Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Bienvenue sur mon site
Une innovation pour mes anciens lecteurs, désormais je traite de divers sujet, en premier La religion judéo chrétienne signé" Monique Emounah", pour ceux qui ne peuvent se déplacer à l'églises quelques soit la raison, et le lieu de leurs résidences ils peuvent suivre les  offices du jour,  la politique (LR) et les infos, la poésie et les arts en général. Mes écrits, signé (Alumacom) également mes promos de mes dernières parutions et quelquefois un rappel pour mes anciens écrits. Merci de votre attention,

Le blog de mim-nanou75.over-blog.com

Bienvenue sur mon site Une innovation pour mes anciens lecteurs, désormais je traite de divers sujet, en premier La religion judéo chrétienne signé" Monique Emounah", pour ceux qui ne peuvent se déplacer à l'églises quelques soit la raison, et le lieu de leurs résidences ils peuvent suivre les offices du jour, la politique (LR) et les infos, la poésie et les arts en général. Mes écrits, signé (Alumacom) également mes promos de mes dernières parutions et quelquefois un rappel pour mes anciens écrits. Merci de votre attention,

Bonne fête aux Pierre et aux très Saintes âmes du 21 décembre

com
SAINT DU JOUR
banner santi.jpg
Date 21 décembre

Le Saint du Jour est une liste quotidienne des Saints gardés dans la mémoire de l'Église. Les histoires des maîtres de la vie chrétienne de tous les temps qui comme des phares radieux orientent notre chemin.

SAINT PIERRE CANISIUS,

 

PRÊTRE JÉSUITE ET DOCTEUR DE L’ÉGLISE

Saint Pierre Canisius

Premier jésuite hollandais, saint Pierre Canisius, a vécu au XVI è siècle , il est vénéré comme deuxième Apôtre de l’Allemagne après saint Boniface. Ecrivain fécond, il a été un des artisans du renouvellement spirituel de l’Eglise catholique après le Concile de Trente.

La somnolence des bons

«Voyez , Pierre dort, et Judas est éveillé». Ces paroles de Pierre Kanijs sont citées par le pape Benoît XVI au début du Carême 2011, et définies «un grand cri d’angoisse dans son moment historique», destinées à secouer «la somnolence des bons».
Il était né en 1521 à Nimègue, un village hollandais qui se trouvait alors dans le duché allemand de Gueldre , donc dans le Saint Empire Romain.
« Tu connais , Seigneur, en quelles manières et combien de fois en ce même jour tu m’as confié la Germanie de laquelle j’aurais ensuite continué d’ être soucieux et, pour laquelle j’aurais désiré vivre et mourir».
Il entra dans la Compagnie de Jésus en 1543, après avoir fait les Exercices spirituels sous la direction de Pierre Favre, et participa au Concile de Trente en 1547 et en 1562, appelé expressément par l’évêque d’Augsbourg, le cardinal Otto Truchness Von Walbourg. C’est à cette occasion qu’ il commença à utiliser la forme latine de son nom.
Dans l’esprit de la Réforme catholique promue par le Concile Tridentin, sa principale mission fut le réveil des racines spirituelles des fidèles individuellement et du corps tout entier de l’Eglise.

Le tour de l’Europe

Après un bref temps à Rome et à Messine, il fut envoyé au duché de Bavière, où il fut successivement doyen, recteur et vice-chancelier de l’université d’Ingolstadt. Puis à Vienne , où il fut administrateur du diocèse, et prédicateur très populaire à la cathédrale de Saint Etienne, en se consacrant aussi au ministère pastoral dans les hôpitaux et les prisons. En 1556 il fut nommé premier Supérieur Provincial des Jésuites de Haute-Allemagne. Il créa dans les pays germaniques un réseau de communautés et collèges jésuites, toujours dans l’esprit de soutien à la réforme catholique; avec le même objectif, il participa à d’ importantes négociations, en qualité de représentant officiel de l’Eglise.
«Dans son amour providentiel, écrit saint Jean-Paul II dans sa lettre aux évêques allemands à l’occasion du IV centenaire de sa mort, Dieu fit de saint Pierre Canisius son propre ambassadeur en une période où la voix de l’annonce de la foi catholique dans les pays de langue allemande risquait de se taire»

«Ambassadeur de la prédication de la foi catholique»

Saint Pierre Canisius passa une bonne partie de sa vie au contact avec les personnes les plus socialement importantes de son temps, et ceci eut une influence spéciale dans ses écrits. Il fut éditeur des œuvres complètes de saint Cyrille d’Alexandrie et de Léon le Grand, des Lettres de saint Jérôme, et des Oraisons de saint Nicolas de Fluë. Il publia des livres de dévotion en diverses langues, les biographies de certains saints suisses et de nombreux textes d’homilétique. Mais ses écrits les plus diffusés sont les trois catéchismes composés entre 1555 et 1558. Le premier catéchisme était destiné aux étudiants en mesure de comprendre des notions élémentaires de théologies; le deuxième aux enfants du peuple pour une première instruction religieuse; le troisième aux enfants avec un niveau de formation scolaire des écoles secondaires et supérieures. La doctrine catholique était exposée avec la méthode de demandes - réponses, brièvement , avec des termes bibliques , et beaucoup de clarté sans allusions polémiques. De son vivant il y eut deux cents éditions de ce catéchisme. Son activité en faveur de la Réforme catholique, argumentée de manière affable et courtoise , rencontra pleinement la faveur soit de l’empereur Ferdinand I que de Grégoire XIII: il n’aimait pas tant souligner hérésies ou erreurs dans la doctrine que mettre en relief les aspects de nouveauté pérenne de doctrine catholique . Dans ces dernières années il fonda en 1580 à Fribourg, en Suisse, le collège Sankt Michael , qui fut ensuite transféré à Feldkirch , et enfin à St Blasien dans la Forêt Noire. A sa mort , le 21 décembre 1597, il fut enseveli dans l’église universitaire Sankt Michael de Fribourg.

  

21 Décembre
  3 Juillet
Saint Thomas

Apôtre
(Ier siècle)

Saint Thomas
Saint ThomasO.D.M. pinxit

Saint Thomas était probablement originaire d'une pauvre famille de Galilée. Il était dépourvu de connaissances humaines, mais d'un esprit réfléchi et d'une volonté ferme jusqu'à l'obstination; d'autre part, il avait du coeur et du dévouement. Ces deux caractères de sa physionomie paraissent en deux paroles que l'Évangile cite de lui. Peu avant Sa Passion, Jésus veut retourner en Judée; les Apôtres Lui rappellent les menaces de Ses ennemis. Thomas seul s'écrie: "Eh bien! Allons et mourons avec lui!" Voilà le dévouement du coeur de l'Apôtre.

Après Sa résurrection, le Sauveur était apparu à plusieurs de Ses disciples, en l'absence de Thomas. Quand, à son retour, on lui raconta cette apparition, il fut si étonné d'une telle merveille, qu'il en douta et dit vivement: "Je ne le croirai pas avant d'avoir mis mes doigts dans Ses plaies." Voilà le second caractère de Thomas, esprit trop raisonneur. Mais son premier mouvement d'hésitation, en chose si grave, ne fut pas un crime et le bon Sauveur répondit à son défi. Que fit alors Thomas? Nous le savons; un cri du coeur s'échappa de ses lèvres: "Mon Seigneur et mon Dieu!" Dieu permit l'hésitation de cet Apôtre pour donner aux esprits difficiles une preuve de plus en faveur de la résurrection de Jésus-Christ. Saint Augustin attribue à saint Thomas, parmi les douze articles du Symbole, celui qui concerna la Résurrection.

Quand les Apôtres se partagèrent le monde, les pays des Parthes et des Perses et les Indes furent le vaste lot de son apostolat. La tradition prétend qu'il rencontra les mages, les premiers adorateurs de Jésus parmi les Gentils, qu'il les instruisit, leur donna le Baptême et les associa à son ministère. Partout, sur son passage, l'Apôtre établissait des chrétientés, ordonnait des prêtres, consacrait des évêques.

Quand au XIVe siècle, les Européens s'emparèrent des Indes orientales, ils trouvèrent dans les traditions des peuples de ce vaste pays des souvenirs chrétiens, et en particulier celui de saint Thomas. Un miracle de l'Apôtre, traînant avec un faible lien une poutre énorme que les éléphants n'avaient pu remuer, fut l'occasion d'innombrables conversions. Cependant les prêtres des faux dieux, jaloux de tant de succès, jurèrent la mort de l'Apôtre; il fut percé d'une lance devant une Croix où il priait.

Abbé L. Jaud, Vie des Saints pour tous les jours de l'année, Tours, Mame, 1950

SAINT MICHÉE PROPHÈTE


Né au VIII siècle près de Jérusalem, c’est un paysan que Dieu appelle à être prophète. Il dénonce l’exploitation des pauvres, les injustices des puissants corrompus et condamne l’idolâtrie. Il annonce une grande joie pour Israël : la naissance du Messie à Bethléem.  

Martyrologe Romain : Commémoraison de saint Michée, prophète. Au VIIIe siècle avant le Christ, aux jours de Jotham, Achaz et Ézéchias, rois de Juda, il défendit par sa prédication les opprimés, condamna les idoles et les perversités et annonça au peuple élu la naissance à venir à Bethléem de Juda d’un chef, dont les origines remontent aux jours d’éternité et qui serait le berger d’Israël par la puissance du Seigneur.

 

Autres Fêtes du Jour


Bienheureux Adrien  XIIIe siècle)
Bienheureux Dominique Spadafora  Dominicain (✝ 1521)
Vble Giovanna Francesca du Saint-Espritfondatrice des Missionnaires Franciscaines du Verbe Incarné (✝ 1984)
Saint Glycérius (✝ 303)
Saint Honorat Evêque de Toulouse
Bienheureuse Maria Lorenza Longo fondatrice de l'Hôpital des Incurables de Naples et des Moniales clarisses capucines (✝ 1539)

Saint Michée  Prophète, un contemporain d'Isaïe (VIIIe siècle av. J.-C.)
Saint Pierre de Moscou métropolite (✝ 1326)
Bienheureux Pierre Friedhofen
fondateur des Frères de la Miséricorde de Marie-Auxiliatrice (✝ 1860)
Saints Pierre Thi et André Dun-Lac Martyrs au Tonkin (✝ 1839)
Saint Procope de Vyatsk fol en Christ (✝ 1627)
Saint Psoté évêque martyr (✝ 300)
Saint Séverin évêque de Trèves (✝ v. 300)
Saint Thémistocle  martyr en Grèce (IIIe siècle)

Print
Repost
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article