Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Bienvenue sur mon site
Une innovation pour mes anciens lecteurs, désormais je traite de divers sujet, en premier La religion judéo chrétienne signé" Monique Emounah", pour ceux qui ne peuvent se déplacer à l'églises quelques soit la raison, et le lieu de leurs résidences ils peuvent suivre les  offices du jour,  la politique (LR) et les infos, la poésie et les arts en général. Mes écrits, signé (Alumacom) également mes promos de mes dernières parutions et quelquefois un rappel pour mes anciens écrits. Merci de votre attention,

Le blog de mim-nanou75.over-blog.com

Bienvenue sur mon site Une innovation pour mes anciens lecteurs, désormais je traite de divers sujet, en premier La religion judéo chrétienne signé" Monique Emounah", pour ceux qui ne peuvent se déplacer à l'églises quelques soit la raison, et le lieu de leurs résidences ils peuvent suivre les offices du jour, la politique (LR) et les infos, la poésie et les arts en général. Mes écrits, signé (Alumacom) également mes promos de mes dernières parutions et quelquefois un rappel pour mes anciens écrits. Merci de votre attention,

Bonne fête aux Valérie et aux saintes âmes du 28 Avril

com

Sainte Valérie de Milan
 

Martyre (✝ 171)


 

et son mari saint Vital de Ravenne (culte supprimé en 1969), martyrs à Ravenne, parents supposés des saints Gervais et Protais.
Dénoncé comme chrétien, Vital fut jeté au fond d'un puits et étouffé sous un tas de pierres et de sable.
A quelque temps de là, Valérie fut battue et torturée au point qu'elle succomba à ses blessures deux jours plus tard.

Saint Pierre Marie Chanel


Prêtre mariste martyr en Océanie (✝ 1841)


Pierre-Marie Chanel était originaire du diocèse de Belley et fut le premier missionnaire en Polynésie (Océanie). Les récits des exploits des missionnaires qu'il a lus avec passion dans son enfance l'ont conduit au séminaire puis chez les Pères Maristes pour être envoyé dans les pays lointains.
C'est ainsi qu'il débarque le 7 novembre 1837 dans la petite île de Futuna en Océanie. Là, il ne rencontre pas beaucoup de succès dans son annonce de l'Évangile. Il éveille cependant l'intérêt des jeunes. La conversion du fils du chef de l'île le fera condamner et lui vaudra de mourir martyr, battu à coups de bâton, dans sa case, jusqu'à ce que mort s'en suive.
Pierre-Marie Chanel, sanctuaire de CuetSon action et sa mort ne seront pas vaines puisque, quelques mois plus tard, toute l'île se convertit.
Canonisé en 1954.
En 1836, Pierre Chanel, natif de Cuet près de Montrevel, embarque pour l'Océanie. Il écrit à ses amis: "Dans une mission aussi difficile, il faut que nous soyons des saints". (Diocèse de Belley-Ars)
Voir aussi le Sanctuaire St Pierre Chanel de Cuet
Sur le site du diocèse de Wallis et Futuna, le 200e anniversaire de sa naissance (2003)
"Pierre Chanel naquit à Cuet près de Bourg en Bresse le 12 juillet 1803, il fut baptisé le lendemain. Il mourut martyr le 28 avril 1841 sur l'île de Futuna et fut proclamé Patron de l'Océanie. Le 200e anniversaire de sa naissance fut l'occasion d'une célébration mémorable à Poï en présence de la population de l'île, de délégations des îles voisines et même d'une représentation pontificale mandatée par le Pape Jean-Paul II (en fait Mgr Patrick Coveney, Délégué Apostolique pour les îles du Pacifique, avait  pu arriver seulement en fin de journée et il fut remplacé par Mgr Michel Calvet, Archevêque de Nouméa)."
Mémoire de saint Pierre Chanel, prêtre et martyr. Après neuf ans de ministère dans le diocèse de Belley, au service d'une paroisse rurale et dans l'éducation des enfants, il entra dans la Société de Marie qui venait de se fonder et fut envoyé avec quelques compagnons à la mission de l'Océanie occidentale. Il aborda dans l'île de Futuna où il n'y avait pas encore de chrétiens et où son action fut entravée par le mépris des païens, les embûches et la faim. Mais fort d'une douceur extraordinaire, il en convertit quelques-uns à la foi, et parmi eux le fils du roi lui-même, qui, irrité, donna l'ordre de le tuer. Il fut, en 1841, le premier martyr de l'Océanie.

Martyrologe romain

Saint Paul de la Croix

fondateur des Passionnistes
(1694-1775)

La nuit où Paul vint au monde, à Ovada, en Ligurie, une splendeur merveilleuse éclaira la chambre de sa mère. Étant enfant, il tomba dans un fleuve et ne dut la vie qu'à l'intervention de la Sainte Vierge.

Paul justifia de bonne heure ces présages de sainteté: il prenait son sommeil sur des planches avec une pierre pour oreiller; de grand matin, il faisait oraison, puis se donnait la discipline, mais avec tant de force que, plus d'une fois, son frère fut obligé de lui arracher des mains l'instrument de pénitence. Il ne mangeait le vendredi qu'un morceau de pain mendié, et buvait du fiel mêlé de vinaigre.

A vingt-deux ans, il se mit à exercer, parmi les jeunes gens, une sorte d'apostolat; ils se moquèrent d'abord de ses discours, puis réformèrent leurs moeurs, et dix d'entre eux embrassèrent plus tard la vie monastique. Ses parents voulurent le marier: il ne leva même pas les yeux sur la jeune fille qu'on lui offrait. A la mort d'un oncle il refusa son héritage, renonçant à tout pour marcher dans la voie de la pénitence chrétienne.

Une vision lui apprit que Dieu le destinait à établir la congrégation des passionnistes. Aussitôt il se fit raser les cheveux, s'agenouilla devant son père et sa mère pour recevoir leur bénédiction, vêtit une grossière tunique de drap noir et alla rédiger, dans le silence de la solitude, sous l'inspiration de Dieu, la règle de son institut.

L'évêque d'Alexandrie lui confia quelque temps l'office de prédication et lui permit bientôt de partir pour Rome. En route, la tempête le jeta au mont Argentaro. Ce lieu désert lui sembla convenir à sa future communauté; il y revint lorsque le maître de la chambre l'eut chassé, à Rome, comme un vagabond.

Benoît XIII lui conféra le sacerdoce et lui permit de s'adjoindre des compagnons de prière et d'étude. Dès lors, il jeta les fondements de son association religieuse. Elle eut, comme la plupart des grandes oeuvres, un début difficile; mais les bénédictions du ciel ne lui manquèrent pas, et elle vit bientôt venir à elle des sujets de haute distinction.

En 1737 l'église et le couvent d'Argentaro furent solennellement bénits. Trois ans après, Benoît XIV fit examiner les règles des passionnistes, et les approuva par une bulle en 1746. Elles ajoutaient aux trois voeux ordinaires celui de prêcher avec amour la passion du Sauveur. Paul et ses compagnons l'accomplirent avec tant de zèle qu'ils ramenèrent un nombre incalculable de pécheurs, d'hérétiques et d'impies. Paul surtout parlait des tourments du Sauveur avec une telle onction et une telle véhémence, que son auditoire et lui se trouvaient tout en larmes, et que les coeurs les plus durs se laissaient entraîner à la pénitence.

La flamme que le divin amour entretenait dans la poitrine de cet homme angélique allait parfois jusqu'à brûler le vêtement qui touchait son coeur; et lorsqu'il montait au saint autel, les larmes inondaient son visage; parfois même des transports extatiques l'élevaient de terre, et tout son extérieur participait au resplendissement de son âme.

Chéri des papes, vénéré des prêtres et des fidèles, Paul fut toujours humble jusqu'à se croire un serviteur inutile, un misérable pécheur digne d'être foulé aux pieds par les hommes et les démons.

Ce saint amant de la passion du Sauveur mourut à Rome, après avoir exhorté ses frères, dans les termes de la plus touchante tendresse, à garder leur sainte vocation. Il avait vécu quatre-vingt-un ans. (1775)

L'Abbé Pradier, La Vie des Saints pour tous les jours de l'année, Lille, 1889

28 Avril
  
St Louis-Marie Grignion de Montfort

Fondateur d'Ordres religieux,
Docteur de la médiation de Marie
(1673-1716)

Louis-Marie Grignion de La Bacheleraie naquit à Montfort-la-Cane, alors du diocèse de Saint-Malo, aujourd'hui de celui de Rennes, le 31 janvier 1673. Par esprit de religion et d'humilité, il abandonna plus tard le nom de sa famille, pour prendre celui du lieu de sa naissance et de son baptême. Sa première éducation fut pieuse et forte; il la compléta chez les Jésuites de Rennes, où il acquit la réputation d'un saint Louis de Gonzague.

La Providence le conduisit ensuite à Paris, pour y étudier en diverses maisons tenues par les Sulpiciens, et à Saint-Sulpice même. Dans ce séminaire, où il brilla par son intelligence et sa profonde piété, on ne comprit pas assez les vues de Dieu sur lui. Dieu le permit ainsi pour le former à l'amour de la Croix, dont il devait être l'apôtre passionné. C'est à l'école de Saint-Sulpice qu'il puisa toutefois son merveilleux amour de Marie et qu'il se prépara à devenir Son apôtre et Son docteur.

Jeune prêtre, il fut d'abord aumônier à l'hôpital de Poitiers, où il opéra une réforme aussi prompte qu'étonnante. Ballotté ensuite pendant quelques temps par les persécutions que lui suscitaient les Jansénistes, il se rendit à Rome en vue de s'offrir au Pape pour les missions étrangères, et il reçut du Souverain Pontife l'ordre de travailler à l'évangélisation de la France.

Dès lors, pendant dix ans, il va de missions en missions, dans plusieurs diocèses de l'Ouest, qu'il remue et transforme par sa parole puissante, par la flamme de son zèle et par ses miracles. Il alimente sa vie spirituelle dans une prière continuelle et dans des retraites prolongées, il est l'objet des visites fréquentes de la Sainte Vierge. Ses cantiques populaires complètent les fruits étonnants de sa prédication; il plante partout la Croix; il sème partout la dévotion au Rosaire: il prépare providentiellement les peuples de l'Ouest à leur résistance héroïque au flot destructeur de la Révolution, qui surgira en moins d'un siècle.

Après seize ans d'apostolat, il meurt en pleine prédication, à Saint-Laurent-sur-Sèvre (Vendée), à quarante-trois ans, laissant, pour continuer son oeuvre, une Société de missionnaires, les Soeurs de la Sagesse, et quelques Frères pour les écoles, connus partout aujourd'hui sous le nom de Frères de Saint-Gabriel. C'est un des plus grands saints des temps modernes, et le promoteur des prodigieux développements de la dévotion à la Sainte Vierge à notre époque.

Abbé L. Jaud, Vie des Saints pour tous les jours de l'année, Tours, Mame, 1950

Autres Fêtes du Jour

Saint Affrique
(VIe siècle)
Saint Aphrodise
martyr et premier évêque de Béziers (✝ 65)
Saint Arthème
(✝ 609)
Saint Cyrille de Tourov
Confesseur de la région de Minsk (✝ 1183)
Saints Eusèbe, Charalampe et leurs compagnons
martyrs à Nicomédie (date ?)
Sainte Gianna Beretta Molla
mére de famille (✝ 1962)
Bienheureux Joseph Cebula
prêtre et martyr en Autriche (✝ 1941)
Bienheureux Lucchese
Tertiaire franciscain (✝ 1260)
Saint Marc
évêque en Italie (IVe siècle)
Bienheureuse Maria Felicia Guggiari Echeverría
carmélite paraguayenne (✝ 1959)
Saints Maxime, Dadas et Quintilien
martyrs dans la Mysie inférieure, l'actuelle Bulgarie (✝ v. 303)
Saint Pamphile
évêque de Valva (✝ v. 706)
Saint Paul Pham Khac Khoan et ses compagnons
martyrs au Tonkin (✝ 1840)
Saint Pollion
(✝ 304)
Saintes Probe et Germaine
Vierges et martyres (IVe siècle)
Saint Prudence
Ermite en Catalogne (IXe siècle)
Vénérable Théophanius-Léo (Adolphe Chatillon)
Frère des Écoles Chrétiennes (✝ 1929)
Saints Zenon, Eusèbe, Néon et Vital
martyrs à Corfou (Ier siècle)

Print
Repost
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article