Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Bienvenue sur mon site
Une innovation pour mes anciens lecteurs, désormais je traite de divers sujet, en premier La religion judéo chrétienne signé" Monique Emounah", pour ceux qui ne peuvent se déplacer à l'églises quelques soit la raison, et le lieu de leurs résidences ils peuvent suivre les  offices du jour,  la politique (LR) et les infos, la poésie et les arts en général. Mes écrits, signé (Alumacom) également mes promos de mes dernières parutions et quelquefois un rappel pour mes anciens écrits. Merci de votre attention,

Le blog de mim-nanou75.over-blog.com

Bienvenue sur mon site Une innovation pour mes anciens lecteurs, désormais je traite de divers sujet, en premier La religion judéo chrétienne signé" Monique Emounah", pour ceux qui ne peuvent se déplacer à l'églises quelques soit la raison, et le lieu de leurs résidences ils peuvent suivre les offices du jour, la politique (LR) et les infos, la poésie et les arts en général. Mes écrits, signé (Alumacom) également mes promos de mes dernières parutions et quelquefois un rappel pour mes anciens écrits. Merci de votre attention,

Bonne fête aux Arnaud et au très Saintes âmes du 10 février

com
SAINT DU JOUR
banner santi.jpg
Date 10 février

Le Saint du Jour est une liste quotidienne des Saints gardés dans la mémoire de l'Église. Les histoires des maîtres de la vie chrétienne de tous les temps qui comme des phares radieux orientent notre chemin.

Bienheureux Arnaud


Abbé de Sainte-Justine de Padoue (✝ 1255)
Au temps où Padoue était aux mains d'Ezzelino, un tyran féroce et prompt au meurtre, Arnaud Cataneo, abbé du monastère de Sainte Justine, dut se réfugier dans une grotte voisine pour échapper à une mort certaine.

Quand l'empereur Frédéric II vint délivrer la ville, Arnaud l'accueillit joyeusement. Mais quand Ezzelino reprit le contrôle de la région, le bienheureux Arnaud fut arrêté, jeté dans un infect cachot où il mourut après huit années de souffrances et d'isolement.
Fêtes: 10 février (date de sa naissance au ciel) en 1255 - 14 mars (date de la translation de son corps) en 1592.

STE SCHOLASTIQUE

 MONIALE, SŒUR DE SAINT BENOÎT
 

Sainte Scholastique, Sacro Speco de Subiaco
Sœur jumelle de saint Benoît, Scholastique fut la première moniale bénédictine. Après avoir conduit une vie de prière, de pauvreté, de charité et obéissance, elle sut obtenir du Seigneur, contre la volonté de son frère, un miracle que seul l’amour plus grand envers Dieu put mériter.  

«Put davantage celle qui aima davantage»
Le défi fut avec Benoît de Nurcie, et à le vaincre fut sa sœur jumelle, Scholastique, consacrée au Seigneur depuis sa tendre enfance. Ayant vécu à l’ombre du frère, père du monachisme occidental, elle fut fidèle interprète de sa Règle.

Scholastique, première moniale bénédictine, ayant vécu, probablement, entre 480 et 543, native de Nurcie, fut élève très docile de Benoît dans l’apprentissage de la sagesse du cœur, à tel point à dépasser son maître, comme le transmet saint Grégoire –le-Grand dans ses Dialogues, unique texte de référence avec peu d’allusions à la vie de cette Sainte, où on raconte en particulier un épisode, qui en révèle la personnalité humaine marquante et la profondeur spirituelle.

Le choix religieux sur les pas du frère
Selon ce qui est rapporté, Scholastique, fille d’Eutropio, descendant de l’ancienne famille sénatoriale romaine des Anicii, et de Claudia, morte tout de suite après la naissance des jumeaux, fut envoyée à l’âge de 12 ans à Rome, ensemble avec son frère, tous deux furent profondément perturbés par la vie dissolue qu’on menait dans cette ville. Benoît le premier se retira dans un ermitage alors que Scholastique, restée héritière du patrimoine familial, et manifestant un détachement des biens terrestres, demanda au père de pouvoir se consacrer à la vie religieuse, en entrant d’abord dans un monastère près de Nurcie, puis à Subiaco, en suivant le frère qui avait fondé l’Abbaye de Montecassino. Ici, seulement à sept kilomètres de distance, elle fonda le monastère de Piumarole, où ensemble avec des consœurs suivit la Règle de saint Benoît, donnant ainsi origine au rameau féminin de l’Ordre bénédictin.

La règle du silence
Scholastique avait l’habitude de recommander l’observation de la règle du silence, et d’éviter la conversation avec des personnes étrangères au monastère, même s’il s’agit de visiteurs dévots. Elle avait l’habitude de répéter: «Se taire ou parler de Dieu, car quelle chose en ce monde mérite qu’on en parle?» Mais Scholastique aime parler  de Dieu surtout avec le frère Benoît, qu’elle rencontre une fois par an. L’endroit de ces entretiens spirituels est une dépendance située à mi-chemin entre les deux monastères.

Le miracle qui défie Benoît
Grégoire raconte qu’à la dernière de ces rencontres, le 6 février 543, peu de temps avant sa mort, Scholastique demanda au frère de pouvoir prolonger l’entretien jusqu’au lendemain matin, mais Benoît s’y opposa pour ne pas violer la Règle. Scholastique implora alors le Seigneur, en fondant en larmes, de ne pas faire partir le 
frère: tout de suite après, une tempête inattendue avec un vent violent contraignit Benoît à rester, et ainsi la sœur et le frère continuèrent à s’entretenir toute la nuit.

Il faut noter que la première réaction de Benoît face à l’averse inattendue fut la contrariété.

«Dieu tout puissant te pardonne, ma sœur. Qu’as-tu fait» et Scholastique répondit: «Tu vois, moi je t’ai supplié, et lui m’a exaucée. A présent tu peux partir; laisse-moi et retourne au monastère». C’est une revanche de la sœur qui ne put déplaire au frère bien-aimé, justement c’est lui qui avait enseigné à s’adresser dans les difficultés à Celui à qui tout est possible. Voilà ce qui est remarquable dans les dons féminins de Scholastique, la douceur, la constance et aussi l’audace pour obtenir ce qu’elle désire ardemment.

Unis dans la vie et dans la mort
Trois jours après cette rencontre, d’après le récit de Grégoire, Benoît eut la nouvelle de la mort de sa sœur dans un songe divin: il vit l’âme de sa sœur monter au ciel sous la forme d’une colombe blanche. Il voulut donc l’ensevelir dans la tombe qu’il avait préparée pour lui et où il sera aussi enterré, peu de temps après. «Comme leur esprit était toujours uni en Dieu, de la même manière leurs corps  furent réunis dans la même tombe».

 

 

Autres Fêtes du Jour
Saint Aimond
Fondateur du monastère Saint-Victor de Meda (✝ 790)
Bienheureux Alexandre de Lugo
Dominicain espagnol (✝ 1645)
Bienheureux Aloïsius Stepinac
cardinal archevêque martyr Zagreb (✝ 1960)
Sainte Anne
Princesse de Novgorod (✝ 1056)
Bienheureux Arnaud
Abbé de Sainte-Justine de Padoue (✝ 1255)
Sainte Austreberthe
Abbesse de Pavilly (✝ 704)
Saint Charalampos
martyr sous Septime Sévère (IIIe siècle)
Bienheureuse Claire Argolanti
Pénitente, recluse italienne (✝ 1346)
Bienheureux Eusèbe
(✝ 1501)
Bienheureuse Eusébie Palomino Yenes
religieuse fille de Marie Auxiliatrice (✝ 1935)
Saint Guillaume de Malavalle
Ermite en Toscane, fondateur de l'ordre des Guillemites (✝ 1157)
Bienheureux Guillaume Zucchio
(✝ 1377)
Bienheureux Hugues de Fosses
Premier abbé de Prémontré (✝ 1164)
Saint José Luis Sánchez del Río
martyr mexicain (✝ 1928)
Saint Longin
Moine au monastère d'Obnora (✝ 1540)
Vénérable Madeleine de Jésus
religieuse passioniste italienne (✝ 1960)
Saint Paul
et ses compagnons martyrs à Gaza (IVe siècle)
Bienheureux Pierre Frémond et cinq compagnes
martyrs de la Révolution française (✝ 1794)
Saint Prothade
Évêque de Besançon (✝ 624)
Bienheureux Salve
(✝ 962)
Saint Sigon
(✝ 873)
Saint Silvain
évêque de Terracine (Ve siècle)
Saint Trojan
évêque de Saintes (✝ 533)
Saint Trumwin
(✝ 740)
Saint Zénon
anacorète (✝ 416)
Saints Zotique, Irénée, Hyacinthe et Amance
martyrs à Rome (✝ 304)
Print
Repost
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article