Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Bienvenue sur mon site
Une innovation pour mes anciens lecteurs, désormais je traite de divers sujet, en premier La religion judéo chrétienne signé" Monique Emounah", pour ceux qui ne peuvent se déplacer à l'églises quelques soit la raison, et le lieu de leurs résidences ils peuvent suivre les  offices du jour,  la politique (LR) et les infos, la poésie et les arts en général. Mes écrits, signé (Alumacom) également mes promos de mes dernières parutions et quelquefois un rappel pour mes anciens écrits. Merci de votre attention,

Le blog de mim-nanou75.over-blog.com

Bienvenue sur mon site Une innovation pour mes anciens lecteurs, désormais je traite de divers sujet, en premier La religion judéo chrétienne signé" Monique Emounah", pour ceux qui ne peuvent se déplacer à l'églises quelques soit la raison, et le lieu de leurs résidences ils peuvent suivre les offices du jour, la politique (LR) et les infos, la poésie et les arts en général. Mes écrits, signé (Alumacom) également mes promos de mes dernières parutions et quelquefois un rappel pour mes anciens écrits. Merci de votre attention,

Bonne fête aux Elisabeth et aux très Saintes Âmes du 17 Novembre

com
SAINT DU JOUR
banner santi.jpg
Date 17 novembre

Le Saint du Jour est une liste quotidienne des Saints gardés dans la mémoire de l'Église. Les histoires des maîtres de la vie chrétienne de tous les temps qui comme des phares radieux orientent notre chemin.

SAINTE ÉLISABETH DE HONGRIE

 TERTIAIRE FRANCISCAINE
Sainte Élisabeth de Hongrie, Pietro Nelli
Lorsqu’elle meurt à 24 ans, en 1231, Elizabeth est déjà renommée «Sainte» pour beaucoup. Epouse à 14 ans, veuve à 20, elle choisit la pauvreté franciscaine du Tiers Ordre. Visite et assiste les malades, même répugnants, ne faisant pas cas de son rang de souveraine du trône de Hongrie.

Élisabeth, fille d'André II, roi de Hongrie, connut toutes les joies et toutes les grandeurs, mais aussi toutes les épreuves de la vie, et Dieu a donné en elle un modèle accompli aux enfants, aux jeunes filles, aux épouses, aux mères, aux veuves et aux religieuses, aux riches et aux pauvres. Après une enfance tout angélique, elle fut fiancée au jeune prince Louis de Thuringe. Dès lors Élisabeth donnait tout ce qu'elle avait aux pauvres. Sa piété, son amour de Dieu la poussait au sacrifice.

Les deux jeunes époux, unis par la foi encore plus que par la tendresse, eurent toujours Dieu comme lien de leur affection. Louis était un prince éminent par ses vertus et sa sagesse. La dévotion d'Élisabeth n'était ni triste, ni exagérée ; on ne la voyait jamais qu'avec un visage doux et aimable.

Elle aimait à porter aux pauvres de l'argent et des provisions. Un jour qu'elle portait dans son manteau du pain, de la viande, des œufs et autres mets destinés aux malheureux, elle se trouva tout à coup en face de son mari : « Voyons ce que vous portez » dit-il ; et en même temps il ouvre le manteau ; mais il n'y avait plus que des roses blanches et rouges, bien qu'on ne fût pas à la saison des fleurs.

Quelle douleur pour Élisabeth, quand son mari partit pour la croisade ! Elle souffrit avec courage cette séparation qui devait être définitive. Élisabeth restait veuve avec trois enfants. Alors commença sa vie d'épreuves. Chassée du château, réduite à la pauvreté la plus entière, méprisée, elle sut se complaire en ses souffrances.

Elle meurt à Marbourg le 17 novembre 1231, à l'âge de 24 ans, sous l'habit du tiers ordre de saint François.

Élisabeth de Hongrie a été canonisée à Péruse le 27 mai 1235 par le pape Gregorio IX (Ugolino dei Conti di Segni, 1227-1241) ; la mémoire liturgique, fixée, à l'origine, au 19 novembre, fut déplacée, en 1969, au 17 novembre, son  “dies natalis”. Mais en Hongrie sa fête est toujours célébrée le 19 novembre.

 

Pour appr

Saint Grégoire le Thaumaturge

Évêque
(† 270)

Saint Grégoire le Thaumaturge
Saint Grégoire le Thaumaturge

Saint Grégoire opéra tant de prodiges, que, de son vivant, il fut appelé le Thaumaturge, c'est-à-dire faiseur de miracles. Né de parents nobles et riches, mais païens, dès son enfance il eut le sentiment de la vérité du christianisme. L'enseignement du grand Origène le confirma dans cette pensée; il reçut le Baptême: "Servez-vous, lui écrivit son Maître, des talents que Dieu vous a donnés pour la défense de la religion du Christ, et pour cela, ayez surtout soin de joindre la prière à l'étude."

Grégoire eût pu occuper les plus hautes places; il préféra vendre tous ses biens, en donner le prix aux pauvres et se retirer dans la solitude pour y converser seul à seul avec Dieu. Il dut bientôt accepter le fardeau de l'épiscopat; sa science et ses miracles lui donnèrent une influence étonnante sur les peuples. Grégoire était un homme doué de l'esprit des Apôtres et des Prophètes.

Toute sa conduite, dit saint Basile, portait l'empreinte de la perfection évangélique. Jamais il ne priait que la tête découverte; il parlait avec simplicité et modestie; il avait en horreur le mensonge, l'habileté et tous les détours qui ne s'accordent point avec l'exacte vérité. Il ne pouvait supporter ce qui blesse la douceur et la charité. Il mourut ne laissant que dix-sept idolâtres où il avait trouvé dix-sept chrétiens.

Abbé L. Jaud, Vie des Saints pour tous les jours de l'année, Tours, Mame, 1950

Bx Josaphat (Joseph) Kocylovskyj


Évêque de Premeshyl et martyr

(*Pakoszówka (Pologne), 3 mars 1876 - † Capaivca, Kiev, 17 novembre 1947)

Josaphat Kocylovskyj naît le 3 mars 1876 dans le village de Pakoszówka, dansle district de Lemkov.
Il obtint sa licence en théologie à Rome en 1907, et fut ordonné prêtre en octobre de la même année. Il devint alors vice recteur et professeur de théologie au séminaire de Stanislavov (Ivano-Frankivsk).
En 1911, il entra au noviciat de l'ordre basilien.
En 1917, il devint évêque de Premeshyl. Il fut emprisonné en 1945 par les autorités polonaises et mourut dans une prison de Kiev le 17 novembre 1947.

Josaphat (Joseph) Kocylovskyj fait partie d’un groupe de « vingt-cinq martyrs d'Ukraine (1919-1973)», victimes de la persécution religieuse menée par la République socialiste soviétique d'Ukraine à l'encontre de l'Église catholique, et notamment à l'encontre de la communauté grecque-catholique ruthène, béatifié par Saint Jean-Paul II (Karol Józef  Wojtyła, 1978-2005) le 27 juin 2001 à Lviv (Ukraine), lors de la célébration de la divine liturgie catholique en rite byzantin

 

Fêtes des Saintes Âmes du Jour


Saints Aciscle et Victoire  martyrs à Cordoue (IVe siècle)
Saint Aignan d'Orléans  évêque d'Orléans (✝ v. 453)
Saint Alphonse Rodriguez  martyr au Paraguay (✝ 1628)
Saint Florin  prêtre (✝ v. 856)
Saint Gennade  patriarche de Constantinople (✝ v. 471)
Sainte Gertrude  (✝ 1301)
Saint Gobron  (✝ 920)
Saint Grégoire de Tours  Evêque (✝ 595)
Saint Grégoire le Thaumaturge  Evêque de Néocésarée (✝ v. 270)
Sainte Hilda  Abbesse en Angleterre (✝ 680)
Saint Hugues  abbé (XIIe siècle)
Saint Hugues d'Avalon  Hugues de Lincoln, évêque de Lincoln (✝ 1200)
Saint Jean de Castillo  Jésuite au Paraguay et martyr (✝ 1628)
Bx Josaphat Kocylovskyj  évêque de Peremyšl (Pologne) et martyr (✝ 1947)
Sts Jourdain et Thomas  prêtres de l'Ordre des Prêcheurs et martyrs (✝ 1637)
Saint Lazare l'Iconographe  moine en Arménie (✝ v. 867)
Saint Longin  Père du Désert en Egypte (IVe siècle)
Bienheureux Loup-Sébastien Hunot  prêtre de Sens et martyr (✝ 1794)
Saint Namase  évêque de Vienne (✝ 569)
Bx Nicolas d'Arménie  Martyr de l'Ordre de saint Dominique (✝ 1601)
Saint Nicon de Radonège  Higoumène (✝ 1420)
Sainte Salomée  Religieuse clarisse (✝ 1268)
Saints Zachée et Alphée  martyrs à Césarée en Palestine (✝ 303)

Print
Repost
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article