Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Bienvenue sur mon site
Une innovation pour mes anciens lecteurs, désormais je traite de divers sujet, en premier La religion judéo chrétienne signé" Monique Emounah", pour ceux qui ne peuvent se déplacer à l'églises quelques soit la raison, et le lieu de leurs résidences ils peuvent suivre les  offices du jour,  la politique (LR) et les infos, la poésie et les arts en général. Mes écrits, signé (Alumacom) également mes promos de mes dernières parutions et quelquefois un rappel pour mes anciens écrits. Merci de votre attention,

Le blog de mim-nanou75.over-blog.com

Bienvenue sur mon site Une innovation pour mes anciens lecteurs, désormais je traite de divers sujet, en premier La religion judéo chrétienne signé" Monique Emounah", pour ceux qui ne peuvent se déplacer à l'églises quelques soit la raison, et le lieu de leurs résidences ils peuvent suivre les offices du jour, la politique (LR) et les infos, la poésie et les arts en général. Mes écrits, signé (Alumacom) également mes promos de mes dernières parutions et quelquefois un rappel pour mes anciens écrits. Merci de votre attention,

Et vous, que dites-vous ? Pour vous, qui suis-je ?

com

Messe du 29 juin 2020 Paroisse Coeur-Immaculé-de-Marie, Asbestos

Livre des Actes des Apôtres 12,1-11.

1À cette époque, le roi Hérode Agrippa se saisit de certains membres de l’Église pour les mettre à mal. 2Il supprima Jacques, frère de Jean, en le faisant décapiter. 3Voyant que cette mesure plaisait aux Juifs, il décida aussi d’arrêter Pierre. C’était les jours des Pains sans levain. 4Il le fit appréhender, emprisonner, et placer sous la garde de quatre escouades de quatre soldats ; il voulait le faire comparaître devant le peuple après la Pâque. 5Tandis que Pierre était ainsi détenu dans la prison, l’Église priait Dieu pour lui avec insistance. 6Hérode allait le faire comparaître. Or, Pierre dormait, cette nuit-là, entre deux soldats ; il était attaché avec deux chaînes et des gardes étaient en faction devant la porte de la prison. 7Et voici que survint l’ange du Seigneur, et une lumière brilla dans la cellule. Il réveilla Pierre en le frappant au côté et dit : « Lève-toi vite. » Les chaînes lui tombèrent des mains. 8Alors l’ange lui dit : « Mets ta ceinture et chausse tes sandales. » Ce que fit Pierre. L’ange ajouta : « Enveloppe-toi de ton manteau et suis-moi. » 9Pierre sortit derrière lui, mais il ne savait pas que tout ce qui arrivait grâce à l’ange était bien réel ; il pensait qu’il avait une vision. 10Passant devant un premier poste de garde, puis devant un second, ils arrivèrent au portail de fer donnant sur la ville. Celui-ci s’ouvrit tout seul devant eux. Une fois dehors, ils s’engagèrent dans une rue, et aussitôt l’ange le quitta. 11Alors, se reprenant, Pierre dit : « Vraiment, je me rends compte maintenant que le Seigneur a envoyé son ange, et qu’il m’a arraché aux mains d’Hérode et à tout ce qu’attendait le peuple juif. »

Psaume 34(33),2-3.4-5.6-7.8-9.

2Je bénirai le Seigneur en tout temps, sa louange sans cesse à mes lèvres.
3Je me glorifierai dans le Seigneur : que les pauvres m'entendent et soient en fête !
4Magnifiez avec moi le Seigneur, exaltons tous ensemble son nom. 5Je cherche le Seigneur, il me répond : de toutes mes frayeurs, il me délivre.
6Qui regarde vers lui resplendira, sans ombre ni trouble au visage.
7Un pauvre crie ; le Seigneur entend : il le sauve de toutes ses angoisses.
8L'ange du Seigneur campe à l'entour pour libérer ceux qui le craignent. 9Goûtez et voyez : le Seigneur est bon ! Heureux qui trouve en lui son refuge !

Deuxième lettre de saint Paul Apôtre à Timothée 4,6-8.16b.17-18.

6Bien-aimé, je suis déjà offert en sacrifice, le moment de mon départ est venu. 7J’ai mené le bon combat, j’ai achevé ma course, j’ai gardé la foi. 8Je n’ai plus qu’à recevoir la couronne de la justice : le Seigneur, le juste juge, me la remettra en ce jour-là, et non seulement à moi, mais aussi à tous ceux qui auront désiré avec amour sa Manifestation glorieuse.
16bΤous m’ont abandonné. 17Le Seigneur, lui, m’a assisté. Il m’a rempli de force pour que, par moi, la proclamation de l’Évangile s’accomplisse jusqu’au bout et que toutes les nations l’entendent. J’ai été arraché à la gueule du lion ; 18le Seigneur m’arrachera encore à tout ce qu’on fait pour me nuire. Il me sauvera et me fera entrer dans son Royaume céleste. À lui la gloire pour les siècles des siècles. Amen.

Évangile de Jésus-Christ selon saint Matthieu 16,13-19.

13En ce temps-là, Jésus, arrivé dans la région de Césarée-de-Philippe, demandait à ses disciples : « Au dire des gens, qui est le Fils de l’homme ? » 14Ils répondirent : « Pour les uns, Jean le Baptiste ; pour d’autres, Élie ; pour d’autres encore, Jérémie ou l’un des prophètes. » 15Jésus leur demanda : « Et vous, que dites-vous ? Pour vous, qui suis-je ? » 16Alors Simon-Pierre prit la parole et dit : « Tu es le Christ, le Fils du Dieu vivant ! » 17Prenant la parole à son tour, Jésus lui dit : « Heureux es-tu, Simon fils de Yonas : ce n’est pas la chair et le sang qui t’ont révélé cela, mais mon Père qui est aux cieux. 18Et moi, je te le déclare : Tu es Pierre, et sur cette pierre je bâtirai mon Église ; et la puissance de la Mort ne l’emportera pas sur elle. 19Je te donnerai les clés du royaume des Cieux : tout ce que tu auras lié sur la terre sera lié dans les cieux, et tout ce que tu auras délié sur la terre sera délié dans les cieux. »
Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris
Saint Bernard (1091-1153)
 

moine cistercien et docteur de l'Église

Premier sermon pour la fête des saints Pierre et Paul, 1,3,5 (Chaque jour tu nous parles, t.3 Pentecôte-fin août; trad. Orval; Éd. Abbaye d'Orval, 1974, p. 294-295 rev.)

« J'ai prié pour toi, afin que ta foi ne sombre pas. Toi donc, quand tu seras revenu, affermis tes frères » (Lc 22,32)

[Le Christ] Médiateur (...) « n'a pas commis de péché et sa bouche n'a pas prononcé de mensonge » (1P 2,22). Comment oserais-je m'approcher de lui, moi pécheur, très grand pécheur, dont les péchés sont plus nombreux que le sable de la mer ? Il est tout ce qu'il y a de plus pur, et moi, de plus impur... C'est pour cela que Dieu m'a donné ces apôtres, qui sont des hommes et des pécheurs, et de très grands pécheurs, qui ont appris en eux-mêmes et par leur propre expérience à quel point ils devaient être miséricordieux envers les autres. Coupables de grandes fautes, ils accorderont aux grandes fautes un pardon facile et ils nous rendront la mesure qui a servi pour eux (cf Lc 6,38).

            L'apôtre Pierre a commis un grand péché, peut-être même n'y en a-t-il pas de plus grand. Il en a reçu un pardon aussi prompt que facile, à tel point qu'il n'a rien perdu du privilège de sa primauté. Et Paul, qui avait déchaîné une fureur sans borne contre l'Église naissante, est amené à la foi par l'appel du Fils de Dieu lui-même. En retour de tant de maux, il est comblé de si grands biens qu'il devient « l'instrument choisi pour porter le nom du Seigneur devant les nations, les rois et les enfants d'Israël » (Ac 9,15)...

            Pierre et Paul sont nos maîtres : ils ont pleinement appris du seul Maître de tous les hommes les chemins de la vie, et ils nous instruisent encore aujourd'hui.

Simon, Fils de Jean, m'aimes-tu ?

« Jésus lui dit pour la troisième fois : Simon, fils de Jean, m'aimes-tu ? Pierre fut contristé … Seigneur, Tu connais toutes choses, Tu sais bien que je t'aime ! » Jésus offre ainsi son amitié à Pierre, efface le triple reniement et provoque sa triple profession de foi, de plus en plus véhémente, pour l'établir de nouveau le pasteur universel.

Méditation de l'évangile du lundi 29 juin


Après le déjeuner au bord du lac de Tibériade où Jésus a préparé Lui-même le poisson grillé et le pain pour le soir, se place le dialogue entre Pierre et son Seigneur.

« Simon, Fils de Jean, m'aimes-tu plus que ceux-ci ? Pierre lui dit : oui Seigneur, Tu sais bien que je T'aime ! Jésus dit : Paix mes agneaux. »

« Il lui redit une seconde fois : Simon, fils de Jean, m'aimes-tu ? Il Lui dit : oui Seigneur, Tu sais bien que je t'aime ! Il lui dit : sois le pasteur de mes brebis. »

« Il lui dit pour la troisième fois : Simon, fils de Jean, m'aimes-tu ? Pierre fut contristé … Seigneur, Tu connais toutes choses, Tu sais bien que je t'aime ! »

Jésus offre ainsi son amitié à Pierre, efface le triple reniement et provoque sa triple profession de foi, de plus en plus véhémente, pour l'établir de nouveau le pasteur universel.

Dans cet entretien pathétique, tout est suggéré plutôt qu'exprimé. Les douloureux événements d'un passé encore tout proche sont laissés dans la pénombre. Pas de reproche direct. Ce sont des questions délicates, des allusions discrètes, des petites phrases chargées de sens qui font explosion dans l'âme sans la blesser.

Quel art vraiment divin de pénétrer dans les cœurs pour en manier les secrets ressorts ! Quelle grâce séduisante et aussi quelle fermeté !

En méditant cette scène évangélique, on se sent enveloppé soi-même par le charme de Jésus et l'on comprend que les hommes qu'Il a ainsi réprimandés l'aient aimé jusqu'à mourir pour Lui.


Père Gabriel

Print
Repost
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article