Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Bienvenue sur mon site
Une innovation pour mes anciens lecteurs, désormais je traite de divers sujet, en premier La religion judéo chrétienne signé" Monique Emounah", pour ceux qui ne peuvent se déplacer à l'églises quelques soit la raison, et le lieu de leurs résidences ils peuvent suivre les  offices du jour,  la politique (LR) et les infos, la poésie et les arts en général. Mes écrits, signé (Alumacom) également mes promos de mes dernières parutions et quelquefois un rappel pour mes anciens écrits. Merci de votre attention,

Le blog de mim-nanou75.over-blog.com

Bienvenue sur mon site Une innovation pour mes anciens lecteurs, désormais je traite de divers sujet, en premier La religion judéo chrétienne signé" Monique Emounah", pour ceux qui ne peuvent se déplacer à l'églises quelques soit la raison, et le lieu de leurs résidences ils peuvent suivre les offices du jour, la politique (LR) et les infos, la poésie et les arts en général. Mes écrits, signé (Alumacom) également mes promos de mes dernières parutions et quelquefois un rappel pour mes anciens écrits. Merci de votre attention,

Vous avez reçu gratuitement, donnez gratuitement, nous sommes ouvrier du Seigneur

com
PREMIÈRE LECTURE
« C’était un homme de bien, rempli d’Esprit Saint et de foi » (Ac 11, 21b-26 ; 13, 1-3)

En ces jours-là, à Antioche,
  un grand nombre de gens devinrent croyants
et se tournèrent vers le Seigneur.
  La nouvelle parvint aux oreilles de l’Église de Jérusalem,
et l’on envoya Barnabé jusqu’à Antioche.
  À son arrivée, voyant la grâce de Dieu à l’œuvre,
il fut dans la joie.
Il les exhortait tous
à rester d’un cœur ferme attachés au Seigneur.
  C’était en effet un homme de bien,
rempli d’Esprit Saint et de foi.
Une foule considérable s’attacha au Seigneur.
  Barnabé partit alors à Tarse chercher Saul.
  L’ayant trouvé, il l’amena à Antioche.
Pendant toute une année, ils participèrent aux assemblées de l’Église,
ils instruisirent une foule considérable.
Et c’est à Antioche que, pour la première fois,
les disciples reçurent le nom de « chrétiens ».

          Or il y avait dans l’Église qui était à Antioche
des prophètes et des hommes chargés d’enseigner :
Barnabé, Syméon appelé Le Noir, Lucius de Cyrène,
Manahène, compagnon d’enfance d’Hérode le Tétrarque,
et Saul.
  Un jour qu’ils célébraient le culte du Seigneur
et qu’ils jeûnaient,
l’Esprit Saint leur dit :
« Mettez à part pour moi Barnabé et Saul
en vue de l’œuvre à laquelle je les ai appelés. »
  Alors, après avoir jeûné et prié,
et leur avoir imposé les mains,
ils les laissèrent partir.

          – Parole du Seigneur.

PSAUME
(Ps 64 (65), 10abcd, 10e-11, 12-13)
R/

Il est beau de te louer, Dieu, dans Sion.

Tu visites la terre et tu l’abreuves,
tu la combles de richesses ;
les ruisseaux de Dieu regorgent d’eau :
tu prépares les moissons.

Ainsi, tu prépares la terre,
tu arroses les sillons ;
tu aplanis le sol, tu le détrempes sous les pluies,
tu bénis les semailles.

Tu couronnes une année de bienfaits ;
sur ton passage, ruisselle l’abondance.
Au désert, les pâturages ruissellent,
les collines débordent d’allégresse.

ÉVANGILE
« Tout homme qui se met en colère contre son frère devra passer en jugement » (Mt 5, 20-26)

En ce temps-là,
Jésus disait à ses disciples :
    « Je vous le dis :
Si votre justice ne surpasse pas celle des scribes et des pharisiens,
vous n’entrerez pas dans le royaume des Cieux.

    Vous avez appris qu’il a été dit aux anciens :
Tu ne commettras pas de meurtre,
et si quelqu’un commet un meurtre,
il devra passer en jugement.
    Eh bien ! moi, je vous dis :
Tout homme qui se met en colère contre son frère
devra passer en jugement.
Si quelqu’un insulte son frère,
il devra passer devant le tribunal.
Si quelqu’un le traite de fou,
il sera passible de la géhenne de feu.
    Donc, lorsque tu vas présenter ton offrande à l’autel,
si, là, tu te souviens que ton frère a quelque chose contre toi,
    laisse ton offrande, là, devant l’autel,
va d’abord te réconcilier avec ton frère,
et ensuite viens présenter ton offrande.
    Mets-toi vite d’accord avec ton adversaire
pendant que tu es en chemin avec lui,
pour éviter que ton adversaire ne te livre au juge,
le juge au garde,
et qu’on ne te jette en prison.
    Amen, je te le dis : tu n’en sortiras pas
avant d’avoir payé jusqu’au dernier sou. »

            – Acclamons la Parole de Dieu.

CONSÉCRATION À NOTRE-DAME DES NEIGES

Ô Notre-Dame,
nous nous confions en vous,
en votre obédience bénie
et en votre garde très spéciale.
Aujourd’hui et chaque jour
nous vous confions nos âmes et nos corps ;
nous vous confions tout notre espoir
et toute notre consolation ;
toutes nos angoisses et nos misères ;
notre vie et la fin de notre vie,
pour que par votre très sainte intercession
et par vos mérites,
toutes nos actions soient dirigées et disposées
selon votre volonté
et celle de votre Fils. Amen.

Vas d'abord te réconcilier avec ton frère

La Loi ancienne ne poursuivait que les délits extérieurs, mais la Loi nouvelle, celle de Jésus, nous demande une bien plus grande délicatesse envers notre prochain. Jésus nous demande d'éviter tout ce qui pourrait le blesser, ne serait-ce que dans son amour-propre.

Mets-toi vite d'accord avec ton adversaire pendant que tu es en chemin avec lui, pour éviter que ton adversaire ne te livre au juge, le juge au garde, et qu'on ne te jette en prison.
Amen, je te le dis : tu n'en sortiras pas avant d'avoir payé jusqu'au dernier sou. »

 


Méditation de l'évangile du jeudi 11 juin

Jésus nous invite à nous regarder comme les membres d'une même famille, comme des frères. Vieux rêve de toute l'humanité. La Société des Nations en fut la première ébauche. Elle fut suivie par une flambée de haine entre les peuples qui entraîna la terre entière dans la guerre. L'O.N.U. poursuit le rêve, avec bien du mal et tant d'aléas !…Jésus, Lui, nous demande une liberté d'esprit qui nous permette de faire fi des offenses à notre égard et qui est le seul moyen de réaliser ce rêve.

“Si donc tu présentes ton offrande sur l'autel et que là tu te souviennes que ton frère a quelque chose contre toi, laisse là ton offrande devant l'autel et va d'abord te réconcilier avec ton frère. Et alors reviens présenter ton offrande”

Pour Jésus, il est absolument évident que nous sommes tous frères, parce que fils de Dieu. Aussi, pour Lui, Dieu notre Père ne peut rien recevoir d'agréable de notre part si nous ne commençons par nous entendre entre nous. Il ne peut tenir pour agréable les prières et les dons d'enfants qui se chamaillent et se querellent.

La Loi ancienne ne poursuivait que les délits extérieurs, mais la Loi nouvelle, celle de Jésus, nous demande une bien plus grande délicatesse envers notre prochain. Jésus nous demande d'éviter tout ce qui pourrait le blesser, ne serait-ce que dans son amour-propre.

“Vous avez entendu qu'il a été dit aux anciens : tu ne tueras point ; quiconque se mettra en colère contre son frère sera justiciable de tribunal, et moi je vous dis : “Quiconque dira à son frère “Raca” sera justiciable du sanhédrin”. Et quiconque dira “fou !” sera justiciable envers la géhenne du feu !”  


Père Gabriel

 

Vénérable Madeleine Delbrêl (1904-1964)
 

missionnaire des gens des rues

Une vocation pour Dieu parmi les hommes (La joie de croire, éd. du Seuil, 1968, p. 157-158 ; rev.)

Comment n’être pas apôtres ?

Nous ne cherchons pas l’apostolat : c’est lui qui nous cherche ; Dieu, en nous aimant le premier, nous rend apôtres. Comment partagerions-nous pain, toit, cœur avec ce prochain qui est notre propre chair et ne serions-nous pas débordants pour lui de l’amour de notre Dieu, si ce prochain ne le connaît pas ? Sans Dieu tout est misère ; pour celui qu’on aime, on ne tolère pas la misère : la plus grande moins que tout autre. N’être pas apostoliques, n’être pas missionnaires ? mais que serait alors une appartenance à ce Dieu qui a envoyé son Fils pour que le monde soit sauvé par lui… et comment ?

            Pourtant nous ne « pensons » pas à être apôtres ; nous pensons à être, entre les mains de Dieu, dans le corps du Christ, sous le mouvement de son Esprit, le Christ que nous voulons devenir ; le Christ qui n’a jamais été amour sans être lumière ; et il n’est pas de lumière sans prix de la lumière. Nous le copions, mal, mais sans cesse ; nous pénétrons en lui, dissemblables mais tenaces ; comment ne serions-nous pas, en volonté tout au moins, apôtres ? en disposition de tout nous-même, missionnaires ? (…)

            Comment n’évangéliserions-nous pas si l’Évangile est dans notre peau, nos mains, nos cœurs, nos têtes ? Nous sommes bien obligés de dire pourquoi nous essayons d’être ce que nous voulons être, de ne pas être ce que nous ne voulons pas être, nous sommes bien obligés de prêcher, puisque prêcher, c’est dire publiquement quelque chose sur Jésus-Christ, Dieu et Seigneur, et qu’on ne peut l’aimer et se taire.

Homélie du Père Gilbert Adam

En entrant dans la maison, saluez ceux qui l’habitent.

« Sur votre route, proclamez que le royaume des Cieux est tout proche. »

Guérissez les malades, ressuscitez les morts, purifiez les lépreux, expulsez les démons. Vous avez reçu gratuitement : donnez gratuitement. Saint Barnabé nous est connu par le livre des Actes des Apôtres qui le dépeint comme "un homme de valeur, rempli d’ Esprit-Saint et de Foi." Barnabé a mit tous ses biens à la disposition des Apôtres. Il comprit que les païens pouvaient entrer dans l’ Eglise sans autre condition que de croire en Jésus, le Messie de Dieu. Le prénom Barnabé signifie "fils d’ encouragement." Il est fêté aujourd’hui en Église, il est appelé avec les apôtres à la même mission : « Guérissez les malades, ressuscitez les morts, purifiez les lépreux, chassez les démons. » C’est lui qui a introduit Paul dans le collège des Douze en l’initiant au travail apostolique. A sa suite, nous sommes conviés à une sanctification du corps de l’humanité. L’amour de Dieu, les dons de Dieu, sont gratuits, "donnez gratuitement ce que vous avez reçu gratuitement." Les "Douze" représentent les douze tribus d’Israël. L’Église s’adjoint ceux qui sont nécessaires pour la Mission. C’est dans une rencontre de prière que l’Esprit Saint dira : « Mettez-moi à part Paul et Barnabé, » pour eux, une mission particulière est donnée. Après avoir jeûné, prié, et leur avoir imposé les mains, l’Eglise les envoya.

« Ne vous procurez ni or ni argent, ni monnaie de cuivre à mettre dans vos ceintures, ni sac pour la route, ni tunique de rechange, ni sandales, ni bâton. » L’ouvrier, en effet, mérite sa nourriture. Dieu est fidèle à son plan d’amour infini. Jésus a dit à Pierre : « Tu es Pierre et sur cette pierre, je bâtirai mon Église et les portes de l’enfer ne prévaudront point contre elle. » Dans sa pauvreté, l’Eglise laisse Jésus opérer des guérisons en elle. L’Église naissante se développe comme un Corps vivant sous l’inspiration du Saint Esprit. En lui, elle se donne les moyens de vivre et de continuer l’œuvre de Jésus. Dans le collège des Douze, Pierre est porteur de l’unité. l’Eglise de Jésus est vivante, elle ne s’installe pas, elle est animée par la vitalité du Saint-Esprit qui travaille en elle ! Cette Église sainte est composée de pécheurs. Elle demande au Saint-Esprit de faire son œuvre d’Amour. Rendons grâce au Seigneur pour ceux qui nous encouragent à Le suivre, à l’aimer, à le servir. Par eux nous avont été éduqué à une vie de Foi et de la prière. Nous demandons à Jésus, par l’intercession de saint Barnabé, la grâce de Lui rester fidèlement attachés et d’être source d’encouragement pour nos frères.

« Dans chaque ville ou village où vous entrerez, informez-vous pour savoir qui est digne de vous accueillir, et restez là jusqu’à votre départ. » En entrant dans la maison, saluez ceux qui l’habitent. Si cette maison en est digne, que votre paix vienne sur elle. Si elle n’en est pas digne, que votre paix retourne vers vous. A la suite des Apôtres, Barnabé a découvert le Christ comme une force unique, un unique nécessaire. Continuellement l’Église apporte la Paix de Jésus ressuscité au monde. Cest le Trésor sur lequel on peut tout engager et tout sacrifier, à commencer par "l’or et l’ argent." La fonction libératrice de l’Eglise consiste dans l’attestation de la Vérité au monde. Dieu nous connaît, il est tel que Jésus nous le manifeste. L’Église de Dieu s’établit là où le Saint Esprit la conduit. Elle va, se désencombrant sans cesse, "pérégrinant", souffrant sur les chemins ou elle annonce son Seigneur. Chacun en fonction de la grâce qui lui est donnée annonce le salut ! Jésus est avec nous sur la route des hommes. Nous le suivons dans les angoisses et dans les luttes contre le menteur. C’est ainsi que nous sommes solidaires de tous les combats du monde : « Proclamer que le Royaume de Dieu est là. »

Nous demandons à l’Esprit Saint de nous garder vivants et aimants à la suite de Jésus.

 

Print
Repost
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article