Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Bienvenue sur mon site
Une innovation pour mes anciens lecteurs, désormais je traite de divers sujet, en premier La religion judéo chrétienne signé" Monique Emounah", pour ceux qui ne peuvent se déplacer à l'églises quelques soit la raison, et le lieu de leurs résidences ils peuvent suivre les  offices du jour,  la politique (LR) et les infos, la poésie et les arts en général. Mes écrits, signé (Alumacom) également mes promos de mes dernières parutions et quelquefois un rappel pour mes anciens écrits. Merci de votre attention,

Le blog de mim-nanou75.over-blog.com

Bienvenue sur mon site Une innovation pour mes anciens lecteurs, désormais je traite de divers sujet, en premier La religion judéo chrétienne signé" Monique Emounah", pour ceux qui ne peuvent se déplacer à l'églises quelques soit la raison, et le lieu de leurs résidences ils peuvent suivre les offices du jour, la politique (LR) et les infos, la poésie et les arts en général. Mes écrits, signé (Alumacom) également mes promos de mes dernières parutions et quelquefois un rappel pour mes anciens écrits. Merci de votre attention,

Bonne fête aux Florentin et aux très Saintes Âmes du 24 octobre

com
SAINT DU JOUR
banner santi.jpg
Date 24 octobre

Le Saint du Jour est une liste quotidienne des Saints gardés dans la mémoire de l'Église. Les histoires des maîtres de la vie chrétienne de tous les temps qui comme des phares radieux orientent notre chemin.

Saint Florentin

moine (VIIe siècle)

Il s'en vint d'Écosse et se fixa à Bonnet dans la Meuse. Il est certain qu'on vénérait ses reliques et qu'un pèlerinage célèbre se rendait chaque année devant elles.Saint Florentin à Bonnet
"...Après avoir franchi le mur d'enceinte, l'escalier de pierre mène au portail sud, seule entrée subsistant à ce jour. Une suite de peintures murales orne le portail: Florentin gardant les porcs"... (église Saint Florentin à Bonnet, diocèse de Verdun)
Église de Bonnet (source, Conseil Régional des Notaires de Lorraine):
"peintures murales relatant la légende de Saint Florentin. Fontaine de St-Florentin. Égayoir(*).
Mettez vos pas dans ceux de St-Florentin, qui vivait à Bonnet au VIIe s.
- vidéo: Connaissez-vous la folle histoire de Saint Florentin? à la découverte de la belle église Saint Florentin, dans le petit village de Bonnet, un joyau architectural qui renferme bien des trésors... Trésor D'Histoires.
Ce fils d'un Roi d'Écosse qui avait traversé les mers on ne sait comment, gardait humblement les porcs tout en multipliant miracles et guérisons. Si bien que dès le Moyen-Âge, Bonnet était devenu un lieu de pèlerinage très fréquenté et recommandé en cas de troubles mentaux: passer sous le gisant de Saint Florentin qui se trouve à l'intérieur de l'Église était et reste encore, parait-il très efficace!
L'ancien village a été abandonné par ses habitants qui l'ont rebâti là où il est actuellement, autour de la sépulture du saint. Il avait souhaité être enterré sur la colline qui dominait son village. Vingt-et-une des peintures murales de l'Église racontent cette vie légendaire."

(*) en Lorraine, nom d'une mare creusée pour les chevaux et les chariots pour les débarrasser de la boue à leur retour des champs.

24 Octobre
  
Saint Martin de Vertou

Fondateur
(527-691)

Saint Martin de Vertou
Saint Martin de Vertou

Saint Martin de Vertou, digne émule de saint Martin de Tours, était issu d'une famille très riche et très illustre de Nantes. Tout adonné à la piété dès son enfance, il se sentit, jeune encore, attiré au service des saints autels. L'Évêque de Nantes l'ordonna diacre et l'envoya prêcher l'Évangile dans les contrées voisines.

Il y avait, aux environs de la mer, une ville nommée Herbauge, dont il est difficile aujourd'hui de préciser l'emplacement. Ni l'éloquence, ni les prières, ni les vertus de l'apôtre, ne purent gagner cette nouvelle Sodome; il s'enfuit avec une famille qui avait seule écouté sa parole et pria Dieu de punir la cité coupable. Bientôt, à sa prière, la terre s'entr'ouvrit, les monuments et les maisons s'écroulèrent; et la mer furieuse, se précipitant sur ces ruines, engloutit la ville avec ses habitants, sans en laisser de trace. C'est alors qu'il se rendit au pays de Vertou, voisin de la ville des Sables-d'Olonne, où il passa quelques années dans la solitude et la prière, consolé par ses pieuses relations avec un saint solitaire du voisinage, appelé Vivent.

Averti par un ange, Martin quitta sa retraite et alla fonder un monastère en Bretagne, non loin de Nantes, au lieu appelé aujourd'hui Vertou, en souvenir de l'ermitage que le Saint avait précédemment habité. Là, ses travaux furent tellement bénis de Dieu, qu'il se vit bientôt à la tête de trois cents religieux et dut fonder encore, dans les environs, plusieurs monastères.

Martin était l'âme de sa vaste communauté; il était le premier à la psalmodie, au jeûne, à la prière, au silence. Au travail, surtout aux pratiques de la pénitence. Parmi ses miracles, on rapporte la résurrection de plusieurs morts. Martin, accompagné de quelques disciples, visitait souvent ses monastères et profitait de ces courses pour évangéliser les populations de la contrée, où sa mémoire est restée en vénération.

Abbé L. Jaud, Vie des Saints pour tous les jours de l'année, Tours, Mame, 1950

Saint Louis Guanella
Prêtre et fondateur de deux congrégations
« Filles de la Providence »
« Serviteurs de la charité »

L

uigi Guanella naît à Fraciscio di Campodolcino (Lombardie, Italie), le 19 décembre 1842.

La situation géographique particulière de la terre sur laquelle il grandit forgea en lui un caractère trempé : fermeté, tempérance, esprit de sacrifice. Il se distingua toujours par sa grande foi, enrichie et alimentée par la piété populaire, qu’il respirait au contact des gens simples et pauvres.

Il fit ses études au collège Gallio de Côme et dans divers séminaires diocésains. Il fut ordonné prêtre en 1866 et peu après, nommé curé à Savogno. Il se consacra avec beaucoup de zèle aux jeunes, en s’occupant de leur scolarisation et en rendant vie à l’Action Catholique.

Dans le même temps, il prit contact avec Don Bosco. Fasciné par le charisme salésien, il essaya d’ouvrir un collège pour les jeunes, mais l’entreprise n’aboutit pas. Il voulut cependant rester avec Don Bosco, et il devint salésien en 1875. Il fut responsable de l’oratoire Saint Louis à Turin, et peu après, il fut nommé directeur du Collège Dupraz à Trinità (Cuneo). Il ne resta dans la Congrégation que trois ans ; le Seigneur en avait disposé autrement : l’évêque le rappelait dans son diocèse.

Désigné par son évêque pour diriger un home pour personnes âgées pauvres, il trouva sur place un groupe d’Ursulines qu’il organisa en congrégation : « Filles de la Providence ». La nouvelle congrégation se consacrait à l’éducation de la jeunesse, spécialement la plus pauvre et abandonnée, à l’aide aux malades, mentaux et autres, à l’accompagnement et au soutien des personnes âgées abandonnées. À Côme, il fonda la Maison de la Divine Providence, au milieu de laquelle il érigea le sanctuaire du Sacré-Cœur. Avec le soutien de son évêque, il fonda aussi la branche masculine : les « Serviteurs de la Charité », avec les mêmes objectifs. Ses congrégations fleurirent en Italie, en Suisse et aux États-Unis. Pour aider les mourants, il fonda la Pieuse Union du Passage de St Joseph. Il édifia plusieurs églises et œuvres pour les immigrés et les marginaux.

Ce qu’il apprit de son expérience faite chez Don Bosco, ce ne fut pas seulement la préférence pour les jeunes, qu’il cultiva pendant toute sa vie, mais en particulier l’obéissance aveugle et désintéressée dans ses conflits avec des supérieurs. Comme Don Bosco, il obéit à son évêque, malgré sa souffrance et l’incompréhension.

Il passa de la terre au ciel à Côme le 24 octobre 1915.

Luigi Guanella a été élevé à la gloire des autels le 25 octobre 1964, par saint Paul VI (Giovanni Battista Montini, 1963-1978), et canonisé le 23 octobre 2011, par le pape Benoît XVI. 

 

Vble María Francisca de las Llagas

 

religieuse équatorienne (✝ 1964)

Marie Françoise des Sept Plaies (Rosa Elena Cornejo), religieuse équatorienne (1874 - 1964), promulgation du décret du 20 décembre 2012.
María Francisca de las Llagas Cornejo Pazmiño, née le 11 décembre 1874, morte le 24 octobre 1964 à Quito, Equateur, fondatrice de l'institut des sœurs franciscaines de l'Immaculée Conception.María Francisca de las Llagas
Depuis l'enfance, elle est très dévouée à l'adoration du Saint-Sacrement, l'Equateur est la première nation consacrée au Sacré-Cœur de Jésus. C'est le 4 mai 1897 que, dans la ville de Riobamba, les soldats de la Révolution profanent le collège jésuite Saint Philippe Néri, désacralisent le tabernacle et la chapelle et assassinent le recteur; ce jour ouvre une grande blessure dans la communauté catholique équatorienne.
María Francisca de las Llagas, pleine de Foi, a consacré sa vie et sa congrégation à la réparation et au service de l'Eucharistie, donnant sa vie au service de Dieu et des nécessiteux.

 

Fêtes du Jour
Saint Abuna Zamika'el Aragawi  saint de l'Église d'Ethiopie (VIe siècle)
Saint Antoine-Marie Claret  fondateur des Missionnaires claretains (✝ 1870)
Saint Arethas et ses compagnons  martyrs en Arabie (✝ 523)
Bienheureuse Benigna Cardoso da Silva  martyre laïque brésilienne (✝ 1941)
Saints Cyriaque et Claudien  martyrs (date ?)
Saint Ebrégise  évêque de Cologne et martyr (✝ v. 590)
Saint Fromond  Evêque de Coutances (VIIe siècle)
Bx Joseph Baldo Fondateur de la Congrégation des Petites Filles de Saint Joseph (✝ 1916)
Saint Joseph Lê Dang Thi  martyr (✝ 1860)
Saint Louis Guanella fondateur de la Congrégation des Serviteurs de la Charité et celle des Filles de la Providence (✝ 1915)
Saint Magloire de Dol  Moine, évêque (✝ v. 586)
Vénérable María Francisca de las Llagas  religieuse équatorienne (✝ 1964)
Saint Martin de Vertou  abbé (✝ 601)
Notre Dame Joie des Affligés
Saint Potentin  Compagnon de saint Colomban (VIIe siècle)
Saint Proclus  évêque de Constantinople (✝ 446)
Saint Regnobert  évêque de Bayeux (VIIe siècle)
Saint Sénoch  moine (✝ 576)
Print
Repost
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article