Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de mim-nanou75.over-blog.com

Bienvenue sur mon site Une innovation pour mes anciens lecteurs, désormais je traite de divers sujet, en premier La religion judéo chrétienne signé" Monique Emounah", pour ceux qui ne peuvent se déplacer à l'églises quelques soit la raison, et le lieu de leurs résidences ils peuvent suivre les offices du jour, la politique (LR) et les infos, la poésie et les arts en général. Mes écrits, signé (Alumacom) également mes promos de mes dernières parutions et quelquefois un rappel pour mes anciens écrits. Merci de votre attention,

Bonne fête aux Bienvenue et aux très Saintes Âmes du 30 octobre

SAINT DU JOUR
banner santi.jpg
Date 30 octobre

Le Saint du Jour est une liste quotidienne des Saints gardés dans la mémoire de l'Église. Les histoires des maîtres de la vie chrétienne de tous les temps qui comme des phares radieux orientent notre chemin.

 

Bse Bienvenue Bojani

tertiaire dominicaine (✝ 1292)

Née dans le Frioul en Italie, elle entra dans le Tiers Ordre de Saint Dominique et se sanctifia ainsi sans entrer dans un couvent. Beata Benvenuta BoianiSes contemporains l'ont dotée de toutes les vertus, mais «on se demande quand elle eut le temps de les mettre en œuvre tellement son biographe nous la montre occupée à faire sans cesse des miracles.» (Englebert) Elle voulait imiter les souffrances du Christ. Un cilice ne lui suffisant pas, elle serra autour de sa taille une corde qui, peu à peu, lui entra dans la chair. Elle en tomba malade, couverte d'ulcères douloureux. Le pape Clément XII la béatifia en 1763, ratifiant ainsi le culte que le peuple lui rendait.
Illustration: Beata Benvenuta Boiani site de la Conférence épiscopale italienne
À Cividale dans le Frioul, en 1292, la bienheureuse Bienvenue Boiani, vierge, sœur de la Pénitence de Saint-Dominique, qui se donna tout entière à la prière et aux austérités.

Martyrologe romain

SAINT GERMAIN,

 

ÉVÊQUE DE CAPOUE

De famille riche, Germain donne ses biens aux pauvres et mène une vie ascétique. En 516, comme évêque de Capoue, il est légat du Pape à Constantinople après l’élection de Justin I. Il réussit finalement à mettre fin au schisme d’Acace qui depuis des années divisait les Eglises de Rome et d’Orient. 

Saint Tertios

(Ier siècle)

et les saints Marc, Justus et Artémas. Ils faisaient partie des soixante-dix disciples du Seigneur. La tradition veut qu'ils devinrent évêques et qu'ils moururent dans la paix du Seigneur après avoir glorifié Dieu par leur conduite et leur parole.S

30 Octobre
  
Bx Ange d'Acri

Capucin
(1669-1739)

Bx Ange d'Acri
Bx Ange d'Acri

Le bienheureux Ange d'Acri, né dans la Calabre, de parents pauvres, eut le bonheur d'avoir pour maître, dans son enfance, un pieux capucin qui lui apprit à méditer chaque jour la Passion de Jésus-Christ et à s'approcher souvent du sacrement de Pénitence et de la Table Sainte. Quelle édification pour tous de voir cet enfant passer deux ou trois heures de suite dans la contemplation des souffrances du Sauveur!

A dix-huit ans, il entra chez les Capucins; mais il en sortit plusieurs fois par inconstance. La troisième fois il se mortifia si bien, il se mit à l'oeuvre avec tant de courage, qu'il obtint la grâce de la persévérance et même dépassa de beaucoup la mesure commune de la perfection des religieux. Au jour de sa première Messe, il tomba en extase après la consécration, ce qui lui arriva souvent dans la suite. Son désir était de passer sa vie dans le silence du couvent, tout occupé de Dieu et de son âme; mais le Ciel le destinait à de grandes oeuvres.

Ses premières prédications furent laborieuses, car la mémoire lui fit défaut, et il lui fut impossible de prêcher ses sermons comme il les avait écrits. Craignant de ne pas être appelé à la vie de missionnaire, il pria Dieu avec ferveur de lui manifester Sa Volonté. Il entendit un jour, pendant sa prière, une voix qui lui dit: "Ne crains rien, je te donnerai le don de la prédication, et désormais toutes tes fatigues seront bénies. Tu prêcheras à l'avenir dans un style familier, afin que tous puissent comprendre tes discours."

Désormais il abandonne ses écrits et ses livres, pour se borner à l'étude de l'Écriture Sainte et du grand livre du Crucifix. Son éloquence, puisée à ces sources, devint si chaude et si profonde, que les plus savants eux-mêmes en étaient ravis d'admiration. Pendant trente-huit années d'apostolat, malgré les efforts de l'enfer, il opéra un bien immense dans la Calabre. Sa grande force, son argument invincible, était surtout le souvenir de la Passion; il n'en parlait jamais sans faire pleurer son auditoire.

Abbé L. Jaud, Vie des Saints pour tous les jours de l'année, Tours, Mame, 1950

30 Octobre
  
Saint Alphonse Rodriguez

Frère coadjuteur de la Compagnie de Jésus
(1531-1617)

Saint Alphonse Rodriguez
Saint Alphonse Rodriguez

Saint Alphonse Rodriguez, fils d'un riche marchand drapier, naquit à Ségovie, en Espagne. Après avoir fait ses études au collège d'Alcala, sous la direction des Pères de la Compagnie de Jésus, il retourna à Ségovie à cause du décès de son père et dut s'occuper de l'administration des biens familiaux. Après avoir essuyé des revers de fortune, perdu sa femme et sa fille en l'espace de quelques mois, Alphonse Rodriguez abandonna le soin des affaires et se retira dans une chambre avec son fils à peine âgé de trois ans. Plein de sollicitude pour l'âme de son enfant, il pria Dieu de l'appeler à Lui s'il devait un jour L'offenser. Le Seigneur ravit ce petit ange à sa tendresse quelques jours après sa fervente prière.

Durant six ans, saint Alphonse pratiqua dans le monde toutes les vertus chrétiennes. A l'âge de trente-sept ans, de plus en plus absorbé dans la pensée de la mort et de son salut éternel, il ne songea plus qu'à entrer dans un Ordre religieux. Sur le conseil d'un Père de la Compagnie de Jésus, il commença à étudier le latin, mais le succès ne répondit pas à ses efforts. Laissant ce projet de côté, il pensa à se retirer auprès d'un ermite de Valence, mais son confesseur l'en dissuada.

Agé de trente-neuf ans, Alphonse entra au noviciat de la Compagnie de Jésus, au couvent de St-Paul de Valence où on l'admit en qualité de Frère coadjuteur. Ses premiers pas dans la vie religieuse révélèrent le haut degré de vertu où il était déjà parvenu. Son humilité que rien ne pouvait déconcerter, sa patience devant les exigences les plus indiscrètes ou les reproches les moins mérités, sa scrupuleuse obéissance, son oraison continuelle suscitaient l'admiration et l'édification de tous ses confrères.

Après six mois de noviciat, ses supérieurs l'envoyèrent sur l'île Majorque, au collège de la Ste Vierge du mont Sion où il prononça ses voeux simples et solennels le même jour. Pendant trente ans, saint Alphonse Rodriguez se sanctifiera dans le modeste emploi de portier, accueillant toutes les personnes qui se présentaient avec le même empressement que si c'eût été Notre-Seigneur. Le matin, au son de la cloche, il demandait à Dieu de le garder sans péché durant le jour, ensuite il se mettait sous la protection de la Très Sainte Vierge en récitant Ses Litanies.

A sa prière incessante, il joignait une mortification extraordinaire. "En toutes choses, témoigna son supérieur, Alphonse cherchait ce qui répugnait le plus à la nature." Ainsi, il ne voulait porter que des vêtements usés. Un crucifix et une image de la Très Sainte Vierge sans nulle valeur artistique ornait la cellule de ce pauvre de Jésus-Christ. Il couchait sur la dure et jeûnait souvent. Regardant le réfectoire comme un lieu de mortification, il offrait tous les sacrifices qu'il s'y imposait pour le soulagement et la délivrance des saintes âmes du purgatoire. Avant de sortir de la maison, saint Alphonse Rodriguez demandait à Notre-Seigneur de le faire mourir plutôt que de le voir consentir à aucun péché mortel. Pendant ses visites, il observait une modestie si exemplaire, parlait si peu et rarement, que cet empire acquis sur ses sens l'avait fait surnommer: le frère mort.

L'obéissance de saint Alphonse Rodriquez était aussi aveugle que parfaite, car ce bon Saint était convaincu qu'en accomplissant les ordres de son supérieur, il exécutait ceux du ciel même. Pour savoir jusqu'où sa sublime dépendance pouvait aller, le recteur du collège de Majorque lui commanda un jour de s'embarquer. Saint Alphonse partit aussitôt sans poser de question. Chemin faisant, un religieux vint lui dire que le supérieur le redemandait. "Où alliez-vous, lui demanda le recteur, puisque vous ignoriez le but du voyage et quel vaisseau vous deviez prendre? – J'allais faire l'obéissance, répondit le saint portier."

Alphonse Rodriguez reçut de Dieu le don de prophétie et celui des miracles. Après quarante-cinq années passées dans la pratique des plus admirables vertus, affligé depuis longtemps d'une douloureuse maladie, le saint religieux reçut le sacrement des infirmes. Ayant communié avec ferveur, l'agonisant ferma les yeux et entra dans un ravissement qui dura trois jours. Durant ce temps, son visage demeura tout rayonnant d'une céleste clarté. Le 31 octobre 1617, le saint Jésuite revint à lui, prononça distinctement le nom adorable de Jésus et Lui rendit son âme, à l'âge de quatre-vingt-six ans. Il fut canonisé par Sa Sainteté Léon XIII, le 8 janvier 1888.

Résumé O.D.M.

Autres Fêtess des Saintes Âmes du Jour
Saints Agent, Pient et Colombe  ermites à Moyenvic (VIe siècle)
Saint Alexandre  et Cronion son serviteur (✝ 250)
Bienheureux Alexis Zaryckyj  prêtre et martyr (✝ 1963)
Saint Ange  prêtre capucin (✝ 1739)
Saint Astère d'Amasée  évêque métropolitain dans le Pont (IVe siècle)
Bienheureux Bernard de La Tour  (✝ 1258)
Saints Claude, Luperque et Victorin  martyrs en Espagne (✝ v. 303)
Saint Dragoutine  roi de Serbie puis moine (✝ 1316)
Sainte Eutropie  martyre à Alexandrie (IIIe siècle)
Saint Foillan  Abbé de Fosses-la-Ville (✝ 655)
Saint Gérard  évêque en Italie du Sud (✝ 1112)
Saint Germain de Capoue  Evêque (✝ 545)
Sainte Hélène d'Anjou  (✝ 1276)
Saint Jean de Kotchourov  (✝ 1917)
Bienheureux Jean Slade  martyr (✝ 1583)
Vénérable Jean-Léon Le Prevost  fondateur des Religieux de Saint-Vincent-de-Paul (✝ 1874)
Bienheureux Jean-Michel Langevin  prêtre et martyr (✝ 1793)
Saint Joseph de Constantinople  (✝ 1283)
Saint Lucain  Martyr (Ve siècle)
Saint Marcel le Centurion  Martyr à Tanger (✝ 298)
Saint Marcien  évêque en Sicile (IIe siècle)
Vble María Josefa Recio fondatrice des Hospitalières du Sacré Coeur (✝ 1883)
Saint Maxime  martyr en Campanie (✝ 303)
Saint Miloutine  roi de Serbie (✝ 1320)
Saint Saturnin  Martyr (✝ v. 304)
Saint Sérapion  Evêque d'Antioche (✝ 211)
Bx Térence-Albert O'Brien  évêque et martyr, de l'Ordre des Prêcheurs (✝ 1651)
Saint Tertios  (Ier siècle)
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article