Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Bienvenue sur mon site
Une innovation pour mes anciens lecteurs, désormais je traite de divers sujet, en premier La religion judéo chrétienne signé" Monique Emounah", pour ceux qui ne peuvent se déplacer à l'églises quelques soit la raison, et le lieu de leurs résidences ils peuvent suivre les  offices du jour,  la politique (LR) et les infos, la poésie et les arts en général. Mes écrits, signé (Alumacom) également mes promos de mes dernières parutions et quelquefois un rappel pour mes anciens écrits. Merci de votre attention,

Le blog de mim-nanou75.over-blog.com

Bienvenue sur mon site Une innovation pour mes anciens lecteurs, désormais je traite de divers sujet, en premier La religion judéo chrétienne signé" Monique Emounah", pour ceux qui ne peuvent se déplacer à l'églises quelques soit la raison, et le lieu de leurs résidences ils peuvent suivre les offices du jour, la politique (LR) et les infos, la poésie et les arts en général. Mes écrits, signé (Alumacom) également mes promos de mes dernières parutions et quelquefois un rappel pour mes anciens écrits. Merci de votre attention,

Avons nous suffisamment la foi suffisamment d'humilité? Pour accepter les jugements d'autrui, et attendre celui du Seigneur?

com

ÉVANGILE DU JOUR
Évangile de Jésus Christ selon saint Luc
(Lc 18, 1-8)

En ce temps-là,
Jésus disait à ses disciples une parabole
sur la nécessité pour eux
de toujours prier sans se décourager :
« Il y avait dans une ville
un juge qui ne craignait pas Dieu
et ne respectait pas les hommes.
Dans cette même ville,
il y avait une veuve qui venait lui demander :
“Rends-moi justice contre mon adversaire.”
Longtemps il refusa ;
puis il se dit :
“Même si je ne crains pas Dieu
et ne respecte personne,
comme cette veuve commence à m’ennuyer,
je vais lui rendre justice
pour qu’elle ne vienne plus sans cesse m’assommer.” »

Le Seigneur ajouta :
« Écoutez bien ce que dit ce juge dépourvu de justice !
Et Dieu ne ferait pas justice à ses élus,
qui crient vers lui jour et nuit ?
Les fait-il attendre ?
Je vous le déclare :
bien vite, il leur fera justice.
Cependant, le Fils de l’homme, quand il viendra,
trouvera-t-il la foi sur la terre ? »

Le juge inique
            


Dieu, notre Père,écoute aussi, encore mieux, la voix de ses fils les élus, voix qui monte jour et nuit vers Lui, du fond de leur détresse; et Dieu ne ferait pas justice à ses élus qui crient vers Lui jour et nuit, alors qu'Il se montre patient à leur sujet 

Dieu ne ferait pas justice à ses élus, qui crient vers lui jour et nuit ? Les fait-il attendre ?
Je vous le déclare : bien vite, il leur fera justice. Cependant, le Fils de l'homme, quand il viendra, trouvera-t-il la foi sur la terre ? »


Méditation de l'évangile du samedi 14 novembre


Jésus contait à ses auditeurs “une parabole sur ce qu'il leur fallait toujours prier et ne pas se décourager”

Sans doute parce que, comme pour nous, la réponse de Dieu semble se faire bien attendre !

L'histoire qu'Il nous raconte, pleine d'un humour noir, était justement faite pour insister près d'eux, et près de nous, afin de nous rappeler que notre foi saura forcer ce Père qui nous aime. Le juge inique nous révolte… mais nous rassure. Il cède, agacé, parce qu'il veut être tranquille.

Dieu, notre Père, écoute aussi, encore mieux, la voix de ses fils les élus, voix qui monte jour et nuit vers Lui, du fond de leur détresse; et Dieu ne ferait pas justice à ses élus qui crient vers Lui jour et nuit, alors qu'Il se montre patient à leur sujet ?

“Je vous dis qu'Il leur fera justice promptement. Mais… le Fils de l'homme, quand Il viendra, trouvera-t-Il la foi sur la terre ? “

Oui, Jésus a pénétré votre détresse, Il sait que jour et nuit vous criez vers Lui. Il s'agit bien d'un cri, tant votre souffrance physique ou morale vous lancine, vous poursuit, vous empêche même de dormir !

Tout cela Il le sait, mais Il connaît son Père, Il en est l'Envoyé. Il sait combien sa tendresse a pris en compte l'homme qu'Il rencontre en Lui, dans la faiblesse de sa chair. Il nous demande de vivre dans la foi et de nous souvenir de son amour, malgré la peine.

Jésus insiste sur la foi. Car, pour toujours prier, il faut croire que Dieu est un Père; et qu'Il se souvient de nous comme de ses propres enfants !


Père Gabriel

Vénérable Pie XII
pape de 1939 à 1958

 

Discours du 17 janv. 1943 à des représentants de centres de l'apostolat de la prière en Italie (La prière dans l’enseignement des Papes, vol. 3; Éd. Solesmes, 1981; p. 217.220-221)
« Et Dieu ne ferait pas justice à ses élus, qui crient vers lui jour et nuit ? » (Lc 18,7)

En vous contemplant ici réunis autour de nous, il nous semble faire nôtre en la revivant cette scène grandiose et émouvante que nous présente la Sainte Écriture : nous y voyons, tandis que le peuple de Dieu combat dans la plaine, Moïse, monté sur la cime du Mont Horeb, priant les bras et les mains élevés, image prophétique et inconsciente du grand Médiateur aux mains étendues sur la Croix. Aux côtés du chef en prière, de crainte que les forces ne viennent à lui manquer en cet acte éprouvant d’imploration, voici deux de ses plus fidèles, lui soutenant les bras avec une sollicitude filiale, pleins de foi dans l’efficacité de la prière de leur chef (Ex 17, 8).

            Nous aussi, du haut de cette colline du Vatican, nous assistons à un grand conflit incomparablement plus vaste et plus important que celui-là, conflit vraiment immense, qui met aux prises, les uns avec les autres, les peuples de la terre ; conflit spirituel, qui n’est qu’un épisode de la lutte permanente et intense du mal contre le bien, de Satan contre le Christ. Nous, les mains étendues vers le ciel, nous sentons peser sur nos épaules le poids d’une indicible responsabilité, et une douleur profonde étreindre notre cœur, qui trouve un réconfort en vous, si fidèles à vous tenir tout près de nous, unissant votre prière à la nôtre, vos sacrifices à nos souffrances, vos travaux à nos fatigues. (…)

            La vraie prière du chrétien, enseignée à tous par Jésus, mais qui, à un titre spécial, est la vôtre, est une prière essentiellement apostolique. Elle inclut en elle la sanctification du Nom de Dieu, la venue et l’extension de son Règne, la fidèle adhésion aux dispositions de son amoureuse Providence et à sa volonté rédemptrice et béatifiante ; ainsi que tous les intérêts spirituels  et matériels des hommes, le pain quotidien, le pardon des péchés, l’union fraternelle qui ne connaît ni haine ni rancune, les secours nécessaires pour ne pas succomber à la tentation, la délivrance de tout mal. (...) Immense dans sa brièveté l’oraison dominicale comprend et embrasse l’universalité des besoins du monde ; et tous ces besoins, le Sauveur les prend en considération et les recommande à son Père céleste dans les moindres détails, car chacun lui est particulièrement présent. (…) Tel est votre modèle.

Homélie du Père Gilbert Adam

 

« Le Fils de l’homme, quand il viendra, trouvera-t-il la foi sur terre ? »

3 Jn. 5-8 Ps. 111 Lc. 18, 1-8

Le samedi 14 novembre 2020

"Jésus disait à ses disciples une parabole sur la nécessité pour eux de toujours prier sans se décourager :"

« Il y avait dans une ville un juge qui ne craignait pas Dieu et ne respectait pas les hommes. Dans cette même ville, il y avait une veuve qui venait lui demander : “Rends-moi justice contre mon adversaire.” Jésus promet que la prière tenace obtiendra toujours satisfaction. Notre prière d’intercession trouve dans le cœur de Dieu un Père accueillant, juste et favorable. La constance est la qualité essentielle de celui qui s’engage sur le chemin de la prière. L’Évangile nous donne d’admirer l’insistance de la femme qui vient tourmenter le juge avec force, le remettant devant son devoir. Par là, Jésus souligne l’importance de la persévérance dans la prière. La persévérance naît de la faiblesse et de la pauvreté de notre vie. Pour durer dans la prière, nous nous appuyons sur notre dépendance envers Dieu notre Père, nous avons besoin de sa grâce. Jésus, par les Béatitudes, nous donne d’entrer déjà dans le Royaume de Dieu : "Heureux, vous les pauvres," nous nous retrouvons ainsi dans la vérité de la demande.

« Longtemps le juge refusa, puis il se dit : “Même si je ne crains pas Dieu et ne respecte personne, comme cette veuve commence à m’ennuyer, je vais lui rendre justice pour qu’elle ne vienne plus sans cesse m’assommer.”

Il y a une beauté surprenante dans la foi de cette femme qui va faire basculer le juge du côté de la justice. La motivation de ce juge est "de ne pas avoir la tête cassée !" Dans les "ténèbres" de ce monde, nous pouvons accéder à la lumière à force de persévérance. Quand le Don de Dieu est rejeté, quand la beauté de la personne humaine est bafouée, nous croyons envers et contre tout en l’action de Dieu. La misère de l’humanité, la difficulté que nous avons à croire ne peut pas nous arrêter. Quand notre demande est posée devant Dieu, elle est déjà exaucée ! Nous devons croire autant dans la prière que dans l’exaucement de la prière. "Je vous dis qu’il leur fera prompte justice," dit Jésus. Il y a en chacun de nous un aspect positif, un secret qu’il est possible de rejoindre par une conversion. Nous sommes persévérants dans la prière car Dieu est un Père infiniment bon. Il ne fait pas attendre ses élus, ses bien-aimés. Sans tarder, il nous fera justice. Nous ne cessons pas de prier notre Père des cieux pour l’humanité en ayant foi en Dieu et en ayant confiance dans les hommes !

« Le Seigneur ajouta : « Écoutez bien ce que dit ce juge dépourvu de justice ! »

Et Dieu ne ferait pas justice à ses élus, qui crient vers lui jour et nuit ? Les fait-il attendre ? Je vous le déclare : bien vite, il leur fera justice. Cependant, le Fils de l’homme, quand il viendra, trouvera-t-il la foi sur la terre ? » La pauvreté de cœur est la condition de la prière persévérante et le fruit spirituel de cette persévérance. Celui qui sait garder la pauvreté et l’humilité de cœur sait accueillir ce que Jésus souhaite lui donner, et la manière dont il va le lui donner. Si nous reconnaissons nos manques et nos besoins, Dieu comblera ces manques et ces besoins. Prier, comme aimer, est une ouverture de soi et un don de soi pour recevoir de l’autre. « Quand Jésus viendra, trouvera-t-il la foi sur la terre ? » L’attitude du priant est l’attente et la persévérance pour sauver la foi dans notre cœur. Les promesses de Jésus, sont le roc de notre attente dans la présence de l’Esprit Saint. C’est en veillant sans nous lasser que nous nous disposons à la rencontre avec Jésus. Le pauvre de cœur sait qu’il peut formuler toutes ses demandes. Il a sur lui un regard d’Amour beaucoup plus grand que lui. Nous reconnaissons que nous dépendons fondamentalement de Dieu dans notre vie, il en est l’origine et le terme.

Nous demandons à Dieu la grâce de la prière, confiants dans ce Père des cieux.

Père Gilbert Adam
9 rue du Lavoir
60350 Trosly-Breuil

 

Print
Repost
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article