Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Bienvenue sur mon site
Une innovation pour mes anciens lecteurs, désormais je traite de divers sujet, en premier La religion judéo chrétienne signé" Monique Emounah", pour ceux qui ne peuvent se déplacer à l'églises quelques soit la raison, et le lieu de leurs résidences ils peuvent suivre les  offices du jour,  la politique (LR) et les infos, la poésie et les arts en général. Mes écrits, signé (Alumacom) également mes promos de mes dernières parutions et quelquefois un rappel pour mes anciens écrits. Merci de votre attention,

Le blog de mim-nanou75.over-blog.com

Bienvenue sur mon site Une innovation pour mes anciens lecteurs, désormais je traite de divers sujet, en premier La religion judéo chrétienne signé" Monique Emounah", pour ceux qui ne peuvent se déplacer à l'églises quelques soit la raison, et le lieu de leurs résidences ils peuvent suivre les offices du jour, la politique (LR) et les infos, la poésie et les arts en général. Mes écrits, signé (Alumacom) également mes promos de mes dernières parutions et quelquefois un rappel pour mes anciens écrits. Merci de votre attention,

 Donnez en aumônes ce que vous avez, et tout sera pur pour vous, ce qui rend « impurs, » c’est la « cupidité. »

com
ÉVANGILE
« Donnez plutôt en aumône ce que vous avez, et alors tout sera pur pour vous.» (Lc 11, 37-41)

Alléluia. Alléluia.
Elle est vivante, énergique, la parole de Dieu ;
elle juge des intentions et des pensées du cœur.
Alléluia. (cf. He 4, 12)

Évangile de Jésus Christ selon saint Luc

En ce temps-là,
    pendant que Jésus parlait,
un pharisien l’invita pour le repas de midi.
Jésus entra chez lui et prit place.
    Le pharisien fut étonné
en voyant qu’il n’avait pas fait d’abord les ablutions
précédant le repas.
    Le Seigneur lui dit :
« Bien sûr, vous les pharisiens,
vous purifiez l’extérieur de la coupe et du plat,
mais à l’intérieur de vous-mêmes vous êtes remplis
de cupidité et de méchanceté.
    Insensés ! Celui qui a fait l’extérieur
n’a-t-il pas fait aussi l’intérieur ?
    Donnez plutôt en aumône ce que vous avez,
et alors tout sera pur pour vous. »

            – Acclamons la Parole de Dieu.

PAROLES DU SAINT PÈRE

Là où il y a de la rigidité, il n’y pas l’Esprit de Dieu, parce que l’Esprit de Dieu est liberté.

Et ces gens voulaient avancer en enlevant la liberté de l’Esprit de Dieu et la gratuité de la rédemption: «Pour être justifié, tu dois faire cela, cela, cela, et cela…».

La justification est gratuite.

La mort et la résurrection du Christ sont gratuites.

Ça ne se paye pas, ça ne s’achète pas: c’est un don!

Et eux ne voulaient pas faire cela.

(Homélie à Sainte-Marthe, 15 mai 2020) 

Jésus mange chez un pharisien

Jésus entre donc pour manger chez un pharisien, mais il ne s'est pas lavé les mains.“Jésus entra et se mit à table. Ce que voyant le pharisien s'étonna qu'Il ne se fût pas d'abord lavé, avant de déjeuner”

 

Méditation de l'évangile du mardi 13 octobre

Jésus entre donc pour manger chez un pharisien, mais il ne s'est pas lavé les mains.

“Jésus entra et se mit à table. Ce que voyant le pharisien s'étonna qu'Il ne se fût pas d'abord lavé, avant de déjeuner”

Les purifications légales étaient innombrables. La piété de Jésus est d'un tout autre ordre, elle consiste pour Lui dans un amour intérieur vis-à-vis de Dieu, Père, et non en des gestes traditionnels et superficiels. Pour Lui, l'eau bénite ne remplace pas la charité.

Cette hypocrisie l'écoeure et Il le dit : “Donc vous, pharisiens, vous purifiez le dehors de la coupe et du plat ; mais votre intérieur est rempli de rapine et de malveillance “

Il ne mâche pas ses mots et a le courage de dire leur fait aux pharisiens, gens en place, à l'influence redoutable.

“Insensés ! Est-ce que celui qui a fait le dehors n'a pas fait le dedans aussi ?”

L'humour ne manque pas, lorsqu'Il leur conseille de se débarrasser de toute leur vaisselle pour être purs définitivement : “Toutefois, donnez le contenu en aumône et voici que tout est pur pour vous”

Jésus est hors de Lui et ses invectives traduisent son indignation devant cette religion monstrueuse à ses yeux, où les valeurs sont inversées. On offre à Dieu, au Père, “la dîme de la menthe et de la rue et de tous les légumes”, mais l'amour et la justice sont bafoués à son égard et à l'égard de nos frères.

“Mais malheur à vous, pharisiens, qui acquittez la dîme de la menthe, de la rue et de tous les légumes, et qui omettez la justice et l'amour de Dieu ! Mais c'est ceci qu'il fallait pratiquer, sans omettre cela”

Le texte de Matthieu précise, et la liste ironique des légumes (fenouil et cumin) nécessaires pour cette “sainte cuisine”, et la liste “des points les plus graves de la loi, justice, compassion et bonne foi” parfaitement ignorés !

Jésus souligne cette démangeaison, ce prurit de toujours vouloir paraître, qui nous guette tous, gens d'église ou simples fidèles : “Malheur à vous, pharisiens, qui aimez être assis au siège d'honneur dans les synagogues, et à être salués sur les places !”. Cela sent son “grand catholique”.

Jésus, encore une fois, éclate devant l'hypocrisie, les façades blanchies qui ne cachent qu'immondices.

Cette invective à l'égard des pharisiens “sépulcres blanchis” ne manquait pas de piquant, quand on connaît la répulsion des juifs pour tout ce qui entraînait l'impureté légale. Les tombeaux étaient en tête de liste. D'où l'ironie de ces reproches :

“Malheur à vous, scribes et pharisiens hypocrites, qui ressemblez à des sépulcres blanchis, lesquels vus du dehors paraissent splendides, mais à l'intérieur sont pleins d'ossements de morts et de toute sortes d'immondices. De la même façon, vous aussi, votre extérieur vous donne aux yeux des hommes l'apparence de justes, mais à l'intérieur vous êtes plein d'hypocrisie et d'iniquité”. .

Jésus nous libère d'une religion hypocrite et routinière où les multiples préceptes et traditions, inventés par les hommes, nous dispensent de l'amour et de la justice. Il nous met aussi en garde contre toute attitude orgueilleuse et méprisante vis-à-vis de la foi populaire.

“Malheur à vous, docteurs de la Loi, car vous avez dérobé la chef de la science ; vous-mêmes n'êtes pas entrés, et vous avez empêché ceux qui entraient”.

La “Science”, sans l'amour, est stérile, surtout dans ce domaine de la science du salut des humbles. Pour Jésus, cette prétention de détenir la vérité absolue, avec cette morgue et ce dédain des petits, est intolérable. C'est un détournement des biens essentiels devenus une liste de détails : “Vous avez dérobé la clef de la science”.

Père Gabriel

Saint Raphaël Arnáiz Barón
(1911-1938)

moine trappiste espagnol

Écrits spirituels, 04/03/1938 (trad. A. Rodriguez, o.p. ; éds. Cerf 2008, p. 374-375, rev.)

« Donnez en aumône ce que vous avez, et alors tout sera pur pour vous »

 

Dieu se trouve dans le cœur détaché, dans le silence de la prière, dans la souffrance comme sacrifice volontaire, dans le vide du monde et de ses créatures... Dieu est dans la croix et, tant que nous n'aimerons pas la croix, nous ne le verrons pas, nous ne le sentirons pas... Taisez-vous, les hommes, qui n'arrêtez pas de faire du bruit !

Ah, Seigneur, que je suis heureux dans ma retraite ! Comme je t'aime dans ma solitude ! Comme je voudrais t'offrir ce que je n'ai plus, car je t'ai tout donné ! Demande-moi, Seigneur... Mais que puis-je te donner ? Mon corps, tu l'as déjà, il est à toi ; mon âme, Seigneur, vers quoi soupire-t-elle, si ce n'est vers toi, pour qu'à la fin tu finisses par la prendre ? Mon cœur est aux pieds de Marie, pleurant d'amour, et sans plus rien vouloir que toi. Ma volonté..., par hasard, Seigneur, je désire ce que tu ne désires pas ? Dis-le moi ; dis-moi, Seigneur, quelle est ta volonté et je mettrai la mienne à l'unisson. J'aime tout ce que tu m'envoies et me donnes, aussi bien la santé que la maladie, aussi bien être ici qu'être là, aussi bien être une chose qu'une autre ; ma vie..., prends-la, Seigneur, quand tu voudras. Comment ne pas être heureux ainsi ?

Si le monde et les hommes savaient... Mais ils ne sauront pas : ils sont très occupés avec leurs intérêts, ils ont le cœur très plein de choses qui ne sont pas Dieu. Le monde vit beaucoup pour une fin terrestre ; les hommes rêvent de cette vie, dans laquelle tout est vanité, et ainsi, ils ne peuvent pas trouver le vrai bonheur qui est l'amour de Dieu. Peut-être qu'on arrive à comprendre ce bonheur, mais pour le ressentir il y en a très peu qui renoncent à eux-mêmes et prennent la croix de Jésus... (Mt 16,24), même parmi les religieux... Seigneur, quelles choses me permets-tu !...

Ta sagesse sait ce qu'elle fait. Moi, tiens-moi dans ta main, et ne permets pas que mon pied glisse, car, sans toi, qui viendra à mon aide ? Et « si tu ne bâtis la maison... » (Ps 126,1) Ah, Seigneur, comme je t'aime !... Jusqu'à quand, Seigneur !...

 

Homélie du Père Gibert Adam
« Donnez plutôt en aumônes ce que vous avez, et alors tout sera pur pour vous »
"Tandis que Jésus parlait, un pharisien l’invite à déjeuner chez lui. Il entra et se mit à table. Le pharisien vit avec étonnement qu’il n’avait pas fait les ablutions rituelles avant le déjeuner."

 

Le Seigneur lui dit : Vous, les pharisiens, vous purifiez le dehors de la coupe et du plat, et à l’intérieur vous êtes pleins de rapacité et de méchanceté. La Parole de Jésus est très actuelle. Jésus se préoccupe de la purification intérieure de notre cœur. Les pharisiens insistent sur les purifications rituelles extérieures. Toutes les purifications extérieures sont relativisées face à l’amour nouveau que Jésus est venu instaurer ! Jésus veut resituer toutes les « purifications. » Il y a un danger à appartenir à une élite qui s’abrite derrière des intérêts religieux puissants. L’Alliance nouvelle de Dieu est gravée dans notre cœur, elle est un don gratuit de Dieu. Elle nous donne la véritable humilité. Elle est plus difficile à exercer que les purifications rituelles extérieures. Il nous faut regarder l’intérieur de notre cœur plutôt que les apparences extérieures de notre vie. L’aumône est le remède qui nous décentre de nous même. Elle nous tourne vers les autres, et nous incite à constater la souffrance de notre prochain en tentant de la soulager.

"Mais le Seigneur lui dit : Gens déraisonnables ! celui qui a fait le dehors n’a–t–il pas fait aussi le dedans ?" 

Jésus nous demande de vivre dans l’amour. Il rappelle au Pharisien qu’une abondance de règles peut jeter la confusion et rendre les hommes aveugles. Une adhésion servile aux règlements peut devenir une idolâtrie si nous l’utilisons comme une méthode de glorification de soi. Les pratiques extérieures d’ablution doivent rejoindre la préparation à l’amour de Dieu et du prochain. Le Pharisien écoutait Jésus avec une vive attention. Le monde a besoin de beaucoup d’amour pour prendre soin des pauvres et de ceux qui souffrent. Jésus nous invite à creuser l’amour de Dieu que nous vivons par la foi en l’enracinant dans notre cœur qui est sa demeure. A l’origine, l’amour de Dieu se donne au cœur de Marie pour le transformer. C’est cet amour qui la purifie dés sa conception. Marie est attirée par Dieu, silencieuse, elle est à son service, toute attentive à Celui qui vit au plus intime de son être. Le Don part du cœur de Dieu et transforme le cœur humain.

« Donnez plutôt en aumônes ce que vous avez, et alors tout sera pur pour vous. » 

Dieu envoie Jésus qui agrandit notre capacité d’amour. Il peut agir à son gré chez nous, comme dans sa demeure. Jésus se donne entièrement quand nous nous donnons entièrement. Ce qui nous rend « impurs, » c’est la « cupidité. » Elle fausse notre regard et nous fait voir en l’autre un rival que nous traitons avec « méchanceté. » Tout ce que nous gardons égoïstement pour nous-mêmes, voilà ce qui nous rend impurs, et nous accuse devant Dieu. Nous faisons don de tout ce que nous recevons de Dieu. A travers lui, nous faisons alliance avec tous nos frères en humanité. En faisant alliance avec Dieu, nous faisons alliance avec le plus petit des enfants des hommes. Marie, qui a porté Jésus à travers le peuple de Dieu, préfigurait l’Église qui annonce le mystère de Dieu. Quand nous célébrons l’Alliance que Dieu établit avec nous par l’Eucharistie, Jésus manifeste son sacrifice, l’amour qu’il désire voir à l’œuvre dans notre vie.

Nous demandons la grâce d’être renouvelés par une ardente charité.

Père Gilbert Adam
9 rue du Lavoir
60350 Trosly-Breuil

​​​​​​​

Print
Repost
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article