Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Bienvenue sur mon site
Une innovation pour mes anciens lecteurs, désormais je traite de divers sujet, en premier La religion judéo chrétienne signé" Monique Emounah", pour ceux qui ne peuvent se déplacer à l'églises quelques soit la raison, et le lieu de leurs résidences ils peuvent suivre les  offices du jour,  la politique (LR) et les infos, la poésie et les arts en général. Mes écrits, signé (Alumacom) également mes promos de mes dernières parutions et quelquefois un rappel pour mes anciens écrits. Merci de votre attention,

Le blog de mim-nanou75.over-blog.com

Bienvenue sur mon site Une innovation pour mes anciens lecteurs, désormais je traite de divers sujet, en premier La religion judéo chrétienne signé" Monique Emounah", pour ceux qui ne peuvent se déplacer à l'églises quelques soit la raison, et le lieu de leurs résidences ils peuvent suivre les offices du jour, la politique (LR) et les infos, la poésie et les arts en général. Mes écrits, signé (Alumacom) également mes promos de mes dernières parutions et quelquefois un rappel pour mes anciens écrits. Merci de votre attention,

Heureux ceux qui écoutent la parole de Dieu et la mettent en pratique

com
ÉVANGILE
« Heureuse la mère qui t’a porté en elle ! – Heureux plutôt ceux qui écoutent la parole de Dieu ! » (Lc 11, 27-28)

Alléluia. Alléluia.
Heureux ceux qui écoutent la parole de Dieu,
et qui la gardent !
Alléluia. (Lc 11, 28)

Évangile de Jésus Christ selon saint Luc

En ce temps-là,
    comme Jésus était en train de parler,
une femme éleva la voix au milieu de la foule
pour lui dire :
« Heureuse la mère qui t’a porté en elle,
et dont les seins t’ont nourri ! »
    Alors Jésus lui déclara :
« Heureux plutôt ceux qui écoutent la parole de Dieu,
et qui la gardent ! »

            – Acclamons la Parole de Dieu.

PAROLES DU SAINT PÈRE

Quelle grâce quand un chrétien devient vraiment un «christo-phore», c’est-à-dire un «porteur de Jésus» dans le monde! En particulier pour ceux qui traversent des situations de deuil, de désespoir, de ténèbres et de haine. Et on comprend cela à tant de petits détails: à la lumière qu’un chrétien conserve dans le regard, à l’air de sérénité qui n’est pas même entamé dans les moments les plus compliqués, à l’envie de recommencer à aimer même quand on a fait l’expérience de nombreuses déceptions.

A l’avenir, quand on écrira l’histoire de notre époque, que dira-t-on de nous? Que nous avons été capables d’espérance, ou bien que nous avons mis notre lumière sous le boisseau?

Si nous sommes fidèles à notre baptême, nous diffuserons la lumière de l’espérance, le baptême est le début de l’espérance, cette espérance de Dieu, et nous pourrons transmettre des raisons de vie aux générations futures. (Audience générale, 2 août 2017)

Qui sont mes frères?

Oui., Dieu est un Père, mais seule la foi nous permet, (et non dans les belles paroles) d'entrer dans le mystère de la vie humaine et d'en accepter l'apparente fatalité destructive : un cancer, un deuil brutal, une fatalité écrasante,.. C'est portant là, au coeur de notre mystère, que Jésus affirme être notre frère

 Ma mère et mes frères
sont ceux qui écoutent la parole de Dieu,
et qui la mettent en pratique. »
 


Méditation de l'Evangile du samedi 10 octobre

Luc nous décrit une scène étonnante. Jésus est rentré dans la maison de son ami Pierre, à Capharnaüm. Ce ne sera guère du repos. Il sait bien qu'annoncer la Bonne Nouvelle est avant tout une affaire de contact. Et revenu à la maison, Il ne s'abandonne pas au confort de son intérieur. La foule le relance aussitôt, et Il ne prend même pas le temps d'avaler une bouchée de pain.

« Et ils viennent à la maison, et la foule s'y assemble de nouveau, de sorte qu'ils ne pouvaient même pas prendre de nourriture, Lui et ses apôtres »

Il se néglige au point de paraître complètement fou aux yeux de sa parenté.

« Et les siens, l'ayant appris, sortirent pour se saisir de Lui. Car on disait : Il est hors de Lui. Et sa mère et ses frères arrivent. Et se tenant dehors, ils l'envoyèrent demander.

Et la foule était assise autour de Lui. Et on lui dit : Voici dehors ta mère et tes frères qui te cherchent »

Ce qui est étonnant de vie, c'est ce double mouvement, et de la foule qui enserre Jésus, et des parents agacés, qui veulent le rejoindre. C'est aussi cette maison de Pierre, si bien décrite, je la vois bondée par une foule qui adore entendre sa Parole. Ils sont tous là, en cercle, autour de Lui, tout ouïe, tout oreille. Je les imagine, tassés comme harengs en caque, dans la petite cour intérieure de la demeure de Pierre, et Jésus qui promène sur eux son regard et leur donne l'étonnante réponse qui bouleverse à jamais les rapports entre Dieu et nous :

« Et répondant, Il dit : Qui est ma mère et qui sont mes frères ? »

Et jetant un regard sur ceux qui étaient en cercle autour de lui, Il dit :

” Voici ma mère et mes frères. Quiconque fait la volonté de Dieu”

Nous sommes un peu choqués à première vue par l'affirmation de Jésus :“Qui est ma mère, qui sont mes frères” ?

“Et, étendant la main vers ses disciples, il dit : ” Voici ma mère et mes frères. Car celui qui fait la volonté de mon Père qui est aux cieux, celui-là est pour moi un frère, une sœur, une mère.”

Nous sommes choqués à cause de la Vierge Marie. Mais, en fait, qui mieux qu'elle a su écouter la Parole de Dieu et la mettre en pratique ! Luc , d'ailleurs, nous apporte une notation précise qui nous rappelle l'Annonciation :

« Ma mère et mes frères sont ceux qui écoutent la parole de Dieu et la mettent en pratique. »

N'est-ce- pas ce qui s'est accompli à la lettre en Marie ? Rappelons-nous le message de l'ange :

Marie dit alors : « Voici la servante du Seigneur; que tout m'advienne selon ta parole. »

Le royaume de Dieu est ainsi offert, non pas simplement aux intimes du Seigneur, mais à tous ceux qui, avec courage, se contente de faire la volonté de Dieu dans le terrible quotidien. Jésus manifeste ici, comme toujours, une entière liberté d'esprit et d'action vis à vis de sa famille terrestre. Ce qui compte pour Lui, c'est de se conduire en Fils de Dieu, en se conformant à la volonté du Père.

Oui, Dieu est un Père, mais seule la foi nous permet, (et non dans les belles paroles) d'entrer dans le mystère de la vie humaine et d'en accepter l'apparente fatalité destructive. Car, que dire devant un cancer, un deuil brutal, une fatalité écrasante, comme la destruction de notre amour humain, conjugal ou familial ? C'est pourtant là, au coeur de notre mystère, que Jésus affirme être notre frère.


Père Gabriel

.

Saint Bernard (1091-1153)

moine cistercien et docteur de l'Église

5e Sermon pour l’Avent 1-3 (Livre des jours – Office romain des lectures ; Le Cerf – Desclée de Brouwer – Desclée – Mame; © AELF Paris 1976; 1er mercredi de l' Avent; p. 14-15, rev.)

« Sa mère gardait fidèlement toutes ces choses en son cœur » (Lc 2,51)

« Si quelqu'un m'aime, il gardera mes paroles, et mon Père l'aimera et nous viendrons à lui » (Jn 14,23). Ailleurs, j'ai lu : « Qui craint Dieu fera le bien » (Si 15,1). Mais je perçois qu'ici Jésus exprime quelque chose de plus en disant de celui qui l'aime : « Il gardera mes paroles ». Mais où les gardera-t-il ? Dans son cœur, sans aucun doute. Comme dit le prophète : « Dans mon cœur je conserve tes ordres pour ne point faillir envers toi » (Ps 118,11). (...)

Voici comment il te faut garder la parole de Dieu : en effet, « Heureux ceux qui la gardent » (Lc 11,28). Qu'on la fasse donc entrer dans ce qu'on peut appeler les entrailles de l'âme ; qu'elle passe dans les mouvements de ton cœur et dans ta conduite. Consomme ce qui est bien, et ton âme y trouvera avec joie de quoi s'y nourrir largement. N'oublie pas de manger ton pain pour ne pas laisser ton cœur se dessécher ; de bonne et grasse nourriture rassasie ton âme . Si de la sorte tu t'es mis à garder en toi la parole de Dieu, sans nul doute qu'elle ne te garde aussi. Le Fils viendra à toi, avec le Père ; il viendra, le grand prophète qui rétablira Jérusalem et « qui fera toutes choses nouvelles » (Ac 3,22; Jl 4,1; Ap 21,5).

Homélie du Père Gilbert Adam

« Heureuse, la mère qui t’a porté dans ses entrailles »

Comme Jésus était en train de parler, une femme éleva la voix au milieu de la foule

Cette femme défend Jésus pris à partie au milieu d’une foule hostile. Elle parle d’une autre femme, Marie, la mère de Jésus, et propose une béatitude supplémentaire. "Heureuse la femme qui t’a porté et allaité !" Elle souligne ainsi le bonheur de Marie. Ce faisant, elle rend indirectement hommage à Jésus son enfant. Jésus réplique en déplaçant la béatitude : Heureux plutôt ceux qui écoutent la parole de Dieu et la mettent en pratique ! » Cette femme est surprise, saisie d’admiration par la réponse de Jésus. Elle magnifie encore plus la mère qui l’a porté. Marie a porté Jésus dans ses entrailles, elle est bienheureuse disait déjà Élisabeth. Marie a en effet le bonheur d’avoir un enfant comme Jésus ! L’émerveillement de cette femme porte sur la maternité qui est profondément enracinée dans la nature humaine. Elle est capable de Dieu et elle le rayonne. Jésus ouvre la route d’une démarche toute intérieure, en lien avec la Parole de Dieu. Si nous acceptons de recevoir la Parole de Dieu, si nous la gardons dans notre vie par la foi, elle la transforme et elle la glorifie.

La femme lui dit : « Heureuse la mère qui t’a porté dans ses entrailles, et qui t’a nourri de son lait ! »

 Jésus opère un déplacement : Ce n’est pas une seule personne qui est heureuse, mais tous ceux qui écoutent la Parole. C’est un bonheur ouvert, sans limite, pour la multitude. Jésus s’intéresse au bonheur de celle qui est en face de lui. Il lui dit que le vrai bonheur est dans l’écoute de la Parole de Dieu. C’est cette écoute qui permet d’accéder à la vie spirituelle, à la vraie vie. Marie a reçu une grâce dans le choix de Dieu, elle l’a accepté : « Heureux plutôt ceux qui entendent la parole de Dieu. » Jésus situe l’événement dans l’ordre de la grâce. Nous sommes remis devant la réalité de Marie, la transformation que la foi a opéré dans sa vie. Marie a reçu la Parole divine : « Le Verbe s’est fait chair ! » La parole de Dieu conduit à Celui qui la prononce : Jésus. Cette Parole vivante de Dieu nous transporte dans l’amour de Dieu. La foi ne s’acquiert pas par nos efforts, nous nous y préparons pour être accordé au Don de Dieu. Jésus révèle le secret de Marie à toute l’humanité. La vie de la grâce est un don gratuit de Dieu. Jésus est donné, il est reçu dans la foi, à chaque instant, pour transformer notre vie.

Alors Jésus lui déclara : « Heureux plutôt ceux qui entendent la parole de Dieu, et qui la gardent ! »

 Jésus opère un déplacement, le bonheur de Dieu se transmet par son Verbe et non par une filiation naturelle. « Entendre » la parole de Dieu, c’est observer la Loi, les commandements. L’observance de la Parole, c’est s’occupez des autres, les aidez à guérir, à trouver de quoi manger, à s’intégrer dans la société. C’est le bonheur de l’amour donné. Vous serez heureux lorsque vous aurez compris que cet amour est le plus important. L’Évangile nous propose de transformer notre vie pour qu’elle devienne une vie de foi, d’espérance et d’Amour. Baptisés dans le Christ, nous sommes capables d’entrevoir ce que nous avons à faire pour être renouvelés avec la force et la lumière que donne la foi. Marie a accueilli la Parole de Dieu avec un cœur profondément croyant. Dans sa foi elle a accueilli Jésus, la Parole de Dieu faite chair. Cette Parole vivante l’a transformée en profondeur. Jésus lui a donné le Saint Esprit, le nouvel Amour.

Nous demandons la grâce de vivre de la Foi pour entrer dans le secret de l’amour infini de Dieu.

Père Gilbert Adam
9 rue du Lavoir
60350 Trosly-Breuil

Print
Repost
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article