Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Bienvenue sur mon site
Une innovation pour mes anciens lecteurs, désormais je traite de divers sujet, en premier La religion judéo chrétienne signé" Monique Emounah", pour ceux qui ne peuvent se déplacer à l'églises quelques soit la raison, et le lieu de leurs résidences ils peuvent suivre les  offices du jour,  la politique (LR) et les infos, la poésie et les arts en général. Mes écrits, signé (Alumacom) également mes promos de mes dernières parutions et quelquefois un rappel pour mes anciens écrits. Merci de votre attention,

Le blog de mim-nanou75.over-blog.com

Bienvenue sur mon site Une innovation pour mes anciens lecteurs, désormais je traite de divers sujet, en premier La religion judéo chrétienne signé" Monique Emounah", pour ceux qui ne peuvent se déplacer à l'églises quelques soit la raison, et le lieu de leurs résidences ils peuvent suivre les offices du jour, la politique (LR) et les infos, la poésie et les arts en général. Mes écrits, signé (Alumacom) également mes promos de mes dernières parutions et quelquefois un rappel pour mes anciens écrits. Merci de votre attention,

Les Écritures nous appellent à la vraie foi et vous tracent la vraie route qui plaît à Dieu

com
ÉVANGILE

« Ma maison sera appelée maison de prière pour toutes les nations. Ayez foi en Dieu » (Mc 11, 11-25)
Alléluia. Alléluia.
C’est moi qui vous ai choisis,
afin que vous alliez, que vous portiez du fruit,
et que votre fruit demeure, dit le Seigneur.
Alléluia. (cf. Jn 15, 16)

Évangile de Jésus Christ selon saint Marc

Après son arrivée au milieu des acclamations de la foule, Jésus entra à Jérusalem, dans le Temple.
Il parcourut du regard toutes choses et, comme c’était déjà le soir, il sortit pour aller à Béthanie avec les Douze.
Le lendemain, quand ils quittèrent Béthanie,il eut faim.
Voyant de loin un figuier qui avait des feuilles, il alla voir s’il y trouverait quelque chose ;
mais, en s’approchant, il ne trouva que des feuilles, car ce n’était pas la saison des figues.
Alors il dit au figuier :
« Que jamais plus personne ne mange de tes fruits ! »
Et ses disciples avaient bien entendu.

Ils arrivèrent à Jérusalem.
Entré dans le Temple, Jésus se mit à expulser ceux qui vendaient et ceux qui achetaient dans le Temple.
Il renversa les comptoirs des changeurs et les sièges des marchands de colombes, et il ne laissait personne transporter quoi que ce soit à travers le Temple.
Il enseignait, et il déclarait aux gens :
« L’Écriture ne dit-elle pas :
Ma maison sera appelée maison de prière pour toutes les nations ?
Or vous, vous en avez fait une caverne de bandits. »
Apprenant cela, les grands prêtres et les scribes cherchaient comment le faire périr.
En effet, ils avaient peur de lui, car toute la foule était frappée par son enseignement.
Et quand le soir tomba, Jésus et ses disciples s’en allèrent hors de la ville.

Le lendemain matin, en passant, ils virent le figuier qui était desséché jusqu’aux racines.
Pierre, se rappelant ce qui s’était passé, dit à Jésus :
« Rabbi, regarde :
le figuier que tu as maudit est desséché. »
Alors Jésus, prenant la parole, leur dit :
« Ayez foi en Dieu.
Amen, je vous le dis :

quiconque dira à cette montagne :
“Enlève- toi de là, et va te jeter dans la mer”, s’il ne doute pas dans son cœur, mais s’il croit que ce qu’il dit arrivera, cela lui sera accordé !
C’est pourquoi, je vous le dis :
tout ce que vous demandez dans la prière, croyez que vous l’avez obtenu,
et cela vous sera accordé.
Et quand vous vous tenez en prière, si vous avez quelque chose contre quelqu’un, pardonnez, afin que votre Père qui est aux cieux vous pardonne aussi vos fautes. »

– Acclamons la Parole de Dieu.

Saint Cyrille de Jérusalem (313-350)


évêque de Jérusalem et docteur de l'Église

Catéchèses baptismales, n° 5, 2-4. 7-9.11 (Catéchèses baptismales et mystagogiques; trad. J. Bouvet; Éd. Soleil levant 1962; rev.)
« Ayez foi en Dieu »
« C'est une grande affaire, dit l'Écriture, de trouver un homme qui a la foi » (Pr 20,6). Je ne te dis pas cela pour t'inciter à m'ouvrir ton cœur, mais pour que tu montres à Dieu la candeur de ta foi, à ce Dieu qui sonde les reins et les cœurs et qui connaît les pensées des hommes (Ps 7,10; 93,11). Oui, c'est une grande chose qu'un homme qui a la foi ; il est plus riche que tous les riches. En effet, le croyant possède toutes les richesses de l'univers, puisqu'il les méprise et les foule aux pieds. Car, même si ceux qui sont riches possèdent des tas de choses au plan matériel, comme ils sont pauvres spirituellement ! Plus ils amassent, plus on les sent consumés du désir de ce qui leur manque. Au contraire, et c'est bien là le comble du paradoxe, l'homme qui a la foi est riche au sein de la pauvreté, car il sait qu'il n'a besoin que de vêtements et de nourriture ; il s'en contente et met sous ses pieds les richesses.

            Et ce n'est pas seulement nous, qui portons le nom du Christ, qui vivons d'une démarche de foi. Tous les hommes, même ceux qui sont étrangers à l'Église, vivent d'une démarche semblable. C'est par une foi dans l'avenir que des gens qui ne se connaissent pas parfaitement contractent un mariage ; l'agriculture est basée sur la confiance que les travaux engagés porteront des fruits ; les marins mettent leur confiance dans un frêle esquif de bois (...). C'est selon une démarche de foi que tiennent la plupart des entreprises humaines (...) ; tout le monde croit en des principes.

            Mais aujourd'hui les Écritures vous appellent à la vraie foi et vous tracent la vraie route qui plaît à Dieu. (...)
C'est cette foi qui, chez Daniel, a fermé la gueule des lions (Dn 6,23). (...) Par « le bouclier de la foi vous pourrez éteindre toutes les flèches enflammées du Mauvais » (Ep 6,16). (...)
a foi soutient les hommes jusqu'à marcher sur la mer (Mt 14,29). (...) Certains, comme le paralytique, ont été sauvés par la foi des autres (Mt 9,2). (...)
la foi des sœurs de Lazare a été si forte qu'il a été rappelé des morts (Jn 11). (...)
La foi donnée gratuitement par l'Esprit Saint dépasse toutes les forces humaines. Grâce à elle on peut dire à cette montagne :
« Transporte-toi jusque là-bas » et elle se transportera (Mt 17,20).

Jésus et la prière : Le figuier desséché

Le Père n'exauce donc que la prière fraternelle. Celui qui renie ses frères par son manque de compréhension, son attitude générale de critique et de rancune, par sa méchanceté, celui-là n'obtiendra rien du Père. Il n'est vraiment “Fils” comme le désire le Père de famille.

Méditation de l'évangile

du vendredi 28 mai


Jésus nous rappelle que la prière, geste filial envers le Père, ne peut exister si nous vivons dans la brouille avec les hommes, nos frères. La force de notre prière provient de ce que nous sommes les Fils de Dieu, les Fils d'un même Père, qui ne refuse rien à ses enfants.

Le Père n'exauce donc que la prière fraternelle. Celui qui renie ses frères par son manque de compréhension, son attitude générale de critique et de rancune, par sa méchanceté, celui-là n'obtiendra rien du Père. Il n'est vraiment “Fils” comme le désire le Père de famille. Et Dieu ne pardonne, nous dit encore Jésus, qu'à celui qui pardonne, qui a une attitude fraternelle.

Pour Lui, c'est d'après cette attitude essentiellement surnaturelle que l'on peut jauger notre amour réel de Dieu, la profondeur de notre appartenance à la famille divine. Pardonner les offenses n'est pas naturel du tout. Combien chacun de nous a pu en faire l'expérience ! Mais notre prière a une force invincible, si nous prions en vrais Fils de Dieu.

 “C'est pourquoi Je vous dis : Tout ce que vous demanderez en priant, croyez que vous l'avez obtenu, et cela vous arrivera. Et quand vous êtes debout pour prier, si vous avez quelque chose contre quelqu'un remettez-le lui, afin que votre Père qui est dans les Cieux vous remette vos fautes. Si vous ne pardonnez pas, votre Père, qui est dans les Cieux ne vous pardonnera pas non plus vos fautes” 

Jésus a d'ailleurs jugé nécessaire de mettre ce précepte dans la seule prière qu'Il nous a apprise : le Notre Père.

Il est intéressant de voir qu'ici Marc nous présente Dieu comme un Père. La foi qui anime notre prière envers Dieu, c'est donc un acte d'amour confiant envers notre Père, dans la mesure où sa puissance exauce toujours les demandes raisonnables de ses enfants.

 “Tout ce que vous demanderez avec foi, dans la prière, vous l'obtiendrez” 

Demander avec foi, c'est demander les choses du Royaume à notre Père. Dans ce domaine, nous transporterons les montagnesˇ:

 “Quand bien même vous diriez à cette montagne : Lève-toi et jette-toi dans la mer, cela sera” 

Je pense surtout aux conversions des coeurs, à la transformation intérieure… Nous prions souvent pour obtenir le renversement de situations liées à notre condition d'hommeˇ: désastres matériels, souffrances morales, deuils, etc…

Si cela rentre dans le plan de Dieu, c'est bien; mais l'attitude de Jésus nous apparaît tout autre. Il est venu pour accepter pleinement ce que Dieu a voulu : une condition d'homme fragile, à vocation d'éternité.
Sa prière s'adresse au Père, pour encore mieux accepter ce dessein d'amour sur nous, malgré la souffrance.

Père Gabriel

 

 

Print
Repost
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article