Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Bienvenue sur mon site
Une innovation pour mes anciens lecteurs, désormais je traite de divers sujet, en premier La religion judéo chrétienne signé" Monique Emounah", pour ceux qui ne peuvent se déplacer à l'églises quelques soit la raison, et le lieu de leurs résidences ils peuvent suivre les  offices du jour,  la politique (LR) et les infos, la poésie et les arts en général. Mes écrits, signé (Alumacom) également mes promos de mes dernières parutions et quelquefois un rappel pour mes anciens écrits. Merci de votre attention,

Le blog de mim-nanou75.over-blog.com

Bienvenue sur mon site Une innovation pour mes anciens lecteurs, désormais je traite de divers sujet, en premier La religion judéo chrétienne signé" Monique Emounah", pour ceux qui ne peuvent se déplacer à l'églises quelques soit la raison, et le lieu de leurs résidences ils peuvent suivre les offices du jour, la politique (LR) et les infos, la poésie et les arts en général. Mes écrits, signé (Alumacom) également mes promos de mes dernières parutions et quelquefois un rappel pour mes anciens écrits. Merci de votre attention,

Lorsque vous priez, ne rabâchez pas comme les païens : ils s’imaginent qu’à force de paroles ils seront exaucés

com

Évangile de Jésus-Christ selon saint Matthieu 6,7-15.


En ce temps-là,  Jésus disait à ses disciples : « Lorsque vous priez, ne rabâchez pas comme les païens : ils s’imaginent qu’à force de paroles ils seront exaucés.
Ne les imitez donc pas, car votre Père sait de quoi vous avez besoin, avant même que vous l’ayez demandé.
Vous donc, priez ainsi : Notre Père, qui es aux cieux, que ton nom soit sanctifié,
que ton règne vienne, que ta volonté soit faite sur la terre comme au ciel.
Donne-nous aujourd’hui notre pain de ce jour.
Remets-nous nos dettes, comme nous-mêmes nous remettons leurs dettes à nos débiteurs.
Et ne nous laisse pas entrer en tentation, mais délivre-nous du Mal.
Car, si vous pardonnez aux hommes leurs fautes, votre Père céleste vous pardonnera aussi.
Mais si vous ne pardonnez pas aux hommes, votre Père non plus ne pardonnera pas vos fautes. »
Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris

 

Le Notre Père : La prière de Jésus

 

Méditation de l'évangile du jeudi 17 juin


Jésus est venu nous dire que Dieu est le Père! ! Voilà le Mystère qu'Il est venu révéler aux petits. Son coeur exulte de joie en voyant qu'avec un amour et une confiance sans bornes, tant de simples de coeur redisent : “Notre Père, qui es aux cieux, que ton nom soit sanctifié, que ton règne vienne, que ta volonté soit faite sur la terre comme au ciel.”
La prière réside pour Jésus dans une attitude filiale de l'âme. Son enseignement nous le montre doublement : tout d'abord le flux de paroles ne l'intéresse pas. Ce qui est consolant pour beaucoup d'entre nous, mais spécialement pour l'adolescent, pour le jeune que les formules agacent et ne portent plus.

“Lorsque vous priez, ne rabâchez pas comme les païens : ils s'imaginent qu'à force de paroles ils seront exaucés.”

Puis Il nous donne un aperçu de la ” mentalité du Père”.  Il nous rappelle que ce Père sait bien ce dont nous avons besoin et qu'Il attend de nous une attitude de fils; cet abandon totale à sa volonté.

“Ne les imitez donc pas, car votre Père sait de quoi vous avez besoin, avant même que vous l'ayez demandé”.

Ainsi la prière enseignée par Jésus se formule en souhait de coeur, avant toute demande :

“Notre Père, qui es aux cieux,
Que ton nom soit sanctifié,
Que ton règne vienne,
Que ta volonté soit faite
Sur la terre comme au ciel.”

Jésus est venu nous dire que Dieu est le Père! ! Voilà le Mystère qu'Il est venu révéler aus petits. Son coeur exulte de joie en voyant qu'avec un amour et une confiance sans bornes, tant de simples de coeur redisent :

“Notre Père, qui es aux cieux, que ton nom soit sanctifié, que ton règne vienne, que ta volonté soit faite sur la terre comme au ciel.”

Mais Dieu, pour Jésus est avant tout le Père commun. Le Père qui veut que nous nous aimions les uns les autres. Il s'agit bien pour Lui d'un Père qui ne peut voir ses fils se disputer et qui n'écoutera nos prières qu'à ce prix. Cela élargit nos prières à la dimension de l'humanité. Il nous demande avant de dire Père ! de renoncer à toute attitude qui ne serait pas filiale et fraternelle à l'égard de nos frères. C'est la condition absolue pour que le Père  nous écoute et nous pardonne.

 “Et quand vous vous tenez en prière, si vous avez quelque chose contre quelqu'un, pardonnez, afin que votre Père qui est aux cieux vous pardonne aussi vos fautes.”

Père Gabriel

Sainte Thérèse d'Avila (1515-1582)
 

carmélite, docteur de l'Église

Le Chemin de perfection, ch.32/34 (Œuvres Complètes, vol. 1; trad. Marie du Saint-Sacrement; Éd. Cerf 1995, p.822)


« Que ta volonté soit faite »
« Que ta volonté soit faite sur la terre comme au ciel ». Ô mon tendre Maître, quelle joie pour moi que tu n'aies pas fait dépendre l'accomplissement de ta volonté d'un vouloir aussi misérable que le mien ! (...) Que je serais malheureuse, si tu avais voulu qu'il dépende de moi que ta volonté s'accomplisse ou non. À présent, je te donne librement la mienne, bien que ce soit à un moment où ce don n'est pas purement désintéressé, car une longue expérience m'a fait connaître les avantages de cet abandon. Quel immense profit, mes amies, mais d'autre part, quelle immense perte, si nous n'accomplissons pas ce que nous offrons au Seigneur par cette demande du Notre Père. (...)

            Je veux donc vous dire, ou vous rappeler, quelle est cette volonté. Ne craignez pas que ce soit de vous donner des richesses, ni des plaisirs, ni des honneurs, ni tous les biens d'ici-bas. Il ne nous porte pas si peu d'amour ! Il fait le plus grand cas du présent que vous lui offrez, et il entend vous le récompenser bien, puisque dès cette vie il vous donne son Royaume. (...) Voyez, mes filles, ce que Dieu a donné à son Fils qu'il aimait par-dessus tout. ; par là, vous pourrez reconnaître quelle est sa volonté. Oui, tels sont les dons qu'il nous fait en ce monde. Il donne en proportion de l'amour qu'il porte pour chacun de nous , tenant compte aussi du courage qu'il voit en chacun et de l'amour qu'on a pour lui. Celui qui l'aime beaucoup, il le reconnaît capable de beaucoup souffrir pour lui, et celui qui l'aime peu, de peu souffrir. Pour moi, je suis persuadée que la mesure de notre force pour porter une grande croix ou une petite, c'est la mesure de notre amour. (...)

            Tous mes conseils dans ce livre ne tendent qu'à un but : nous donner totalement au Créateur, soumettre notre volonté à la sienne, nous détacher des créatures ; vous devez en avoir compris la grande importance, je n'en dirai pas davantage. J'indiquerai seulement pour quel motif notre bon Maître formule cette demande du Notre Père. C'est qu'il sait le grand avantage qu'il y a pour nous à faire ce plaisir à son Père éternel. Par là nous nous disposons à atteindre rapidement le but de notre voyage et à nous désaltérer aux eaux vives de la fontaine dont j'ai parlé. Mais si nous ne donnons pas entièrement notre volonté au Seigneur pour qu'il prenne soin lui-même de tout ce qui nous concerne, jamais il ne nous permettra d'y boire.

Homélie du père Gilbert Adam

Notre Père, qui es aux cieux, que ton nom soit sanctifié,

"Lorsque vous priez, ne rabâchez pas comme les païens : ils s’imaginent qu’à force de paroles ils seront exaucés. Ne les imitez donc pas, car votre Père sait de quoi vous avez besoin, avant même que vous l’ayez demandé.
 

Devant les difficultés de la vie, les disciples disent à Jésus : « Apprends-nous à prier ! » Alors Jésus nous livre son secret : « Dites, Père. » Il manifeste la relation d’Amour qu’il a avec son Père. Il nous apprend le mystère de la filiation, il nous apprend à devenir enfant de Dieu. Jésus reçoit tout de son Père et il redonne tout à son Père, dans un mouvement d’Amour qui est la Personne-Amour du Saint Esprit. Nous apprenons ainsi que tout ce qui est reçu vient de notre Père du ciel ! Il ne nous serait pas difficile de tout recevoir de Dieu si nous étions vraiment humbles. L’orgueil nous rend les choses pénibles car nous pensons que c’est de « nous » que tout vient. Plus l’orgueil est grand, plus grande est la difficulté de recevoir Dieu. Nous nous sommes accaparé les dons de Dieu ! Nous croyons que nous pouvons tout posséder par nous mêmes. Nous recevons tout de Dieu qui est Amour et il nous faut recevoir cet Amour de Dieu dans la joie d’un bonheur sans fin pour être dégagé de nous-mêmes ! Dieu est la source de tout. Le travail de conversion en chacun de nous est un travail de désencombrement.

"Vous donc, priez ainsi : Notre Père, qui es aux cieux, que ton nom soit sanctifié, que ton règne vienne, que ta volonté soit faite sur la terre comme au ciel. Donne-nous aujourd’hui notre pain de ce jour. Remets-nous nos dettes, comme nous-mêmes nous remettons leurs dettes à nos débiteurs. Et ne nous laisse pas entrer en tentation, mais délivre-nous du Mal.

Prier, c’est reconnaître que notre Père est la source de tout. C’est devenir ensemble des frères en Jésus. Jésus nous propose une réalité grande et difficile pour entrer dans le bonheur : le pardon des offenses. Il nous donne une mesure qu’il ne nous est pas facile à réaliser : le pardon. Jésus indique la règle d’or de la vie humaine ensemble : « Faites aux autres ce que vous voudriez qu’on fasse pour vous. » Par sa Croix et par sa Résurrection, Jésus nous a réconcilié avec nous mêmes, avec Dieu et avec les autres. C’est par le baptême que nous rejoignons le Christ qui est le Jaillissement de la vie en nous. Ce jaillissement d’amour jaillit du cœur blessé de Jésus, de l’Agneau de Dieu qui porte les péchés du monde. Nous rejoignons l’acte sauveur de Dieu dans l’adoration. Il nous faut remonter jusqu’à la Source : « Notre Père, notre papa, Abba »

"Car, si vous pardonnez aux hommes leurs fautes, votre Père céleste vous pardonnera aussi. Mais si vous ne pardonnez pas aux hommes, votre Père non plus ne pardonnera pas vos fautes.

Nous voulons que Dieu nous pardonne et qu’il nous libère du fardeau de la culpabilité, qu’il nous aide à pardonner aux autres. Mais le pardon nous coûte. Il est difficile de demander pardon et pardonner nous coûte encore davantage, mais c’est possible avec l’aide de Dieu. Le pardon que Dieu nous octroie est total, il va jusqu’à l’oubli. Nous oublions bien vite les faveurs que l’on nous a faites mais les offenses sont plus difficiles à oublier. Cependant nous sommes les enfants de notre Père des cieux, un frère ne peut pas être un obstacle dans notre marche vers le Royaume. Le combat spirituel est ailleurs dit l’Apôtre : « Vous luttez contre les puissances célestes, » qui vous oppose à votre Père des cieux et à vos frères. « Le mystère d’iniquité répandu dans le monde, » le « faux père, » fait œuvre de division. Quant à nous, nous sommes les enfants de notre Père qui peuvent rivaliser dans l’amour. Le ciel est à l’intérieur de notre cœur. Notre Père est la source de notre vie au plus intime de notre être et c’est lui qui nous fait vivre.

Nous supplions Jésus le Christ de nous faire la grâce de revenir sans cesse à notre Source.

 

Print
Repost
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article