Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Bienvenue sur mon site
Une innovation pour mes anciens lecteurs, désormais je traite de divers sujet, en premier La religion judéo chrétienne signé" Monique Emounah", pour ceux qui ne peuvent se déplacer à l'églises quelques soit la raison, et le lieu de leurs résidences ils peuvent suivre les  offices du jour,  la politique (LR) et les infos, la poésie et les arts en général. Mes écrits, signé (Alumacom) également mes promos de mes dernières parutions et quelquefois un rappel pour mes anciens écrits. Merci de votre attention,

Le blog de mim-nanou75.over-blog.com

Bienvenue sur mon site Une innovation pour mes anciens lecteurs, désormais je traite de divers sujet, en premier La religion judéo chrétienne signé" Monique Emounah", pour ceux qui ne peuvent se déplacer à l'églises quelques soit la raison, et le lieu de leurs résidences ils peuvent suivre les offices du jour, la politique (LR) et les infos, la poésie et les arts en général. Mes écrits, signé (Alumacom) également mes promos de mes dernières parutions et quelquefois un rappel pour mes anciens écrits. Merci de votre attention,

Là où est Jésus, il n’y a pas de place pour la mondanité, ni pour la corruption, tout est simple et amour franc

com
PAROLE DU JOUR
banner parola.jpg
Date20/11/2020

LECTURE DU JOUR

Lecture de l'Apocalypse de saint Jean
(Ap 10, 8-11)

Moi, Jean,
la voix que j’avais entendue, venant du ciel,
me parla de nouveau et me dit :
« Va prendre le livre ouvert
dans la main de l’ange
qui se tient debout sur la mer et sur la terre. »
Je m’avançai vers l’ange
pour lui demander de me donner le petit livre.
Il me dit :
« Prends, et dévore-le ;
il remplira tes entrailles d’amertume,
mais dans ta bouche il sera doux comme le miel. »
Je pris le petit livre de la main de l’ange,
et je le dévorai.
Dans ma bouche il était doux comme le miel,
mais, quand je l’eus mangé,
il remplit mes entrailles d’amertume.
Alors on me dit :
« Il te faut de nouveau prophétiser
sur un grand nombre de peuples,
de nations, de langues et de rois. »

ÉVANGILE DU JOUR

Évangile de Jésus Christ selon saint Luc
(Lc 19, 45-48)

En ce temps-là,
entré dans le Temple,
Jésus se mit à en expulser les vendeurs.
Il leur déclarait :
« Il est écrit :
Ma maison sera une maison de prière.
Or vous, vous en avez fait une caverne de bandits. »
Et il était chaque jour dans le Temple pour enseigner.
Les grands prêtres et les scribes, ainsi que les notables,
cherchaient à le faire mourir,
mais ils ne trouvaient pas ce qu’ils pourraient faire ;
en effet, le peuple tout entier,
suspendu à ses lèvres, l’écoutait.

PAROLES DU SAINT PÈRE

Jésus ne chasse pas du Temple les prêtres, les scribes ; il chasse ceux qui faisaient des affaires, les affairistes du Temple. L’Évangile est très fort. Il dit : “les chefs des prêtres, les scribes et les chefs du peuple cherchaient à faire mourir Jésus. Mais ils ne savaient que faire parce que tout le peuple était suspendu à ses lèvres, à l’écouter”. La force de Jésus était sa parole, son témoignage, son amour.  Et là où est Jésus, il n’y a pas de place pour la mondanité, il n’y a pas de place pour la corruption ! (Homélie Sainte Marthe, 20 novembre 2015)

Le courage de Jésus face au pouvoir

« Et Jésus enseignait chaque jour dans le Temple. Or les grands prêtres et les scribes cherchaient à Le faire périr, ainsi que les premiers du peuple. Et ils ne savaient comment faire ; car tout le peuple était suspendu à sa personne en L'écoutant. » Les princes des prêtres et les chefs du peuple sentent l'admiration portée à Jésus si forte qu'ils s'interdisent d'agir en public contre Lui. Car les gens sont tout ouïe, tout oreille devant Lui.

Méditation de l'évangile du vendredi 20 novembre

Évangile de Jésus Christ selon saint Luc 19,45-48.

 

Jésus enseigne au risque d'y perdre la vie. Tout le pouvoir, grands prêtres, scribes et premiers du peuple, enragent de le voir ainsi enseigner. On est au Lundi saint.

« Et Jésus enseignait chaque jour dans le Temple. Or les grands prêtres et les scribes cherchaient à Le faire périr, ainsi que les premiers du peuple. Et ils ne savaient comment faire ; car tout le peuple était suspendu à sa personne en L'écoutant. »

Les princes des prêtres et les chefs du peuple sentent l'admiration portée à Jésus si forte qu'ils s'interdisent d'agir en public contre Lui. Car les gens sont tout ouïe, tout oreille devant Lui.

Le texte de Marc souligne lui aussi l'affolement des Grands :

« Jésus et ses apôtres viennent à Jérusalem. Et cela parvint aux oreilles des grands prêtres et des scribes. Et ils cherchaient comment ils Le feraient périr. Car ils avaient peur de Lui, parce que toute la foule était ravie de son enseignement. »

Pris de panique devant une influence qui risque, pensent-ils, de nuire à leur propre pouvoir, les grands prêtres et les scribes choisissent de supprimer Jésus.

Notre liberté peut choisir le bien ou le mal ; même pour protéger son Fils, Dieu ne l'entravera pas.

C'est l'amour du pouvoir, la fièvre pernicieuse du pouvoir, qui conduira au crime les ennemis de Jésus. Cette fièvre du pouvoir se retrouve en nous tous, à tous les échelons de la société, et elle pervertit beaucoup de nos actions. Elles seraient menées, soi-disant, pour le bien public !…


Père Gabriel

 

Le Missel Romain


Préface pour la fête de la dédicace d'une église (Missel Romain, impression août 2014, dépôt légal février 2001, Desclée-Mame)


« Ma maison sera une maison de prière »
Vraiment, il est juste et bon de te rendre gloire, 
de t'offrir notre action de grâce, toujours et en tout lieu, 
à toi, Père très saint, Dieu éternel et tout-puissant, 
par le Christ, notre Seigneur.

Dans cette maison que tu nous as donnée, 
où tu accueilles le peuple qui marche vers toi, 
tu nous offres un signe merveilleux de ton alliance : 
Ici, tu construis pour ta gloire 
le temple vivant que nous sommes ; 
Ici, tu édifies l'Église, ton Église universelle, 
pour que se constitue le Corps du Christ ; 
et cette œuvre s'achèvera en vision de bonheur 
dans la Jérusalem céleste.

C'est pourquoi, avec la foule immense des saints, 
en ce lieu que tu as consacré, 
nous te bénissons, nous te glorifions, 
et nous te rendons grâce en chantant : « Saint ! Saint ! Saint, le Seigneur, Dieu de l'univers. »

Homélie du Père Gilbert Adam

« Il est écrit : Ma maison sera une maison de prière. Or vous, vous en avez fait une caverne de bandits. »

 Luc. 19, 45-48

"Entré dans le Temple, Jésus se mit à en expulser les vendeurs. Il leur déclarait : « Il est écrit : Ma maison sera une maison de prière. Or vous, vous en avez fait une caverne de bandits. »

Chaque communauté est appelée à devenir le lieu du Règne de Dieu. C’est l’endroit où Dieu œuvre pour l’unité et le salut de l’humanité. Le lieu d’où montent louanges et sacrifices « pour la gloire de Dieu et le salut du monde. » Le projet de Dieu oriente encore aujourd’hui notre vécu communautaire. Notre maison est, et doit devenir la maison de prière du Seigneur. Au lieu du règne du Dieu vivant qui donne la vie, la paix, l’amour, le bonheur, Jésus s’aperçoit que ce ne sont que des querelles et de la violence. Jésus va purifier le temple par sa croix ! Il va prendre sur lui la peur de la mort, la peur de la souffrance, la peur de ne pas exister. Dans sa passion, il traversera ces peurs par la victoire de son Amour infini. Les notables, les chefs des scribes, ceux qui ont le pouvoir, cherchent à le faire mourir. Jésus sera crucifié parce que les notables, les chefs des scribes, ceux qui ont le pouvoir n’aiment pas être dérangés de la sorte. Nous voulons continuer un chemin de Paix envers et contre tout, annoncer ce message d’amour. Le rassemblement universel dans l’unique Corps du Christ, c’est chacune de nos communautés, à partir des pierres vivantes que nous sommes. Le Corps du Christ grandit en un temple saint, dans le Seigneur.

« Et il était chaque jour dans le Temple pour enseigner. Les grands prêtres et les scribes, ainsi que les notables, cherchaient à le faire mourir, mais ils ne trouvaient pas ce qu’ils pourraient faire. »

Jésus, le temple du Dieu vivant, vient dans sa maison de prière, le temple de Jérusalem, et il y trouve une caverne de bandits. Il porte en lui l’ardeur du Père. Le menteur, le prince de ce monde, l’ennemi de la nature humaine a tout transformé. Il ne reste qu’un affreux marchandage. Jésus, le Verbe de Dieu, la parole vivante de Dieu est le reflet du Père, l’expression de sa vie, de son amour infini. Fils de Marie, il est celui qui a pris chair dans notre chair humaine pour que Dieu puisse vivre dans la chair humaine. Il est le temple parfait de Dieu, le lieu de son habitation sur la terre. Le projet de Dieu est merveilleux, il est annoncé au peuple par le prophète au retour de l’Exil. « Je les conduirai à ma montagne sainte, je les réjouirai dans ma maison de prière. » C’est pour tous les peuples l’engagement de Dieu dans la nouvelle alliance. Le temple de Dieu n’est pas fait de main d’hommes, c’est le Corps du Christ ressuscité qui est en effet pour tous les hommes. C’est dans le Christ que tous les hommes rencontrent Dieu. C’est par Jésus que montent vers Dieu toutes les prières et toutes les offrandes.

« en effet, le peuple tout entier, suspendu à ses lèvres, l’écoutait. »

Le message de douceur et d’amour de Jésus brise toutes les barrières. Le Peuple reconnait son Sauveur. Nourri par lui, avec son amour et sa force, il avance vers la lumière. Le désir et la promesse de Dieu réveillent la communauté. Ils sollicitent chaque cœur d’une manière personnelle et irremplaçable. Chacun pour sa part, chacun en son corps et en son cœur est et devient la maison de prière du Dieu de miséricorde. Méditant jour et nuit la loi du Seigneur et veillant dans la prière, chacun est uni à la prière du Christ. Le Fils de Dieu, exerce au nom de tous les hommes la fonction orante de l’Église épouse. La question que Jésus nous pose à travers cette page d’Évangile entre en résonance avec son premier appel dans le désert. C’est une question qui nous tient éveillés dans notre foi. Elle nous ramène avec douceur au grand silence intérieur. « Par lui, avec lui et en lui, tout honneur et toute gloire » sont rendus au Père tout-puissant, dans l’unité de l’Esprit, par les hommes de toute langue, de tout peuple et de toute culture.

Nous demandons la grâce d’avancer sur le chemin de la construction du Royaume de Dieu.

 

Père Gilbert Adam
9 rue du Lavoir
60350 Trosly-Breuil

Print
Repost
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article