acceptant une croix à la suite de mon Maître ? En pardonnant ou en me réconciliant avec mon frère ou ma sœur, fils ou fille de notre Père ? En élevant mon regard vers le Père durant la journée ?

Frère André Blanchette, LC
Méditations: Regnum Christi 
Saint Jérôme (347-420)
 

prêtre, traducteur de la Bible, docteur de l'Église

Sur Jonas, II 2,9 ; SC 43 (Sur Jonas, trad. fr. P. Antin, éd. Cerf, 1956, p. 90-91; rev.)

« Pour eux je me sanctifie moi-même, afin qu’ils soient, eux aussi, sanctifiés dans la vérité. » (Jn 17,19)

« Ceux qui s’attachent à des vanités inutilement perdront la miséricorde qui leur est offerte »(cf. Jonas 2,9 LXX). Dieu par nature est miséricordieux, et prêt à sauver par clémence ceux qu’Il ne peut sauver par justice. Mais nous, par notre vice, nous gâchons et nous perdons la miséricorde préparée et s’offrant d’elle-même. (…) Bien que soit offensée la Miséricorde, c’est-à-dire Dieu Lui-même, car « Dieu est miséricordieux et bon, patient et plein de pitié » (cf. Ps 144,8 LXX) cependant elle n’abandonne pas ceux qui s’attachent à des vanités , elle ne les maudit pas  ; mais elle attend qu’ils reviennent, tandis qu’eux abandonnent délibérément la miséricorde qui est là, devant eux. « Ceux qui s’attachent à des vanités inutilement perdront la miséricorde qui leur est offerte »(cf. Jon 2,9 LXX). Dieu par nature est miséricordieux, et prêt à sauver par clémence ceux qu’Il ne peut sauver par justice. Mais nous, par notre vice, nous gâchons et nous perdons la miséricorde préparée et s’offrant d’elle-même. (…) Bien que soit offensée la Miséricorde, c’est-à-dire Dieu Lui-même, car « Dieu est miséricordieux et bon, patient et plein de pitié » (cf. Ps 144,8 LXX) cependant elle n’abandonne pas ceux qui s’attachent à des vanités , elle ne les maudit pas  ; mais elle attend qu’ils reviennent, tandis qu’eux abandonnent délibérément la miséricorde qui est là, devant eux. (…)

            « Mais moi, avec les accents de la louange et de l’action de grâce, je t’offrirai un sacrifice. Les vœux que j’ai faits, je m’en acquitterai envers Toi, Seigneur, en signe de salut. »(cf. Jon 2,10 LXX) (…) Moi, qui ai été dévoré pour le salut d’une multitude, je t’offrirai un sacrifice aux accents de la louange et de l’action de grâce en m’offrant moi-même. Car « le Christ, notre Pâque, a été immolé »(1 Cor 5,7). Pontife véritable et agneau, il s’est offert pour nous. ― Et je te rendrai grâces, dit-il, comme je t’ai rendu grâces en disant : « Je te bénis, Père, Seigneur du ciel et de la terre »(cf. Mt 11,25) et je m’acquitte des vœux que j’ai formés pour le salut de tous, afin que « tout ce que tu m’as donné ne périsse pas à jamais »(cf. Jean 6,39).

            Nous voyons ce que, dans sa passion, le Seigneur a promis pour notre salut. Ne rendons pas Jésus menteur et soyons purs et détachés de tout péché, pour qu’il nous offre à Dieu à qui il nous a voués.
(…)

            « Mais moi, avec les accents de la louange et de l’action de grâce, je t’offrirai un sacrifice. Les vœux que j’ai faits, je m’en acquitterai envers Toi, Seigneur, en signe de salut. »(cf. Jon 2,10 LXX) (…) Moi, qui ai été dévoré pour le salut d’une multitude, je t’offrirai un sacrifice aux accents de la louange et de l’action de grâce en m’offrant moi-même. Car « le Christ, notre Pâque, a été immolé »(1 Cor 5,7). Pontife véritable et agneau, il s’est offert pour nous. ― Et je te rendrai grâces, dit-il, comme je t’ai rendu grâces en disant : « Je te bénis, Père, Seigneur du ciel et de la terre »(cf. Mt 11,25) et je m’acquitte des vœux que j’ai formés pour le salut de tous, afin que « tout ce que tu m’as donné ne périsse pas à jamais »(cf. Jean 6,39).

            Nous voyons ce que, dans sa passion, le Seigneur a promis pour notre salut. Ne rendons pas Jésus menteur et soyons purs et détachés de tout péché, pour qu’il nous offre à Dieu à qui il nous a voués.

Homélie du Père Gilbert Adam

Je ne prie pas pour que tu les retires du monde, mais pour que tu les gardes du Mauvais

 

« Père saint, garde-les unis dans ton nom, le nom que tu m’as donné, pour qu’ils soient un, comme nous-mêmes. »

Quand j’étais avec eux, je les gardais unis dans ton nom, le nom que tu m’as donné. J’ai veillé sur eux, et aucun ne s’est perdu, sauf celui qui s’en va à sa perte de sorte que l’Écriture soit accomplie. Et maintenant que je viens à toi, je parle ainsi, dans le monde, pour qu’ils aient en eux ma joie, et qu’ils en soient comblés. La Bonne Nouvelle de Jésus, c’est qu’il veille toujours sur nous. Jésus est le premier Défenseur contre le "fils de perdition," le Menteur, celui qui ment dés l’origine. Quand Jésus repart vers le Père, la vérité de sa Parole est confirmée par sa vie : « Comme le Père m’a aimé, moi aussi je vous ai aimé. » Jésus donne sa vie pour ses brebis. Il manifeste l’Amour infini de Dieu pour nous dans le don qu’Il fait de Lui-même. Jésus nous donne l’Esprit Saint parce que seul l’Esprit Saint, en s’unissant à notre esprit, peut nous révéler les mystères de la Foi. Seul l’Esprit du Seigneur rassemble dans l’unité le Peuple de Dieu dispersé. Il constitue avec les croyants un Corps dont la tête est le Christ qui est déjà dans les cieux. Baptisés, nous recherchons Jésus là où il se donne, au plus intime de nous-mêmes. Renais de l’eau et de l’Esprit à une vie nouvelle, nous sommes en lui, dans le Christ. Nous implorons la venue de l’Esprit saint sur nous-mêmes et sur toute l’Eglise. Jésus nous envoie alors un autre Défenseur, l’Esprit Saint. C’est l’Amour que Jésus a pour son Père, l’Esprit Saint qui nous rappellera toutes choses.

« Moi, je leur ai donné ta parole, et le monde les a pris en haine parce qu’ils n’appartiennent pas au monde, de même que moi je n’appartiens pas au monde. » Je ne prie pas pour que tu les retires du monde, mais pour que tu les gardes du Mauvais. Ils n’appartiennent pas au monde, de même que moi, je n’appartiens pas au monde. Sanctifie-les dans la vérité : ta parole est vérité. En se révélant à nous par son Incarnation et en révélant notre destinée finale par son Ascension, Jésus nous invite à proclamer qu’il est Seigneur. Par sa vie sur terre, par sa mort et par sa descente aux enfers, le Christ Jésus a tout visité et il entraîne tout vers le Père. Tous ceux qui ont reçu la visite du Fils du Père sont appelés à reconnaître et à témoigner de lui qui est venu dans la chair. Au ciel, sur terre et aux enfers, toute langue atteste l’œuvre de Dieu pour le salut des hommes. Jésus nous envoie comme des agneaux au milieu des loups. Dans les combats, dans les difficultés que nous allons rencontrer, la Lumière de la Parole de Dieu nous éclaire, elle éclaire tous les évènements. Nous ne prenons pas les armes de l’adversaire qui sont le mensonge et la violence. Elles ne nous donneraient pas la victoire, ce serait le loup qui l’emporterait. Nous sommes désarmés et nous acceptons de l’être puisque Jésus nous désarme et nous envoie pauvres au combat pour la Vérité dans la Charité. C’est Dieu qui est notre Défenseur.

« De même que tu m’as envoyé dans le monde, moi aussi, je les ai envoyés dans le monde. » Et pour eux je me sanctifie moi-même, afin qu’ils soient, eux aussi, sanctifiés dans la vérité. Jésus a pris sur lui ce qui blessait l’homme au plus profond de lui-même, le péché et la mort. A l’Annonciation, par l’Incarnation du Verbe, l’humanité et la divinité sont à jamais liées. Par l’Ascension de Jésus, un Homme-Dieu est accueilli au sein même de la Trinité Sainte. Le mouvement ascendant de Jésus donne à notre humanité blessée par le péché, le partage de la vie trinitaire. Le mouvement descendant de Jésus pour nous chercher nous ouvre à la Résurrection de la chair. Jésus a ouvert la porte du ciel à tous ceux qui, par lui, retrouve la communion avec le Père. L’apôtre dira : « Veillez sur vous-mêmes, et sur tout le troupeau où l’Esprit Saint vous a placés comme responsables… Je sais que des loups féroces s’introduiront chez vous. » La victoire de l’Amour est assurée par la douceur, la patience, l’humilité, qui sont les fruits de l’Esprit Saint. C’est toute notre réalité charnelle qui s’en trouve modifiée.

Nous demandons la grâce de demeurer dans l’amour de Jésus. »

Père Gilbert Adam
9 rue du Lavoir
60350 Trosly-Breuil

Print
Repost
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article