Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de mim-nanou75.over-blog.com

Bienvenue sur mon site Une innovation pour mes anciens lecteurs, désormais je traite de divers sujet, en premier La religion judéo chrétienne signé" Monique Emounah", pour ceux qui ne peuvent se déplacer à l'églises quelques soit la raison, et le lieu de leurs résidences ils peuvent suivre les offices du jour, la politique (LR) et les infos, la poésie et les arts en général. Mes écrits, signé (Alumacom) également mes promos de mes dernières parutions et quelquefois un rappel pour mes anciens écrits. Merci de votre attention,

Avertissement: Amen, je vous le dis : je ne vous connais pas.’ Veillez donc, car vous ne savez ni le jour ni l’heure. »M

ÉVANGILE
« Voici l’époux, sortez à sa rencontre » (Mt 25, 1-13)

Alléluia. Alléluia.
Veillez, tenez-vous prêts :
c’est à l’heure où vous n’y pensez pas
que le Fils de l’homme viendra.
Alléluia. (cf. Mt 24, 42a.44)

Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu

    En ce temps-là,
Jésus disait à ses disciples cette parabole :
    « Le royaume des Cieux sera comparable
à dix jeunes filles invitées à des noces,
qui prirent leur lampe
pour sortir à la rencontre de l’époux.
    Cinq d’entre elles étaient insouciantes,
et cinq étaient prévoyantes :
    les insouciantes avaient pris leur lampe sans emporter d’huile,
    tandis que les prévoyantes avaient pris, avec leurs lampes,
des flacons d’huile.
    Comme l’époux tardait,
elles s’assoupirent toutes et s’endormirent.
    Au milieu de la nuit, il y eut un cri :
‘Voici l’époux ! Sortez à sa rencontre.’
    Alors toutes ces jeunes filles se réveillèrent
et se mirent à préparer leur lampe.
    Les insouciantes demandèrent aux prévoyantes :
‘Donnez-nous de votre huile,
car nos lampes s’éteignent.’
    Les prévoyantes leur répondirent :
‘Jamais cela ne suffira pour nous et pour vous,
allez plutôt chez les marchands vous en acheter.’
    Pendant qu’elles allaient en acheter,
l’époux arriva.
Celles qui étaient prêtes entrèrent avec lui dans la salle des noces,
et la porte fut fermée.
    Plus tard, les autres jeunes filles arrivèrent à leur tour et dirent :
‘Seigneur, Seigneur, ouvre-nous !’
    Il leur répondit :
‘Amen, je vous le dis :
je ne vous connais pas.’

    Veillez donc,
car vous ne savez ni le jour ni l’heure. »

    – Acclamons la Parole de Dieu.

La parabole des dix vierges

Veillez et priez, voilà ses conseils et son magnifique programme de dignité morale : paraître devant le Fils de l'homme, debout la lampe à la main . Et cette image de la lampe suggère au Seigneur cette extraordinaire parabole des dix vierges, parabole de la liberté, face à la tendresse de Dieu. En fait, Dieu veut qu'il y ait une intimité très grande entre nous et Lui. Il est l'époux que le cortège des vierges attend.

Méditation de l'Evangile du dimanche 8 novembre

Dans l'introduction de la parabole des dix vierges, les sages et les folles, Jésus nous invite à prier afin d'être prêts au moment de la mort, à l'heure de Dieu, que nous ignorons.

Restez éveillés et priez en tout temps : ainsi vous aurez la force d'échapper à tout ce qui doit arriver, et de vous tenir debout devant le Fils de l'homme.

Veillez et priez, voilà ses conseils et son magnifique programme de dignité morale : paraître devant le Fils de l'homme, debout la lampe à la main . Et cette image de la lampe suggère au Seigneur cette extraordinaire parabole des dix vierges, parabole de la liberté, face à la tendresse de Dieu. En fait, Dieu veut qu'il y ait une intimité très grande entre nous et Lui. Il est l'époux que le cortège des vierges attend.

Jésus nous regarde comme des êtres libres, responsables de notre destin spirituel. L'huile de nos lampes, pour le banquet des noces éternelles, ne vient que de nous et de notre propre initiative.

C'est ce que le Seigneur nous laisse entendre :

Comme l'époux tardait, elles s'assoupirent toutes et s'endormirent. Au milieu de la nuit, il y eut un cri : “Voici l'époux ! Sortez à sa rencontre.

Alors, toutes ces vierges s'éveillèrent et arrangèrent leur lampe. Les imprudentes dirent aux prudentes : “Donnez-nous de votre huile, car nos lampes s'éteignent”.

Les prudentes répondirent : “Jamais cela ne suffira pour nous et pour vous, allez plutôt chez les marchands vous en acheter.”

Notre âme est en attente de Dieu comme une vierge libre, toute orientée vers son époux. Toute notre ardeur de recherche, dans notre nuit terrestre, dirige la lumière de notre espérance et de notre amour vers Dieu, époux de notre âme. Pour Jésus, l'amour est un don personnel, personne ne peut alimenter cette flamme, elle ne brûle que si nous aimons.

Voilà l'époux, allez au devant de Lui. Les vierges folles qui n'ont pas d'amour ne peuvent attendre de secours de leurs compagnes prévoyantes. L'amour n'appartient qu'à celui qui l'a payé du don de lui-même.

Ce n'est pas que les vierges prudentes soient égoïstes, mais l'huile qui brille dans leurs lampes et illumine le chemin qui conduit au Christ, c'est leur amour. C'est leur amour qui ne va qu'à l'époux et ne peut se livrer à un autre.

A nous d'acheter cette huile, nous sommes des êtres debout, libres de notre destin surnaturel.


Père Gabriel

Saint Ambroise
 
(v. 340-397)

évêque de Milan et docteur de l'Église

De la virginité, PL 16, 283-286 (in Chaque jour tu nous parles, t. 3 Pentecôte – fin août; trad. Orval; Éd. Abbaye d'Orval 1974; p. 270-271 rev.)

« Je l'ai saisi, je ne le lâcherai point » (Ct 3, 4)

Toi qui es l'une de ces vierges qui font resplendir d'une lumière spirituelle la grâce même de leur corps, toi que l'on compare très justement à l'Église, toi qui veilles en ta chambre durant la nuit : pense toujours au Christ et espère à tout moment sa venue... Le Christ entre, porte close, et ne peut manquer de venir, puisqu'il a promis sa venue. Embrasse donc celui que tu as cherché ; approche-toi de lui et tu seras illuminée. Retiens-le. Demande-lui de ne pas repartir aussitôt. Prie-le de ne pas s'éloigner. « Rapide court la Parole de Dieu » (Ps 147,15) ; elle ne se laisse pas saisir par ceux qui somnolent ni retenir par les négligents. Que ton âme vienne à sa rencontre. Suis les traces de cette Parole venue du ciel, car elle passe rapidement. (...)

Et comment le Christ est-il saisi ? Non pas par les mailles d'un filet mais par les liens de l'amour. Seules peuvent l'attacher les courroies de l'esprit, seule l'affection du cœur peut le retenir. Si tu veux, toi aussi, retenir le Christ, cherche-le continuellement sans craindre la fatigue. Souvent c'est parmi les supplices et sous la main même des persécuteurs que l'on trouve le mieux le Christ. (...) Quelques instants seulement après avoir échappé aux mains des persécuteurs, et afin que tu ne succombes pas aux puissances du monde, le Christ viendra à ta rencontre et ne permettra pas que ton épreuve se prolonge.

Homélie du Père Gilbert Adam

 

“Voici l’époux ! Sortez à sa rencontre.”

« Alors, le royaume des Cieux sera comparable à dix jeunes filles invitées à des noces, qui prirent leur lampe pour sortir à la rencontre de l’époux. »

 

Cinq d’entre elles étaient insouciantes, et cinq étaient prévoyantes : les insouciantes avaient pris leur lampe sans emporter d’huile, tandis que les prévoyantes avaient pris, avec leurs lampes, des flacons d’huile. Comme l’époux tardait, elles s’assoupirent toutes et s’endormirent. Au milieu de la nuit, il y eut un cri : “Voici l’époux ! Sortez à sa rencontre.” Nous arrivons à la fin de l’année liturgique, un temps qui nous rappelle la fidélité au don reçu. Comment vivre de sa Présence, en l’absence du Seigneur Jésus ? La passion ne cesse d’approcher, elle s’impose à Jésus et à ses disciples. « Jésus parlait à ses disciples de sa venue. » Il faut recentrer l’échange sur les liens d’amour, sur l’intime, sur la suite de la relation entre les disciples, quand Jésus ne sera plus là. En effet, Jésus parle du temps où les disciples devront vivre seuls. La célébration de l’Eucharistie, annonce la rencontre avec l’époux. Notre vie est un grand désir de le rencontrer et d’être uni à lui. Quand nous rencontrerons Jésus au ciel, notre désir de lui apparaitra en grande lumière dans la flamme de notre cœur. Nous célébrerons dans l’ardeur de notre cœur, Jésus, le bien aimé, dont témoigne la lampe constamment allumée de notre cœur. La délicatesse de Jésus nous prévient pour nous préparer à célébrer les noces de l’Agneau. Un grand jour se prépare, notre cœur a besoin d’être préparé pour fêter l’Amour de Dieu qui se donne dans la foi depuis si longtemps.

"Alors toutes ces jeunes filles se réveillèrent et se mirent à préparer leur lampe. 

Les insouciantes demandèrent aux prévoyantes : “Donnez-nous de votre huile, car nos lampes s’éteignent.” Les prévoyantes leur répondirent : “Jamais cela ne suffira pour nous et pour vous, allez plutôt chez les marchands vous en acheter.” Pendant qu’elles allaient en acheter, l’époux arriva. Celles qui étaient prêtes entrèrent avec lui dans la salle des noces, et la porte fut fermée. Jésus met en scène, dans cette parabole du Royaume, l’attitude de la fidélité dans l’attente, qui rendra possible l’accès au Royaume. Il s’agit d’être présent et disponible au moment venu, qui est imprévisible. Ces dix vierges, cinq insensées et cinq prévoyantes, vivront sensiblement la même chose. Mais certaines prendront assez d’huile dès le départ et d’autres rateront le rendez-vous parce qu’elles devront aller chercher l’huile qui leur manque au moment de la venue de l’Epoux. L’huile de nos vies, l’huile que nous ne pouvons nous échanger, c’est la fidélité au cœur de Jésus dans la liberté qui conduit à la vie. C’est le désir de notre cœur pour Jésus. Avec beaucoup de finesse et de délicatesse, Jésus nous demande cette prévoyance. Nourris de son Corps et de son Sang, notre désir est d’aller vers le Père pour célébrer les noces de l’Agneau avec toute l’humanité. Marie, au ciel, rayonne le visage de l’humanité conviée aux noces. Toute sa vie a été prévoyance dans la foi pour courir à la rencontre de Jésus.

"Plus tard, les autres jeunes filles arrivèrent à leur tour et dirent : “Seigneur, Seigneur, ouvre-nous !”

 Il leur répondit : “Amen, je vous le dis : je ne vous connais pas.” Veillez donc, car vous ne savez ni le jour ni l’heure. Jésus nous appelle à une attitude de veille et d’attente qui va informer toute notre vie. Attendre quand l’autre n’est pas là, ne peut se vivre qu’en aimant. Aimer dans l’absence, c’est attendre, c’est accepter le travail de ce manque, savoir que là, mystérieusement, l’amour est présent sous la forme de l’absence. C’est apprendre à le recevoir en se quittant pour creuser en nous cette aptitude à le recevoir lorsqu’il surgira. Là est le secret du temps de laisser grandir l’amour en nous. Être prêts pour accueillir l’époux qui nous introduit aux noces, symbole d’épousailles et de joie. Les vierges sages, même si elles se sont endormies, ont pris soin de garder toujours la flamme de leur cœur allumée. Elles ont veillé à la qualité de leur attente, leur désir est prompt à recevoir celui qui vient. Elles ont mis une garde à leur cœur, la lampe représente cette capacité de rester éveillé tandis que l’huile est l’attitude de la prière qui nourrit le vrai désir. La bonne huile qui alimente notre lampe, c’est notre cœur attentif, mû par l’Esprit Saint. Nous avançons vers le Christ, par lui, avec lui, pour lui et en lui.

Nous demandons la grâce d’entendre la parole et de modeler notre vie dans le Christ pour nous garder vigilants pour sa venue.

Père Gilbert Adam
9 rue du Lavoir
60350 Trosly-Breuil

​​​​​​​
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article