Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Bienvenue sur mon site
Une innovation pour mes anciens lecteurs, désormais je traite de divers sujet, en premier La religion judéo chrétienne signé" Monique Emounah", pour ceux qui ne peuvent se déplacer à l'églises quelques soit la raison, et le lieu de leurs résidences ils peuvent suivre les  offices du jour,  la politique (LR) et les infos, la poésie et les arts en général. Mes écrits, signé (Alumacom) également mes promos de mes dernières parutions et quelquefois un rappel pour mes anciens écrits. Merci de votre attention,

Le blog de mim-nanou75.over-blog.com

Bienvenue sur mon site Une innovation pour mes anciens lecteurs, désormais je traite de divers sujet, en premier La religion judéo chrétienne signé" Monique Emounah", pour ceux qui ne peuvent se déplacer à l'églises quelques soit la raison, et le lieu de leurs résidences ils peuvent suivre les offices du jour, la politique (LR) et les infos, la poésie et les arts en général. Mes écrits, signé (Alumacom) également mes promos de mes dernières parutions et quelquefois un rappel pour mes anciens écrits. Merci de votre attention,

Citations et Mots d'Histoire

com
Citations et Mots d'Histoire

Antiquité

Lucius Accius    (-170 - -86)

« Qu'ils me haïssent pourvu qu'ils me craignent. »
Source: Fragments

Fils d'un affranchi et auteur de tragédies aujourd'hui perdues, Lucius Accius met ces paroles dans la bouche d'Atrée, roi légendaire de Mycènes, père d'Agamemnon et grand-père d'Oreste.

Alexandre le Grand    (356 av. J.-C. - 323 av. J.-C.)

« - J'accepterais si j'étais Alexandre
- Moi aussi,... si j'étais Parménion »

 

Après sa victoire à Issos sur le roi des Perses, Alexandre III, fils de Philippe II de Macédoine, reçoit de son ennemi des propositions de paix.

Son vieux général Parménion lui fait valoir l'avantage de la paix mais le succès donne des ailes au conquérant. Alexandre ne veut plus rien d'autre que l'élimination du puissant empire perse.

Il commence à prendre la mesure de son prodigieux destin. D'où cet étonnant dialogue entre le général et le Conquérant.

 

 

Akhénaton (Amenhotep IV)    (règne : 1379 - 1362 avant JC)

« Que ton aurore est belle à l'horizon du ciel, O Aton vivant, initiateur de la vie! »

Aménophis IV est un pharaon égyptien de la XVIIIe dynastie (Nouvel Empire). Il gouverne aux côtés de sa femme Nefertiti, dont quelques portraits nous ont conservé la beauté.

Il entre en rébellion contre le puissant clergé d'Amon et tente d'imposer le culte d'un dieu unique, Aton. Lui-même prend le nom d'Akhenaton («Splendeur d'Aton») et fonde une éphémère capitale seulement connue sous son nom arabe, El Amarna. Dans cette ville, des temples à ciel ouvert permettent d'adorer le disque solaire (Aton lui-même).

Le culte d'Aton ne survivra pas à son fondateur, lequel nous a légué ce très beau poème mystique, reproduit par l'archéologue James Henry Breasted (1865-1935) :

« Que ton aurore est belle à l'horizon du ciel,
O Aton vivant, initiateur de la vie!
Lorsque tu te lèves à l'Orient,
Tu remplis l'univers de ta beauté.
Tu es beau, grand, éclatant, haut au-dessus de la terre,
Tes rayons embrassent la terre et tout ce que tu as créé.
Tu es Ré et tu les tiens tous captifs,
Tu les unis tous par ton amour
Quoique tu sois loin, tes rayons sont sur la terre.
Quoique tu sois haut, les traces de tes pas sont le jour. »

 

 

Print
Repost
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article